Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Gabriel Báñez [Argentine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Gabriel Báñez [Argentine]   Mer 3 Juin 2015 - 10:27



Ecrivain, journaliste et scénariste, Gabriel Báñez (1951-2009) a passé sa vie à La Plata en Argentine.

Personnalité discrète mais majeure de la vie littéraire argentine, il a obtenu de nombreuses récompenses pour son œuvre, dont le prix Letra Sur en 2008.

C'est en lisant un article sur la maison d'édition La dernière goutte que j'ai découvert le nom de cet auteur jusque-là totalement inconnu pour moi.

Et cette petite phrase de l'éditrice, concernant la littérature argentine a attiré mon attention :

C'est une littérature qui ne prend pas le lecteur pour un chapon.

Bibliographie

1994 Le cirque ne meurt jamais

2010 Les enfants disparaissent

2011 La Vierge d'Ensenada

2012 Le Mal dans la peau

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Gabriel Báñez [Argentine]   Mer 3 Juin 2015 - 10:30

Les enfants disparaissent

Macias est horloger, il a donc un rapport au temps particulier, il l'aime, il le trouve gratifiant, le temps a pour lui une certaine spatialité. Macias est handicapé, il passe ses journées dans son fauteuil roulant, il a donc aussi un rapport particulier avec l'espace, il l'envisage dans le vertige d'une pente à descendre toujours plus vite. Et cette pente, chaque jour, à 18 heures, à l'heure de la sortie des classes, il la descend à fond de train, sous les hourras des enfants, son chronomètre autour du cou. Jusqu'au jour où un, puis deux, puis trois enfants du quartier disparaissent à chaque fois qu'il bat son record.

Ce roman, qui n'est pas un roman policier, raconte comment un homme seul, vivant entre ses horloges et son chronomètre, désireux de se rendre maître du temps, le temps de son échelle personnelle, comment cet homme, donc, devient à la fois sauveur et suspect. Aimé et maltraité. Enjeu des médias et d'une forme de publicité contingente. Pion politique sur un échiquier qui oscille entre noir et blanc.

Ce roman qui n'est pas un roman scientifique, s'attache à poser des questions essentielles sur le temps et l'espace, sur la manière dont nous envisageons le passé et le futur, la manière dont l'enfance se vivant sans horloge peut fasciner un homme qui justement passe son temps avec elles. Comment la vitesse est une course avec son temps, comment le dépassement de soi (c'est-à-dire ici du chronomètre) fait littéralement disparaître des enfants, une jeunesse, du temps libre.

Ce roman qui n'est pas un roman philosophique, ni métaphysique ne cesse cependant pas de titiller notre fibre intellectuelle (comme bien souvent, d'ailleurs la littérature argentine). Mais loin de donner des réponse, Báñez laisse au lecteur la possibilité de s'inventer ses propres intuitions, celles qui lui feront déduire ou pas ce qui s'est peut-être réellement passé dans la vie de Macias et des enfants qui disparaissent.

J'ai beaucoup aimé cette traversée en compagnie d'un auteur au style impeccable, au récit qui se lit avec énormément d'excitation et qui finalement ne renonce pas à léguer des indices au lecteur un peu joueur, un peu malin, qui aura le désir de chercher, d'interroger, de bouleverser un texte qui ne cesse de l'interroger en retour.

Quand la pratique de la lecture est une mise en danger, on ne peut que s'en réjouir.

A vos chronos ! Prêts ?!! Partez !

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Gabriel Báñez [Argentine]   Mer 3 Juin 2015 - 11:17

Le genre de texte qu'on a envie de lire deux fois pour bien tout appréhender?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Gabriel Báñez [Argentine]   Mer 3 Juin 2015 - 17:56

Plus pour savourer l'étrange atmosphère déroulée en 180 pages... Ce n'est pas complexe, ni cérébral comme ce que je lis de Krasznahorkai (Thésée universel) mais ça reste énigmatique (comme un bon polar qui n'ouvre pas forcément tous les placards).

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Gabriel Báñez [Argentine]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Gabriel Báñez [Argentine]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bon anniversaire Gabriel
» Patagonie argentine
» colonel Gabriel de Sairigné
» Jérémy Gabriel, l'enfant qui chante ses rêves
» GENEALOGIE EN ARGENTINE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de l'Amérique latine (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: