Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Marcel Proust

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 13 ... 25  Suivant
AuteurMessage
lekhan
Main aguerrie
avatar

Messages : 324
Inscription le : 20/08/2007
Age : 27
Localisation : Poitiers-Biarritz

MessageSujet: Marcel Proust   Lun 10 Sep 2007 - 16:57



Voilà que je cherche, je cherche, et me rends compte qu'il n'y a pas eu de Chronique, de fil sur Marcel Proust.


Biographie:

Citation :
Marcel Proust est né à Paris le 10 juillet 1871 dans le seizième arrondissement. Son père, Adrien Proust, est professeur agrégé de médecine, et sa mère, Jeanne Weil, est la fille d'un riche agent de change. Marcel Proust est un enfant chétif, sensible et il souffre des bronches. Il adore sa mère et dès son jeune âge se montre très sociable. Un jour, vers l'âge de dix ans, il est pris d'une très grave crise d'asthme; une crise si violente que son père crut qu'il allait mourir. En 1881, il entre au lycée Condorcet, où malgré sa santé fragile, il obtient de brillants résultats. Il obtient son bac en 1889 et effectue son service militaire à Orléans.


Il poursuit ensuite ses études à la faculté de droit et à l'Ecole libre des Sciences Politiques. Il commence à fréquenter les salons littéraires et collabore à la petite revue Le Banquet. Les textes qu'il donne à cette revue seront regroupés en 1896 sous le titre les Plaisirs et les Jours.

En 1894, il passe ses vacances à Trouville et à Cabourg, région que l'on retrouvera dans la Recherche du Temps Perdu. En 1895, il se passionne pour l'affaire Dreyfus. C'est cette année-là qu'il commence son roman Jean Santeuil, roman sur lequel il travaillera jusqu'en 1899 mais qu'il ne terminera jamais. Il paraîtra inachevé en 1952. En 1900, il fait avec sa mère un voyage à Venise. Son père meurt en 1903 et sa mère en 1905. Le deuil de sa mère l'affectera pendant plusieurs années. En 1906, Marcel Proust s'installe Boulevard Haussmann, dans un appartement tapissé de liège et hermétiquement clos. Il échappe ainsi du même coup aux tentations d'un monde futile trop aimé et aux graminées tant redoutées.


En 1909, Proust se consacre exclusivement à son œuvre. Il conçoit cet immense projet de faire revivre les jours enfuis dans un ouvrage intitulé A la recherche du temps perdu. Il commence à rédiger la première partie, Du Côté de chez Swann. Il travaille la nuit, se repose le jour et reste enfermé chez lui. Quelques extraits paraissent dans le Figaro, mais ce premier volume (environ sept cents pages), prêt à être publié en 1912, ne trouve pas d'éditeur. Il sera notamment refusé chez Gallimard par André Gide qui se reprochera longtemps ce refus. Finalement Marcel Proust fait paraître Du Côté de chez Swann, à compte d'auteur, chez Bernard Grasset en 1913. Il annonce aussi pour l'année suivante la suite : Du Côté des Guermantes et le Temps Retrouvé.


En mai 1914, Marcel Proust vit un drame personnel en la mort accidentelle d'Alfred Agostinelli qui était son ami depuis 1907. Proust l'engage d'abord comme chauffeur et il devient en 1912 son secrétaire. Puis c'est la guerre qui empêche Proust de publier la suite de son premier volume comme il l'avait annoncé. En raison de son éat de santé, marcel Proust ne sera pas mobilisé. Il faut attendre 1919, pour que paraisse à la NRF, A l'ombre des Jeunes filles en fleurs, qui obtient cette année-là le prix Goncourt. Les 2 années suivantes il publie successivement les tomes 1 et 2 du Coté des Guermantes ainsi que la première partie de Sodome et Gomorrhe. En avril 1922 paraissent la deuxième partie de Sodome et Gomorrhe. Epuisé, Marcel Proust meurt d'une pneumonie le 18 novembre


Avant de s'éteindre, il a demandé à Jacques Rivière et à son frère Robert de publier le reste de son œuvre. La Prisonnière paraît en 1923, Albertine disparue en 1925 et le Temps retrouvé en 1927
Bibliographie

Citation :
Index: (cliquez sur les numéros de page pour y accéder directement)
À la recherche du temps perdu
1913 Du côté de chez Swann, pages 3 , 5 , 6 , 9, 20, 22,
Partie 1 : Combray
Partie 2 : Un amour de Swann pages 2 , 6, 13, 19 
Partie 3 : Noms de pays : le nom
1918 À l'ombre des jeunes filles en fleurs, pages 7 , 9, 13,  14, 22,
Partie 1 : Autour de Mme Swann
Partie 2 : Noms de pays : le pays
1921-1922 Le Côté de Guermantes I et II, pages 6 , 7 , 9, 17, 22,
1922-1923 Sodome et Gomorrhe I et II, pages, 14, 5 , 7 , 9, 15,  
1923 La Prisonnière, pages 8 , 10, 16,
1925 Albertine disparue, page 10, 17,  
1927 Le Temps retrouvé, page 10

Divers
1896 Les Plaisirs et les Jours, page 11
1904 La Bible d'Amiens, préface, traduction et notes de l'ouvrage de John Ruskin The Bible of Amiens,
1906 Sésame et les lys, traduction de l'ouvrage de John Ruskin Sesame and Lilies,
1919 Pastiches et Mélanges,
1927 Chroniques,
1952 Jean Santeuil, page 18
1954 Contre Sainte-Beuve, page 19, 21  
2009 Chardin et Rembrandt,
2012 Le Mensuel retrouvé, précédé de Marcel avant Proust de Jérôme Prieur,

Autour de Marcel Proust
BD : A la recherche du temps perdu par Stéphane Heuet, page 3

Citation :
mise à jour le 03/03/2015 page 22

Si je conseille de lire A la recherche du temps perdu, c'est avant tout pour voir le rapport de l'auteur à son écriture. Le style est d'une transparence classique, et on se règle de noms plus ou moins inventés, évoquant à eux seuls un champ de possible qui ne sera exploré que lentement, dans une lecture haletante par l'oublie du point. Une lecture ou prend corps la longueur d'un regard sur un paysage, l'importance d'un baiser, ou bien encore la triste proportion des échecs successifs d'écriture.

Par ailleurs je conseille plus vivement (car il faut beaucoup moins de temps, et la lecture se fait d'une traite), Sur la lecture, qui est un vrai régale, sur le rapport de l'homme au livre.
Les descriptions y sont d'une poignante réalité et on se sent amené devant notre cheminé à lire confortablement avant l'heure du diner ou du déjeuner notre petit livre juste épousseté.


J'essaierais de poster quelques choses sur A la recherche du temps perdu, mais il va me falloir le relire... Alors un peu de patience^^.[u]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://collectif-ennui.blogspot.com/
Isidore Ducasse
Envolée postale
avatar

Messages : 166
Inscription le : 17/08/2007
Age : 26

MessageSujet: Re: Marcel Proust   Lun 10 Sep 2007 - 18:12

J'ai lu Sur la lecture, et j'aimerais vraiment lire un des ses autres ouvrages, car je l'associe toujours à une part d'étrange et dans ma tête, je ne sais pas exactement ce qu'il est, ni ce qui fait sa spécificité, il y a tellement de lecteurs qui l'adulent.

Je voudrais avoir un peu plus de renseignement sur ce qui fait justement qu'il soit si bon, l'idée que j'ai de lui est seulement sa madeleine, ce qui n'est pas vraiment de quoi se forger une opinion...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
troglodyte
Main aguerrie
avatar

Messages : 342
Inscription le : 26/05/2007
Age : 47
Localisation : Strasbourg

MessageSujet: Re: Marcel Proust   Lun 10 Sep 2007 - 20:08

. . Dans Proust fantôme de Jérôme Prieur on apprend que Proust était fou amoureux d'une descendante du marquis de Sade, descendante dont le patronyme n'était pas "de Sade", il semble qu'un des descendants ait changé son patronyme car "de Sade" était inportable.
. . Et si je jouais le rôle du critique littéraire pompeux, je dirais que Proust est à la littérature ce que Mozart est à la musique : plein d'aisance, de fluidité, de légèreté !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Babelle
Zen littéraire
avatar

Messages : 5065
Inscription le : 14/02/2007
Localisation : FSB

MessageSujet: Re: Marcel Proust   Dim 13 Jan 2008 - 10:57

troglodyte a écrit:
. . . je dirais que Proust est à la littérature ce que Mozart est à la musique : plein d'aisance, de fluidité, de légèreté !
C'est cette musique-là que j'aimerais trouver chez Proust, mais je me suis toujours éloignée bien loin de sa lecture, avec l'idée qu'il était impossible d'en faire jamais le tour à moins d'y consacrer des années.
Comme Isidore D. j'ai laissé se figer l'auteur dans cette madeleine... et si l'image en est devenue le classique incontournable de notre littérature, elle a aussi réduit la connaissance de l'oeuvre tout entière.
Je me sens toujours perdue lorsqu'en exergue d'un ouvrage que j'aime particulièrement, l'auteur a choisi d'inscrire une phrase tirée de La Recherche...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://macrofictions.blogspot.com/
lekhan
Main aguerrie
avatar

Messages : 324
Inscription le : 20/08/2007
Age : 27
Localisation : Poitiers-Biarritz

MessageSujet: Re: Marcel Proust   Dim 13 Jan 2008 - 11:31

L'évidence est qu'il faut prendre le temps de lire les quelques 2500 pages d' A La Recherche du temps perdu.

Finalement ça n'est qu'une dizaine de livres, un mois de lecture. Je ne dis pas que ce style, ces description, ce jeu entre lettres et couleurs intéressent, ennivrent tout le monde, mais il n'en faut pas moins prendre à cœur de lire au moins Combray pour comprendre de quoi part et où arrive la littérature du 20éme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://collectif-ennui.blogspot.com/
Fantaisie héroïque
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2182
Inscription le : 05/06/2007
Age : 29
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Marcel Proust   Dim 13 Jan 2008 - 12:48

J'ai fini il y a peu le deuxième volume de Sodome et Gomorre, qui est pour l'instant l'un de mes préférés avec Du côté de chez Swann (essentiellement pour Combray, qu iest vraiment très important, je te rejoins là dessus, lekhan) . La description des trajets du petit chemin de fer est épatante, et puis ce volume est davantage tourné vers le baron de Charlus, personnage qui me fascine littéralement.
Par contre,un mois pour lire toute la Recherche me semble un peu rapide Laughing , je ne suis pas sûre qu'on puisse la savourer en aussi peu de temps...

Tu parlais d'ennivrement, lekhan : je crois que cela s'adapte à mon cas personnel : Proust m'ennivre totalement.

_________________
Ce que j'ai souvent éprouvé plus tard, je le pressentis alors en quelque sorte, savoir : que l'on n'a pas le droit d'ouvrir un livre si l'on ne s'engage pas à les lire tous.

[Rilke, Les cahiers de Malte Laurids Brigges]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/fantaisie_heroique
Anne
Envolée postale


Messages : 139
Inscription le : 04/01/2008
Age : 34

MessageSujet: Re: Marcel Proust   Dim 13 Jan 2008 - 13:20

troglodyte a écrit:
. . Dans Proust fantôme de Jérôme Prieur on apprend que Proust était fou amoureux d'une descendante du marquis de Sade, descendante dont le patronyme n'était pas "de Sade", il semble qu'un des descendants ait changé son patronyme car "de Sade" était inportable.

Je croyais que Proust préférait les hommes?! scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://annepotter.forums-actifs.com
monilet
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2658
Inscription le : 11/02/2007
Age : 67
Localisation : Essonne- France

MessageSujet: Re: Marcel Proust   Dim 13 Jan 2008 - 15:13

J'ai lu au moins les huit dixièmes de la Recherche ( je suis maso)et cela ne m'a pas enivré. Je crois qu'il m'ennuie un peu ; pour moi il s'attarde trop sur des choses qui n'en valent peut-être pas la peine. Bon, il en faut pour tous les goûts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://claudecolson.wordpress.com/
Le Bibliomane
Zen littéraire
avatar

Messages : 3403
Inscription le : 21/02/2007
Age : 51
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Marcel Proust   Dim 13 Jan 2008 - 19:16

Personnellement j'ai adoré et dévoré "A la recherche du temps perdu", que j'ai lu d'une traite (en cela je rejoins Lekhan : ce n'est après tout qu'un mois de lecture) pour éviter de saucissonner ma lecture et de trop temporiser entre deux romans. Bref, immersion totale. J'en suis resté émerveillé et sans voix.
Maintenant j'attends le moment où je me déciderai enfin à relire Proust.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebibliomane.blogspot.com/
Babelle
Zen littéraire
avatar

Messages : 5065
Inscription le : 14/02/2007
Localisation : FSB

MessageSujet: Re: Marcel Proust   Dim 13 Jan 2008 - 19:41

Le lecteur de Proust s'ennuie tandis qu'un autre ne finira pas de s'en émerveiller, il me semble que j'ai toujours entendu ça. Trouvons un compromis. Je vais revoir mon Swann de Cambray.
-Anne, il est donc possible que Proust ait aimé hommes et femmes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://macrofictions.blogspot.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Marcel Proust   Dim 13 Jan 2008 - 20:10

Ah Proust ! Je me suis souvent perdue dans ses longues phrases qui épousent les circonvolutions de la pensée, et quelquefois trouvée.
Si je n'accroche pas toujours à ses descriptions minutieuses d'une église ou d'un tableau, j'apprécie souvent l'élégance de son style, le charme de certaines de ses images :"Un homme qui dort, tient en cercle autour de lui le fil des heures, l'ordre des années et des mondes", son originalité : dans je ne sais quel tome, la recette détaillée du boeuf en gelée est suivie d'une analyse psychologique détaillée... Very Happy

Mais plus que tout, c'est sa remise en cause des normes sociales en vigueur de son époque qui m'avait intéressée lors de ma première lecture, assortie de quelques réalités dignes de La Rochefoucauld : "On devient moral dès qu'on est malheureux" (A l'ombre des jeunes filles en fleurs)

Une petite dernière : "En voyant qu'elle n'était plus dans le salon, Swann ressentit une souffrance au coeur; il tremblait d'être privé d'un plaisir qu'il mesurait pour la première fois, ayant eu jusque-là cette certitude de le trouver quand il le voulait, qui pour tous les plaisirs vous diminue ou même vous empêche d'apercevoir aucunement leur grandeur."
Revenir en haut Aller en bas
troglodyte
Main aguerrie
avatar

Messages : 342
Inscription le : 26/05/2007
Age : 47
Localisation : Strasbourg

MessageSujet: Re: Marcel Proust   Dim 13 Jan 2008 - 22:16

monilet a écrit:
[...] ; pour moi il s'attarde trop sur des choses qui n'en valent peut-être pas la peine. [...]
C'est justement sa capacité à passer d'un coup de baguette magique de la petite chose à la grande qui me transporte !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miss Tics
Posteur en quête
avatar

Messages : 92
Inscription le : 03/06/2007
Age : 42
Localisation : Bordeaux

MessageSujet: Re: Marcel Proust   Dim 13 Jan 2008 - 22:42

Proust bénéficie souvent d'une mauvaise réputation : long, descriptif, nombriliste... et pourtant lorsque l'on veut bien se plonger dans son univers, on se laisse si volontiers transporter.

Je souviens m'être rendu à Illiers-Combray dans la maison de Proust. Depuis la fenêtre on aperçois les fameux clochers de Martinville et tout ce qu'on a lu prend corps.K (bon, dommage en revanche pour les bars du genre "à la bonne madeleine" dans le coin).

Bref, moi, Proust, je l'aime, vous l'aurez compris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://misstics.canalblog.com
Ed the Grocer
Espoir postal
avatar

Messages : 20
Inscription le : 14/01/2008
Age : 55
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Marcel Proust   Lun 14 Jan 2008 - 14:25

La difficulté de Proust, il me semble, c'est qu'il faut lire la Recherche d'une traite pour avoir une bonne vision d'ensemble : le baptistère de saint marc à la fin du Temps retrouvé répond à la madeleine du début , et on se trouve alors bien plus loin que tous les autres niveaux de lecture volume par volume ( mondaine, historique, sociale ,etc ) , tout simplement à une représentation de l'homme et du sens de sa vie , ce qui est peut être uen des fonctions de la littérature ?

J'ai eu la chance de pouvoir relire la recherche dans une des toutes premières éditions retrouvée dans une maison de campagne , mal corrigée par Proust : par exemple au lieu de Bergotte , on trouvait en toute lettre Bergson ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Babelle
Zen littéraire
avatar

Messages : 5065
Inscription le : 14/02/2007
Localisation : FSB

MessageSujet: Re: Marcel Proust   Lun 14 Jan 2008 - 20:52

Ed the Grocer a écrit:
J'ai eu la chance de pouvoir relire la recherche dans une des toutes premières éditions retrouvée dans une maison de campagne , mal corrigée par Proust : par exemple au lieu de Bergotte , on trouvait en toute lettre Bergson ...
Une expérience intéressante. En creusant un peu je vois qu'un essai a été réalisé qui compare la conception du temps Wink entre Bergson et Proust dans leur oeuvre respective ...
Mais, au fait, Bergote n'incarne-t-il pas dans la recherche Anatole France, dont Proust estimait l'oeuvre?

>Le clin d'oeil est destiné au spécialiste de l'horlogerie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://macrofictions.blogspot.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Marcel Proust   

Revenir en haut Aller en bas
 
Marcel Proust
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 25Aller à la page : 1, 2, 3 ... 13 ... 25  Suivant
 Sujets similaires
-
» [ Sondage ] La fin de la jalousie et autres nouvelles (Marcel Proust)
» C’est comment l’halloween dans votre pays
» Portrait chinois
» Fête nationale de la Frite !
» Le 3ème Balbec Normand (14).

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs nés avant 1915-
Sauter vers: