Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Patrice de La Tour du Pin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sigismond
Agilité postale
avatar

Messages : 875
Inscription le : 25/03/2013

MessageSujet: Patrice de La Tour du Pin   Dim 16 Aoû 2015 - 20:38

Patrice de La Tour du Pin


Point de fil Patrice de La Tour du Pin ? Ses vers du recueil "La Quête de joie" font les petits délices réitérés de mes menus estivaux.

Ici un site dédié, qui me permettra d'être sommaire sur sa biographie et sa bibliographie !

Quelques mots de celles-ci quand même:
Né le 16 mars 1911 à Paris. Son père est tué à la bataille de la Marne, tout au début de la guerre de 14-18.
Enfance dans une atmosphère très familiale, entre sa grand-mère, sa mère, sa sœur et son frère aîné, entre Paris et Le Bignon-Mirabeau (dans le Gâtinais).

Ses études le mènent au lycée Janson-de-Sailly, puis à Sciences-Po; C'est à cette époque qu'il écrit le recueil intitulé "La Quête de joie", écrit à 19 ans et paru en 1933, avec l'appui de Jules Supervielle à qui il avait osé apporter le manuscrit, et qui avait publié son poème "Les enfants de septembre".

Les enfants de septembre:
 


Suivent "L'Enfer" (1935) et "Le Lucernaire" (1936). Jusqu'à la guerre de 39-45, ce sont divers poèmes, fragments de ce qui constituera sa "Somme de poésie" qui paraissent avec parcimonie et régularité.

Vient la guerre de 39-45 et une captivité de trois années en Allemagne.
Dès son retour de détention, en octobre 1943 il épouse Anne de Bernis, et se remet à publier, épars, des petits fragments de la future "Somme".

Il vit alors au Bignon-Mirabeau avec son épouse, de cette union naîtront quatre filles. Il affine la "Somme", ajoute un tome II. Le tout paraîtra en 1959. Il publie au compte-gouttes, de brefs recueils de poèmes: Un "Bestiaire fabuleux", illustrations de Jean Lurçat, un "Noël des eaux" (1951), une "Pépinière de sapins de Noël" illustrations de Jacques Ferrand (1957).

Retour à Paris, et publication du "Petit théâtre crépusculaire" - qui est, concrètement, le début du tome III de sa "Somme", tome III qui demeurera inachevé.

En 1964, après Vatican II, il est invité à faire partie de la Commission liturgique de traduction, chargée de rendre en français les textes latins de la liturgie, y compris les hymnes, chants et psaumes. N'allez pas croire que ce fut un dérivatif, ou une sinécure.

La Tour du Pin y connut les affres de se confronter à des matériaux scripturaux vivants, portés par près de deux millénaires, et la dimension théopoétique à restituer dut lui sembler charge écrasante. Passer d'un "Agnus Dei" ou d'un "Kyrie Eleison" magnifié par (entre cent autres ou davantage !) des chants grégoriens, J-S Bach, des W-A Mozart ou des C Saint-Saëns à "agneau de Dieu" ou "Seigneur prends pitié"...rendez-vous compte  :apeur:  Very Happy  !  

Mais ceci fait que beaucoup de gens écoutent la Parole, chantent, entonnent, communient et prient à partir de textes traduits, travaillés ou créés par Patrice de La Tour du Pin le dimanche, sans le savoir !  

Wikipédia a écrit:
Il participera particulièrement à partir de 1964 à la rédaction des psaumes dans le cadre de la Commission liturgique de traduction.

Il a aussi rédigé un grand nombre des premiers chants liturgiques post-conciliaires pour la liturgie catholique du bréviaire en langue française, mis en musique pour beaucoup par Didier Rimaud et Joseph Gelineau.

Son chant le plus remarqué reste sans conteste Amour qui planait sur les eaux (cote SECLI KP72-1).
Ses chants se prêtent mieux au milieu monastique, mais il n'est pas rare de les entendre aussi lors des assemblées dominicales.

Il publie encore en 1970 "Une lutte pour la vie" et en 1974 "Psaume de tous les temps", psaumes de sa propre composition.

Il décède à Paris le 28 octobre 1975.


Mon avis:
Poète en décalage de son temps, qui aimait à pratiquer encore la rime quand le vers libre était dans les mœurs depuis belle lurette. Il fut balayé par la vague de la contre-culture et disparut à peu près du paysage littéraire depuis son décès, et était assez confidentiel avant celui-ci.
Au reste, ses œuvres peuvent parfois être ardues à dégotter (je signale une anthologie intitulée "Poèmes choisis", parue à la NRF en novembre 2010, facile à trouver et excellente entrée en matière).

Sa simplicité langagière ne met pas toujours le lecteur à l'abri de certaines difficultés, pouvant passer pour de l'hermétisme.
Ses vers très ciselés, aux doux chants fluides, "à l'ancienne" pour son époque, à savant dosage rimes plates / rimes croisées, et à nombre de pieds à l'exactitude d'horlogerie, cèlent des harmonies qui sont loin de n'être que formelles.

Difficile, alors, d'y voir un poète qui ose et qui apporte du neuf ?
Et bien  pas du tout, et là est son paradoxe !
La forme versifiée rend ainsi, par le biais d'un relatif académisme, comme un ordonnancement créatif du chaos.

"Je suis l'oiseleur qui a piégé dans l'âme" , peut-être est-ce un de ses vers qui pourrait le définir ?

N'allez pas, non plus, croire en une poésie incantatoire, éthérée.
Les explorations de Patrice de La Tour du Pin composent des vers où de belles fulgurances s'invitent, bien plus d'audace que le style et la personnalité présumée l'auteur ne sauraient laisser croire de prime abord.

Ce goûteur de sauvagine, de grands espaces solitaires, peut s'avérer fort subtil. .

Car chez lui la poésie ramène toujours à l'homme, quelque soit le lointain des "allées intérieures" dans lesquelles poète s'engage.
Il surmonte "la peur d'être le jeune homme riche qui habite ses seules propriétés sans en sortir, aussi bien celles de l'esprit que celles de la terre", ou encore son "angoisse d'être trop heureux au milieu des misérables", et va sans crainte au devant du côté chtonien, avec un détachement audacieux, par sa vie (ou sa voie, ou sa voix) intérieure.

Et il y parvient, au milieu des massacres et génocides inouïs du siècle le plus violent de l'Histoire, en restant persuadé que "l'homme est une histoire sacrée".

D'où l'ambivalence, tout à fait intéressantes, de ses vers.

Voyez par exemple le poème ci-dessus ("Les enfants de septembre", sous spoiler). Le poète s'incarne en gibier "sauvage":

Et je me dis : je suis un enfant de Septembre,
Moi-même, par le cœur, la fièvre et l'esprit,
Et la brûlante volupté de tous mes membres,
Et le désir que j'ai de courir dans la nuit
Sauvage, ayant quitté l'étouffement des chambres.


Puis ce moi poétique peine à s'étendre à l'ensemble du décor, qui aussi empreint d'une certaine sauvagerie, au mieux s'y fondre, plus sûrement en être écrasé:

Mais les bois étaient recouverts de brumes basses
Et le vent commençait à remonter au Nord,
Abandonnant tous ceux dont les ailes sont lasses,
Tous ceux qui sont perdus et tous ceux qui sont morts,
Qui vont par d'autres voies en de mêmes espaces !


Ailleurs, il écrira, en prolongation à moins que ce ne soit en écho:

J'ai des bas-fonds aussi, farouches et secrets,
Des basses régions que des brouillards de rêve
Isolent dans la paix fiévreuse des marais [...]
Des pentes d'ombre et de hauts gagnages déserts [...]



Merci, cher poète, outre de les avoir saisis, de nous de transporter avec une telle virtuosité formelle, de bas-fonds en hauts gagnages de l'âme !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sigismond
Agilité postale
avatar

Messages : 875
Inscription le : 25/03/2013

MessageSujet: Re: Patrice de La Tour du Pin   Dim 16 Aoû 2015 - 20:43

J'en étais à: merci cher poète, prolongeons ce remerciement, cette fois-ci pour le moment à temps suspendu que vous venez de me faire passer avec cette voltige à douce musicalité (permettez-moi de conseiller une lecture à voix haute !).
A votre invite, je viens de parcourir en songe ce petit layon, j'ai vu la grille ornée de trois cœurs d'enfants, et réalisé que là était aussi le mien.
J'ai en tête la dernière strophe, venant de la déclamer à mes enfants surpris: Après tout, c'est eux qui chantent de leurs voix trop tendres aujourd'hui, n'est-ce pas ?


Enfances (SP1, 9-10)

Au seuil de ma comédie intérieure
Est une grille à mon chiffre forgée ;
Et quand on prend le layon qui s'enfonce
Vers mon fond d'enfance au printemps léger
On trouve soudain dans un nid de ronces
La grille plantée sur le fil des heures.

On ne sait pas trop ce qu'elle sépare :
Le vent du matin et le vent du soir
Passent l'un et l'autre à son or terni :
Derrière et devant les bois se prolongent,
Les bêtes des bois et celles des songes
Ne s'en effraient plus et passent aussi.

Et je fais de même, un peu hésitant,
Flairant mon chemin, le nez contre terre,
Cherchant au-delà une autre barrière,
Une grille ornée de trois cœurs d'enfants,
Car nous avons joué, entre sœur et frères,
Au jeu de la vie depuis si longtemps.

C’était un beau jeu, plein de mots de passe,
Et peuplé de fées qu'on se partageait,
Inventant chacun leurs traits et leur grâce
Avant de les mettre en partie commune :
Voici la clairière et son clair de lune,
Voici le trou d'ombre où rien n'est changé.

Phylis avait le pays de la Mer,
Celui du Vent que j'aurais tant voulu,
Aymar le Soleil, et moi les Rivières ;
J'étais le dernier à pouvoir choisir
Dans ce monde ouvert, mon petit empire,
Mais ce fut le bon : il a survécu.

Le pays des eaux bordées d'herbe haute,
Le génie des chiens et la fée des bois
Je n'aurais pas pu les laisser aux autres…
Oui, bien peu de choses sont vraiment mortes :
C est le même nom toujours qu’elle porte,
Ma petite Phyldevierge d'autrefois.

Tout cela qui fut notre vraie histoire
Nous l'avons chanté de nos voix trop tendres
Dans les chemins creux et bordés d'ajoncs ;
Elles sont parties loin de nos mémoires
Nos vieilles chansons avec leurs légendes,
Et elles sont bien, là où elles sont.

Protégées du temps, du déclin des mondes,
Protégées de nous qui avons mûri,
Et des étrangers qui voudraient les prendre…
Parfois un écho en remonte encore,
Comme un bercement de mer engloutie :
Ah ! l'écho de mer tout au fond des corps…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Patrice de La Tour du Pin   Dim 16 Aoû 2015 - 20:54

réponse en raccourci et un tantinet hors sujet : tu as vu le film Rendez-vous à Bray ?

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sigismond
Agilité postale
avatar

Messages : 875
Inscription le : 25/03/2013

MessageSujet: Re: Patrice de La Tour du Pin   Dim 16 Aoû 2015 - 20:58

Non, pas du tout, dois-je l'inscrire sur ma LAV ?
Un rapport peut-être, scratch Ques acco ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Patrice de La Tour du Pin   Dim 16 Aoû 2015 - 21:03

Oui c'est à voir ! une adaptation de Julien Gracq mais (ou et) le Nord, les brumes et d'autres choses de réserve et de détails me l'ont rappelé à la lecture des (beaux) extraits que tu nous proposes.

fil André Delvaux

(ce n'est pas forcément facile à trouver donc ça peut s'arranger s'il y a besoin... )

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sigismond
Agilité postale
avatar

Messages : 875
Inscription le : 25/03/2013

MessageSujet: Re: Patrice de La Tour du Pin   Dim 16 Aoû 2015 - 22:01

Honorable Panda, je note.

Ici un pdf de présentation des "Poèmes choisis", l'anthologie récente facile à trouver, que j'indiquais comme porte d'entrée que l'on peut suggérer, dans le message de présentation.

Et ici un autre pdf de présentation du recueil "La Quête de joie"; dans ce dernier pdf, je vous recommande en particulier "La ville" pages 13 et 14, caractéristique de ce style formel, mais d'une redoutable efficacité suggestive, traduite dans ce poème-ci de façon coulée et régulière.

Le calibrage en vers de dix pieds contribue à cette fluidité régulière, qui narre pourtant une scénographie effrayante et sensationnelle.
L'effet est obtenu par l'usage (commun) de rimes croisées, mais est renforcé par l'absence de rimes sur chaque second vers des quatre strophes de trois vers.

L'ensemble exhale une élégance, une tenue, qui ne préserve absolument pas du choc du contenu.
Mieux, je dirais qu'elle la révèle !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ArturoBandini
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2748
Inscription le : 05/03/2015
Age : 30
Localisation : Aix-en-Provence

MessageSujet: Re: Patrice de La Tour du Pin   Lun 17 Aoû 2015 - 10:44

Je ne le connais pas, je vais voir ça! Merci Sigismond!

_________________
Sois le changement que tu veux voir dans le monde. Gandhi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Patrice de La Tour du Pin   

Revenir en haut Aller en bas
 
Patrice de La Tour du Pin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Poussette double QUATTRO TOUR DUO 2008
» Tour du Roc. Granville (50).
» Patrice Gélard et le cumul des mandats
» Mon (futur) tour de Normandie à vélo
» Tour de lit dangereux pour les nouveaux nés?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Poésie (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: