Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Wulf Kirsten

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bix229
Parfum livresque


Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Wulf Kirsten    Dim 22 Mar 2015 - 18:45



 Wulf Kirsten, 1934

Un poète de l’ancienne RDA"
Les graviers que roule ici la langue, en ses harmonies rauques, sont les souvenirs d’une enfance paysanne, les scènes d’une vie dont l’histoire s’empresse d’effacer les traces, plutôt que de faire face aux changements qui ont secoué l’Allemagne et à une culpabilité collective difficilement assumée.
Lorsque la parole est captive, il n’y a pas de tâche plus urgente que de dire. La poésie sauve de l’oubli et fait lien. Elle ouvre un espace partagé – celui de la révolte, de l’amour des êtres et des choses. La Saxe natale de Kirsten, une terre marquée par les stigmates des régimes passés (nazisme, stalinisme), communique ici fraternellement avec les autres marches de l’Est. La voix de Kirsten, nourrie de toutes les saveurs de la langue, tire sa force de la probité de tous les artistes qui, à travers l’Europe, ont façonné un espace habitable.

Wulf Kirsten , né en 1934 dans un petit village des environs de Dresde, au pays de Meissen, a passé toute sa vie entre Leipzig, Dresde et Weimar, où il réside aujourd’hui.
Membre de la prestigieuse académie de Darmstadt et lauréat de nombreux prix littéraires, il est une figure majeure de la poésie contemporaine allemande. Il a été plusieurs fois traduit en polonais, en tchèque, en anglais, mais ce recueil est le premier publié en français.

Belin, éd.

Ce que j' ai lu de Kirsten, des poèmes d' un recueil intitulé Graviers.
- Belin
Je viens de lire qu' un autre recueil venait de paraitre en français, Images filantes. - Ed. La Dogana.

Et il y a aussi cette autobiographie, Les Princesses au jardin potager, éditée par Le Félin, qui
m' attend dans ma bibliothèque.

Bibliographie française

- Graviers. - Belin, 2009

- Les Princesses au jardin potager. - Le Félin, 2 012

- Images filantes. - La Dogana


_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque


Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Wulf Kirsten    Dim 22 Mar 2015 - 19:25

Citation :
"La publication au printemps prochain, à Francfort, d’un nouveau recueil de poésies de Wulf Kirsten invite à se pencher plus attentivement sur une œuvre que la France découvrait, il y a peu, à travers une mince anthologie : Graviers (Paris, Belin, 2009). Ceci d’autant plus que le public français peut espérer accéder à la lecture de ses souvenirs d’enfance, désormais traduits et en attente d’éditeur. Mais il y a une raison de plus de s’intéresser à l’œuvre du poète né aux environs de Dresde en 1934 et fixé à Weimar depuis quarante-cinq ans déjà : la part que Kirsten fait à notre langue et à sa littérature. Si éminemment germanique et centre européenne que soit son inspiration, Kirsten, disciple de Heine et de Celan, deux des plus français d’entre les poètes allemands, est le frère de Rimbaud et des surréalistes. S’il ne maîtrise pas notre langue, la sienne se colore volontiers d’expressions françaises passées dans le saxon de son enfance ou fixées dans l’usage littéraire. Et il compte des amis parmi les poètes français contemporains.  Âpre et tendre, dressée contre les compromissions, experte à réveiller les mots, sa poésie les baigne dans un bain de tendresse et de révolte. Sa palette linguistique est très large. Par-delà l’allemand littéraire, elle déploie les ressources expressives de sa Saxe natale, joue des tons slaves de la communauté sorabe, géographiquement toute proche à la frontière avec la Pologne. Elle accueille encore les accents des mondes voisins, juif, tchèque et polonais. L’oreille renaît à la musique de la diversité sur ces terres que l’histoire, dans ses heurts et le flux de ses migrations, a modelées comme lieux d’échange, qu’elle a aussi plus que d’autres burinées de ses violences, marquées des stigmates de la haine et de l’exclusion.  La langue est alors mémoire et réparation. Les prophètes de la Bible, Caliban dans la Tempête de Shakespeare nous en avaient déjà enseigné les vertus insurgées : ses malédictions prennent le ciel à témoin. Parmi les artistes, Kirsten est de la famille des victimes du pouvoir — de Silbermann, poète silésien à l’âge baroque chassé par les siens, des romantiques Kleist et Annette von Droste-Hülshoff également incompris de leurs contemporains, du bohémien Iwar von Lücken, mort en exil à Paris. Il appartenait à la communauté des expressionnistes de Dresde, peintres et poètes, que la persécution nazie a dispersée. Son idée de la poésie, Kirsten la tient encore en Allemagne de Hölderlin et Heine, auxquels il consacre à leur tour un poème en forme de portrait, comme de ses voisins du xxe siècle, le Tchèque Petr Bezruc et le Russe Mandelstam, victime des rigueurs staliniennes.  Le culte passionné que Kirsten voue aux mots, matière rebelle certes, mais docile à la longue patience des artistes qui la travaillent à pleine pâte, le respect qu’il leur porte, de quelque siècle, expérience et frontière qu’ils lui viennent, réintroduisent un lien entre les générations et les continents même. Car le scandale et l’irréconciliable ont leur place en poésie, seule voix peut-être pour faire entendre l’abandon et la présence d’un universel plus têtu que les violences qui le bafouent. Comme en témoignent ses propres poèmes et l’anthologie qu’il a donnée des écrits composés par les prisonniers du camp de Buchenwald, la poésie reste voix ultime.  Sa tendresse, Kirsten la réserve aux petits, aux sans grade qu’il tire de l’anonymat, à la nature aussi que la civilisation moderne éreinte sauvagement sur l’autel du progrès. Elle est un inépuisable trésor d’émotions, une école de vie. Il en restitue la variété des sols, des reliefs, des éclairages comme des espèces végétales et animales, chacune distincte et familière. Ami des peintres, il approche le paysage avec ses connaissances géologiques et minérales, botaniques aussi, avec l’expérience manuelle du cultivateur et du tailleur de pierre. Précise et visionnaire, sa poésie nous rend des énergies enfouies. Dans une société morcelée, inégalitaire, elle restaure une communauté.  Stéphane Michaud"

www.leroidesaulnes.org/52/12.html

[l]
le concierge d' à coté
balaie les feuilles au fil de l' automne,
comme moi, de simples feuilles
tombées du vieux bouleau
qui nous abrite et nous garde en été
du bruit de la rue et de la poussière,
impeccable est son coté,
le travail manuel discret,
nous bavardons de choses
et d' autres, de rien en somme
qui change le cours du monde,
soudain vient l' aveu : il travaille
jour après jour sans aucun salaire
son seul but, comme chomeur,
est de fréquenter des gens

Extrait de Conversation par dessus le grillage, dans le recueil Images filantes, trad.
de l' allemand par Stéphane Michaud. Ed. La Dogana, bilingue, 2015

ces paroles simples et émouvantes me font penser à un autre poète, contemporain de
Kirsten,  le Polonais Tadeusz Rozewicz.

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Wulf Kirsten
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» présentation /voorstelling

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Poésie (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: