Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 LC René Daumal

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

LC René Daumal - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LC René Daumal   LC René Daumal - Page 3 EmptyMer 19 Aoû 2015 - 17:19

oui mais alors ce qui me gêne c'est qu'étant donné que nous savons que ce monde a été connu depuis des siècles (voir les bateaux au port) on peut s'interroger sur le choix du Supérieur d' en ouvrir les portes à certains et pas à d'autres ; serait ce que seuls ceux qui ont cru en ce monde inconnu en ce mont analogue ont eu ce droit ?

j'aime beaucoup ce que tu dis du continent "littérature".

j'ai pensé en lisant ce récit que le héros de L'Extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet aurait pu m ' expliquer et ces schémas qu'il affectionnait m'aider. sourire

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

LC René Daumal - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LC René Daumal   LC René Daumal - Page 3 EmptyMer 19 Aoû 2015 - 22:26

shanidar a écrit:
Ah oui quel regret que le texte soit inachevé. Dans la dernière partie, Daumal semblait vouloir s'adresser directement à son lecteur en lui demandant : et vous, que cherchez-vous ? J'aurais été très curieuse de lire ce passage... Et je me demande, de mon côté, ce que j'ai trouvé dans cette lecture, au-delà de la réécriture (réinterprétation) de certains textes mythiques voire bibliques (au commencement était le Verbe = logos) ou la table d'émeraude (tout ce qui est en haut est comme ce qui est en bas etc...), de la quête initiatique, de la question de la vérité et de la fiction, du mélange réussi de science et de philosophie, de pragmatisme et de fantasme... Je me demande également ce que l'enseignement de Gurdieff (qui a également été un proche de Louis Pauwels, je crois) a pu apporter à Daumal... Bref, je referme ce livre avec plus de questions qu'avant de l'ouvrir, ce qui est pour moi le signe d'un livre intéressant parce qu'il fait bouger mes certitudes et mes frontières...


Quel enthousiasme ! je suis déçue, je ne suis pas autant troublée que toi... j'aurais aimé pourtant, mais je continue à trouver qu'il a été meilleur dans les essais que j'ai lus de lui. Par contre, comme toi, ça m'intrigue sur Gurdieff que j'avais déjà noté dans un coin auparavant.
Pour la question de Daumal, j'ai interprété non pas : "que cherchez-vous" mais : "et vous, auriez-vous pu" ? Y a un côté élitiste de cette ascension quand même.

shanidar a écrit:

Mais plus je réfléchis, plus je pense que je me suis trompée et que Daumal pense réellement que le Mont Analogue existe et que nous ne pouvons pas le voir parce que nous n'utilisons pas à bon escient la géométrie non-euclidienne. Pour atteindre ce Mont, il nous faut repenser notre appréhension-compréhension du monde et surtout envisager la courbure de l'espace (le chemin le plus court entre deux points n'est pas forcément la ligne droite). Je me dis aussi que la littérature, si on la considère comme un continent à la fois matériel et spirituel (lieu de l'esprit) pourrait ressembler à ce Mont Analogue, à la fois proche et si lointain, à la fois préhensible et intouchable (le livre est un objet bien réel contenant de l'immatériel) ... Et puisque, comme le souligne Daumal dans son traité d'alpinisme : ce que nous ne voyons plus nous continuons à le savoir ; alors le fait de ne pas pouvoir voir le Mont Analogue ne veut pas dire qu'il n'existe pas (si nous acceptons le postulat que la montagne existe absolument, quelque part).



Comme toi ! Mais en fait, j'ai l'impression que Daumal considère que tout ce qu'on pense, à partir du moment où on le pense, existe.

Va falloir que je fasse mon petit commentaire pour tirer ça au clair...

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
http://colimasson.over-blog.com/#
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

LC René Daumal - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LC René Daumal   LC René Daumal - Page 3 EmptyMer 19 Aoû 2015 - 22:41



Shanidar et Coli bon commentaire, je vous lirai !

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

LC René Daumal - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LC René Daumal   LC René Daumal - Page 3 EmptyJeu 20 Aoû 2015 - 15:23

Et j'espère qu'on pourra te lire aussi Bédou !

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
http://colimasson.over-blog.com/#
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

LC René Daumal - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LC René Daumal   LC René Daumal - Page 3 EmptyMar 1 Sep 2015 - 12:52

Le Mont analogue (1944)


LC René Daumal - Page 3 27427_10

Voilà un de ces sommets qu’on ne peut jamais parcourir jusqu’au bout. René Daumal, commençant la rédaction du Mont analogue en 1939, apprit la même année qu’il était condamné par la tuberculose. Il mourut en effet peu de temps après, en 1944, et laissa un roman inachevé, dans l’élan d’une phrase suspendue par une virgule. Il ne manquait, vraisemblablement, plus que deux chapitres.


Comme l’indique le sous-titre de l’ouvrage, l’expédition vers le Mont analogue est un « roman d’aventures alpines non-euclidiennes ». La troupe qui s’embarque pour l’ascension de cet étrange massif illustre en effet les étrangetés permises par la théorie récente de la relativité restreinte :


«Vous savez […] qu’un corps quelconque exerce une action répulsive […] sur les rayons lumineux qui passent près de lui. Le fait, prévu théoriquement par Einstein, a été vérifié par les astronomes Eddington et Crommelin, le 30 mai 1919, à l’occasion d’une éclipse de soleil; ils ont constaté qu’une étoile pourrait encore être visible alors qu’elle se trouve déjà, par rapport à nous, derrière le disque solaire. Cette déviation, sans doute, est minime, mais n’existerait-il pas des substances encore inconnues —inconnues, d’ailleurs, pour cette raison même, capables de créer autour d’elles une courbure de l’espace beaucoup plus forte? Cela doit être car c’est la seule explication possible de l’ignorance où l’humanité est restée jusqu’à présent de l’existence du Mont Analogue.»


On ne reviendra pas sur la facilité avec laquelle la troupe embarquée pour l’exploration du Mont analogue parvient à braver cette difficulté : après tout, nous sommes aux premiers temps de la physique quantique et ses promesses permettent un enthousiasme qui pourrait expliquer comment notre groupe d’aventuriers réussit à découvrir le territoire sur lequel se situe le Mont Analogue. C’est comme lorsque du verre entre en résonance sous l’effet d’une certaine fréquence d’onde : ainsi, si chaque membre du groupe s’aligne sur une même fréquence, fonde sa cohésion dans la réalisation d’un objectif précis, le groupe réalisera le bond quantique que de moins tenaces ne réussirent pas à accomplir.


La découverte de l’île mystérieuse et de ses habitants constitue la première étape d’une expérience d’abolition de soi et de mise au rebut des attributs rassurants de ce qu’on croit être une identité. René Daumal cherche à confronter ses personnages au dépouillement de soi afin qu’ils escaladent, proche du néant et de l’absolu, le mont le plus élevé qu’il existe sur Terre. Nous n’en saurons pas davantage, mais j’imagine que le récit aurait pu se poursuivre avec le dénuement progressif, voire la disparition successive, de tous les compagnons d’aventure encore trop immatures pour réaliser l’œuvre d’ascension spirituelle demandée par le Mont analogue. Rien de bien original ici, et René Daumal se montre très suggestif, déambulant avec ses gros souliers dans le magasin de porcelaine du roman. Il est bien meilleur dans ses essais et à ce titre-là, l’annexe du Traité d’alpinisme analogique résume de façon plus poétique et plus condensée ce Mont analogue. Il se suffit d’ailleurs à lui seul pour nous réconforter de l’inachèvement du roman.


LC René Daumal - Page 3 Le-mys10

Citation :
« Quelque part sur la Terre existe un territoire d’au moins plusieurs milliers de kilomètres de tour, sur lequel s’élève le Mont Analogue. Le soubassement de ce territoire est formé de matériaux qui ont la propriété de courber l’espace autour d’eux de telle manière que toute cette région est enfermée dans une coque d’espace courbe. D’où viennent ces matériaux ? Ont-ils une origine extra-terrestre ? Viennent-ils de ces régions centrales de la Terre, dont nous connaissons si peu la nature physique que, tout ce que nous pouvons dire, c’est, d’après les géologues, qu’aucune matière n’y peut exister ni à l’état solide, ni à l’état liquide, ni à l’état gazeux ? Je ne sais pas, mais nous l’apprendrons sur place, tôt ou tard. Ce que je puis encore déduire, par ailleurs, c’est que cette coque ne peut pas être complètement fermée ; elle doit être ouverte par en haut, afin de recevoir les radiations de toutes sortes, venant des astres, nécessaires à la vie d’hommes ordinaires ; elle doit aussi englober une masse importante de la planète, et sans doute même s’ouvrir vers son centre, pour une raison semblable. »


Les meilleurs passages du Traité de l'alpinisme :

Citation :
« Lorsque tu vas à l’aventure, laisse quelque trace de ton passage, qui te guidera au retour : une pierre posée sur une autre, des herbes couchées d’un coup de bâton. Mais si tu arrives à un endroit infranchissable ou dangereux, pense que la trace que tu as laissée pourrait égarer ceux qui viendraient à la suivre. Retourne donc sur tes pas et efface la trace de ton passage. Et même sans le vouloir on laisse toujours des traces. Réponds de tes traces devant tes semblables. »


Citation :
« Souvent, d’ailleurs, aux moments difficiles, tu te surprendras à  parler  à la montagne, tantôt la flattant, tantôt l’insultant, tantôt promettant, tantôt menaçant ; et il te semblera que la montagne répond, si tu lui as parlé comme il fallait, en s’adoucissant, en se soumettant. Ne te méprise pas pour cela, n’aie pas honte de te conduire comme ces hommes que nos savants appellent des primitifs et des animistes. Sache seulement, lorsque tu te rappelles ensuite ces moments-là, que ton dialogue avec la nature n’était que l’image, hors de toi, d’un dialogue qui se faisait au-dedans. »


Citation :
« Note bien dans ta mémoire les circonstances de ta chute, mais ne permets pas à ton corps d’en remâcher le souvenir. Le corps cherche toujours à se rendre intéressant par ses tremblements, ses essoufflements, ses palpitations, ses grelottements, ses sueurs, ses crampes. Mais il est très sensible au mépris et à l’indifférence que lui témoigne son maître. S’il sent que celui-ci n’est pas dupe de ses jérémiades, s’il comprend qu’il n’y a rien à faire pour l’apitoyer, alors il reprend sa place et accomplit docilement sa tâche. »

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
http://colimasson.over-blog.com/#
Contenu sponsorisé




LC René Daumal - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LC René Daumal   LC René Daumal - Page 3 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
LC René Daumal
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Café littéraire. :: Nos lectures en commun :: Par titre ou auteur-
Sauter vers: