Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Mona Chollet

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Mona Chollet   Sam 19 Sep 2015 - 21:09

Mona Chollet



Les Editions de la Découverte nous disent que Mona Chollet est journaliste au Monde Diplomatique et co- animatrice du site « peripheries.net ».

Publications

   2001 : Marchands et citoyens, la guerre de l'Internet, avec Gébé, L'Atalante.
   2004 : La Tyrannie de la réalité, Calmann-Lévy. (repris en Folio-Actuel, 2006)
   2008 : Rêves de droite - Défaire l’imaginaire sarkozyste, Zones éditions.
   2009 : Les Editocrates, ou comment parler de (presque) tout en racontant (vraiment) n'importe quoi, ouvrage coécrit avec Olivier Cyran, Sébastien Fontenelle et Mathias Reymond, Éditions La Découverte
   2012 : Beauté fatale - Les nouveaux visages d'une aliénation féminine, Zones éditions.
   2015 : Chez soi, une odyssée de l'espace domestique, Zones éditions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Mona Chollet   Sam 19 Sep 2015 - 21:50

Beauté fatale



Citation :
La perfection, voilà l'ennemi !

Mona Chollet décrypte en quoi les diktats de la mode s'inscrivent dans des millénaires d'aliénation féminine à travers le classique « Sois belle et tais-toi ! », pour cantonner les femmes  dans un rôle de frivolité et de soumission. Le souci de l'apparence est présenté comme le grand questionnement de nos vies, annihilant toute remise en question, générant une docilité sociale dans un consumérisme décervelé .
Elle analyse les mécanismes qui formatent dès l'enfance le petit enfant féminin à travers la publicité, le langage des parents et des médias, puissants soutiens d'une industrie, abusivement assimilée à un institution culturelle voire artistique, et planétairement florissante. Elle déconstruit l'image des mannequins et autres stars, dont la vie, abusivement maquillée en conte de fée,  est donnée en pâtée aux consommatrices pour les bercer d'illusions dévastatrices de beauté, de minceur, de blancheur .

Citation :
La confusion des genres entre mode et culture, information et publicité est d'autant plus digne d'attention qu'elle se double d'une offensive idéologique majeure. Déguisant l'agressivité commerciale en philanthropie, ou plus exactement philogynie, elle véhicule le présupposé selon lequel les femmes occidentales, aujourd'hui, ont tout gagné :  elles ont obtenu l'égalité, vaincu le machisme, tout va bien dans le meilleur des mondes, et, pour fêter ce remarquable succès, elles ont bien mérité une nouvelle paire d'escarpins. Une sorte de « fin de l'Histoire » au féminin, en somme.

C'est parfois un peu brouillon, parfois un peu scolaire dans une énumération de citations et d'exemples. Mais  c'est toujours bien satisfaisant de voir écrites un certain nombre de vérités outrageantes, de se sentir moins seule dans  des convictions qui nous font nous éloigner du dogme, du conformisme, de l'obéissance, de croiser un esprit de résistance à un ordre établi basé sur le profit et l’assouvissent des désirs masculins, de lire un appel à la rébellion.

J’ai (beaucoup) moins aimé le dernier chapitre, où Mona Chollet règle leur compte à un certain nombre d’hommes exposés,  trop amateurs et consommateurs  d’allégeance sous forme de chair fraîche, qui, dans l'étalage,  ressemble par moments un peu trop à la presse poeple qu'elle vilipende. Et surtout la conclusion  bizarre et vaguement effrayante que nos sociétés occidentales feraient bien de prendre  exemple sur l'organisation des harems, où l'affinité intellectuelle viendrait à égalité avec l'appétit érotique, où « l'enfermement est spatial , alors que, en Occident, il est immatériel et se fait dans l'image d'elles-mêmes qu'on impose aux femmes. ».....Hum ….

Bref… Je passerai (quoique difficilement )sur ces petits égarements de dernier moment, et je retiendrai un livre mené avec humour sinon avec rigueur, qui vaut bien son pesant de flacons de vernis à ongles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 27
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Mona Chollet   Dim 20 Sep 2015 - 22:23

Pour ma part, j'avais beaucoup aimé cet essai, lu en 2012.

Je remets ci-dessous mon petit mot de l'époque :

colimasson a écrit:
Livre génial...

Beauté fatale - Les nouveaux visages d'une aliénation féminine (2012) de Mona Chollet




Ça faisait déjà un moment qu’on commençait à sentir qu’il couvait quelque chose d’ambigu derrière les couvertures parfaites reflétées par les magazines féminins. Ces publications, présentées comme des mines d’informations dont les femmes se délectent, avaient fini par nous donner l’impression que leurs conseils visaient d’abord à satisfaire les attentes des hommes et des industriels avant de satisfaire celles de leurs lectrices. Premiers vecteurs de l’aliénation féminine, les magazines féminins méritent qu’on s’attarde en profondeur sur leurs articles d’une superficialité revendiquée, première étape de la compréhension d’un phénomène de pression sociale dont les femmes sont victimes aujourd’hui peut-être encore plus que hier. Mona Chollet aborde cette réflexion dans son essai et va également plus loin puisqu’elle qualifie cette obligation de se fondre dans le moule de la Beauté fatale comme l’un des nouveaux visages d’une aliénation féminine. « Aliénation » : le mot est fort mais bien choisi pour désigner un processus de manipulation violent et sournois qui prend les formes d’une intentionnalité bien dirigée et dont la plupart des femmes ne sont même plus conscientes.


Mona Chollet dévoile la mascarade. Fini le sourire triomphant des starlettes, l’allure fière des mannequins, l’euphorie presque hystérique des acheteuses compulsives, l’enthousiasme naïf des bloggeuses de mode. Leur joie apparente à provoquer un « prurit de la carte bancaire », à revêtir des tenues inconfortables, à s’affamer pour pousser à l’extrême la ressemblance avec les canons de la mode véhiculés, est-elle une joie véritable ? ou n’est-elle qu’une des autres parures de la Beauté fatale, destinée à réduire la femme à l’objet inoffensif qui ne provoque pas de remous ? Car là se situe le vrai nœud du problème : en faisant croire à la femme que la maîtrise de son apparence et que l’accès libre, autorisé et socialement reconnu aux méthodes de séduction lui permettent d’accéder à une autonomie neuve, l’asservissement se renforce et devient moins difficile à cerner que s’il était promu ouvertement par des moyens tyranniques. Pour Mona Chollet, il s’agit même de la cause principale des lenteurs qui agissent dans le féminisme « politisé » -celui qui vise à l’obtention de la parité :


« Les pressions sur leur physique, la surveillance dont celui-ci fait l’objet sont un moyen rêvé de les contenir, de les contrôler. Ces préoccupations leur font perdre un temps, une énergie et un argent considérables ; elles les maintiennent dans un état d’insécurité psychique et de subordination qui les empêche de donner la pleine mesure de leurs capacités de profiter sans restriction d’une liberté chèrement acquise. »


Sur cette trame de pensée générale, Beauté fatale se divise en plusieurs parties, chacune consacrée à l’un des visages de cette aliénation. Comment se perpétue-t-elle et s’amplifie-t-elle dans le temps ? Pourquoi assiste-t-on à l’apparition d’objets de culte, tels les « it bag » ? L’essor du domaine industriel et du marketing est fortement corrélé à la pression croissante que subissent les femmes. Pour gagner en efficacité, le complexe de la mode et de la beauté n’hésite pas à se parer de prétentions culturelles et à trouver des vecteurs variés dont l’apparence semble innocente. Quelques exemples ? On peut citer les séries télévisées, les publicités à visée cinématographiques, la mise en avant d’égéries ou le sponsor de bloggeuses... Mona Chollet va plus loin encore en investissant la réalité des « persécutrices » de la mode : qui sont ces actrices, mannequins ou rédactrices qui participent à l’aliénation de leurs pairs ? On découvre la réalité du monde du mannequinat ou du cinéma, bien loin des sourires auréolés arrachés par obligation.




Dans son essai, Mona Chollet cherche des explications à la réussite triomphante de ce modèle d’aliénation. Elle en trouve à la fois dans le contexte économique –la crise et les difficultés professionnelles espérant être surmontées par des avantages physiques et une capacité à savoir se vendre-, dans l’histoire et la culture de l’Occident –plus encore de l’Europe latine et de son « art de la séduction » illustré par l’exemple récent de Dominique Strauss-Kahn-, dans la démocratisation de la culture et l’apparition d’une culture de masse –vecteur principal des critères de conformité sociale- et peut-être aussi dans la perte de valeurs familiales solides, dans une dégradation des rapports sociaux globaux entre individus.


Derrière tout cela, l’image de la femme « pensante » est légère, voire inexistante, et Mona Chollet s’interroge, en conclusion de son essai, sur les raisons qui sont à la base de cette terreur toute masculine de voir les femmes se mettre à penser. Quant à elle, Mona Chollet ne craint pas de détruire ses pouvoirs innés de séduction en menant une réflexion élaborée sur les nouveaux visages de l’aliénation féminine. Si le pseudo-féminisme des magazines féminins avait pu dégoûter ses lectrices d’appartenir à la gente féminine moderne, Beauté fatale leur permettra d’accéder à une véritable réflexion féministe qui s’attaque au cœur du problème. Connaître les rouages de la manipulation ne permet peut-être pas de lutter contre des conditionnements intégrés depuis longtemps, mais permet de les mettre en évidence dans la vie quotidienne et d’essayer, peu à peu, de s’en éloigner et d’accéder à une liberté bien plus émancipatrice que celle autorisée par la consommation.


Et je crois que Pia l'a lu aussi...

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 73
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Mona Chollet   Dim 20 Sep 2015 - 22:35

oui mais Coli tu n'a pas relevé comme Topocl " Et surtout la conclusion bizarre et vaguement effrayante que nos sociétés occidentales feraient bien de prendre exemple sur l'organisation des harems, où l'affinité intellectuelle viendrait à égalité avec l'appétit érotique, où « l'enfermement est spatial , alors que, en Occident, il est immatériel et se fait dans l'image d'elles-mêmes qu'on impose aux femmes. ».....Hum …."


_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 27
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Mona Chollet   Dim 20 Sep 2015 - 22:50

Oui, ça ne m'avait pas marqué.

Le dernier chapitre était en effet un peu racoleur, mais pas suffisant pour atténuer la qualité du reste.

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Mona Chollet   Lun 21 Sep 2015 - 9:13

Bédoulène a écrit:
oui mais Coli tu n'a pas relevé comme Topocl " Et surtout la conclusion bizarre et vaguement effrayante que nos sociétés occidentales feraient bien de prendre exemple sur l'organisation des harems, où l'affinité intellectuelle viendrait à égalité avec l'appétit érotique, où « l'enfermement est spatial , alors que, en Occident, il est immatériel et se fait dans l'image d'elles-mêmes qu'on impose aux femmes. ».....Hum …."
colimasson a écrit:
Oui, ça ne m'avait pas marqué.

Le dernier chapitre était en effet un peu racoleur, mais pas suffisant pour atténuer la qualité du reste.

Ce sont les quatre dernières pages qui parlent de cette histoire de harem. je pense que Mona Chollet veut dire que nous n’avons pas forcément à faire les fiers, que d'une certaine façon la femme est autant bridée, quoique par d’autres procédés , dans la société occidentale que dans la société orientale (musulmane polygame en fait). C'est sans doute dans l'idée de faire une image choc qui fait réfléchir, mais c'est exprimé de façon qu'on pourrait croire qu'elle fait l'apologie du harem.

Cependant, je suis d'accord, la "dérive" du dernier chapitre n'enlève rien à l'intérêt global du livre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Mona Chollet   Lun 21 Sep 2015 - 9:21

A vrai dire, je pleure chaque fois que je feuillette le Figaro Madame (et consoeurs) qu'on me donne pour alimenter ma salle d'attente. Et Mona Chollet ne va pas m'aider à sécher mes larmes, à moins qu'elles ne se transforment en rage, et que je limite les lectures de mes patients à des choix plus judicieux à mon goùt, mais qui leur plairont moins..

Je me disais aussi que depuis une dizaine d'années , la mode s'empare plus activement de l'univers masculin, qu'elle souhaite à son tour,les dégâts étant solidement installés chez les femmes, transformer en pompe à fric, ne s'occupant que de leur corps,et pendant ce temps, au moins, ils ne pensent pas à mal....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 37
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Mona Chollet   Lun 21 Sep 2015 - 10:46

(essaye peut-être autre chose que la presse automobile pour te remonter le moral).

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 50
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: Mona Chollet   Lun 21 Sep 2015 - 16:46

topocl a écrit:
Bédoulène a écrit:
oui mais Coli tu n'a pas relevé comme Topocl " Et surtout la conclusion  bizarre et vaguement effrayante que nos sociétés occidentales feraient bien de prendre  exemple sur l'organisation des harems, où l'affinité intellectuelle viendrait à égalité avec l'appétit érotique, où « l'enfermement est spatial , alors que, en Occident, il est immatériel et se fait dans l'image d'elles-mêmes qu'on impose aux femmes. ».....Hum …."
colimasson a écrit:
Oui, ça ne m'avait pas marqué.


Ce sont les quatre dernières pages qui parlent de cette histoire de harem. je pense que Mona Chollet veut dire que nous n’avons pas forcément à faire les fiers, que d'une certaine façon la femme est autant bridée, quoique par d’autres procédés , dans la société occidentale que dans la société orientale (musulmane polygame  en fait). C'est sans doute dans l'idée de faire une image choc qui fait réfléchir, mais c'est exprimé de façon qu'on pourrait croire qu'elle fait l'apologie du harem.


Moi non plus ce ne m'avait pas marqué. Mais je l'ai lu il y a quelques temps et je serais bien incapable de faire un commentaire dessus maintenant. Je crois que je l'avais plus vu comme tu l'as écrit dans ton dernier commentaire Topocl. Que nous sommes autant bridées mais par d'autres procédés. Sa façon de le dire a peut-être été un peu maladroite. Il faudra que je relise les quatres dernières pages.

J'avais bien envie de lire son dernier livre  Chez soi, une odyssée de l'espace domestique. ça me déculpabilisera peut-être! sourire

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Mona Chollet   Lun 21 Sep 2015 - 17:58

Celui-là et la tyrannie de la réalité font envie, en effet!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 27
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Mona Chollet   Jeu 24 Sep 2015 - 23:39

topocl a écrit:

Ce sont les quatre dernières pages qui parlent de cette histoire de harem. je pense que Mona Chollet veut dire que nous n’avons pas forcément à faire les fiers, que d'une certaine façon la femme est autant bridée, quoique par d’autres procédés , dans la société occidentale que dans la société orientale (musulmane polygame  en fait). C'est sans doute dans l'idée de faire une image choc qui fait réfléchir, mais c'est exprimé de façon qu'on pourrait croire qu'elle fait l'apologie du harem.

Cependant, je suis d'accord, la "dérive" du  dernier chapitre n'enlève rien à l'intérêt global du livre.

Il m'avait semblé que Mona Chollet voulait revenir sur une image peut-être trop négative du harem comme espace d'exclusion des femmes, hors du monde extérieur. Elle voulait montrer qu'il y avait peut-être là une forme d'intégration dont nous, femmes occidentales, aurions perdu le sens. Un passage du livre de Mona Chollet m'avait profondément marquée : elle disait que la femme d'aujourd'hui perdait tous ses repères parce que toutes les formes de solidarité traditionnelle féminine étaient progressivement abolies. La vie active par exemple constitue le premier pas d'un étiolement décisif des liens entre les femmes. Dans cet éloignement mutuel, comment peut-on encore continuer à respecter ce que représente la femme ?

Moi-même, j'ai du mal à imaginer que ça pourrait me plaire d'être entourée exclusivement de femmes pendant de longues heures, dans une proximité telle que celle imposée par le harem. Ca me répugne et pourtant, j'en ressens une certaine nostalgie, comme si cela pourrait peut-être bien résoudre certains de mes problèmes actuels.

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 50
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: Mona Chollet   Ven 25 Sep 2015 - 11:48

colimasson a écrit:

Ca me répugne et pourtant, j'en ressens une certaine nostalgie, comme si cela pourrait peut-être bien résoudre certains de mes problèmes actuels.

encouragement


Moi aussi j'ai relu les dernières pages Topocl.

Disons que ce qui peut gêner est que Mona Chollet finit sur ces pages. On peut vite croire qu’elle veut faire l’apologie de la vie du harem puisqu’il n’y a pas vraiment de critiques négatives de sa part, à part l’idée d’enfermement qu’elle souligne. Ce que j’ai compris c’est qu’en reprenant les propos de Fatema Mernissi elle semble dire qu’en Orient, l’homme ne demande pas à la femme d’être idiote pour la trouver attirante au contraire, et que c’est pour ça qu’elle est enfermée. L’homme ne veut en profiter que dans l’intimité, et semble avoir du mal à contenir le flot. Alors qu’en Occident, il est de bon ton de dire qu’une femme doit être libre et doit se développer intellectuellement, mais que par peur les hommes se tournent vers des femmes idiotes, plus accessibles et moins effrayantes. C’est un peu noir et blanc comme idées, mais certains pensent surement comme ça.

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan


Dernière édition par pia le Ven 25 Sep 2015 - 12:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Mona Chollet   Ven 25 Sep 2015 - 11:59

Oui, tout a fait, c'est vraiment dommage de finir là-dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Mona Chollet   Ven 9 Oct 2015 - 22:12

Chez soi, une odyssée de l'espace domestique



Mona Chollet entrecroise des thèmes tournant, de près ou de loin,  autour de l’habitat, du chez-soi. L'unité qui en ressort est une analyse des situations d' aliénation (notamment féminines) et des inégalités, qui empêchent d'en profiter à sa guise, et une évocation de solutions pour une société qui s'y prêterait mieux.

Mona Chollet explique  en quoi l'espace domestique, le lieu propre, la chambre à soi  sont pour elle et beaucoup d'autres un lieu de ressourcement, d'énergie positive, de béatitude et de créativité ; et ce malgré les regards de travers, les conseils d'aller voir ailleurs, les exhortations à bouger. C'est une éloge des casaniers. Mode de vie qu’elle  ne considère pas comme « le meilleur » pour tous (elle parle de Nicolas Bouvier ) mais celui qui lui convient, qui lui permet à sa façon de mieux appréhender le monde que dans le mouvement,  et auquel elle a droit. (Cette partie entre sérieusement en résonance avec beaucoup de ce qui a été dit ces jours-ci sur le fil « Pourquoi lisez-vous ? »)

Internet, ouverture magique sur le monde offerte aux immobiles, a révolutionné leur univers, transformé la chambre en réceptacle.

Elle étudie ensuite ce qui peut constituer un obstacle à  la jouissance de ce lieu propre, reflet de nous-mêmes.
Le manque de temps (nos vie dévorées par les contraintes et le travail qui ne laissent plus place à la contemplation et à l 'étude), le manque d'espace (avec un détour vers les sans-abris et la crise l'immobilier)
La nécessité de l'entretien de ce lieu, qu'il soit confié aux domestiques ou « aides à la personnes » , ou assumé ( le plus   souvent et comme si c'était naturel, par la femme). Celle-ci est aux premières loges pour subir le carcan d'une société pour qui bonheur domestique veut dire bonheur conjugal et maternité épanouie, alors qu'existent  des solutions alternatives , en solitaire ou en habitat participatif de tous type.

Et cela finit sur quelques expériences architecturales (architecture japonaise traditionnelle, architectures expérimentales et sociales, « hutte primitive », squats) qui alimentent les réflexions, aspirations et rêveries de Mona Chollet sur un « habitat idéal ».


Ce livre va bien au delà de l' apologie du bien-être en soi ou chez soi. C'est  une étude sociologique de la vie en société et en couple/famille de nos jours, une étude critique des dérives liées à une organisation capitaliste qui privilégie le travail sur l’épanouissement, le profit sur le bien-être, l’asservissement  de l'autre  (la femme, le pauvre ) à son propre bénéfice. Tout ce qui empêche en quelque sorte que le « casanier » soit regardé avec bienveillance, ou que faute de moyens il puisse vivre en fonction de ce besoin.

Mona Chollet propose ses solutions ou celles trouvées par d'autres,  collectives( revenu minimal universel, salaire ménager..) ou individuelles. Elle sent bien qu'elles ne sont qu'un premier pas, ou même une amorce pour la réflexion, vers un changement de mentalités et de modes de vie.


On pourra reprocher à ce livre d'être disparate  par une cohérence parfois lointaine avec le thème de départ, et un certain esprit de système qui pousse à observer d'un seul point de vue, à tenir l'exemple comme preuve.
Ce n'en est pas moins une ouverture sur un mode de pensée, une façon de percevoir et d'être sensible au monde qui nous entoure, de dénoncer  ses artifices,  ses hypocrisies et de croire que tout cela n'est pas inéluctable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 73
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Mona Chollet   Sam 10 Oct 2015 - 8:35

Je vais finir par la lire après ce nouveau commentaire intéressant.

Et cela finit sur quelques expériences architecturales (architecture japonaise traditionnelle, architectures expérimentales et sociales, « hutte primitive », squats) qui alimentent les réflexions, aspirations et rêveries de Mona Chollet sur un « habitat idéal ».

cite t' elle la maison du "fada" Le Corbusier à Marseille ? sourire

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mona Chollet   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mona Chollet
Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Une nouvelle théorie fait surface sur… l’identité de Mona Lisa
» Récap de février
» MONA
» La Joconde
» Joannie a très tôt réappris à marcher - Sa mère, Mona

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature non romanesque (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: