Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Scott Lynch

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chatperlipopette
Zen littéraire
avatar

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 52
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Scott Lynch   Mer 12 Aoû 2015 - 14:46



Pour en savoir un peu plus sur ce jeune auteur étasunien: CLIC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
Chatperlipopette
Zen littéraire
avatar

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 52
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Scott Lynch   Mer 12 Aoû 2015 - 14:49

Quand les voleurs ont des lettres de noblesse.



La trilogie de Scott Lynch fut une découverte inattendue. J'avais été subjuguée par le monument « Gagner la guerre » de Jean-Philippe Jaworski, aussi, quand mon Bibliomane, au moment où je me suis aperçue que j'avais oublié d'enregistrer le tome 10 de la saga « La Compagnie des glaces » bloquant mon avancée dans cette lecture de longue haleine, me proposa d'entamer ce cycle mêlant roman de cape et d'épée et roman maritime, je me suis laissée convaincre.

Je me suis laissée emporter, toute amarre larguée, par les aventures rocambolesques, au parfum de roman picaresque, du voleur Locke Lamora et ses amis, attachants et agaçants parfois, Jean, le colosse calme et réfléchi, les jumeaux facétieux et la mystérieuse Sabetha dont l'ombre plane de bout en bout.

Le premier tome, « Les mensonges de Locke Lamora », a comme décor une cité lacustre, aux airs à peine voilés de Venise, entre Moyen-Age et Science-Fiction. Locke dict La Rose de Camorr – on ne peut que traduire par Camorra napolitaine – écume les ruelles de Camorr, ville où les cloaques soumis à la domination du Capa Barsavi côtoient les beaux quartiers où les intrigues foisonnent. La puanteur et le parfum des roses, deux visages d'une société sans pitié.
Les retours en arrière, expliquant l'enfance, l'adolescence de Locke, sont la pierre angulaire de cette mise en bouche. Ils font le récit, en sont son assise afin que le lecteur s'imprègne jusqu'au bout des ongles, de ce qui fait que Locke Lamora devient La Ronce de Camorr.
Les rapines du groupuscule sont de haute volée : les riches sont gentiment plumés, les richesses entassées dans l'antre refuge où règne leur Maître, Chains, un religieux faussement aveugle.
Ce dernier a acheté à celui qui éduquent les enfants des rues à voler, tuer, ses protégés, mis à l'index par leurs pairs parce que jugés irrécupérables. Cette vente vaut mieux que la punition extrême : la mort.
Chains leur apprend à lire, à écrire, les instruit en les plongeant dans la culture tant littéraire de leur monde qu'historique, rhétorique ou religieuse.
Chacun leur tour, ils seront plongés dans l'univers de monastères dédiés à certains dieux, au nombre de douze, le treizième, auquel Chains rend un culte, est innommé – cela ne vous rappelle-t-il pas un autre monument de la littérature uchronique ? « Le trône de fer » ! - ils y passent une période donnée à la fin de laquelle ils doivent avoir acquis le maximum de connaissances ainsi que les « tours » de passe-passe inhérents à ces univers.
Ils apprennent les langues étrangères, les us et coutumes des diverses classes sociales des régions et pays environnants, ils apprennent la comptabilité et l'art de la truquer. Ils apprennent à cuisiner avec raffinement, à connaître les usages de la bonne société, à utiliser de la vaisselle délicate, à connaître les étoffes des plus grossières au plus raffinées.
Il en fait des « salauds gentilshommes », esthètes et artistes dans tous les domaines : ils se glissent dans la peau de n'importe quel personnage, ils deviennent nobles, bourgeois, négociants, en un tour de main.
Ce premier opus enchante l'imaginaire du lecteur, l'entraîne dans de multiples directions, lui promettant les joies ineffables des rebondissements en cascade.

Camorr est rutilante et immonde, joyeux et cruelle, cité sur pilotis au-dessus de laquelle plane des ombres inquiétantes : celles d'un certain Roi Gris accompagné d'un Mage-esclave, secte ou plus exactement société spécialisée dans les intrigues en tout genre et versée dans l'art du poison subtil comme celui de la sorcellerie.

« Les mensonges de Locke Lamora » s'achève dans l'horreur absolue d'une vengeance destructrice, ruinant le cloaque du Capa, renversé par un de ses seconds, provoquant la mort des jumeaux, du Maître Chains, d'un jeune apprenti « salaud gentilhomme », dévastant leur repaire, ruinant la petite société secrète dépossédée des richesses accumulées.
Seuls, Locke, devenu presque une loque sanglante après un combat à mort avec le Roi Gris assisté de son Mage-esclave auquel il inflige une blessure qui l'amoindrira, et Jean survivent et sont contraints de quitter leur berceau pour s'exiler.

Commencent alors de nouvelles pérégrinations, sur mer cette fois, où les batailles seront dantesques, les traquenards mortels, les victoires belles et sanglantes.
« Des horizons rouge sang », opus maritime où les courses entre les bateaux corsaires sont extraordinaires, où les rebondissement sont nombreux et tiennent en haleine le lecteur, entraîné à la suite de ce Locke immortel.
Après Camorr, nous accostons aux Sept Essences où l'enjeu est de dévaliser « L'aiguille du péché », maison de jeux réputée imprenable, tenue d'une poigne de fer par Requin, sobriquet éloquent quant à la personnalité du maître des lieux, secondé par sa féale Selendri.
Locke et Jean sont victimes d'un empoisonnement sophistiqué dont, seul, leur commanditaire, l'Archon, dictateur de cette île-état, détient l'antidote.
La psychologie des personnages prend une autre ampleur, l'amour inconsolable de Locke pour Sabetha lui barre le chemin de toute aventure suivie avec une autre femme. Au fil des pages, la présence, invisible, de la jeune fille, se ressent, resserre son étau sur Locke.
Requin, l'Archon, deux marionnettistes usant des qualités de Locke pour parvenir à leurs fins. Le jeu de poker menteur prend, de temps à autre, des allures de mascarade, maintenant à flot l'intérêt du lecteur. Ce dernier cherche sa respiration dans les passages calmes, mais angoissants, du récit, avant de replonger dans le rythme infernal des poursuites navales.
Dans ce deuxième roman, on a devant soi un Locke, certes toujours persuadé de sa chance et des réussites de ses ruses, affaibli par la douleur de la perte de ses amis, son sentiment de culpabilité, le deuil de l'amour de sa vie, la souffrance du poison insidieux qui lentement le mène à la mort. Décrépitude et dépression que combat, inlassable, Jean, son acolyte de toujours. Locke a des faiblesses l'engageant sur une pente mortifère.
S'en sortira-t-il ? Si oui, à quel prix ? Car la vie a un prix, terrible et douloureux... tout comme la vengeance.

Un début de réponse est donné dans l'ultime opus « La République des voleurs » où d'entrée, Locke est aux portes de la mort. Un pacte lui est proposé : un Mage le délivrera de son empoisonnement – au cours de scènes d'anthologie – à condition qu'il aide une faction rivale des maîtres en place à remporter les élections.
De trahisons en victoires, la politique provoque l'impensable : Sabetha est son adversaire dans la campagne électorale, façade d'une lutte de pouvoir entre les Mages.
Le combat ou la séduction pour reconquérir celle qui a marqué sa vie amoureuse, celle pour laquelle son cœur bat.
Le rythme est plus lent, les aventures moins fantasques, l'auteur emmenant son lecteur dans l'observation d'un duel entre deux virtuoses de l'arnaque, de la dissimulation et du mensonge. Les regrets deviennent plus présent malgré les bouffées de haine submergeant les âmes meurtries.
On tremble pour Locke que l'on ne peut pas voir perdre et mourir... c'est sans compter sur une vérité, simple et évidente depuis le début, un enfant de Camorr, éduqué pour devenir le Roi des voleurs, être subtil et d'une intelligence aiguë, ne se laisse jamais mettre à bas. La Ronce possède encore bien des épines... certaines sont vénéneuses.

La trilogie est un souvenir de lecture puisque je la commençai mi février pour l'achever un mois plus tard. Partager les bons moments, offerts par la plume de l'auteur que je ne connaissais pas, me taraudait, j'y pensais puis oubliais avant que je ne prenne un crayon pour amorcer une ossature de commentaire, ossature qui ne prenait jamais corps...jusqu'à aujourd'hui.
L'ambiance ne pourra que plaire aux amateurs de littérature « fantasy », d'uchronie et de héros ne sombrant pas dans le manichéisme simpliste. J'en garde un souvenir rempli d'embruns, de miasmes lacustres, de masques plus fous les uns que les autres, de beauté et de laideur incommensurables, de trahisons sordides et de vengeances amères : le tumulte d'une histoire plaisante servie par une traduction qui ne saccage pas l'esprit voulu par l'auteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Scott Lynch   Mer 12 Aoû 2015 - 15:49

Puisque tu parles de gagner la guerre, le lien est juste parce que c'était à ce moment là, ou parce que tu vois une filiation entre les deux?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Scott Lynch   Mer 12 Aoû 2015 - 18:42

J'avais lu le premier, et cela ressemblait à mon sens à un jeu vidéo, cela n'arrêtait pas de bouger, on sautait d'un truc à un autre, il fallait que ce soit en mouvement, invraisemblable ou pas. Je ne parle pas de la psychologie des personnages ou des qualités littéraires. Mais l'auteur a une grande capacité à enchaîner des péripéties, il se passe toujours quelque chose.



avis que j'avais posté sur le OneShot:
Les mensonges de Locke Lamora


Il s'agit d'un livre de fantasy, sorti il y a quelque chose comme un an, avec pas mal de promotion autour, des commentaires plutôt positifs sur les blogs. Cela se situe dans une ville qui ressemble par certains aspects à Venise, un groupe de jeunes voleurs brillants et audacieux, monte des ingénieuses combines pour détrousser les riches, mais un grand danger les menance, ainsi que toute la ville d'ailleurs. Mais ils sauront être à la hauteur de la tâche, et rien ni personne ne leur fait peur.

Je pense définitivement que je suis trop vieille pour ce gens de livres. J'ai trouvé cela long, fastidieux à lire, mal écrit, artificiel au possible. Je n'ai eu aucun doute sur la victoire finale de notre valeureux héros, et pire j'aurais presque aimé qu'il finissent découpé en rondelles. Le mélange violence, naïveté, bon sentiments, m'a agacé au plus haut point.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chatperlipopette
Zen littéraire
avatar

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 52
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Scott Lynch   Ven 14 Aoû 2015 - 11:17

@Topocl: ce qui me fait rapprocher cette trilogie à "Gagner la guerre" c'est l'ambiance uchronique. "Gagner la guerre" est plus fouillé, plus lent et majestueux, plus intérieur aussi.
Cependant, "Les aventures de Locke Lamora" est une triologie agréable à lire et pour ceux qui s'adonnent aux joies perverses de la liseuse, pas de risque... téléchargement sans rien débourser.
J'ai donné mon sentiment, qui est d'ordre plus du souvenir de lecture, puisque lu il y a quelques mois, que d'un commentaire digne de ce nom. Le rythme est rapide, on est entraîné dans l'épopée en mouvement perpétuel, le dernier opus est plus lent et pose certains aspects de l'histoire de Locke et des siens.
Il y a pourtant des moments, type "plan séquence" qui permettent de respirer et reprendre ses esprits de lecteur.
Sans fausse honte, j'assume le fait d'avoir aimé ces trois romans. Dans la vie, une lecture dite moins sérieuse, fait du bien, surtout quand on reprend goût à lire et que l'on revient vers l'écriture de ses ressentis de lecture.
Pour moi, c'est un grand pas... la sortie d'un long tunnel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Scott Lynch   Ven 14 Aoû 2015 - 11:20

Tu peux te passer de fausse honte comme de vrai honte, la lecture, c'est le plaisir avant tout content !

(et je vais noter ce bouquin pour l'offrir un de ces quatre à Mlle Topocl)

Et comment ça se fait qu'on puisse l'avoir gratuitement sur une liseuse? il n'a pas droit à ses droits d'auteur, Scott Lynch?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Scott Lynch   Ven 14 Aoû 2015 - 12:54

Aucune raison d'avoir honte, Chappy. Wink

En comparant à Gagner la guerre, je trouve que l'on est dans des univers et logiques proches, fantasy-aventures-inspiration historique un peu italienne. L'enchaînement ultra-rapide des séquences. Jaworsky a d'ailleurs, conçu des jeux de rôle avant de s'attaquer à l'écriture. Mais je trouve q'il écrit mieux, que ses personnages sont plus fouillés, les actions moins stéréotypées, et qu'il y un humour voire un second degré que je n'ai pas trouvé chez Lynch. Ce qui fait que Jaworsky arrive d'avantage à convaincre les lecteurs qui ne sont pas fans du genre, alors qu'à mon sens Lynch est plutôt réservé à ces derniers. Mais il fait preuve d'une incontestable efficacité, qui semble avoir séduit de très nombreux amateurs de fantasy.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Scott Lynch   

Revenir en haut Aller en bas
 
Scott Lynch
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les frères scott
» Uglies de Scott Westerfeld
» Nouvel inscrit je me permets de me presenter Tony SCOTT
» Scott Pilgrim vs the world
» SCOTT - SIGNIFICATION DE CES LETTRES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature nord américaine (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs étasuniens à découvrir-
Sauter vers: