Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Marcel Proust

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 14 ... 23, 24, 25
AuteurMessage
Chatperlipopette
Zen littéraire
avatar

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 51
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Marcel Proust   Jeu 13 Aoû 2015 - 15:01

Il faut persévérer, je ne peux que plussoyer mes petits camarades parfumés. Pour te remonter le moral, j'ai lu "La recherche" sur deux étés - faut bien meubler les 2 mois de vacances d'enseignant^^ -. Une fois pris le rythme d'écriture de Proust, la lecture devient fluide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
Dreep
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1435
Inscription le : 14/03/2014
Age : 24

MessageSujet: Re: Marcel Proust   Jeu 13 Aoû 2015 - 15:04

Arf, non.

Faut pas se forcer. Jamais.

_________________
"Un instant, Ulrich hésita. Il était sans aucun doute un homme croyant, mais qui ne croyait à rien ; sa dévotion la plus totale à la science n'était même pas parvenue à lui faire oublier que la beauté et bonté des hommes proviennent de ce qu'ils croient, et non point de ce qu'ils savent." L'homme sans qualités, Robert Musil

Un long week-end avec Marcel Proust (Ronald Frame)
Le roman d'un enfant - Prime jeunesse (Pierre Loti)
La Trêve (Primo Levi)
Les Brigands (Friedrich von Schiller)
Les Fleurs du Mal (Charles Baudelaire) (relecture)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Marcel Proust   Jeu 13 Aoû 2015 - 15:56

Dreep a écrit:
Arf, non.

Faut pas se forcer. Jamais.

J' aurais tendance à dire non, comme toi. Le plaisir d' abord, les contrainte, le moins possible...Mais il est vrai aussi qu' un effort de lecture peut nous entrainer sur un terrain qu' on ne pensait pas destiné à soi.

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
darkanny
Zen littéraire
avatar

Messages : 7078
Inscription le : 02/09/2009
Localisation : Besançon

MessageSujet: Re: Marcel Proust   Jeu 13 Aoû 2015 - 16:21

Oui je pense aussi que de temps en temps, un tout petit peu d'effort peut amener à bien des satisfactions.

J'ai bien dû commencer et abandonner Proust trois quatre fois avant de tomber dans la marmite.

Et quel bonheur ensuite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Menyne
Agilité postale
avatar

Messages : 864
Inscription le : 26/04/2008
Age : 46
Localisation : dis z'y mieux !

MessageSujet: Re: Marcel Proust   Mar 18 Aoû 2015 - 18:09

darkanny a écrit:
Oui je pense aussi que de temps en temps, un tout petit peu d'effort peut amener à bien des satisfactions.

J'ai bien dû commencer et abandonner Proust trois quatre fois avant de tomber dans la marmite.

Et quel bonheur ensuite !

Tu me rassures. Je vais donc mettre de côté un peu Proust pendant quelques temps car pour l'instant le courant ne passe pas du tout entre nous.
Je n'abandonne pas définitivement, je fais une pause.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Plume15
Posteur en quête
avatar

Messages : 70
Inscription le : 25/04/2015

MessageSujet: A la recherche toujours...   Dim 6 Déc 2015 - 0:20

Bonjour à tous!

Où étais-je ces derniers mois???? qu'importe, je rentre pour l'hiver...

Je me demande où est Menyne dans la Recherche... Pour moi, elle est lente, mais je continue A la recherche du temps perdu... Je me ballade actuellement du côté de Guermantes... Je viens de croiser Madame de Sagan, qui je crois a inspiré une certaine Françoise... Je déguste donc toujours... et pas seulement des madeleines...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Marcel Proust   Dim 6 Déc 2015 - 10:20

Bonjour Plume, contente de te croiser ici ! Le côté de Guermantes est l'un de mes tomes favoris pour l'instant, mais il faut maintenant que j'entame La Prisonnière (et faire un commentaire de Sodome et Gomorrhe , aussi !) !!

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Plume15
Posteur en quête
avatar

Messages : 70
Inscription le : 25/04/2015

MessageSujet: Re: Marcel Proust   Dim 6 Déc 2015 - 14:16

Ne va pas trop vite Shanidar... Oui Le côté de Guermantes: l'évocation de l'affaire Dreyfus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Menyne
Agilité postale
avatar

Messages : 864
Inscription le : 26/04/2008
Age : 46
Localisation : dis z'y mieux !

MessageSujet: Re: Marcel Proust   Dim 6 Déc 2015 - 18:07

Plume15 a écrit:
Bonjour à tous!

Où étais-je ces derniers mois???? qu'importe, je rentre pour l'hiver...

Je me demande où est Menyne dans la Recherche... Pour moi, elle est lente, mais je continue A la recherche du temps perdu... Je me ballade actuellement du côté de Guermantes... Je viens de croiser Madame de Sagan, qui je crois a inspiré une certaine Françoise... Je déguste donc toujours... et pas seulement des madeleines...

Bonjour Plume,
Pour l'instant je fais une pause Proust qui risque d'être assez longue ... Je n'ai vraiment pas été emballée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Plume15
Posteur en quête
avatar

Messages : 70
Inscription le : 25/04/2015

MessageSujet: Re: Marcel Proust   Dim 10 Jan 2016 - 14:45

Menyne a écrit:

Pour l'instant je fais une pause Proust qui risque d'être assez longue ... Je n'ai vraiment pas été emballée.

Menyne, j'ai un livre pour toi: Comment Proust peut changer votre vie d'Alain de Botton...

Bon, je viens de l'acheter... quelqu'un l'a lu?

Comment Proust peut changer votre vie

Proust: je suis toujours sur la côte de Guermante... et vous les amis?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Marcel Proust   Dim 10 Jan 2016 - 15:20

Il me reste à lire Le Temps retrouvé. ça me laisse du temps à moi pour en finir !

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Menyne
Agilité postale
avatar

Messages : 864
Inscription le : 26/04/2008
Age : 46
Localisation : dis z'y mieux !

MessageSujet: Re: Marcel Proust   Dim 10 Jan 2016 - 15:27

Plume15 a écrit:


Menyne, j'ai un livre pour toi: Comment Proust peut changer votre vie d'Alain de Botton...

Bon, je viens de l'acheter... quelqu'un l'a lu?

Comment Proust peut changer votre vie

Proust: je suis toujours sur la côte de Guermante... et vous les amis?

bix229 a écrit:
Il me reste à lire Le Temps retrouvé. ça me laisse du temps à moi pour en finir !

Quel courage ! Je vous admire.
Je ne connais pas du tout le livre d'Alain de Botton. J'attends donc ton avis ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sigismond
Agilité postale
avatar

Messages : 875
Inscription le : 25/03/2013

MessageSujet: Re: Marcel Proust   Dim 12 Juin 2016 - 15:02

Je sais bien que pré-empter n'est plus dans l'air du temps, que le Ministère de la Culture et les collectivités territoriales ont d'autres urgences, et je ne ne verserai pas dans l'ironie à propos de certains des innombrables "évainements festifs et conviviaux de l'été" qui sont bien sûr top prioritaires, mais tout de même, il me semble que disperser une telle collection auprès d'acheteurs privés gène, parce qu'atteignant à la conception même de patrimoine national.

Voilà, c'est fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sigismond
Agilité postale
avatar

Messages : 875
Inscription le : 25/03/2013

MessageSujet: Re: Marcel Proust   Ven 2 Sep 2016 - 22:56

Jean Santeuil
Compilation post-mortem d'un roman inachevé, 1952, 1032 pages, en trois volumes chez nrf - Gallimard.

Le premier ouvrage de Marcel Proust, Les Plaisirs et les Jours, un recueil de poèmes en prose et de nouvelles, paraît de manière confidentielle en 1896.

Il commence alors la rédaction de son premier roman, Jean Santeuil, mais l'abandonne en 1900 (projet trop vaste ?), après quoi ces feuillets, oubliés, furent déterrés rue Déhodencq par un tout fraîchement agrégé, M. Bernard de Fallois (qui dégottera aussi "Contre Sainte-Beuve", publié en 1954, rien que ça... !), sur des indications données par André Maurois.

L'Académicien André Maurois fut le premier biographe sérieux de Marcel Proust, signant À la recherche de Marcel Proust, en 1949, à la fois étude et biographie littéraire, ce fut la seule oasis dans le désert de la recherche proustienne jusqu'aux années 1960 - à mesurer à l'aune des empilements des thèses, biographies, études, prétextes-à-publier en tous genres qui sortent, en flots ininterrompus et plus que jamais de nos jours, à propos de ce désormais géant officiel des lettres francophones qu'est devenu Marcel Proust.

Je vous encourage, à ce propos, si vous êtes intrigués par le fait que les ouvrages de Marcel Proust durent attendre longtemps dans l'ombre (non, pas des jeunes filles en fleur), à lire cette remarquable entrevue, pour comprendre qu'"à la recherche..." était confinée, quasi transmise sous le manteau: à peine croyable, non ?
Spoiler:
 
Ci-dessous l'exergue à part de l'introduction, de Proust lui-même, aussi brève que le projet est ample:
Citation :

 Puis-je appeler ce livre un roman ? C'est moins peut-être et bien plus, l'essence même de ma vie recueillie sans rien y mêler, dans ces heures de déchirure où elle découle. Ce livre n'a jamais été fait, il a été récolté.  
 

Je rejoins Tina pour ce que je n'ai pas, pardon Tina -indigne que je suis-, mis sous spoiler:
tina a écrit:
JEAN SANTEUIL
Spoiler:
 
La méthode narrative n'est pas du tout la même que dans la Recherche. Proust ne parle pas avec le "je". Il est encore dans la description classique.

Mais l'intérêt de l'œuvre réside dans les scènes décrites, qui annoncent les futurs motifs de la maturité : maladie enfantine, amour pathologique pour la mère, choix d'une carrière littéraire et refus de la famille, jeux aux Champs-Elysées, premiers émois et premiers doutes, etc...

Si on veut parler d'autobiographie, on le peut avec ce personnage qui symbolise à peu près sans fard l'ami Marcel.
Spoiler:
 
A connaître et à conserver quand on aime cet incroyable auteur. C'est ce que sous-entend aussi Tadié (en préface chez Quarto), qui rappelle que les proustomanes ne la connaissent pas beaucoup.

Spoiler:
 




Jean Santeuil, volume I
(300 pages environ)



J'ai aimé ce volume I, sincèrement au-dessus de ce à quoi je m'attendais, et dire que j'ai longtemps différé d'accoster à Jean Santeuil de crainte envers ma proustophilie, humble, benoîte, mais constante !

C'est un drôle d'assemblage qu'a cousu là Bernard de Fallois, et c'était sûrement moins aisé qu'il ne le laisse entendre, par modestie sans doute, dans l'entrevue dont je donne le lien plus haut.

L'histoire -si on peut l'appeler ainsi- débute en introduction innomée en Bretagne, deux jeunes gens, piqués de littérature, tournent autour d'un maître vieillissant ("C., l'écrivain vivant que quelques-uns de mes amis et moi placions alors avant tous les autres" - 2ème page), quelques pages assez plaisantes bien que tournant autour du pot, histoire sans doute de bien caractériser le C. en question. Après la mort de C., Marcel Proust et son comparse sont les dépositaires d'un roman non publié de C., qu'il leur avait de surcroît lu et commenté auparavant, et le publient: ainsi Proust s'affranchit du "je" narratif, en cela Jean Santeuil est plutôt une exception dans ses écrits.   
Cabot, ou jeune facétieux, Proust va même jusqu'à se fendre d'un:
Citation :
Nous savions par lui, et à n'en pas douter, que les choses qu'il écrivait étaient des histoires rigoureusement vraies. Il s'en excusait en disant qu'il n'avait aucune invention et ne pouvait écrire que ce qu'il avait personnellement senti (...)
qui, au demeurant, est totalement vrai rapporté à "à la recherche...", et prémonitoire en ce qui concerne le sort du roman Jean Santeuil, exhumé longtemps après son décès !

Trois parties, inégales en taille, composent ce volume I. La première nous montre Jean Santeuil alias Marcel Proust enfant parisien (des beaux quartiers), peu à signaler excepté le passage somptueux des amours enfantines envers la petite Marie Kossichef.  

La troisième est plus axée sur le Proust adolescent, collégien, qu'on trouve déjà à la fin de la première partie (une enjambée au-dessus de la deuxième partie, en somme). La naissance du mondain, aussi l'évocation appuyée de son professeur (un peu son maître, au moins son mentor en matière de littérature et de philosophie), ses premiers amis de jeune homme, l'affirmation de sa vocation (quoiqu'elle reste imprécise), quelques portraits dont un plutôt incongru d'un ami, à la tribune de l'Assemblée Nationale, à propos du génocide arménien si je comprends bien (qu'est-ce que ce saut par dessus les années fait là ?), et l'amené (qui vaut annonce) de sa rupture d'avec ses parents.


Mais ma préférée et de loin, la seule que je relis déjà in extenso une fois le volume achevé, est la deuxième partie.
C'est là, à ce qu'il me semble, que la plume du grand Proust perce le plus sous celle du jeune Marcel, de cela on peut discuter, n'ayant pas la prétention d'avoir tous les volumes d'"à la recherche..." en tête, loin de là !
Il se peut juste que les correspondances, la poétique générale, le sens introspectif, me paraissent, en mon imparfait du subjectif, déjà atteindre des altitudes rares.
Sans toutefois que Proust n'ose encore ces métaphores savamment amenées d'un adverbe ou d'un adjectif anodin dans les lignes qui précédent, et aboutissent à ce fameux brio de funambule de la phrase-paragraphe, bâtie paradoxalement avec la solidité et tout l'art d'un maître-maçon de cathédrale, qui firent l'unicité de son style.

Cette partie se déroule entièrement en Normandie, à Illiers, aujourd'hui Illiers-Combray en souvenir de Marcel Proust (Illiers étant Combray dans "à la recherche..."), et que Proust nomme ici Etreuilles, avec plus qu'un indice à la page 195, où il est question de pays d'Illiers, et à la page 228, où l'on parle d'Illiersois pour désigner les habitants d'Etreuilles (ça n'aurait pas passé le bon à tirer si la copie avait été visée par l'auteur, mais, du moins, ça a l'avantage de supprimer toute équivoque, au cas improbable où il eût pu y en avoir, quant au lieu d'inspiration réel !).


On trouve, par exemple, un bel éclairage de sens à donner sur les asperges, dont je touchais un mot succinct sur le fil consacré à Edouard Manet, ça faisait donc un sacré bout de temps que Proust affinait ça.

Mais je parle, je parle, ça suffit, assez !
Un petit échantillonnage, axé jardin et plus précisément le chapitre Le jardin des oublis, histoire de ne pas disperser tous azimuts cantonnons-nous à des extraits ramassés, proche dans le livre, mais d'autres thèmes de cette partie valent autant, il me semble que là nous tenons vraiment du Marcel Proust un peu plus qu'en devenir ou en gestation.

Commençons par les asperges, que je viens de vous mettre quelque peu à la bouche, notez les quelques répétitions -comme "espace", "vues", pas toujours mélodieuses, on est dans le raw material, certes, mais déjà fort travaillé.
Voyez le remarquable cheminement d'entrée dans le propos des asparagaceae et aussi la finale, la porte de sortie du paragraphe.

Chapitre Le jardin des oublis a écrit:
Plus haut que le manège du soleil, il y avait un lieu mystérieux, après qu'on avait passé près d'un bassin d'où l'eau descendait alimenter des pompes, et au fond duquel les tuyaux apparents et croisés avaient déjà cessé d'être une œuvre de l'homme, tandis qu'au fond des eaux qu'elle verdissait la délicieuse gaine verdâtre de mille invisibles mousses aquatiques les enveloppait, se mêlant, se nouant les unes aux autres parfois si fort qu'ils avaient failli les crever et à un endroit l'avaient tout à fait infléchi: c'était au sommet du parc, immense espace plat, qu'on appelait "le plant d'asperges", espace assez nu habituellement comme le lieu de tous les prodiges quand ils ne sont pas encore accomplis, et qui au mois de juin quand il venait pour l'Ascension apparaissait aux yeux de Jean foisonnant de dix mille délicieuses asperges qui s'y dressaient en liberté comme si elles ne seraient pas, peut-être le soir même, servies dans son assiette, à jamais déracinées, chaudes, molles et pourtant encore telles qu'il les avait vues. Ou plutôt il les avaient vues. Ou plutôt il les avait vues vivantes, telles qu'elles lui avaient été servies, hautes et minces, quelques-unes plus grasses, dures et roses, puis bleuâtres avec une molle tête verte bouclée. Au bout du plant d'asperges était une porte solidement verrouillée qu'on ouvrait souvent pour la promenade de cinq heures. Alors c'était à l'infini les champs de luzerne, où tremblait de temps en temps au vent un coquelicot.

On trouve aussi une allégorie du bourdon, tout comme dans le très célèbre passage du début de Sodome et Gomorrhe (allégorie se ramenant à l'accouplement Jupien-Charlus), mais ici dans un registre différent, on sent, comme pour les asperges, combien certains passages éclatants et notoires d'"à la recherche..." ont été portés, soupesés, travaillés de très longue date par Proust.
Citation :
Aux parties mêmes de ces petites chapelles pourtant en plein air où étaient amassées presque avec exagération les branches d'aubépine fleuries sur toute leur longueur d'un vrai fourré de fleurs blanches, l'odeur d'aubépine était si forte qu'on en était presque affolé, et bien que ce dôme des arbres fît de l'ombre et qu'il fît un silence recueilli, dans lequel on pouvait entendre le gros bourdon noir dire ses oraisons dans le tabernacle des églantines d'où on n'apercevait plus que son dos noir, les rayons du soleil entraient, comme dans une chapelle dont la fenêtre n'est pas vitraillée.



L'épine rose (aubépine rose, en fait).

Citation :
Dès les premières années de vacances à Etreuilles quand de ses yeux pas observateurs, de son esprit paresseux, il ne distinguait rien dans la nature au printemps et ne ressentait qu'une sensation confuse qui lui faisait ôter son paletot, désirer se promener, boire de la crème dans les fermes, s'asseoir à l'ombre, tremper ses mains dans l'eau du canal, Jean avait, entre toutes les fleurs qu'il avait devant lui sans les voir et sans les aimer, élu l'épine rose, pour laquelle il avait un amour spécial, dont il se faisait une idée définie, dont il réclamait au jardinier une branche pour emporter dans sa chambre, et que, sitôt aperçue au fond d'un jardin ou le long d'une haie, il s'arrêtait à regarder et à désirer. Était-ce qu'ayant vu auparavant de l'épine blanche, la vue d'une épine rose dont les fleurs ne sont plus simples mais composées le frappa à la fois de ces deux prestiges de l'analogie t de la différence qui ont tant de pouvoir sur notre esprit ? Mais pourtant il avait peut-être vu des églantines avant de voir des roses et n'aima jamais beaucoup les unes ni les autres. Est-ce qu'avec cette épine blanche et épine rose s'associa le souvenir de ce fromage à la crème blanc qui, un jour qu'il y avait écrasé des fraises devint rose, du rose à peu près de l'épine rose, et resta pour lui la chose délicieuse qu'il jouissait le plus à manger et qu'il réclamait tous les jours à la cuisinière ? Peut-être cette ressemblance l'aida-t-elle à remarquer l'épine rose et à l'aimer et en conserva-t-elle le goût dans un impérissable souvenir de gourmandise, de jours chauds, et de bonne santé. Est-ce d'un jour où il était malade, et où sa mère entra en disant: "C'est le jardinier qui a coupé ces branches d'épines roses" et le lui posa sur son lit, et seul devant cette branche qui souriait par toutes ses fleurs et répandait dans sa chambre l'odeur des chemins où il aurait aimé courir, fut-elle distinguée comme pour elle-même et aimée ce jour-là où elle était chargée pour lui de la gloire et de la beauté de tout le reste, qu'elle semblait lui apporter dans l'odeur de ses branches et la rougeur de ses fleurs roses ?  



Le viorne obier, très probablement les boules de neige.

Citation :
Quelquefois dans une barque arrêtée on voyait un collégien avec une fille. Il venait de découvrir en lui-même l'essence merveilleuse d'un plaisir aussi nouveau, aussi ravissant, aussi peu aux couleurs des plaisirs communs de la terre que le lilas ou le sombre iris, plaisir que le chaud soleil semblait exalter encore, et qui semblait aussi donner à la vie quelque chose d'éternellement doux qu'elle n'avait pas jusque-là, comme les boules de neige que Jean avait trouvées blotties dans les bosquets du parc, et qui cueillies ne fondaient pas dans la main et restaient aussi blanches et aussi grosses dans les vases du salon. Même quelquefois M. Santeuil en faisait couper pour porter à l'église pour le mois de Marie. Et Jean en les regardant sur l'autel pensait à celles du lendemain qu'il allait retrouver, quand le soleil et le ciel bleu se seraient découverts de nouveau et qu'il serait retourné au parc. Quand Jean et sa mère quittaient Etreuilles, M. Sureau leur faisait couper des grandes bottes d'aubépines et de boules de neige, que Mme Santeuil n'osait refuser. Mais dès l'oncle parti, elle les jetait, trouvant qu'on était déjà bien assez encombré en route. Et Jean pleurait de la séparation d'avec ses chères créatures, qu'il aurait venu emmener avec lui à Paris, et de la méchanceté de sa mère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Marcel Proust   Ven 2 Sep 2016 - 23:09

Voilà une bonne nouvelle. Apres Contre Sainte-beuve il me restera encore Jean Santeuil a découvrir Very Happy

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Marcel Proust   

Revenir en haut Aller en bas
 
Marcel Proust
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 25 sur 25Aller à la page : Précédent  1 ... 14 ... 23, 24, 25
 Sujets similaires
-
» [ Sondage ] La fin de la jalousie et autres nouvelles (Marcel Proust)
» C’est comment l’halloween dans votre pays
» Portrait chinois
» Fête nationale de la Frite !
» Le 3ème Balbec Normand (14).

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs nés avant 1915-
Sauter vers: