Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 repérages nouveautés 2016

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9 ... 17  Suivant
AuteurMessage
silou
Agilité postale
avatar

Messages : 601
Inscription le : 24/05/2012
Localisation : centre

MessageSujet: Re: repérages nouveautés 2016   Lun 11 Jan 2016 - 14:54

Méphistophélès a écrit:
Je le dis ici même si c'est un peu tôt (un rappel sera fait en temps voulu) : La collection d'Ibolya Virag chez La Baconnière publiera Monsieur Bovary de Zsigmond Moricz courant mars 2016 (le 22 selon amazon).

Bonne nouvelle ! et merci d'avance pour la piqure de rappel en mars.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Amour, colère et folie   Lun 11 Jan 2016 - 18:57

 Marie Vieux-Chauvet
Amour, Colère et Folie
Postface de Dany Laferrière

« Parler de la romancière Marie Chauvet c’est parler d’un seul livre, mais quel livre ! Son roman Amour, Colère et Folie est devenu avec le temps le grand roman des années noires de la dictature de Duvalier, communément appelé Papa Doc. L’histoire du livre est en elle-même une simple tragédie. Marie Chauvet vient de la bonne bourgeoisie de Port-au-Prince. Elle fait partie d’un groupe littéraire dans le vent, elle écrit, enfin elle mène une vie à la fois intellectuelle et mondaine sous une dictature déjà sanglante. Gallimard réunit en 1968 (l’année de toutes les subversions) trois de ses récits sous un titre général : Amour, Colère et Folie. Jusque-là tout va bien. Comme elle n’avait produit que quelques légers récits, personne dans son entourage ne semblait avoir pris la mesure du manuscrit qui s’est révélé être une déconstruction en règle de la dictature. Un texte crépitant d’intelligence, précis et violent. Le regard froid et objectif de Chauvet semblait n’épargner personne. On avait déjà vu cela dans le temps mais jamais de la part d’une femme. Enfin le grand roman qui expose les ficelles pourries de la dictature. La rumeur circule à Port-au-Prince que François Duvalier, après avoir lu le roman, est entré dans une folle fureur, ce qui mettrait l’auteur et sa famille en grand danger. Le mari de Chauvet rachète immédiatement de Gallimard tout le stock qu’il fait disparaître dans un ultime effort pour calmer le Moloch. […]
Voilà que quarante-six ans après qu’on l’a réduite au silence (l’horreur absolue pour un écrivain), la voix claire et pure de cette romancière lucide et indomptable refait surface. Une dernière chance pour entendre son chant. » Dany Laferrière

L' Editeur : Zulma

Marie Vieux-Chauvet

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Yokomitsu Riichi - Soleil   Lun 11 Jan 2016 - 19:53

Yokomitsu Riichi : Soleil (Anacharsis). Sortie vers le 19 janvier.

L'éditeur a écrit:
Soleil (Nichirin), publié au Japon en 1923, est un étourdissant bijou littéraire dont la richesse et la profondeur dramatique évoquent Hésiode ou Shakespeare. Possédant une langue tendue vers une épure aux puissants effets visuels, il anime un univers fabuleux et pré-moral, un affleurement de conscience parmi une humanité emportée par ses seules pulsions. La nature, bêtes et plantes, envahit littéralement la scène pour composer des tableaux somptueux où des grues circulent dans des palais aux parois végétales tandis que l'on dépèce des cerfs dans l'herbe fraîche. Cette mise en rapport de la beauté formelle à la brutalité des moeurs puisée dans la mythologie du Japon archaïque entretient un lien avec certains mangas actuels, dont, surtout ici, le désormais classique Princesse Mononoké de Miyazaki.

Yokomitsu Riichi (1898-1947) appartient à la génération d'écrivains japonais d'avant-garde de l'entre-deux guerres qui fit naufrage à partir de la fin des années trente, et dont est également issu Nakajima Atsushi, l'auteur de La Mort de Tusitala traduit chez Anacharsis. Yokomitsu fonda une revue en 1924 avec Kawabata. Il a publié quelques romans remarqués, dont surtout Shangai (1931). Fortement influencé par la littérature occidentale, il composa Soleil après la lecture de la traduction japonaise de Salammbô de Flaubert. Benoît Grévin est historien. Polyglotte (il maîtrise une demi-douzaine de langues), il a mis huit années à traduire Soleil, dont il propose ici une postface éclairant les alentours et les arrière-fonds historiques comme stylistiques. Il a publié aux éditions du Seuil Le parchemin des cieux, essai sur leMoyen Age du langage (" L'univers historique ", 2012).


Dernière édition par eXPie le Mar 12 Jan 2016 - 22:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
églantine
Zen littéraire
avatar

Messages : 6498
Inscription le : 15/01/2013
Age : 52
Localisation : Peu importe

MessageSujet: LA RENVERSE   Mar 12 Jan 2016 - 19:49




LA RENVERSE : OLIVIER ADAM



Citation :
 "Ce n'est qu'au moment d'entrer dans le bar-tabac que la nouvelle m'a vraiment heurté, qu'elle a commencé à filer le tissus du drap que je tendais depuis des années sur cette partie de ma vie. J'ai demandé deux paquets de cigarettes, salué les habitués du plat du jour. Au-dessus des tables, un téléviseur s'allumait sur une chaîne d'information en continu. A l'instant où j'y posé les yeux, le visage éminemment télégénique de Jean-François Laborde s'est figé sur l'écran. J'ai demandé qu'on augmente le volume. On annonçait son décès dans un accident de voiture. Suivait un rappel succinct de sa biographie. Fugacement, la pensée, absurde étant donné le temps accordé à l'information, qu'il n'avait pas été fait mention de ma mère m'a traversé l'esprit."

Dans La renverse, Olivier  Adam retrace l'itinéraire d'Antoine, dont la vie s'est jusqu'à présent écrite à l'ombre du scandale public qui a éclaboussé sa famille quand il était encore adolescent. Et ce faisant, il nous livre un grand roman sur l'impunité et l'humiliation, explorées au sein de la famille comme dans l'univers politique.
Flammarion
 

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Stefan aus dem Siepen - le Géant   Mar 12 Jan 2016 - 19:52

Stefan aus dem Siepen (fil de l'auteur ici) : le Géant.

L'éditeur a écrit:
Tilman Wölzinger n’est pas un garçon comme les autres. À dix-sept ans, il mesure déjà 2,06 mètres, et sa croissance est loin d’être terminée… Car Tilman grandit, grandit encore… Jusqu’à devenir l’homme le plus grand d’Allemagne.
« Tillman le géant », ainsi qu’on le surnomme, souffre de sa différence due à une maladie génétique  que la médecine est incapable de soigner.
Raillé, moqué de tous, Tilman s’isole peu à peu du reste du monde. Jusqu’au jour où il accepte d’accorder une interview à un journaliste.
En peu de temps, Tilman devient une gloire nationale. Grâce à des contrats publicitaires, il gagne beaucoup d’argent et trouve même l’amour, en la personne de Nina, avec qui il emménage.
Mais le géant n’en finit toujours pas de grandir. Aura-t-il le temps de profiter du bonheur qu’il vient enfin de trouver ?


Dernière édition par eXPie le Mar 12 Jan 2016 - 22:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: La Plage   Mar 12 Jan 2016 - 20:07


Marie Nimier
La plage
Collection Blanche, Gallima

"Une jeune femme sans nom arrive sur une île, en été.
Elle traverse en autobus un paysage aride jusqu'à une plage où elle est déjà venue avec un ami. Elle se souvient d'une grotte où ils se sont aimés.
Il n'y a personne sur la plage, pas un souffle de vent. La taverne est fermée.
Elle se baigne nue.
Est-elle aussi seule qu'elle le croit? En quittant la plage quelques jours plus tard, elle ne sera plus la même. Jamais plus."

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
églantine
Zen littéraire
avatar

Messages : 6498
Inscription le : 15/01/2013
Age : 52
Localisation : Peu importe

MessageSujet: Comme deux sœurs   Mar 12 Jan 2016 - 20:18




Comme deux sœurs : Rachel Shalita
(Traduit de l’hébreu par Gilles Rozier)

Éditions de l'antilope :

Citation :
 Véra et Tsiona aiment à se rappeler leur première rencontre, à quatre ans, dans un jardin d’enfants de Tel-Aviv. Véra a grandi entre un père artiste volage et une mère infirmière rangée. Tsiona a perdu son père quand elle était petite.
Après le lycée, Véra, la sensible, l’artiste, ne sait pas ce qu’elle veut faire ; Tsiona, l’effrontée, engagée dans un mouvement de jeunes pionniers, va participer à la fondation d’un kibboutz dans le Néguev.
Malgré leurs différences, elles partagent leurs joies et leurs peines, jusqu’à l’arrivée de Yossef, le rescapé…
À travers le destin de deux héroïnes qui s’aiment comme deux sœurs, le roman entraîne le lecteur dans la société juive de Palestine, de la fin des années 1920 à la création de l’État d’Israël. Une période peu décrite jusqu’à présent dans la littérature israélienne.


Extrait du roman
« On a le droit d’être sœurs ? s’étonna Véra. On ne doit pas demander à un adulte ?
– Bien sûr qu’on a le droit, dit Tsiona, c’est comme on veut nous.
– C’est pas vrai, pour être sœurs, il faut que les parents soient d’accord.
Tsiona se tourna vers Véra.
– Et si les parents dorment ?
– Si les parents dorment, on leur demande le lendemain matin, répondit Véra avant de se tourner contre le mur. »  

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: repérages nouveautés 2016   Mar 12 Jan 2016 - 21:00

heureusement que bix montre l'exemple pour reprendre le titre de la sortie annoncée dans le titre du message... colibri

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Les anges radieux   Mar 12 Jan 2016 - 21:09

Celui-ci m'intrigue tout particulièrement !

William T. Vollmann Les anges radieux

Actes-sud:

Citation :
Dans cette fresque survoltée où se mêlent roman d’apprentissage, charge incendiaire contre les ambitions impérialistes et certains “idéaux” révolutionnaires, et méditation épique sur la violence, la rébellion et le rôle de la technologie dans l’aventure humaine, William T. Vollmann joue à fond, pour la première (et sans doute la dernière) fois, la carte de l’imaginaire et de la fantasy. Pour cela, Les Anges radieux s’affirme comme un moment indispensable dans la perpétuelle découverte de ce colosse de la littérature américaine contemporaine.

Le fil de l'auteur en un clic

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Cronenberg - Consumés   Mar 12 Jan 2016 - 22:49

Cronenberg : Consumés


L'éditeur a écrit:
Naomi Seberg et Nathan Math oeuvrent avec succès dans le photojournalisme à sensation de l'ère des nouveaux médias. A la fois amants et concurrents professionnels, ils arpentent le globe séparément, ne se croisent que dans des hôtels d'aéroports ou n'ont de rapports que par Internet, et sont toujours en recherche d'histoires spectaculaires - si possibles sordides. Celle de Célestine et Aristide Arosteguy, anciens professeurs de philosophie à la Sorbonne et couple libertin, a tout pour attirer Naomi. Célestine a en effet été retrouvée morte, mutilée, dans son appartement parisien. La police suspecte son mari, qui a disparu, de l'avoir assassinée et d'avoir mangé des parties de son corps. Avec l'aide d'Hervé Blomqvist, un étudiant singulier, elle se lance sur les traces d'Aristide, qui la mènent jusqu'à Tokyo. De son côté, Nathan se trouve à Budapest pour photographier le travail d'un chirurgien controversé, Zoltán Molnár, qui a été recherché par Interpol pour trafic d'organes et pratique désormais des interventions illégales. En couchant avec l'une des patientes de Molnár, Nathan contracte l'étrange " maladie de Roiphe ", que l'ont croyait disparue. Il s'envole alors pour Toronto, bien décidé à rencontrer le médecin qui a identifié ce mystérieux syndrome... Ces histoires parallèles finissent par se croiser dans une intrigue hallucinée mêlant la technologie et le corps, l'impression 3D et la philosophie, le festival de Cannes et le cannibalisme, la mort et le sexe sous toutes ses formes (fétichisme, voyeurisme, échangisme...). Cinéaste culte et mondialement reconnu (Videodrome, La Mouche, EXistenZ...), David Cronenberg poursuit dans ce premier roman son exploration de la noirceur psychologique et physique de l'être humain. Nous retrouvons dans Consumés les thèmes et l'esthétique de ses films, ses fascinations et ses obsessions.

Fil de Cronenberg réalisateur, ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: La Route étroite vers le Nord lointain   Jeu 14 Jan 2016 - 15:34


Richard Flanagan : La Route étroite vers le Nord lointain. - Actes Sud
Trad. de l' anglais (Australie) par France Camus-Pichon

 "En 1941, Dorrigo Evans, jeune officier médecin, vient à peine de tomber amoureux lorsque la guerre s’embrase et le précipite, avec son bataillon, en Orient puis dans l’enfer d’un camp de travail japonais, où les captifs sont affectés à la construction d’une ligne de chemin de fer en pleine jungle, entre le Siam et la Birmanie.
Maltraités par les gardes, affamés, exténués, malades, les prisonniers se raccrochent à ce qu’ils peuvent pour survivre – la camaraderie, l’humour, les souvenirs du pays.
Au coeur de ces ténèbres, c’est l’espoir de retrouver Amy, l’épouse de son oncle avec laquelle il vivait sa bouleversante passion avant de partir au front, qui permet à Dorrigo de subsister.
Cinquante ans plus tard, sollicité pour écrire la préface d’un ouvrage commémoratif, le vieil homme devenu après guerre un héros national convoque les spectres du passé.
Ceux de tous ces innocents morts pour rien, dont il entend honorer le courage.
Ceux des bourreaux, pénétrés de leur “devoir”, guidés par leur empereur et par la spiritualité des haïkus.
Celui d’Amy enfin, amour absolu et indépassable, qui le hante toujours.
Les voix des victimes et des survivants se mêlent au chant funèbre de Dorrigo, se répondent et font écho. À travers elles, la “Voie ferrée de la Mort”, tragédie méconnue de la Seconde Guerre mondiale, renaît sous nos yeux, par-delà le bien et le mal, dans sa grandeur dérisoire et sa violence implacable.
Porté par une écriture d’une rare intensité poétique, La Route étroite vers le Nord lointain est un roman puissant sur l’absurdité de la condition humaine, une méditation ombreuse sur l’amour et la mort, un cri contre la précarité de la mémoire et l’inacceptable victoire de l’oubli."

L' Editeur : Actes Sud

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Le Nouveau nom   Jeu 14 Jan 2016 - 15:42


L'amie prodigieuse II
Elena Ferrante : Le nouveau nom. Gallimard/Du monde entier
[Storia del nuovo cognome]
Trad. de l'italien par Elsa Damie

"Naples, années soixante. Le soir de son mariage, Lila comprend que son mari Stefano l’a trahie en s’associant aux frères Solara, les camorristes qui règnent sur le quartier et qu’elle déteste depuis son plus jeune âge. Pour Lila Cerullo, née pauvre et devenue riche en épousant l’épicier, c’est le début d’une période trouble : elle méprise son époux, refuse qu’il la touche, mais est obligée de céder. Elle travaille désormais dans la nouvelle boutique de sa belle-famille, tandis que Stefano inaugure un magasin de chaussures de la marque Cerullo en partenariat avec les Solara. De son côté, son amie Elena Greco, la narratrice, poursuit ses études au lycée et est éperdument amoureuse de Nino Sarratore, qu’elle connaît depuis l’enfance et qui fréquente à présent l’université. Quand l’été arrive, les deux amies partent pour Ischia avec la mère et la belle-sœur de Lila, car l’air de la mer doit l’aider à prendre des forces afin de donner un fils à Stefano. La famille Sarratore est également en vacances à Ischia et bientôt Lila et Elena revoient Nino.
Le nouveau nom est la suite de L’amie prodigieuse, qui évoque l’enfance et l’adolescence de Lila et Elena. Avec force et justesse, Elena Ferrante y poursuit sa reconstitution d’un monde, Naples et l’Italie, et d’une époque, des années cinquante à nos jours, donnant naissance à une saga romanesque au souffle unique."

L' Editeur : Gallimard

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: La Frontière du loup   Jeu 14 Jan 2016 - 16:07



Sarah Hall : La Frontière du loup. - Bourgois


"Rachel Caine travaille dans une réserve indienne de l’Idaho. Elle est sans nul doute le meilleur expert britannique de la biologie et du comportement des loups. À la demande d’un riche propriétaire terrien militant de la cause environnementale, elle accepte de rentrer en Ecosse pour l’aider à réintroduire le loup gris dans son domaine. Pour Rachel, ce retour en Combrie n’est pas uniquement synonyme de changement professionnel. Enceinte depuis peu, elle doit également se réconcilier avec sa famille désunie et faire face au défi que représente la réintroduction d’un animal disparu de l’île depuis plus de cinq siècles. Sur fond de débat sur l’indépendance de l’Ecosse, Sarah Hall interroge la nature fondamentale de l’homme et de l’animal, se penche sur les concepts d’écologie et de progrès."

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Bina Shah : La huitième reine   Jeu 14 Jan 2016 - 16:11



Bina Shah : La huitième reine. éditions Actes Sud, à paraître le 10 février.

Il me tente bien, celui-là. J'ai pu lire plusieurs commentaires approfondis et élogieux sur le livre en anglais, cela semble très prometteur, d'autant que l'histoire du Sindh tient apparemment une place particulière dans ce roman.

Résumé de l'éditeur :
À l’automne 2007, après plusieurs années d’exil, Benazir Bhutto rentre au Pakistan pour y mener une nouvelle campagne électorale qui lui coûtera la vie. Ali Sikandar, étudiant et reporter pour une chaîne de télévision privée, doit couvrir ce retour. Témoin privilégié dont la trajectoire personnelle est faite de douleurs intimes, de doutes et d’idéaux, il incarne les questionnements de toute une jeunesse qui, face à la confusion et aux dérives du pays, hésite entre engagement et fuite.
La force de ce roman est de faire subtilement entrer en résonance présent et passé, d’éclairer les enjeux et contradictions d’aujourd’hui à la lumière d’un passé aux multiples facettes. Le parcours des protagonistes contemporains est ainsi entrelacé de chapitres consacrés à diverses figures politiques, spirituelles ou artistiques ayant forgé l’identité du Sindh à travers les siècles. Car cette œuvre, en prise directe avec une tragique actualité pakistanaise, est aussi à lire comme une ode à une région, terre de convoitises et de déchirements, dont Bina Shah retrace l’histoire et célèbre la richesse.
Revenir en haut Aller en bas
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: repérages nouveautés 2016   Ven 15 Jan 2016 - 10:29

Je le note également. Merci Armor.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: repérages nouveautés 2016   

Revenir en haut Aller en bas
 
repérages nouveautés 2016
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 17Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9 ... 17  Suivant
 Sujets similaires
-
» Nouveautés 2016
» Les nouveautés 2016 (salon babycool, Kind + Jugend de Cologne, communiqués de presse...)
» Nouveau Blood Bowl pour 2016
» Luville 2016
» Les nouveautés de Forumactif

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Café littéraire. :: Sur la littérature en général…-
Sauter vers: