Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Guillermo Fadanelli [Mexique]

Aller en bas 
AuteurMessage
titine
Envolée postale
titine

Messages : 228
Inscription le : 24/09/2015

Guillermo Fadanelli [Mexique] Empty
MessageSujet: Guillermo Fadanelli [Mexique]   Guillermo Fadanelli [Mexique] Icon_minitimeSam 10 Oct 2015 - 19:01

Guillermo Fadanelli [Mexique] Aa27

Nationalité : Mexique

Né à : Mexico , 1963

En 1988, Guillermo Fadanelli abandonne ses études d'ingénieur pour se consacrer à la littérature et fonde en 1989, la revue underground Moho.

Successivement agent immobilier, muletier, vendeur de sapins de Noël dans les rues de New York et employé dans une pâtisserie de Madrid, Guillermo Fadanelli est l'auteur de Cuentos Mejicanos (1991), El día que la vea la voy a matar (1992), Terlenka (1995), No te enojes, Pamela (1996) et No hacemos nada malo (1996).

Egalement réalisateur de vidéos, il a créé en 1995 la maison d'édition Moho et collabore à plusieurs fanzines mexicains.

L'autre visage de Rock Hudson a reçu le Premio nacional de Literatura au Mexique et son roman Lodo (Boue) a été finaliste en 2003 du prix Rómulo Gallegos, le prix littéraire le plus important d'Amérique Latine.

Source: Babelio
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
titine
Envolée postale
titine

Messages : 228
Inscription le : 24/09/2015

Guillermo Fadanelli [Mexique] Empty
MessageSujet: Re: Guillermo Fadanelli [Mexique]   Guillermo Fadanelli [Mexique] Icon_minitimeSam 10 Oct 2015 - 19:19

"Un scorpion en février"(titre original : Compraré un rifle) : recueil de 19 courtes nouvelles exemplaires : surprenantes, crues, érotiques, sordides et pourtant pas, grâce à une écriture dans l'urgence et l'immédiateté.
La magie a commencé à opérer avec la 3ème nouvelle, "Maïzena à la fraise" (titre bof, nouvelle de 3 pages, géniale) :

Guillermo Fadanelli a écrit:
"Je m'arrêtai, les testicules en feu, peut-être parce que ça faisait des mois que je n'avais pas ramassé une inconnue pour la couvrir de mes draps sales, constellés de taches de moutarde et d'orangeade, mouchetés de petites gouttes de sang et de crachats de stylo à encre. Je m'approchai d'elle, mystérieux, comme si je gardais le poignard à la main, mais au lieu de la lame affilée et luisante je sortis quelques pastilles à la framboise qui brillèrent aussi d'un rouge intense. Et je les lui offris.
J'introduisis la clé dans le trou de la serrure, à tâtons, car mes yeux étaient ailleurs, et mes lèvres collées à son mamelon, aussi dur qu'une noisette sèche. "Attends qu'on soit rentrés, p'tit père", dit-elle et son p'tit père obéit ; il poussa la porte de pin qui sentait le vieux et le vernis, alluma la lumière d'une ampoule de cinquante watts et l'invita à entrer dans un appartement sans moquette ni machine à laver dans la salle de bains, ni cabinet aux portes abîmées, ni aquariums avec des poissons aux yeux globuleux, ni emballages de chocolat Hersheys jetés sur le tapis des toilettes. Et elle entra, laide comme elle l'était en réalité, révélée par la vile et jaunâtre fatalité de l'ampoule, avec ses cheveux mal coupés et ses souliers vernis éraflés par l'usure, ses ongles peints d'un orange de mauvais goût et sa peau dorée comme la peau d'une crêpe de maïs, son vagin propre et rougeâtre comme sa robe, avec une brûlure de cigarette sur le décolleté. "Combien tu me prends pour faire à dîner ? - Rien", dit-elle, et elle prépara deux oeufs sur le plat, suppurant d'huile, puis réchauffa le pain Bimbo sur une plaque et comprima la saucière comme si elle pressait la grande verge, pour en tirer le dernier jus de ketchup."

Les autres nouvelles sont variées, abordent la vie sous toutes ses facettes, sans qu'on s'en rende compte sur le coup, tellement on est happé par les histoires.
Pas de fable sur la vie, ce qui est dépeint est sordide en réalité (abandon, inceste, viol, nécrophilie, pédophilie etc) mais passe sans vraiment heurter (je parle pour moi), car raconté sans balises ni jugements moraux et porté par une écriture traversée par un réel élan vital.
ps : comment se fait-il que ce type ne soit pas plus connu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

Guillermo Fadanelli [Mexique] Empty
MessageSujet: Re: Guillermo Fadanelli [Mexique]   Guillermo Fadanelli [Mexique] Icon_minitimeSam 10 Oct 2015 - 23:35

Quel extrait ! merci Titine !

il y a une nouvelle à ma médiathèque "Le jardin des aveugles" je tenterai

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
titine
Envolée postale
titine

Messages : 228
Inscription le : 24/09/2015

Guillermo Fadanelli [Mexique] Empty
MessageSujet: Re: Guillermo Fadanelli [Mexique]   Guillermo Fadanelli [Mexique] Icon_minitimeDim 11 Oct 2015 - 12:52

merci. je me note "le jardin de aveugles"
bonne journée Bédoulène (moi j'ai 43 ans)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
titine
Envolée postale
titine

Messages : 228
Inscription le : 24/09/2015

Guillermo Fadanelli [Mexique] Empty
MessageSujet: Roman : Boue - Guillermo Fadanelli   Guillermo Fadanelli [Mexique] Icon_minitimeMar 24 Nov 2015 - 15:59

Guillermo Fadanelli [Mexique] 22670210

Citation :
L’explosion fracassante et le spectacle de la balle se promenant dans les couloirs du crâne étroit ont provoqué chez les deux survivants des effets différents. Chez moi, la surdité : un son préhistorique, un son silencieux venu d’au-delà des temps. Sur le Cholo, un étourdissement juvénile. Jamais de ma vie je n’avais tiré avec une arme, ce qui ne m’empêchait pas d’avoir une main résolue. Si tout dans la vie était comme appuyer sur une détente ! L’obscurité m’empêchait de voir le fatras de sang et de cervelle dans la voiture. Je ne distinguais pas non plus clairement le visage du survivant, malgré le généreux éclairage de la lune. J’ai poussé le dossier du siège avant suffisamment pour sortir de la voiture. Avant de fermer la portière, j’ai tiré dans la tête du Cholo. Cette fois le bruit s’est répercuté au-delà des collines. J’ai glissé le revolver sous ma ceinture, sentant sa chaleur traverser ma peau. Résigné à devoir marcher jusqu’à Morelia , j’ai commencé ma pérégrination caché dans le feuillage qui poussait des deux côtés de la route. Il était inutile de se cacher. Il leur faudrait plusieurs heures, voire jusqu’au lendemain matin, pour découvrir les cadavres. Les natifs de Zitacuaro avaient joué un coup dangereux : leur mauvais coup. J’avais joué le mien. Maintenant, il ne restait plus qu’à attendre le jugement absurde de la chance.

Sur ce roman je suis mitigée, c'est pourquoi je l'ai placé en "one shot", sans ouvrir un fil.
2ème lecture de Guillermo Fadanelli, après son recueil de nouvelles "un scorpion en février", qui m'avait passablement impressionné ; que j'avais mentionné en one shot seulement aussi je crois, en attendant de confirmer avec un autre livre...

Le meilleur est venu en premier : j'ai d'abord été emportée par l'intrigue : le road movie mexicain d'un couple atypique (par la différence d'âge, de culture, la façon d'être ensemble), le jeu entre eux, l'insécurité interne à leur relation et celle qui plane autour de leur couple qui en passe pas inaperçu, la jeune femme attirant les regards et agitant les passions, 2 été séduite par la vision du monde véhiculée par le narrateur, professeur de philosophie à l'Université de Mexico, pauvre mais cultivé, qui à 49 ans s'ennuie profondément, et qui va rencontrer une jeune employée de libre-service que le hasard met sur son chemin, et qui le fait vibre, et en même temps perdre les pédales : une  vision du monde et de soi "comme ça vient", modelée par les pulsions : érotisme, passion, jalousie, violence, liberté.
C'est aussi une histoire d'attachement entre un homme et une femme et vice-versa, bien difficile à définir, tellement elle est juste, oscillant entre le sentiment de l'inexistence de sentiments et à l'opposé leur évidence, bref l'histoire d'une passion, mais racontée de façon tout à fait sobre et cynique, ce qui en fait tout le charme.
En lisant j'ai repéré quelques passages en vue de les citer ici après. Mais, le livre terminé, j'ai eu beaucoup de mal à retrouver un passage particulier à citer : aucun n'était assez bien, toujours un petit défaut dans une phrase ou des redondances ou une traduction un peu grossière par endroits (à moins que le traducteur n'y soit pour rien...).
L'extrait que j'ai retenu (à défaut) ne met pas suffisamment en avant le talent de Fadanelli. Peut-être parce que ce talent ne se découpe pas, qu'il est présent dans l'intégralité du livre, dans son rythme particulier, fait d'une sacrée liberté de ton, présente dans les très bons dialogues entre le narrateur et Eduarda comme dans les cogitations du narrateur, dans tout le récit.
J'ai découvert à l'occasion de ce livre un musicien mexicain, musicien classique : Revueltas. Ses musiques ressemblent à des musiques de films, de westerns.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Guillermo Fadanelli [Mexique] Empty
MessageSujet: Re: Guillermo Fadanelli [Mexique]   Guillermo Fadanelli [Mexique] Icon_minitimeMar 24 Nov 2015 - 18:18

Oui, je me souviens bien de ton commentaire sur le recueil de nouvelles de Fadanelli... Tu es sûre de ne pas vouloir ouvrir de fil, il a l'air de le mériter pourtant !!?? L'extrait que tu as posté m'a immédiatement replongée dans l'univers de Tijuana Straits de Kem Nunn, que j'ai beaucoup aimé.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

Guillermo Fadanelli [Mexique] Empty
MessageSujet: Guillermo Fadanelli [Mexique]   Guillermo Fadanelli [Mexique] Icon_minitimeMar 24 Nov 2015 - 18:32

Titine tu as déjà fait 2 commentaires sur cet auteur, je pense lire un peu plus tard un livre de nouvelles mexicaines dont Fadanelli est l'un des auteurs, je te rejoindrai sur le fil d'auteur si tu l'ouvres sourire !

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Guillermo Fadanelli [Mexique] Empty
MessageSujet: Re: Guillermo Fadanelli [Mexique]   Guillermo Fadanelli [Mexique] Icon_minitimeMer 25 Nov 2015 - 4:01

le voici ce fameux fil... avec deux avis sur le OneShot, oui, il a bien droit à son fil, rien qu'à lui Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
titine
Envolée postale
titine

Messages : 228
Inscription le : 24/09/2015

Guillermo Fadanelli [Mexique] Empty
MessageSujet: Re: Guillermo Fadanelli [Mexique]   Guillermo Fadanelli [Mexique] Icon_minitimeMer 25 Nov 2015 - 8:22

trois grâces du site se sont penchées sur le petit Guillermo et ont décidé de lui créer un fil.
ainsi soit-il :)

shanidar : merci de m'indiquer Kem Nunn, que je ne connaissais pas.
bédoulène : quel recueil de nouvelles mexicaines où a écrit Fadanelli ?

comme le fil est ouvert et comme je n'ai pas encore d'avis sûr sur Guillermo F, il y aura vraisemblablement la lecture d'un autre de ses livres, "hôtel".

que chacun se porte bien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Guillermo Fadanelli [Mexique] Empty
MessageSujet: Re: Guillermo Fadanelli [Mexique]   Guillermo Fadanelli [Mexique] Icon_minitimeMer 25 Nov 2015 - 9:14

Oh oh ! Regardez les filles comme nous sommes choupinette en trois grâces :

Spoiler:
 

en tout cas je note Fadanelli !

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

Guillermo Fadanelli [Mexique] Empty
MessageSujet: Re: Guillermo Fadanelli [Mexique]   Guillermo Fadanelli [Mexique] Icon_minitimeMer 25 Nov 2015 - 15:35

dentsblanches

Titine voici le livre : Guillermo Fadanelli [Mexique] 51wbx610 Des nouvelles du Mexique / [Jorge Ibarguengoitia, José de la Colina, José Agustin, et al.] ; sélectionnées et présentés par François Gaudry. - Paris : Métailié, 2009. - 1 vol. (383 p.)

Contient : " Des nouvelles du Mexique "/ Franþois Gaudry. " Epiphanies mexicaines "/ Franþois Gaudry. " What became of Pampa Hash ? "/ Jorge Ibarguengoitia. " Un voyage ... "/ JosÚ de la Colina. " Un cadavre sera transportÚ par voie express "/ JosÚ Agustin. " Mousse sur la pierre (La) "/ Antonio Sarabia. " Escalier (L') "/ Luis Arturo Ramos. " Phare (Le) "/ Guillermo Samperio. " Petite chronique de la plus laide "/ Elmer Mendoza. " Merveilleuses odeurs de la vie (Les) "/ Paco Ignacio Taibo II. " Une aberration dans la vie de Claudio Arrau "/ Eusebio Ruvalcaba. " RÚveil Ó Tehuantepec "/ Alberto Ruy Sanchez. " Eumelia "/ Daniel Sada. " Mort d'autrui (Le) "/ Monica Lavin. " Mon pÞre "/ Fabio Morabito. " CrÚpuscule Maya (Le) "/ Juan Villoro. " Baisers communicants (les) "/ Xavier Velasco. " VanitÚ (La) "/ Enrique Serna. " Toile d'araignÚe "/ Mauricio Molina. " Voiture de M. Dufo (La) "/ Mario Bellatin. " Voitures (Les) "/ Ana Garcia Bergua. " Manuel d'auto-assistance Ó l'usage des Chinois "/ Rosa Beltran. " Son vÚritable amour "/ Ana Clavel. " Nouveau (Le) "/ David Toscana. " Jardin des aveugles (Le) "/ Guillermo Fadanelli. " Pleroma "/ Mario Gonzalez Suarez. " Plaisir de mourir (le) "/ Eduardo Antonio Parra. " Santo Tomas de los Platanos "/ Eloy Urroz. " Sympt¶mes d'un mal patibulaire "/ Ignacio Padilla. " Voix d'Orson Welles et le silence de Don Quichotte (La) "/ Jorge Volpi. " Outrage "/ Alvaro Enrigue. " Quand grand-pÞre est mort "/ Fernando de Leon. " Colosse et la lune (Le) "/ Socorro Venegas. " Fin de la chanson (La) "/ Miguel Tapia Alcaraz.

je mettrai ici un commentaire sur cette nouvelle, mais vu le nombre d'auteurs j'ouvrirai après lecture un fil spécial "nouvelles du Mexique" d'autant que je viens de voir qu'il y a aussi : Guillermo Fadanelli [Mexique] Nouvel10

"Nouvelles du Mexique / Juan Villoro, Fabrizio Mejia Madrid, David Toscana, Fabio Morabito, Alvaro Uribe. - Paris : Magellan & Cie : Courrier international, DL 2009. - 1 vol. (139 p.) : couv. ill. en coul. ; 20 cm. - (Miniatures)

Contient : " Je suis Fontanarrosa "/ Juan Villoro. " De l'amour "/ Fabrizio Mejia Madrid. " Le Bassaris "/ David Toscana. " Les Clés "/ Fabio Morabito. " Le Septième Arcane "/ Alvaro Uribe.



_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
titine
Envolée postale
titine

Messages : 228
Inscription le : 24/09/2015

Guillermo Fadanelli [Mexique] Empty
MessageSujet: Re: Guillermo Fadanelli [Mexique]   Guillermo Fadanelli [Mexique] Icon_minitimeJeu 26 Nov 2015 - 8:28

merci
c'est une ouverture incroyable
bonne journée Bédoulène
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Guillermo Fadanelli [Mexique] Empty
MessageSujet: Re: Guillermo Fadanelli [Mexique]   Guillermo Fadanelli [Mexique] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Guillermo Fadanelli [Mexique]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Camerone au Mexique
» Pêche du bonnefish sur les flats au Mexique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature d'Amérique Centrale (et Antilles)-
Sauter vers: