Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Gilles Lipovetsky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Gilles Lipovetsky   Lun 1 Juin 2015 - 10:41

Gilles Lipovetsky





Gilles Lipovetsky (né en 1944) est un essayiste et professeur de français. Il est professeur agrégé de philosophie, membre du Conseil d'analyse de la société et consultant de l'association Progrès du Management.

Dans sa jeunesse, il suit des études de philosophie à l'université de la Sorbonne à Paris. Son nom reste associé à la pensée postmoderniste, de même qu'aux notions d'hypermodernité et d'hyperindividualisme.

Oeuvres

L'Ère du vide : essais sur l'individualisme contemporain, Paris, Gallimard, 1983
L’Empire de l'éphémère : la mode et son destin dans les sociétés modernes, Paris, Gallimard, 1987 ;
Le Crépuscule du devoir : l'éthique indolore des nouveaux temps démocratiques, Paris, Gallimard, 1992,
La Troisième femme : permanence et révolution du féminin, Paris, Gallimard, 1997,
Métamorphoses de la culture libérale : éthique, médias, entreprise, Montréal, Éditions Liber, 2002,
Le Luxe éternel : de l'âge du sacré au temps des marques, Paris, Gallimard, 2003 (avec Elyette Roux),
Les Temps hypermodernes, Paris, Grasset, 2004. (avec Sébastien Charles), coll. « Nouveau collège de philosophie »
Le Bonheur paradoxal : essai sur la société d'hyperconsommation, Paris, Gallimard, 2006,
La Société de déception, Éditions Textuel, 2006,
L’Écran global : culture-médias et cinéma à l'âge hypermoderne, Paris, Éditions du Seuil, 2007 (avec Jean Serroy),
La Culture-monde : réponse à une société désorientée. Paris, Odile Jacob, 2008 (avec Jean Serroy)
L’Occident mondialisé : controverse sur la culture planétaire, Paris, Grasset, 2010 (avec Hervé Juvin)
L’Esthétisation du monde : vivre à l'âge du capitalisme artiste, Paris, Gallimard, 2013 (avec Jean Serroy)
De la légèreté, Paris, Grasset, 2015, 372 p. (ISBN 978-2-246-80660-Cool

Source wikipedia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Gilles Lipovetsky   Lun 1 Juin 2015 - 10:50

De la légèreté



Notre société hypermoderne fait résolument le choix de la  légèreté pour
« décharger l'homme du poids de l'existence, provoquer l'émerveillement de la joie »
les Modernes refusent l'idée tragique du destin et souhaitent remplacer l'espérance céleste par un idéal de progrès accessible dans l'ici et le maintenant. Les armes sont la diffusion sociale du bien-être matériel (consumérisme de masse), le combat contre les disciplines  sociales, l'émancipation des individus des grands encadrements collectifs.

La deuxième moitié du XXe siècle voit l'installation d'un capitalisme de consommation et de séduction, s'appuyant sur une logique du futile, du changement accéléré, du nomadisme et de la séduction.. Le consommateur semble plus glisser sur le monde qu'y être fixé. Dans la consommation il  trouve un instrument d'allégement ponctuel mais quotidien de  la pesanteur du quotidien. Il en ressort une légèreté industrialisée, jetable et insignifiante. Mais en  contrepartie,on observe aussi une démocratisation des goûts, des aspirations et des attentes esthétiques.
Mais : « Jouissez, vous paierez plus tard »… Cette consommation euphorique laisse la place à des insatisfactions et des déceptions, des interrogations, des frustrations ainsi qu'une culpabilité qui vont à l'encontre de la légèreté-même. Sans parler de ceux qui en sont exclus.
Aussi, émergent de nouvelles quêtes de légèreté : par de nouvelles spiritualités (orientées vers l'harmonie et la paix intérieure), de nouvelles manières de consommer (sobriété heureuse, consommation collaborative) ou de vivre (Slow Life attitude, activités créatives).

Lipovetsky applique ensuite son idée de légèreté au corps ( progrès de la médecine, de l'hygiène de l'agriculture, pratiques du mieux-être à la recherche d'une légèreté psychique, culte de la minceur), au progrès technologique (qui  permet de gagner du temps, du poids, de l'espace, de l'immatérialité), à la mode (qui passe d'un âge d'un âge direct lui rendant un fonctionnement  léger et ouvert), à l'art .  

Nos comportements sociaux sont aussi marqués par la légèreté. Dans les années soixante , la contre-culture remplace le carcan bourgeois et familial  par la liberté individualiste et une morale sans interdits. Ces principes vont s'appliquer au couple, à la famille, à la vie sexuelle. Le prix à payer en sont cependant une insécurité psychologique et affective, une déstructuration de certaines personnalités. Mais la médicalisation de la société et les menaces afférentes, les exigences du monde du travail et de l'entreprise liées à  la compétition économique, la montée des insécurités tendent actuellement à infléchir cette tendance vers la légèreté.

L'hyper médiatisation de la scène politique s'accompagne d'un allégement de la figure du politique ; l'image prime sur les idées. Tous les mégadiscours idéologiques ont perdu leur crédibilité, les nouvelles raisons de vivre sont centrées sur  un aujourd'hui heureux, d'où un désengagement politique, une désintégration de la citoyenneté. Mais peut-être aussi des formes inédites d'implication citoyenne correspondant au culte hypermoderne de la recherche de résultats immédiats. Ce désengagement global s'accompagne d'un recul de la violence politique et sociale, une sorte de pacification démocratique.

La recherche de la légèreté s'accompagne d'un recul de l'importance accordée à la vie intellectuelle. Le pouvoir des intellectuels a cédé le pas à celui des médias. Nos savoirs échappent au contrôle des grandes institutions. L'effort et la discipline sont remplacés par le ludique et le rapide. Mais cet affaiblissement (?) de la vie intellectuelle, s'accompagne aussi de sa démocratisation.

Au final
force est de constater que nous avons gagné en légèreté de faire mais peut-être pas en légèreté intérieure. Cependant la fugacité-même de la légèreté est un signe de sa fragilité, mais aussi de sa capacité à renaître





Gille Lipovztsky  creuse donc, au fil des pages son idée de Légèreté. L’intérêt des chapitres  est irrégulier et certains passages donnent l’impression d'un placage obligatoire des faits sur l'idée de départ.  L'auteur défend dans l'ensemble la légèreté et s'il nous présente les critiques de ses détracteurs, il ne manque pas  de trouver des excuses à la légèreté, et d'avoir suffisamment foi en elle pour prédire qu’elle saura trouver sa place sans être envahissante, sans détruire les éléments positifs liés à approfondissement. Ce n'est que dans la conclusion qu'il lui reconnaît finalement des risques et des défauts, j'en ai été soulagée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Gilles Lipovetsky   Lun 1 Juin 2015 - 11:05

J'avais tenté de lire L'ère du vide, il y a longtemps, j'avais trouvé ça complètement creux... (mais j'étais encore jeune et légère alors !).

Je ne suis pas d'accord avec ses conclusions sur l'implication politique et la désintégration de la citoyenneté, certes si on considère que notre seule possibilité d'expression politique est le bulletin de vote alors oui, on assiste à un désengagement mais comme ce n'est évidemment pas réductible à ça, les 'jeunes' en particulier ont une autre manière d'intervenir sur la politique et le monde, ils se sont créés d'autres moyens de pression, d'autres filières (en particulier dans le milieu associatif) qui les éloignent sensiblement de la légèreté décrite.

J'ai l'impression que finalement on peut mettre un peu tout et n'importe quoi sous l'étiquette de légèreté (produits amincissant, individualisme ou anorexie...), l'expression du monde me semble souvent bien plus complexe.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Gilles Lipovetsky   Lun 1 Juin 2015 - 12:08

Il dit un peu la même chose que toi, c'est ce que j'ai voulu dire par " Mais peut-être aussi des formes inédites d'implication citoyenne correspondant au culte hypermoderne de la recherche de résultats immédiats"
Je trouve que c'est une piste de réflexion intéressante, cette légèreté , qaund même, mais qu'il est trop systématique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Gilles Lipovetsky   Lun 1 Juin 2015 - 13:48

Merci pour la nuance, topocl. A force de vouloir y croire absolument, je m'invente peut-être des lendemains solidaires qui n'existeront pas...

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Gilles Lipovetsky   Lun 1 Juin 2015 - 13:59

C'est vrai qu'on voudrait bien y croire Very Happy !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: Gilles Lipovetsky   Lun 1 Juin 2015 - 20:38

topocl a écrit:

Je trouve que c'est une piste de réflexion intéressante, cette légèreté , qaund même, mais qu'il est trop systématique.
Cela donne envie de fouiller le sujet ... Et bravo pour ce superbe commentaire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Gilles Lipovetsky   

Revenir en haut Aller en bas
 
Gilles Lipovetsky
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gilles Peyrin (présentation)
» Symdrome Gilles de la Tourette
» anniversaire Gilles Peyrin
» Tic et syndrome de Gilles de La Tourette
» Saint-Gilles-de-la-Neuville

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature non romanesque (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: