Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 William Boyd

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: William Boyd   Mer 12 Sep 2007 - 2:01



Après une enfance au Ghana, William Boyd fait ses études à la Glasgow University puis à Oxford. Son premier roman, 'Un Anglais sous les tropiques', est publié en 1980 alors qu'il est lecteur à Oxford, avant que son second'Comme neige au soleil' ne le popularise définitivement. Boyd balade aussi sa plume au fil de scénarios de télévision et de cinéma, en adaptant ses propres oeuvres, notamment à la BBC, avec 'Armadillo' en 2001, puis en produisant plusieurs scénarios originaux, dont celui de 'Chaplin' en 1992. Passionné de septième art, il se lance même dans l'aventure de la réalisation en mettant en scène, en 1999, 'La Tranchée'. Membre de la Royal Society of Literature depuis 1983, il s'essaye en 2004 aux nouvelles avec son recueil intitulé 'Fascination', avant de récidiver l'année suivante avec 'La Femme sur la plage avec un chien'. En 2007, il revient avec 'La Vie aux aguets' à son genre romanesque de prédilection


Bibliographie

Citation :
Index: (cliquez sur les numéros de page pour y accéder directement)
Romans
1981 Un Anglais sous les tropiques,  
1982 Comme neige au soleil, Page 1,
1984 La Croix et la Bannière,
1988 Les Nouvelles Confessions,
1991 Brazzaville Plage, Pages 1, 3,
1994 L'Après-midi bleu, Page 1,
1998 Armadillo,
2002 À livre ouvert,
2007 La Vie aux aguets, Pages 1, 2,
2010 Orages ordinaires, Pages 2, 3,  
2012 L'Attente de l'aube, Page 3,

Nouvelles
1990 La Chasse au lézard,
1991 Du liège (paru dans la revue "Le Serpent à Plumes" n°14),
1996 Le Destin de Nathalie X,
1997 Visions fugitives,
2005 La Femme sur la plage avec un chien, Page 1,

Monographies
2002 Nat Tate : un artiste américain, Page 3,

Chroniques
2005 Bambou,

Citation :
mise à jour le 15/10/2013, page 3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: William Boyd   Mer 12 Sep 2007 - 2:24

La vie aux aguets ( Restless)
traduit del'anglais par Christiane Besse
Editions du Seuil



Il y eut aux Etats-Unis, dans les années 40-41, des manoeuvres d'espionnage et de désinformation, menées par l'Angleterre en guerre, afin d'amener l'opinion publique américaine et les politiciens à rallier l'idée de s'engager dans une guerre contre le nazisme. Ils le feront, mais bien tard, hélas. Ces opérations sont le cadre historique du dernier roman de William Boyd.
Et ce roman évoque cette histoire à travers les traces laissées sur la génération actuelle.
Ruth, qui prépare négligemment une thèse d'histoire à Oxford, va découvrir que sa mère, qui lui semblait sans mystère, était d'origine russe et , à la suite de la mort mystérieuse de son frère, avait été enrolée dans un service de renseignements .

Le livre de William Boyd fait alterner les deux voix, la mère qui raconte son passé, et quel passé!, et la fille qui découvre qui est sa mère. Et de qui elle a toujours peur, des années après les évènements.Amateurs de livres que l'on ne peut pas lâcher, ceci est pour vous!

Restless...ce genre de passé ne disparait jamais de la mémoire, et une fois de plus,Boyd montre que nos existences peuvent cacher bien des énigmes, bien des ombres, et de terribles secrets.
A cette histoire il ajoute une analyse impeccable des intrigues géopolitiques entre l'Europe et l'Amérique, dans les coulisses de la dernière guerre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sophie
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2230
Inscription le : 17/07/2007
Age : 40
Localisation : Tahiti

MessageSujet: Re: William Boyd   Mer 12 Sep 2007 - 2:53

J'ai lu récemment La vie aux aguets et j'ai vraiment plongé dans l'histoire, aussi bien celle de la mère que celle de la fille. William Boyd a bien su, je trouve,donner un côté féminin au roman et le côté historique est bien rendu également, sans tomber dans de l'espionnage à la Tom Clancy (parce que Clancy, c'est trop compliqué et technique pour moi).

Avant, j'avais lu Un anglais sous les tropiques, adapté au cinéma avec Sean Connery et j'ai été très déçue: je m'attendais à un roman dans le style de David Lodge et en fait, j'ai trouvé le style poussif, les personnages désagréables, surtout le "héros".


Nul héros n'a été autant bafoué que dans cette satire typiquement britannique. Morgan Leafy, fonctionnaire en titre, traqué par l'alcool et l'embonpoint, n'en peut plus de démêler les gaffes et calamités qu'il provoque. Au fin fond d'une contrée de l'Afrique occidentale, dans l'empire de Sa Très Gracieuse Majesté, Leafy se voit en effet chargé d'une délicate mission funéraire. Hautement flattée, son ambition croît alors démesurément, au point qu'il tente de séduire à grande vitesse la fille de son supérieur hiérarchique. Mais, dès lors, la situation va échapper à son entendement. Tiraillé entre l'hypocrisie coloniale de son administration et les traditions parfois surprenantes des populations locales, le modeste fonctionnaire bascule dans l'horreur et l'absurde.
Amazon



Voilà, je n'ai pas adhéré au premier William Boyd que j'ai lu mais LA vie aux aguets m'a vraiment réconciliée avec l'auteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslecturesdesophie.blogspot.com/
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: William Boyd   Mar 2 Oct 2007 - 15:27



L'après-midi bleu

Kay est architecte, l'archétype de la femme qui essaye de se faire sa place dans le monde du travail aux dépens de sa vie privée. Un jour, un homme frappe à sa porte et dit être son père. De fil en aiguille, elle finira par le suivre jusqu'à Lisbonne où il espère retrouver la femme de sa vie.

****

Alors, déjà je ne suis peut-être pas tombée sur le meilleur de ses romans (il n'est pas cité parmi ses oeuvres dans le résumé de sa carrière sur évene...).
J'ai trouvé l'histoire plutôt intéressante. Même parfois assez palpitante. Je n'ai pas vraiment compris l'intérêt de nous foutre ce personnage de Kay finalement...

je vous explique : elle tient quelques pages, boyd nous cadre son existence, quelques pseudos questions psychologiques, puis elle rencontre son père. Et là pendant les 4/5 du roman c'est sa vie à lui, à Manille, qu'il lui raconte.
Cette partie, est interessante : lutte entre la médecine moderne et les méthodes anciennes (amputations, plantes médicinales, hygiène déplorable...). Les moments où il décrit les méthodes de Cruz (le vieux chirurgien) et ses expériences étranges sont criants d'écoeurement.
Il introduit aussi l'anesthésiste de Carriscant (le père de Kay), qui veut à tout prix réussir à faire voler une machine : l'Aéromobile.
Ensuite il y a l'enquête sur des meurtres en série plutôt glauques et mystérieux...
Et enfin, Carriscant qui tombe fou amoureux d'Hélène, ils doivent vivre leur liaison caché et rêve de s'enfuir loin de ce pays.

ce roman se lit, c'est tout ce que je peux dire. il est distrayant, bien mené, mais qui part un peu en sucette, et laisse un arrière goût d'inachevé. Tout se termine en queue de poisson, aucune intrigue n'est vraiment démêlée.
Kay accepte presque naturellement que sa mère lui ai menti pendant des années, Hélène part refaire sa vie sans même sembler s'être poser des questions, Carriscant semble simplement balloté par les évènements, franchement cool devant des trucs terribles...

je ne m'attarderai pas sur un autre roman de william boyd, sauf si vraiment l'on m'assure que l'après midi bleu est une erreur de parcours dans sa bibliographie !

***

relisant les commentaires de marie et sophie (oups j'avais même pas vu qu'elles avaient fait un fil sur l'auteur, et pourtant j'ai un peu cherché avant, heureusement la Sentinelle est aux aguets !! Wink )

je peux aller dans leur sens en disant que l'après midi bleu me paraît aussi très bien documenté historiquement, il parvient à donner une véritable vision de la vie à Manille dans les années 1900. La guerre, les insurrectos, la méfiance, la pauvreté...
de belles et fortes descriptions, mais des personnages en dehors de tout...


c'est marrant dans la vie aux aguets aussi c'est un parent qui raconte son passé à son enfant...

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: William Boyd   Mar 2 Oct 2007 - 15:44

Boyd dans l'après-midi bleu a écrit:
Carriscant expliqua les diverses divisions de classes qui existaient aux Philippines à l'époque espagnole. Au sommet de l'arbre se trouvaient les colons et les fonctionnaires nés en Espagne, les peninsulares, qui crachaient sur les insulares, les Espagnols nés dans les îles, considérés comme grossiers et sans raffinement, des rebuts de la société ibérique qui ne pouvaient trouver une niche dans une colonie lointaine. Les insulares, à leur tour, dédaignaient les mestizos, les métis, Espagnols ou Chinois mariés à des indigènes. Et tout le monde méprisait cette dernière catégorie, les Indios, y compris les Indios éduqués, les illustrados, qui avaient étudié à l'étranger. Et les Indios eux-mêmes ? Ils ne faisaient pas de différence : tout Blanc était un kastilla - un Castillan - et leur ennemi

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: William Boyd   Mar 2 Oct 2007 - 17:55

Je n'ai encore jamais lu William Boyd mais Marie m'a donnée envie de lire La vie aux aguets. Il est donc sur ma pile (qui commence à être dangereusement longue d'ailleurs pff).

Donc, je repasserais par ici... un jour ou l'autre Wink
Revenir en haut Aller en bas
Sophie
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2230
Inscription le : 17/07/2007
Age : 40
Localisation : Tahiti

MessageSujet: Re: William Boyd   Sam 20 Oct 2007 - 9:23

J'ai terminé tout récemment Comme neige au soleil qui est dans la même veine que Un anglais sous les tropiques: les Anglais colonisateurs en Afrique; sauf que là, tout se passe pendant la Première guerre mondiale.
La Grande Guerre ne se vit pas tout à fait de la même façon selon qu'on habite au bord de la Tamise ou au pied du Kilimandjaro, à la frontière anglo-allemande de l'Afrique orientale. A l'arrière comme au front, on a bon espoir que la fureur belliqueuse fonde comme neige au soleil, mais on ne sait pas encore qu'il faudra combattre trois mois de plus faute d'avoir eu vent de l'armistice. La guerre ici est bel et bien meurtrière, mais le climat incongru, les héros « déplacés » de ces colonies lointaines, donnent au second roman de William Boyd une tonalité tout à fait dans la tradition des humoristes anglais, où constamment le comique de situation sape les velléités héroïques, où l'horreur le dispute à la plus décapante cocasserie.

J'ai été un peu moins déçue que pour Un Anglais... mais je n'ai pas vraiment adhéré.
On oscille constamment entre roman léger mais pas non plus hilarant et scènes très glauques (un suicide, des membres arrachés par des obus...). Et moi ça me déstabilise: soit un roman st drôle ou léger du début à la fin soit il est profond et sérieux.

La vie aux aguets reste donc pour le moment, mon roman préféré de Boyd.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslecturesdesophie.blogspot.com/
Ludo28
Envolée postale
avatar

Messages : 128
Inscription le : 15/10/2007
Age : 42
Localisation : Maisons-Laffitte

MessageSujet: Re: William Boyd   Sam 20 Oct 2007 - 15:28

J'ai adoré "Les nouvelles confessions" histoire d'un cinéaste qui essaye de fare adapté "les confessiosn" de Rousseau, au moment de la chasse aux sorcières aux EU. Je dois avoué que j'ai acheté plein de livres de par mon engouement et à ce jour je n'en ai lu aucun autre...

NB: Penser à arrêter d'acheter des livres pour "ma retraite"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bertrand-môgendre
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1299
Inscription le : 03/02/2007
Age : 61
Localisation : ici et là

MessageSujet: Re: William Boyd   Sam 10 Mai 2008 - 17:52

La femme sur la plage avec un chien
WILLIAM BOYD

Broché: 196 pages Editeur : Seuil (1 avril 2005)
Collection : Cadre vert ISBN-10: 2020679043

Présentation de l'éditeur
" J'ai écrit huit romans mais je ne peux m'empêcher d'écrire des nouvelles. Quelque chose dans la forme brève me séduit et m'attire inlassablement. " Tels sont les propos de William Boyd dont le présent recueil est la démonstration éclatante. Ces histoires tour à tour drôles, absurdes, poignantes, comme les vies de leurs personnages animés du désespoir tranquille et contagieux propre aux antihéros boydiens, nous promènent à travers le temps et l'espace. Que ce soit la rencontre fortuite d'un homme et d'une femme sur une plage de Nouvelle-Angleterre, les derniers jours d'un jeune soldat blessé après le débarquement en Normandie, les affres d'un gentilhomme russe contemporain de Tchekhov, l'intérêt principal de l'auteur réside, au-delà des styles et modes de narration divers, dans son exploration de la condition humaine et d'existences dominées par la quête ou le manque d'amour.


Mon commentaire.
La femme sur la plage, ou l'histoire d'une rencontre aussi simple qu'elle est anonyme, dont la passion reste aussi fulgurante qu'elle se sait sans lendemain.
Fascination objet de rencontre banale, deux histoires menées en parallèle donnent à cette nouvelle, une ambiance de match de tennis dont les spectateurs concentrés sur la balle, suivent en alternance de droite à gauche ses rebondissements sur le terrain de jeu.
Rencontres sans lendemain.
Beulch Berlin de A à Z, cet abécédaire parcourt une tranche de vie de femme artiste partagée entre plusieurs passions amoureuses. Elle commence par l'Angst (ennui) pour se satisfaire enfin et se complaire dans un refuge protecteur en forme de Zoo.
Tantôt dans la peau d'une femme puis celle d'un homme, Boyd explore les vies passantes, des rencontres aléatoires. Sous forme de petits courts métrages dignes d'un scénariste de talent.
En employant les mots passion et rencontre aussi souvent, j'ai, je pense, réussi à résumer ce livre.(bertrand-môgendre)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cannelle
Envolée postale
avatar

Messages : 245
Inscription le : 20/09/2007
Age : 77
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: William Boyd   Jeu 22 Mai 2008 - 21:29

J'ai l'impression d'être tombée sur le meilleur William Boyd. J'ai eu de la chance pour un premier abord.
Il semblerait que ses autres oeuvres soient décevantes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: William Boyd   Jeu 22 Mai 2008 - 21:31

Citation :
Il semblerait que ses autres oeuvres soient décevantes.
Ah non, Cannelle! Moi, j'aime beaucoup William Boyd!

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cannelle
Envolée postale
avatar

Messages : 245
Inscription le : 20/09/2007
Age : 77
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: William Boyd   Jeu 22 Mai 2008 - 21:35

Que me conseillerais-tu comme livre suivant ? J'avais envie d'acheter un anglais sous les tropiques mais ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: William Boyd   Jeu 22 Mai 2008 - 21:38

Un anglais sous les tropiques, je l'ai lu il y a longtemps, et le relirai, je pense. J'avais beaucoup aimé. Boyd a un humour anglais que j'aime beaucoup..

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cannelle
Envolée postale
avatar

Messages : 245
Inscription le : 20/09/2007
Age : 77
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: William Boyd   Ven 23 Mai 2008 - 7:37

merci Marie, je vais essayer de le trouver car l'écriture de Boyd me plait beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
soliman
Envolée postale


Messages : 124
Inscription le : 17/02/2008
Age : 49

MessageSujet: Re: William Boyd   Lun 26 Mai 2008 - 9:09

Bonjour,

j'ai beaucoup aimé "Brazzaville plage" ,histoire d'une femme qui ,suite à un divorce quitte la campagne anglaise pour la jungle équatoriale. Des similitudes évidentes avec Américan Darling dans le personnage.Mais surtout une superbe étude comportementale des gorilles avec intrigues et batailles...
Je me suis régalé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: William Boyd   

Revenir en haut Aller en bas
 
William Boyd
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Livres de William Boyd
» Emma de Normandie de Stéphane William Gondoin
» From William the conqueror to Queen Victoria.
» Lame de cutter dans une conserve William Saurin : demande d'une expertise
» William-Frédérick Cody, dit « Buffalo Bill ».

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs nés "ailleurs" qu'en Grande Bretagne-
Sauter vers: