Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Juan Carlos Onetti [Uruguay]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Juan Carlos Onetti [Uruguay]   Ven 10 Juil 2015 - 16:00



Juan Carlos Onetti


Né(e) à : Montevideo , le  01/07/1909
Mort(e) à : Madrid , le 30/05/1994

Biographie :

"Après avoir interrompu ses études dès le secondaire, Juan Carlos Onetti exerce une foule de petits emplois divers.

En 1930, il se marie avec une homonyme María Amalis Onetti (trois ans plus tard, il épousera María-Julia Onetti, sœur de sa première femme).

Il commence à écrire dès le début des années trente des nouvelles ainsi qu'un roman Tiempo de abrazar qui ne sera publié qu'en 1974. Dans Le Puits (1939), premier roman qu'il publie, tous ses thèmes favoris : la solitude, la nuit, le rêve, la ville, le temps, la confusion, le dépit, l’insatisfaction, l’indifférence s'y trouvent déjà, subtilement entrelacés dans un monde complexe et déchirant.

En I941, il publie Terre de personne, puis, l'année suivante, il s'installe à Buenos Aires où il travaille comme journaliste pour l'agence Reuter jusqu'en 1954.Au cours de cette période, qui correspond au péronisme triomphant il rédige plusieurs romans : Une nuit de chien (1943), inspiré par l’un des épisodes les plus tragiques de la guerre d'Espagne.

Il revient ensuite à Montevideo où il est nommé directeur des bibliothèques municipales.

Après avoir publié en 1973 La muerta y la niña, Onetti est arrêté sous le prétexte de « pornographie » par le régime militaire uruguayen. Maintenu au secret de février à octobre 1974, il est relâché après une campagne de protestations internationales. "


En 1975, il s'installe à Madrid et reçoit ainsi que sa quatrième épouse la nationalité espagnole. Il y publie en 1979 Laissons parler le vent, récit brillant et audacieux à la frontière de l’abstraction dramatique.



Babelio

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Juan Carlos Onetti [Uruguay]   Ven 10 Juil 2015 - 16:22

J' ajoute, à titre personnel, que je considère Juan Carlos Onetti comme l' un des meilleurs romanciers du 20e siècle. L' un des plus
originaux aussi.
Seuls son style peut etre, sa noirceur désespérée et sa modestie l' ont empeché de connaitre une reconnaissance plus importante.
Mais,  comme Juan Rulfo ou Joao Guimarães Rosa, il a toujours été admiré et respecté par ses pairs. Bix

BIBLIOGRAPHIE

- Le Chantier
- La Vie brève
- Une nuit de chien
- Ramasse-vioques
- Quand plus rien n' aura d' importance
- Les Adieux
- Demain sera un autre jour
- Les Bas-fonds du reve
- C' est alors que...
- Le Puits
- La fiancée volée
-Laissons parler le vent

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dreep
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1435
Inscription le : 14/03/2014
Age : 24

MessageSujet: Re: Juan Carlos Onetti [Uruguay]   Ven 10 Juil 2015 - 19:13

Merci, bix !

Dreep a écrit:
Le puits / Les adieux de Juan Carlos Onetti

Deux nouvelles ici de Juan Carlos Onetti, que Bolaño a loué a plusieurs reprises, écrites à quinze ans d'intervalle. Une prose de la désespérance consumée. On dramatise pas, ça fait longtemps qu'on a dépassé ce stade. Parfois je me suis demandé si Onetti ne faisait pas exprès d'être ennuyeux. C'est sans compter quelques morceaux très bien écrits. La première nouvelle est comme un journal d'un gars complètement inadapté, un peu poète et peut-être un peu violent, l'autre plus nocturne, parle de bistrot et de mort.

"Il s'arrêta et regarda tout autour, l'air sérieux, étonné, inquisiteur. Il se retourna, plus calme, leva son verre et le vida. Il me regardait comme s'il ne cherchait pas à me voir, la lèvre relevée et immobile. Il touchait le comptoir avec la pointe des doigts, pour rester droit, dans son pardessus noir, parfumé, anachronique. Il exhibait ses poignets osseux et velus et inclinait la tête pour les regarder; l'un après l'autre, avec compassion et affection ; outre cela, il n'était que ses pommettes saillantes, la dureté de son sourire, l'éclat de ses yeux, alerté et puéril. J'avais du mal à croire qu'il pût se forger un visage avec si peu de choses : je lui ajoutai un front large et jaune, des cernes, des lignes bleues de chaque côté du nez, des sourcils unis, bien foncés."

_________________
"Un instant, Ulrich hésita. Il était sans aucun doute un homme croyant, mais qui ne croyait à rien ; sa dévotion la plus totale à la science n'était même pas parvenue à lui faire oublier que la beauté et bonté des hommes proviennent de ce qu'ils croient, et non point de ce qu'ils savent." L'homme sans qualités, Robert Musil

Un long week-end avec Marcel Proust (Ronald Frame)
Le roman d'un enfant - Prime jeunesse (Pierre Loti)
La Trêve (Primo Levi)
Les Brigands (Friedrich von Schiller)
Les Fleurs du Mal (Charles Baudelaire) (relecture)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Juan Carlos Onetti [Uruguay]   Sam 11 Juil 2015 - 7:55

j'ai bien apprécié ce petit livre et l'écriture mais je n'ai pas fait de commentaire car la préface était si intéressante que je craignais inconsciemment d'être influencée par elle.

J'ai été amenée à cet auteur par un autre Augusto Roa Bastos

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Juan Carlos Onetti [Uruguay]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Juan Carlos Onetti [Uruguay]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» BB au roi Juan Carlos: "Vous êtes la honte de l'Espagne"
» Juan Manuel Fangio
» Le terroriste Carlos porte plainte pour "enlèvement" contre Pasqua
» DON JUAN 1973
» Carlos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de l'Amérique latine (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: