Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Eduardo Galeano [Uruguay]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Eduardo Galeano [Uruguay]   Dim 9 Sep 2007 - 8:31



Né à Montevideo en 1940, Eduardo Galeano a exercé très jeune de nombreux métiers avant de publier des bandes dessinées, notamment pour l’hebdomadaire du Parti socialiste uruguayen El Sol. Au début des années 1960, il débuta une carrière de journaliste et devint rédacteur-en-chef de Marcha, un hebdomadaire influent au sein duquel collaborèrent Mario Vargas Llosa, Mario Benedetti, Manuel Maldonado Denis et Roberto Fernández Retamar. Pendant deux années, il fut également éditeur du quotidien Epoca et travailla comme directeur éditorial de University Press de 1965 à 1973. Cette année-là, à la suite du coup d’Etat uruguayen, il fut emprisonné quelques temps avec des dizaines de milliers d’autres opposants puis partit se réfugier en Argentine où il fonda et édita le magazine culturel Crisis à Buenos Aires. En 1975, lorsque la dictature militaire s’empara du pouvoir, Eduardo Galeano fut immédiatement « blacklisté » par les escadrons de la mort et, forcé de s’exiler une nouvelle fois, il émigra en Espagne à Barcelone. En 1985, après que l’administration civile fut restaurée en Uruguay, il revint s’établir à Montevideo où il vit actuellement.

En 1970, Las venas abiertas de América Latina - Les Veines ouvertes de l’Amérique latine -, pour lequel il obtint le prix Casa de las Américas, fut son premier ouvrage à être traduit en langue anglaise. Cette œuvre de référence, pour tous ceux qui veulent comprendre l’histoire et la réalité de l’Amérique latine, débute par une question en forme d’énigme : pourquoi cette terre si richement dotée par la nature a-t-elle été si peu favorisée sur le plan social et politique ? Débute alors l’histoire de ce que Galeano appelle « le pillage » du continent latino-américain, d’abord par les Espagnols et les Portugais, puis par l’Occident en général et les élites locales.

Figure littéraire en Amérique latine, Eduardo Galeano présente la singularité de mélanger les différents genres littéraires. Ses livres, au carrefour de la narration et de l’essai, de la poésie et de la chronique, rapportent les voix de l’âme et de la rue et offrent une synthèse de la réalité actuelle et de la mémoire. Mais sa voix dépasse largement les frontières du continent sud-américain. Outre ses engagements auprès du mouvement des Sans-Terre au Brésil et du mouvement zappatiste au Chiapas, Eduardo Galeano est un militant très impliqué dans le mouvement contre-mondialisation et une figure de proue des opposants au modèle unique et à l’uniformisation (voir le film Davos, Porto Alegre et autres batailles réalisé par Vincent Glenn et co-écrit avec Christopher Yggdre, Les Films du Safran, 2002).

info@homnispheres.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Eduardo Galeano [Uruguay]   Dim 9 Sep 2007 - 8:35

: Le livre des étreintes |
Editions La différence
traduit de l'espagnol
par Pierre Guillaumin

Se souvenir: du latin re-cordis, repasser par le coeur"
Ce morceau de phrase, illustré par un petit dessin de l'auteur, comme sont illustrés tous les chapitres suivants, débute ce livre inclassable.
Auparavant, une note du traducteur Pierre Guillaumin, à propos du titre original "el libro de los abrazos" , que je recopie texto, car elle traduit bien ce qui suit !
Le mot français " étreinte", avec sa connotation violente ou charnelle, ne restitue pas exactement la chaleureuse sympathie d'accueil de l'"abrazo", ce geste amical si fréquent en Amérique latine , qui vous fait prendre dans vos bras toute personne que vous avez du plaisir à rencontrer ou de la tristesse à quitter, tout être humain auquel vous souhaitez manifester l'élan fraternel de votre coeur.
Mais, après tout, il y a de la violence et une indéniable participation charnelle dans les textes qu'on va lire qui sont autant d'évocations d'amis dont l'auteur partage les douleurs, les joies et les espérances, de souvenirs qui le ramènent à sa propre histoire ou à celle de son pays de scènes vécues ou rapportées dont il veut témoigner, de prises de position d'un compagnon de tous les exclus du monde".
Uruguayen exilé en Argentine, puis en Espagne pendant la dictature militaire, auteur de l'ouvrage "Les veines ouvertes de l'Amérique latine", Galeano offre là, donc, une somme de tous petits chapitres ,récits, contes, poèmes, très courts, mais quelquefois divisés en plusieurs épisodes.
Ca ne se raconte pas, ça se lit par petits bouts, chaque chapitre, illustré, je l'ai dit, a un titre dont je donne quelques exemples :
- La réalité est complètement folle
-La faim ("le système qui ne donne pas à manger ne donne pas non plus à aimer")
-La démémoire
-Les murs ont la parole, etc., etc.
Et ces quelques lignes en disent quelquefois beaucoup plus, comme souvent d'ailleurs quand les mots écrits rencontrent notre propre sensibilité que bien des pages lues auparavant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Eduardo Galeano [Uruguay]   Dim 9 Sep 2007 - 8:36

Extrait

Les puces rêvent de s'acheter un chien et les rien rêvent de ne plus être pauvres, ils rêvent d'un jour magique où la chance tomberait du ciel, en pluie drue ; mais la bonne fortune n'est pas tombée hier, elle ne tombera pas aujourd'hui, ni demain, ni jamais, elle ne tombe même pas en pluie fine, bien que les rien la réclament, bien que leur main gauche les démange, bien qu'ils se tiennent debout sur leur seul pied droit, ou commencent l'année avec un balai neuf.
Les rien: les enfants de personne, maîtres de rien
Les rien : les personne, les niés, ceux qui courent en vain, ceux qui se tuent à vivre, les baisés, les éternels baisés :
Qui ne parlent pas une langue mais un dialecte
Qui n'ont pas de religion mais des superstitions.
Qui ne sont pas artistes mais artisans.
Qui n'ont pas de culture, mais un folklore.
Qui ne sont pas des êtres humains mais des ressources humaines.
Qui n'ont pas de visage mais des bras.
Qui n'ont pas de nom, mais un numéro.
Qui ne figurent pas dans l'histoire universelle mais dans la presse locale.
Les rien qui ne valent pas la balle qui les tue."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pannonique
Envolée postale


Messages : 124
Inscription le : 06/09/2007
Age : 28
Localisation : dans les livres

MessageSujet: Re: Eduardo Galeano [Uruguay]   Dim 9 Sep 2007 - 11:55

J'ai lu des extraits de El siglo del viento et de El libro de los abrazos (en espagnol por favor Cool ) et je dois dire que...j'ai beaucoup aimé le côté léger de son écriture. Cependant je trouve que ses histoires (du moins ce que j'en ai lu) sont très biasées et on sent vraiment son côté anti-américanisme et anti-Occident, ce que je trouve un peu dommage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gaspard
Espoir postal
avatar

Messages : 35
Inscription le : 13/12/2007
Age : 54
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Eduardo Galeano [Uruguay]   Jeu 20 Déc 2007 - 11:12

j'aime beaucoup E. Galeano.
Les mémoires du feu comportent 3 volumes: les naissances, Les visages et les masques et Le siècle du vent.
Ce sont des textes très courts, écrits avec beaucoup de style et qui compose une histoire de l'amérique latine passionnante.
Par contre, reprocher son anti-américanisme à Galeano m'amuse. Galeano est aussi l'auteur du fameux: Les veines ouvertes de l' amérique latine, ou il dresse un réquisitoire contre le pillage du continent par les pays developpés. Il me semble que c'est indispensable à lire pour comprendre ce qui se noue dans les rapports economiques entre les pays du sud et du Nord. Alors Galeano n'est pas anti-américain pour le plaisir de l'être. Il vient d'un pays, l'Uruguay, qui au même titre que le Chili, l'Argentine, le Paraguay, le Brésil, ont fait les frais du fameux plan condor orchestré par les américains , et on deviendrait anti-américain, pour moins que ça. Pour autant, Galéano n'est pas qu'un militant qui brandit du slogan, c'est un auteur d'une très grande qualité et il faut vraiment lire Les mémoires de feu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
domreader
Zen littéraire
avatar

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Eduardo Galeano [Uruguay]   Dim 23 Déc 2007 - 18:50

Je ne connais pas les mémoires de feu ni Galeano d'ailleurs (je suis nulle en littérature d' Amérique Latine), mais tu me l'a vendu gaspard !

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maline
Zen littéraire
avatar

Messages : 5239
Inscription le : 01/10/2009
Localisation : Entre la Spree et la Romandie

MessageSujet: Re: Eduardo Galeano [Uruguay]   Lun 13 Avr 2015 - 15:32

Eduardo Galeano est décédé le 13 avril 2015 chez lui à Montevideo.

C'est un de ses romans que Barack Obama reçut comme cadeau du Vénézuélien Hugo Chávez pour mieux comprendre les blessures ouvertes de l'Amérique du Sud. Je ne sais ce qu'en a pensé le président américain mais la lecture de l'œuvre d'Eduardo Galeano reste un plaisir, même s'il a souvent mixé mythes et réalités  sourire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chamaco
Zen littéraire
avatar

Messages : 4366
Inscription le : 10/03/2013
Age : 71
Localisation : là haut, vers Aix...

MessageSujet: Re: Eduardo Galeano [Uruguay]   Sam 18 Avr 2015 - 16:15

Maline a écrit:
Eduardo Galeano est décédé le 13 avril 2015 chez lui à Montevideo.

C'est un de ses romans que Barack Obama reçut comme cadeau du Vénézuélien Hugo Chávez pour mieux comprendre les blessures ouvertes de l'Amérique du Sud. Je ne sais ce qu'en a pensé le président américain mais la lecture de l'œuvre d'Eduardo Galeano reste un plaisir, même s'il a souvent mixé mythes et réalités  sourire



Radialistas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aaronguide.com/
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Eduardo Galeano [Uruguay]   Sam 18 Avr 2015 - 16:28

il est charmant cet homme, pas lu encore l'auteur, mais pas le temps d'apprendre l'Espagnol Chamaco ! sourire

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Eduardo Galeano [Uruguay]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Eduardo Galeano [Uruguay]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de l'Amérique latine (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: