Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 La maison au toit rouge (Yoji Yamada)

Aller en bas 
AuteurMessage
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

La maison au toit rouge (Yoji Yamada) Empty
MessageSujet: Re: La maison au toit rouge (Yoji Yamada)   La maison au toit rouge (Yoji Yamada) Icon_minitimeLun 6 Avr 2015 - 20:19

Vu La Maison au toit rouge, de Yamada Yôji.

Bande-annonce :


Une vieille femme écrit ses souvenirs. Elle a travaillé comme bonne, et on suit son histoire entre le milieu des années 30 et la Seconde Guerre Mondiale.
Le "concept", c'est de voir comment ces années ont été vécues par ces gens. La guerre, les "événements" sont souvent lointains...

On n'est pas chez Mirbeau : ici, pas de pervers. Madame est gentille, elle a un fils d'un premier mariage. Monsieur a un bon poste dans une société de jouets.
La guerre arrive, la situation économique n'est plus forcément très bonne. Et entre en scène Itakura, un nouvel employé de la société, qui a une âme d'artiste, et est donc plus intéressant que le mari.

J'ai malheureusement pas mal de réticences. Le film est, comme toujours ou presque, inférieur au livre (que je n'ai pas encore fini de lire, j'en suis à la moitié), qui a reçu le prix Naoki en 2010.
Il y a une certaine finesse psychologique dans le livre, le mari est intéressant, il "existe"... Dans le film, le mari et Itakura sont des caricatures souvent ridicules. Comme tous les personnages masculins, finalement.

Les personnages féminins s'en tirent mieux. D'ailleurs, Haru Kuroki, qui interprète la bonne jeune (le film est construit en flashback) a obtenu le prix de la meilleure actrice à Berlin (et aussi aux Japanese Academy). Elle est bien, mais de là à recevoir une telle récompense...

Joe Hisaishi en fait trop dans sa musique, la mise en scène surligne inutilement... Pas un chef-d'oeuvre, donc.
Ou bien j'ai été influencé par le type qui dormait à côté de moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

La maison au toit rouge (Yoji Yamada) Empty
MessageSujet: La maison au toit rouge (Yoji Yamada)   La maison au toit rouge (Yoji Yamada) Icon_minitimeMar 19 Mai 2015 - 22:07

eXPie a écrit:
Vu La Maison au toit rouge, de Yamada Yôji.

Bande-annonce :


Une vieille femme écrit ses souvenirs. Elle a travaillé comme bonne, et on suit son histoire entre le milieu des années 30 et la Seconde Guerre Mondiale.
Le "concept", c'est de voir comment ces années ont été vécues par ces gens. La guerre, les "événements" sont souvent lointains...

On n'est pas chez Mirbeau : ici, pas de pervers. Madame est gentille, elle a un fils d'un premier mariage. Monsieur a un bon poste dans une société de jouets.
La guerre arrive, la situation économique n'est plus forcément très bonne. Et entre en scène Itakura, un nouvel employé de la société, qui a une âme d'artiste, et est donc plus intéressant que le mari.

J'ai malheureusement pas mal de réticences. Le film est, comme toujours ou presque, inférieur au livre (que je n'ai pas encore fini de lire, j'en suis à la moitié), qui a reçu le prix Naoki en 2010.
Il y a une certaine finesse psychologique dans le livre, le mari est intéressant, il "existe"... Dans le film, le mari et Itakura sont des caricatures souvent ridicules. Comme tous les personnages masculins, finalement.

Les personnages féminins s'en tirent mieux. D'ailleurs, Haru Kuroki, qui interprète la bonne jeune (le film est construit en flashback) a obtenu le prix de la meilleure actrice à Berlin (et aussi aux Japanese Academy). Elle est bien, mais de là à recevoir une telle récompense...

Joe Hisaishi en fait trop dans sa musique, la mise en scène surligne inutilement... Pas un chef-d'oeuvre, donc.
Ou bien j'ai été influencé par le type qui dormait à côté de moi.


Je n'ai pas lu livre, je n'avais donc pas de point de comparaison.

Le film est plutôt sympathique dans le départ. On découvre la vie quotidienne des Japonais à l'époque (un peu avant et pendant la deuxième guerre). Les personnages certes un peu stéréotypés, mais je ne les ai pas trouvés si caricaturaux qu'eXPie, ce sont juste des personnages très ordinaires, donc parfois un peu insignifiants. Mais on a quand même le sentiment de vivre un peu dans une famille. De même, de nos jours, les relations entre la tante et son neveu et nièce, sont aussi pas inintéressants.

C'est vers la fin que cela vire trop au mélo pour moi, et que j'avais hâte que cela finisse. Mais je ne regrette pas de l'avoir vu.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La maison au toit rouge (Yoji Yamada)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Havre. La Maison des arts du récit.
» projet maison d edition
» Shu Uemura - Rouge Unlimited Beige Collection
» Quelle est votre façon préférée de parfumer votre maison?
» Gateau au chocolat et piment rouge

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Images et sons :: Cinéma, télévision et radio :: Films-
Sauter vers: