Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Lord Byron

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tina
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

MessageSujet: Lord Byron   Ven 27 Mar 2015 - 14:32



Citation :
George Gordon Byron, 6e baron Byron, généralement appelé Lord Byron, est un poète britannique, né le 22 janvier 1788 à Londres et mort le 19 avril 1824 à Missolonghi, en Grèce, alors sous domination ottomane. Il est l'un des plus illustres poètes de l'histoire littéraire de langue anglaise. Bien que classique par le goût, il représente l'une des grandes figures du romantisme avec Robert Southey, Wordsworth, Coleridge, Shelley et Keats.

source et suite


Ce simple nom évoque un tel romantisme... drunken

J'ai lu DON JUAN - Folio

Et là, ça décoiffe !  diablotin

L'auteur revisite le mythe inventé par Tirso de Molina, en changeant quelque peu le cours de sa vie et sa psychologie. Pour le plus grand bonheur d'un lecteur perpétuellement surpris ou hilare.  dentsblanches

Byron sait être léger, aérien, virevoltant, avec un humour tout British, mais aussi plus sombre, avec des considérations philosophiques et existentielles, sur l'inanité d'à peu près tout !!

Sans être dépressif ! (il fustige le "spleen" d'ailleurs. Faut-il être idiot pour être désespéré quand de toute façon il n'y a pas d'espoir ! Ce livre insuffle une joie, un élan, alors qu'il remet tout en cause et ne croit en rien. Du nihilisme joyeux, en somme  Razz ).

On sent l'oeuvre de maturité.

Il règle ses comptes avec ses contemporains, écrivaillons, poètes, hommes politiques.

Catherine II de Russie s'en prend plein la tête !

L'histoire : notre héros naît en Espagne et se retrouve orphelin de père. Avec une mère pudibonde qui cache sa beauté au monde. Mais chacun connaît la perversité des femmes et Byron inverse la donne : Don Juan n'est pas bourreau des femmes, mais victime de leur harcèlement.

Beau, mais un peu niais (il faut bien le dire), il vit des aventures picaresques (jusqu'à être esclave des Ottomans ! L'occasion pour l'écrivain de disserter sur ses divers voyages et d'autres moeurs) et sentimentales embrouillées.

Cela tient à la fois de Fielding, Sterne, Cervantès. Le tout en poèmes (en "chants") et non en prose. Et quand l'écrivain est fatigué, il le dit et clôture son chant. Nous approchons donc Byron dans son mécanisme d'écriture, tout allègre et épuisant.

Il nous apostrophe, nous parle en direct. C'est hyper moderne et très acéré (il dégomme aussi le sentimentalisme des romantiques.)

A noter : une idole omniprésente : HOMERE.

Un immense talent et une lecture à la fois divertissante et complexe (nombreuses allusions savantes et classiques, il m'a fallu 2 semaines pour m'en sortir. Merci aux notes de fin de volume !!).

Bref, une sorte de fresque historique, allégorique et loufoque.

Il me fait penser à Velasquez : liberté, unicité et acidité !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Lord Byron
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Magic Lord & The Mighty Drakkars
» Mon précieux (Lord of Misrule)
» Bataille d' Hasting 1066 le jeux...
» Domesday Book.
» Erreur lors de l'envoi de ma commande...Que faire?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: