Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Branimir Šćepanović [Serbie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
silou
Agilité postale
avatar

Messages : 601
Inscription le : 24/05/2012
Localisation : centre

MessageSujet: Branimir Šćepanović [Serbie]   Lun 6 Avr 2015 - 18:41

Branimir Šćepanović  né le 19 avril 1937 à Podgorica, est un écrivain serbe d'origine monténégrine.



Voici la présentation que j'ai trouvée sur le site de l'université de Bordeaux (http://serbica.u-bordeaux3.fr/index.php/2011-02-03-09-57-18-101/29-epanovi-branimir-1937) :
Citation :

Jeune prodige du Monténégro débutant sa carrière d’écrivain à l’âge de dix-sept ans, Branimir Šćepanović s’est imposé d’emblée – après la parution de son premier recueil de nouvelles Avant la vérité (Pre istine,1961) – comme l’une des figures singulières de la littérature serbe contemporaine. Passionné par l’écriture mais peu prolixe, ce nouvelliste et romancier confirmera par la suite, d’un livre à l’autre, sa singularité créatrice, marque indubitable d’un talent hors du commun. Cette singularité de l’écrivain, autant louée par la critique serbe que par la critique française, se manifeste aussi bien dans sa vision particulière du monde présenté souvent comme grotesque ou absurde que dans l’authenticité de son style d’écriture ou encore, et peut-être avant tout, dans « l’étrangeté » de ses récits : tout en mettant en scène des histoires insolites où s’entremêlent les images de la réalité la plus tangible à des visions fantastiques et poétiques, les récits de Šćepanović se transforment souvent en une allégorie ou en une parabole, ce qui leur donne effectivement un aspect énigmatique, voire étrange.

L’univers que dépeint cet écrivain se présente presque toujours comme le théâtre d’une impitoyable confrontation, le plus souvent entre un groupe tenant des valeurs collectives et un individu dont le comportement, expression de son libre-arbitre, est considéré comme un outrage à ces mêmes valeurs. Ce face-à-face violent permet à l’écrivain, d’une part, de jeter une nouvelle lumière sur les phénomènes qui touchent à l’essence même de l’existence humaine et, d’autre part, de donner à ses récits un rythme particulier qui tient sans cesse le lecteur en haleine.


Oeuvres traduites en français :

La Bouche pleine de terre
La mort de monsieur Golouja et autres nouvelles.
Le Rachat
L’Été de la honte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Branimir Šćepanović [Serbie]   Lun 6 Avr 2015 - 18:54

Etrange et angoissant... Surtout  La Bouche pleine de terre.

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
silou
Agilité postale
avatar

Messages : 601
Inscription le : 24/05/2012
Localisation : centre

MessageSujet: Re: Branimir Šćepanović [Serbie]   Lun 6 Avr 2015 - 19:03

La Bouche pleine de terre

Court (84 p.) et âpre récit dans une nature omniprésente, il ne peut laisser indifférent.  La Bouche pleine de terre est l’histoire d'un homme pourchassé. L'auteur fait alterner, par un subtil jeu typographique, deux visions d’une course éperdue aux sens multiples, celle du « fuyard » et celle de ses « chasseurs ».

Lui, c’est un homme, dont apprendra par la suite qu’il a quitté l’hôpital se sachant condamné, il se rend au Monténégro où il est né :

"La vitre rectangulaire, noircit par la fumée lui renvoyait seulement le reflet estompé de son visage, si marqué par l’épuisement qu’il lui semblait appartenir à quelqu’un d’autre. Il sourit à ce visage, mais sans aménité, comme s’il se fût déjà moqué de lui-même, revenant au Monténégro après tant d’années tout en sachant bien qu’il n’y aurait personne pour se réjouir de le voir out tout simplement pour le reconnaître. S’il avait pu, de l’obscurité où tout avait sombré, faire ressurgir quelque image de son enfance, un visage disparu ou une voix depuis longtemps oubliée , peut-être aurait-il mieux compris sa décision soudaine d’aller mourir au pays natal. Mais il ne pouvait rien se rappeler. Plus rien ne lui venait à la mémoire."

"Il savait seulement que jamais il ne reverrait ces petits villages monténégrins où il avait connu jadis le bonheur et la souffrance, car, en cet instant, il plongeait ses regards en lui-même comme dans les profondeurs de la nuit et faisait, sans une larme, ses adieux au monde entier.
Il voulait fuir au hasard, s’éloigner du monde jusqu’à ce qu’il fût tout à fait certain d’en être détaché. Mais il ne cédait ni à la haine, ni à l’envie. Il voulait seulement s’épargner toutes les humiliations auxquelles il se serait autrement exposé, soit qu’il réclamât de la compassion, soit qu’il fût contrait d’en accepter.


Eux, ce sont deux campeurs cherchant le repos :

"Dans ce pays sauvage où  nous venions chaque été passer quelques nous ne tardions jamais à oublier nos soucis, nos obligations et la routine monotone d’une existence partagée entre la maison, le bureau et le café ; libérés en quelques sorte de nous-mêmes par une paix presque inexplicable ../.. seuls dans ce paysage désert nous étions  déjà submergés par une sorte de vague bleue et silencieuse, par une sensation de paix totale identifiant nos pensées et nos humeurs au point que chacun de nous aurait pu, à chaque instant, deviner les désirs et les intentions de l’autre. C’est peut-être pour cela que nous nous taisions."

En s’enfonçant dans la forêt l’homme approche du campement des deux amis mais il rebrousse chemin et s'enfuit. Ceux-ci, surpris tentent de le rejoindre
"Nous voulions seulement lui expliquer qu'il était stupide de se sauver et que, s'il avait des ennuis, nous ne demandions qu'à l'aider".

La suite du texte est le récit de la fuite et de la poursuite prenant bientôt une allure fantasmagorique,  le récit de l’évolution mentale des hommes :

le  « fuyard » :
"Il sentit s'élever dans sa poitrine et se répandre dans tout son corps, comme une vague de feu, un désir violent, inexplicable, de voir la mer!"

les « chasseurs :
"Avions-nous, dans ces conditions, d’autre ressource que de le haïr ? Bien entendu, quand nous commençâmes à le haïr, nous ne doutions pas, tout d’abord, que ce sentiment puissant et merveilleux qui nous situait par rapport à lui, avait tout de suite effacé les différents motifs qui nous avaient jusque-là poussés à le poursuivre : nous fûmes soudain plus proches les uns des autres, presque identiques, nous nous ressemblions, jusque dans notre aspect extérieur : trempés de sueur, le visage crispé, courbés en avant, nous courions au même rythme et respirions du même souffle, comme une meute de chiens harassés qui ne puisent leur force que dans la fureur et la haine."

Je découvre Branimir Šćepanović avec ce récit fulgurant, je ne vais pas en rester là !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Branimir Šćepanović [Serbie]   Lun 6 Avr 2015 - 19:05

Encore un auteur à suivre donc! bonjour

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
silou
Agilité postale
avatar

Messages : 601
Inscription le : 24/05/2012
Localisation : centre

MessageSujet: Re: Branimir Šćepanović [Serbie]   Lun 6 Avr 2015 - 19:07

bix229 a écrit:
Etrange et angoissant... Surtout  La Bouche pleine de terre.

Lesquels as-tu lus, sont-ils bien différents ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Branimir Šćepanović [Serbie]   Lun 6 Avr 2015 - 19:22

silou a écrit:
bix229 a écrit:
Etrange et angoissant... Surtout  La Bouche pleine de terre.

Lesquels as-tu lus, sont-ils bien différents ?

Ceux de l' édition 10/18, mais qui reprend certainement les textes de l' édition originale.

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
silou
Agilité postale
avatar

Messages : 601
Inscription le : 24/05/2012
Localisation : centre

MessageSujet: Re: Branimir Šćepanović [Serbie]   Lun 6 Avr 2015 - 20:03

J'ai emprunté l'unique exemplaire de la médiathèque voisine, c'est l'édition proposée par l'Age d'Homme avec ce seul texte, je chercherai dans une bibliothèque parisienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Branimir Šćepanović [Serbie]   Lun 6 Avr 2015 - 20:28

silou a écrit:
J'ai emprunté l'unique exemplaire de la médiathèque voisine, c'est l'édition proposée par l'Age d'Homme avec ce seul texte, je  chercherai dans une bibliothèque parisienne.
Le 10/18 est peut etre trouvable sur une librairie en ligne...

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Branimir Šćepanović [Serbie]   Lun 6 Avr 2015 - 21:29

Merci pour ce fil, Silou. Il y a plusieurs livres dans le bibliothèques de Paris, à condition de ne pas utiliser les caractères spéciaux. dentsblanches

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Branimir Šćepanović [Serbie]   Mar 7 Avr 2015 - 21:23

Bix, tu m'avais envoyé ce livre et je l'ai toujours. Il se fait doubler par d'autres livres en tête de PAL mais là, je vais sérieusement essayer de lui donner l'avantage pour les semaines à venir...

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Branimir Šćepanović [Serbie]   Sam 1 Aoû 2015 - 18:19

Merci à Bix qui m'a bien gracieusement transmis le livre. Je n'ai malheureusement pas été à la hauteur.


La Bouche pleine de terre (1975)




De quelle aliénation sommes-nous les victimes ? Qui a commis la faute en premier : l’individu ou la société ? Sommes-nous tous, irrémédiablement, pourris ?


La thématique qui relie les quatre nouvelles de ce recueil ne m’a pas déçue mais la façon dont Branimir Scepanovic l’a traitée, si. Je n’aime pas ses personnages, fatigants et geignards. Ils ne donnent envie d’aimer rien ni personne, ils ne donnent pas envie non plus de s’énerver, et encore moins de rire. Ce qu’ils dénoncent semble évident, mais il faudrait qu’on leur fasse des courbettes pour les féliciter d’avoir eu des yeux.


Ces nouvelles tournent en rond, peut-être parce que Scepanovic, sans doute bien pris au piège dans son corps et dans sa tête, n’est jamais arrivé à sortir de son amertume. Allez, un jour ça viendra peut-être.


Citation :
« Il pensa alors que tout n’était peut-être pas perdu : s’il vivait pleinement chacun des instants à venir comme s’il était le seul et le dernier, peut-être finirait-il par avoir l’impression d’avoir eu sa part de vie. »

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Branimir Šćepanović [Serbie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Branimir Šćepanović [Serbie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» accoucher en Serbie, vaut mieux éviter aussi
» sauvetage pour les chiens du refuge de Becej en Serbie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature russe, d'Europe centrale et orientale (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: