Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Pascal Quignard

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 19 ... 34, 35, 36, 37, 38, 39  Suivant
AuteurMessage
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Pascal Quignard - Page 35 Empty
MessageSujet: Re: Pascal Quignard   Pascal Quignard - Page 35 EmptyDim 7 Avr 2013 - 0:20

Arabella a écrit:
coline a écrit:


Et tu sais ce que je viens de faire?...Il est maintenant dans mon panier en attendant la prochaine commande AM..Z.N! A cause de toi! dentsblanches

Embarassed

Mais je suis sûre que tu ne le regretteras pas. Cool

Je ne peux pas le regretter. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Sigismond
Agilité postale
Sigismond

Messages : 875
Inscription le : 25/03/2013

Pascal Quignard - Page 35 Empty
MessageSujet: Re: Pascal Quignard   Pascal Quignard - Page 35 EmptyVen 12 Avr 2013 - 19:06

swallow a écrit:
Andromaque disait :
Citation :
il représentait vraiment l'image et l'idée que je m'étais faites de monsieur de Sainte-Colombe.

et oui, Monsieur de Sainte-Colombe arrive à nous convaincre " Qu´un instrument n´est pas la musique".
Je viens d'achever tous les matins du monde hier soir, un petit bémol (si c'est le mot pour ce livre !):
le paradoxe de la transmission musicale, qualifiable de gros thème envahissant de ce livre, n'est que partiellement résolu par le chapitre final.
Un second, moins petit:
En outre la pendaison de Madeleine, une invraisemblance pour une femme à cette époque (mais on n'en tiendra pas rigueur à l'auteur, c'est un détail !) est un procédé commode et expéditif pour se débarrasser d'un personnage somme toute assez central, et plus esquissé que dépeint.
Enfin (mais c'est un troisième bémol tout personnel !) avoir vu le film (certes il y a très longtemps) avant de lire l'oeuvre initiale ne me convient pas, mais pas du tout.
J'ai des sortes d'acouphènes de représentation imaginative qui troublent sérieusement cette dernière, or je n'aime rien tant que laisser galoper mon imagination, ma représentation, sur un écrit, librement:
Ceci explique mon absence d'un réel enthousiasme, toutefois je reconnais une plaisante et bonne facture à l'ouvrage, incitant à plonger plus avant dans les écrits de l'auteur.
Revenir en haut Aller en bas
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Pascal Quignard - Page 35 Empty
MessageSujet: Re: Pascal Quignard   Pascal Quignard - Page 35 EmptySam 13 Avr 2013 - 19:07

Sigismond a écrit:
Enfin (mais c'est un troisième bémol tout personnel !) avoir vu le film (certes il y a très longtemps) avant de lire l'oeuvre initiale ne me convient pas, mais pas du tout.
J'ai des sortes d'acouphènes de représentation imaginative qui troublent sérieusement cette dernière, or je n'aime rien tant que laisser galoper mon imagination, ma représentation, sur un écrit, librement:
Ceci explique mon absence d'un réel enthousiasme, toutefois je reconnais une plaisante et bonne facture à l'ouvrage, incitant à plonger plus avant dans les écrits de l'auteur.

Avis mitigé...mais, oui, plonge plus avant dans l'oeuvre! content
Revenir en haut Aller en bas
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

Pascal Quignard - Page 35 Empty
MessageSujet: Re: Pascal Quignard   Pascal Quignard - Page 35 EmptySam 4 Mai 2013 - 12:59

Terrasse à Rome (2000)


Pascal Quignard - Page 35 20704110

« Meaume, le graveur, citoyen de la ville de Rome, apprit à dessiner chez Follin. Il apprit les rudiments du métier de cartier et les ombres auprès de Rhuys le Réformé à Toulouse. Il apprit la taille-douce et la technique de l’eau-forte chez Johann Heemkers à Bruges. Il apprit à graver les paysages de la nature après son arrivée à Rome dans l’atelier de Claude Gellée. »


Le reste de Terrasse à Rome est à l’image de ce court passage. L’écriture sèche et l’énumération des évènements marquants de la vie de Meaume, graveur français du XVIIe siècle, donnent l’impression de lire une histoire de l’art. Mais parce que l’auteur du livre est Pascal Quignard, et parce que certains passages s’introduisent dans la vie privée du personnage et de ses relations au-delà de ce qu’un simple biographe pourrait rapporter, on devine que Terrasse à Rome n’est pas seulement une histoire de l’art.


Tout de même, Pascal Quignard réussit à nous faire douter. Non seulement la description des faits artistiques du personnage se fait avec une précision rigoureuse, mais une grande majorité des pages de ce court roman s’immiscent dans les œuvres de Meaume le graveur comme si elles étaient réelles. Personnages, paysages, situations, lumières, couleurs et techniques employées subissent une analyse minutieuse qui nous ferait presque croire qu’elles existent vraiment. Mais non. On aura beau chercher, ces œuvres existent seulement dans l’imagination de Pascal Quignard. Elles sont le moyen d’expression d’un homme touché par de multiples crises existentielles au cours de son existence. En accéléré, nous suivons donc le rapport concomitant liant l’évolution de l’artiste et de son art.


La recherche est ascétique. Le regard est synthétique. Pascal Quignard élimine de la narration tout ce qui ne se rapporte ni à Meaume le graveur, ni à son art. Ce qui reste, il le rapporte froidement. Les émotions se balbutient en quelques phrases énigmatiques. Les sensations se condensent dans des atmosphères lourdes et pesantes, figées à la manière de l’expression artistique d’un siècle qui ne connaît pas encore la furie ni le déferlement d’informations des siècles qui suivront.


« Le ciel pyrénéen a déjà envahi, non pas le ciel qui était toujours aussi bleu au-dessus des crêtes, mais la vallée. Le hameau la route, le pont, toutes les fermes et les étables sont sur cette gravure à la manière noire presque absorbée dans la ténèbre. Car l’ombre de la montagne projette une véritable ténèbre qui paraît presque cramoisie à force d’être noire. Sauf un bout de route qui grimpe sur le flanc du pic d’en face. Un bout de route rose qui échappe à la couleur noire. »


Exceptés ces quelques beaux passages, Terrasse à Rome est un roman austère au sein duquel il est difficile de s’immiscer. Peut-être ne peut-il révéler sa saveur qu’aux lecteurs qui, semblables à Meaume, forgent l’acuité de leur regard à certaines prédispositions de leur caractère :


« Je pense que toute ma vie j’ai été jaloux. La jalousie précède l’imagination. La jalousie, c’est la vision plus forte que la vue. »


Mais si l’on manque d’imagination, et si la vision n’est pas plus forte que la vue, Terrasse à Rome ne restera qu’un objet littéraire inaccessible, que Pascal Quignard ne cherche absolument pas à rendre affable…


Pascal Quignard - Page 35 Claude10
Claude Lorrain, Port avec la villa Médicis

Citation :
En vieillissant il devient de plus en plus difficile de s’arracher à la splendeur du paysage qu’on traverse. La peau usée par le vent et par l’âge, distendue par la fatigue et les joies, les différents poils, larmes, gouttes, ongles et cheveux qui sont tombés par terre comme des feuilles ou des brindilles mortes, laissent passer l’âme qui s’égare de plus en plus souvent à l’extérieur du volume de la peau. Le dernier envol n’est à la vérité qu’un éparpillement. Plus je vieillis, plus je me sens bien partout. Je ne réside plus beaucoup dans mon corps. Je crains de mourir quelque jour. Je sens ma peau beaucoup trop fine et plus poreuse. Je me dis à moi-même : Un jour le paysage me traversera.

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
http://colimasson.over-blog.com/#
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

Pascal Quignard - Page 35 Empty
MessageSujet: Re: Pascal Quignard   Pascal Quignard - Page 35 EmptySam 4 Mai 2013 - 13:51

bertrand-môgendre a écrit:
de mon côté, j'aurai tendance à parler d'atmosphère. Veterini, ne peut pas rentrer dans cet univers. Le vécu de chaque lecteur impose certaines barrières difficiles à surmonter. Surtout ne garde pas cette première impression. Il existe d'autres ouvrages, écrits par cet auteur, très bien soutenu par coline et chatperlipopette.

Pour résumer mon incapacité à apprécier Terrasse à Rome : je n'ai pas su entrer dans son atmosphère. Impression de chiqué qui n'a pas réussi à me convaincre.

Je note toutefois la Haine de la musique, pour son thème et son originalité.

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
http://colimasson.over-blog.com/#
Sullien
Sage de la littérature
Sullien

Messages : 1591
Inscription le : 23/10/2012

Pascal Quignard - Page 35 Empty
MessageSujet: Re: Pascal Quignard   Pascal Quignard - Page 35 EmptySam 4 Mai 2013 - 14:29

colimasson a écrit:
bertrand-môgendre a écrit:
de mon côté, j'aurai tendance à parler d'atmosphère. Veterini, ne peut pas rentrer dans cet univers. Le vécu de chaque lecteur impose certaines barrières difficiles à surmonter. Surtout ne garde pas cette première impression. Il existe d'autres ouvrages, écrits par cet auteur, très bien soutenu par coline et chatperlipopette.

Pour résumer mon incapacité à apprécier Terrasse à Rome : je n'ai pas su entrer dans son atmosphère. Impression de chiqué qui n'a pas réussi à me convaincre.
Avec des relents d'arrogance, non ? dentsblanches C'est l'impression que m'a fait ce livre, en tout cas...
Revenir en haut Aller en bas
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Pascal Quignard - Page 35 Empty
MessageSujet: Re: Pascal Quignard   Pascal Quignard - Page 35 EmptyDim 5 Mai 2013 - 19:37

colimasson a écrit:
Pour résumer mon incapacité à apprécier Terrasse à Rome : je n'ai pas su entrer dans son atmosphère. Impression de chiqué qui n'a pas réussi à me convaincre.
Sullien a écrit:
Avec des relents d'arrogance, non ? dentsblanches C'est l'impression que m'a fait ce livre, en tout cas...

Ouhla...
Ce jugement me paraît bien injuste, expéditif, erroné...
Il faut baigner un peu dans l'oeuvre de Quignard (et elle est vaste!) avant de cerner ce qu'elle a d'exceptionnel. On adhère ou pas mais bien plus que d'arrogance, c'est d'érudition qu'il s'agit. Une certaine froideur aussi qui peut éloigner certains lecteurs. Mais ils ne sont pas traités par le mépris, ils sont élevés vers le haut de la connaissance et de la littérature...


Dernière édition par coline le Dim 5 Mai 2013 - 20:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Pascal Quignard - Page 35 Empty
MessageSujet: Re: Pascal Quignard   Pascal Quignard - Page 35 EmptyDim 5 Mai 2013 - 19:48

si je ne sais pas si arrogance est le mot, mépris pourrait me venir... affecté au moins ? et j'en ai malgré tout lu quelques uns.

j'en relirai probablement pour voir mais pas du récent (vendus d'ailleurs par l'auteur comme de l'alimentaire ou tout comme).

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Sullien
Sage de la littérature
Sullien

Messages : 1591
Inscription le : 23/10/2012

Pascal Quignard - Page 35 Empty
MessageSujet: Re: Pascal Quignard   Pascal Quignard - Page 35 EmptyDim 5 Mai 2013 - 19:52

coline a écrit:
Sullien a écrit:
Citation :
Pour résumer mon incapacité à apprécier Terrasse à Rome : je n'ai pas su entrer dans son atmosphère. Impression de chiqué qui n'a pas réussi à me convaincre.
Avec des relents d'arrogance, non ? dentsblanches C'est l'impression que m'a fait ce livre, en tout cas...

Ouhla...
Ce jugement me paraît bien injuste, expéditif, erroné...
Il faut baigner un peu dans l'oeuvre de Quignard (et elle est vaste!) avant de cerner ce qu'elle a d'exceptionnel. On adhère ou pas mais bien plus que d'arrogance, c'est d'érudition qu'il s'agit. Une certaine froideur aussi qui peut éloigner certains lecteurs. Mais ils ne sont pas traités par le mépris, ils sont élevés vers le haut de la connaissance et de la littérature...
J'ai été un peu vite en besogne, c'est vrai...
Pour me faire pardonner, je vais tenter Tous les matins du monde, que beaucoup ont aimé... ange
Revenir en haut Aller en bas
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Pascal Quignard - Page 35 Empty
MessageSujet: Re: Pascal Quignard   Pascal Quignard - Page 35 EmptyDim 5 Mai 2013 - 20:23

Je comprends bien le ressenti de Sullien et d'Animal, même si pour ma part j'utiliserais peut être le mot condescendance (et j'en ai aussi lu plusieurs).

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
shéhérazade
Agilité postale
shéhérazade

Messages : 926
Inscription le : 01/11/2009
Age : 35

Pascal Quignard - Page 35 Empty
MessageSujet: Re: Pascal Quignard   Pascal Quignard - Page 35 EmptyDim 5 Mai 2013 - 20:32

Il faut vraiment que je me penche sur cet auteur, il m'intrigue. J'avais lu il y a quelques années Villa Amalia, il ne m'avait pas transcendé et il ne m'en reste rien mais probablement n'était-ce ni le meilleur livre par lequel commencé, ni le moment.

_________________
"Vous me demandez quel est le supreme bonheur ici bas ? C'est d'écouter la chanson d'une petite fille qui s'éloigne après vous avoir demandé son chemin." Li-tai-Po
Revenir en haut Aller en bas
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Pascal Quignard - Page 35 Empty
MessageSujet: Re: Pascal Quignard   Pascal Quignard - Page 35 EmptyDim 5 Mai 2013 - 20:40

Je ne comprends pas...pourquoi du "mépris"?...ou de "l'arrogance"?...ou de la "condescendance"?...
Je ne perçois absolument pas cela en lisant Quignard et il me faut le dire pour ne pas décourager tout à fait à l'avance ceux qui seraient tentés d'aborder son oeuvre.
Parce qu'on peut apprécier ou pas, et cela je le comprends tout à fait (il ne cherche pas à toucher ou à simplifier pour séduire) mais on ne peut pas lui dénier le talent!

La froideur est perceptible, oui, mais avez-vous déjà écouté parler Quignard? Son écriture ressemble à sa parole...
Une parole qu'il a d'ailleurs perdue plusieurs fois.

"J'ai écrit pour survivre. J'ai écrit parce que c'était la seule façon de parler en se taisant. Parler mutique, parler muet, guetter le mot qui manque, lire, écrire, c'est le même.[...]Parce que c'était la seule façon de demeurer abrité dans ce nom sans tout à fait m'exiler du langage comme les fous, comme les pierres qui sont malheureuses comme elles-mêmes, comme les morts."
( dans Petit Traité sur Méduse)


Quignard à propos des Désarçonnés

J'apprécie cet enseignement que toujours il me dispense, me plaçant dans l'appétit d'apprendre, mesurant mon inculture sans me sentir pour cela méprisée, portée plutôt à approfondir, à rechercher ce que je ne connais pas...
J'aime les histoires qu'il me raconte...Et surtout les histoires de l'Histoire, les histoires de la langue, les contes...


Dernière édition par coline le Dim 5 Mai 2013 - 20:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
églantine
Zen littéraire
églantine

Messages : 6498
Inscription le : 15/01/2013
Age : 54
Localisation : Peu importe

Pascal Quignard - Page 35 Empty
MessageSujet: Re: Pascal Quignard   Pascal Quignard - Page 35 EmptyDim 5 Mai 2013 - 20:44

shéhérazade a écrit:
Il faut vraiment que je me penche sur cet auteur, il m'intrigue. J'avais lu il y a quelques années Villa Amalia, il ne m'avait pas transcendé et il ne m'en reste rien mais probablement n'était-ce ni le meilleur livre par lequel commencé, ni le moment.


Une fois de plus nous nous suivons Schéhérazade ! Wink
J'allais demander conseil aux lecteurs avertis que sont les Parfumés , spécialistes de Quignard , de m'orienter vers une première lecture pour découvrir cet écrivain ......
Pour des raisons que je ne m'explique pas , je "bloque "sur certains auteurs et il en fait partie (Amélie Nothomb aussi ! jypeurien )

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Pascal Quignard - Page 35 Empty
MessageSujet: Re: Pascal Quignard   Pascal Quignard - Page 35 EmptyDim 5 Mai 2013 - 20:54

On ne peut pas adhérer à toute la littérature, et on ne sait souvent pas pourquoi "ça bloque" comme tu le dis Eglantine...
Le mieux peut-être pour se faire une idée à propos de Quignard , est de revoir tout ce fil depuis son début, les ressentis exprimés sont tellements différents.
Mais je crois qu'il faut, sur un forum littéraire, garder le respect pour les "écrivains". Et indéniablement, il en est un!


Pour ma part, ce ne sont pas ses romans que je préfère.
Plutôt ses essais divers où il utilise toutes les formes d'écriture à la perfection.



Dernière édition par coline le Dim 5 Mai 2013 - 20:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
shéhérazade
Agilité postale
shéhérazade

Messages : 926
Inscription le : 01/11/2009
Age : 35

Pascal Quignard - Page 35 Empty
MessageSujet: Re: Pascal Quignard   Pascal Quignard - Page 35 EmptyDim 5 Mai 2013 - 20:54

Personnellement, je pense que je commencerai par Tous les matins du monde. hum hum dès que j'aurai un peu de temps...

_________________
"Vous me demandez quel est le supreme bonheur ici bas ? C'est d'écouter la chanson d'une petite fille qui s'éloigne après vous avoir demandé son chemin." Li-tai-Po
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Pascal Quignard - Page 35 Empty
MessageSujet: Re: Pascal Quignard   Pascal Quignard - Page 35 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Pascal Quignard
Revenir en haut 
Page 35 sur 39Aller à la page : Précédent  1 ... 19 ... 34, 35, 36, 37, 38, 39  Suivant
 Sujets similaires
-
» Pascal le coiffeur
» le nain jaune de pascal jardin
» laitages
» [88] Vosges
» pascal verheyden

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: