Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Florian Zeller

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Florian Zeller   Sam 12 Déc 2015 - 21:12

Florian Zeller
(Paris, 28/06/1979 - )


Citation :
"Florian Zeller publie à 22 ans son premier roman, Neiges artificielles, qui reçoit le prix de la fondation Hachette. Il devient en 2002, maître de conférences à Sciences Po et enchaîne, l'année suivante, avec son deuxième roman, Les amants du n'importe quoi. Il publie en 2004 La Fascination du pire qui remporte le Prix Interallié. Par la suite, il publiera deux autres romans, notamment La Jouissance, en 2012.

Florian Zeller crée L'Autre en 2004 : cette première pièce est très bien reçue par la critique et par le public. [...] Il enchaîne ensuite avec Le Manège, Si tu mourais (créée à la Comédie des Champs-Élysées en 2006 avec Catherine Frot), et Elle t'attend (en 2008 avec Laetitia Casta).

À partir de 2010, les plus grands acteurs vont jouer ses pièces. Catherine Hiegel (ancienne sociétaire de la Comédie Française) interprète La Mère en septembre 2010 au théâtre de Paris. Elle obtient pour cette pièce le Molière de la meilleure comédienne en 2011. [...]

En janvier 2011, Pierre Arditi crée au théâtre Montparnasse sa sixième pièce, intitulée La Vérité. En septembre 2012, Robert Hirsch crée sa septième pièce, Le Père, qui obtient trois Molières en 2014. En février 2013, Fabrice Luchini interprète sa huitième pièce, intitulée Une Heure de tranquillité. En septembre 2015, après avoir joué dans La Vérité, Pierre Arditi crée Le Mensonge. Enfin, en janvier 2016, Daniel Auteuil créera sa nouvelle pièce, intitulée L'Envers du décor. [...]

Mais c'est surtout sa pièce Le Père qui connait un très grand succès à l'étranger. Lors de sa création à Londres, Le Père a été élue « meilleure pièce de l'année » par le Guardian. Elle a été considérée comme la pièce « la plus acclamée de la décennie ».
[...] Florian Zeller est actuellement un des auteurs français les plus joués à l'étranger."
(Wikipedia)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Florian Zeller   Sam 12 Déc 2015 - 21:12

Une Heure de tranquillité (2013). L'Avant-scène théâtre n°1338.

Tout d'abord, écoutons Luchini :
"Je souhaitais donc depuis quelque temps jouer dans une pièce inspirée, avec très peu de psychologie, et qui s'approcherait d'une structure à la Labiche, à la Feydeau ou à la Jean Poiret. Je recherchais un texte d'une grande fluidité construit sur des situations. Je ne voulais surtout pas d'une pièce qui pense. Car, pour paraphraser Cocteau, quand une pièce se met à penser, elle pense souvent au-dessus de ses moyens. J'avais donc envie d'une pièce drôle ; Une heure de tranquillité est tombée au bon moment." (Commentaires, page 81)

Puis Florian Zeller :
"« L'idée originale vient d'un ami, qui m'avait parlé un jour d'un projet de pièce à traduire, où un homme voulait écouter Richard III sans jamais y arriver. C'est en écrivant ce texte que je me suis souvenu de l'anecdote, sans jamais avoir lu la pièce en question. Ensuite, comme je le disais, je me suis laissé guider par le rire. »" (Commentaires, page 88).
En fait, il s'agit de Otherwise Engaged, de Simon Gray (1977), et le héros veut écouter Parsifal.

Le sujet est très simple : Michel (Luchini) a trouvé par hasard, aux puces, un album de jazz qu'il cherchait depuis des années. Il revient chez lui, tout content, et savoure à l'avance le bonheur qui l'attend : s'installer tranquillement et écouter Me, Myself and I, de Niel Yaourt. Vous ne connaissez pas ?
Citation :
"MICHEL : [...] Niel Youart... Le clarinettiste de Mickael Torman ! À lui tout seul, il est à l'origine du mouvement « soft organic »." (page 20).

Sa femme est moins enthousiaste que lui à l'annonce de cette incroyable découverte.
Citation :
"NATHALIE : Tu dois être content.
MICHEL : Plus que ça. Enfin, imagine, ça fait des années que je rêve d'écouter cet album. Pour moi, Youart est un des plus grands génies de la clarinette !
Il s'approche de sa chaîne hi-fi, qui comprend aussi un tourne-disque.
NATHALIE : Tu vas l'écoute maintenant ?
MICHEL : Evidemment. Ça fait des années que j'attend ce moment ! Je suis rentré des puces en courant. [...]
Tu vas rire, mais quand j'ai acheté cette chaîne, et toute l'installation, et que j'ai commencé ma collection de vinyles, je me suis dit, le jour où tu pourras tranquillement écouter Me, Myself and I de Niel Youart, confortablement installé dans ton salon, ce jour-là, Michel, tu seras un homme heureux." (page 21).



Michel (Fabrice Luchini) heureux avec son 33 tours, et sa femme (Christiane Millet). Mise en scène Ladislas Chollat (photo © Bernard Richebé)

Citation :
"Il s'apprête à appuyer sur la touche play.
NATHALIE : je peux te parler juste avant que tu ne le mettes ?
MICHEL : Hein ?
NATHALIE : Tu as deux minutes ? Il faut que je te parle." (page 21).
Forcément, ça l'ennuie un peu. Tout ce qu'il veut, c'est qu'on lui fiche la paix.

Citation :
"NATHALIE : Je suis déprimée aujourd'hui.
MICHEL : Pourquoi ?
NATHALIE : Je ne sais pas. Je n'ai pas le moral.
MICHEL : Mais si, mon chat..." (page 21).
Elle a plusieurs sujets de tracas. Par exemple, leur fils, Sébastien, 29 ans, qui est musicien et vit dans un entresol à Pontoise.
Citation :
"NATHALIE : Et son comportement... Je ne le reconnais plus... Il est instable, renfermé, sinistre... Enfin, tu réalises que la dernière fois qu'on est allés le voir en concert, il a mangé un rat vivant devant tout le monde ?
MICHEL : Mais c'est un acte esthétique, Nathalie.
NATHALIE : Ce n'est pas esthétique, Michel ! C'est répugnant !
MICHEL : Mais non... Dans ce genre de musique, tout le monde fait ça. Qu'est-ce que tu veux ? Ce sont les jeunes d'aujourd'hui ! Ils vivent dans des caves, ils bouffent des rats, ils se bousillent les tympans avec de la musique de merde. Franchement, il n'y a rien de bien méchant. Ça lui passera." (page 22).

Bien sûr, sa femme n'est pas la seule fâcheuse qui va empêcher notre ami Michel d'écouter son fameux disque. Les ennuis vont se succéder crescendo...

C'est facile, mais cela fonctionne, c'est très amusant. Le spectateur se doute bien que des catastrophes vont arriver, et il ne sera pas déçu. Michel fera preuve d'un cynisme incroyable, il sera capable de tout accepter, de minimiser les problèmes, tout pour avoir la paix et son heure de tranquillité consacrée à l'écoute de Me, Myself and I.

Une adaptation a été faite pour le cinéma : "Une heure de tranquillité", de Patrice Leconte (2014).
C'est Florian Zeller lui-même qui a signé le scénario, l'adaptation et les dialogues.
Le résultat est une catastrophe. Le film pèse des tonnes, sans doute parce que Christian Clavier fait du Christian Clavier. Tout ce qui marchait dans la pièce (que je n'ai pas vu représentée, mais dans ma tête, Luchini jouait très bien) a ici la lourdeur du pachyderme.
Il y a des modifications incompréhensibles. Ainsi, dans la pièce, Michel est interrompu alors qu'il s'apprête à mettre le disque ; par contre, dans le film, il est interrompu en cours d'écoute - certes, au cours du premier morceau. Mais cela crée une très grande différence : dans la pièce, on ressent nettement plus la frustration de Michel qui ne peut même pas écouter une note de son disque, et on peut s'imaginer que la musique, quand on pourra enfin l'écouter, sera à la mesure de l'attente.
Bref : le film est un gros gâchis (mais pouvait-on attendre beaucoup de Leconte-Clavier ?).

 
A gauche, Michel (Christian Clavier) avec son disque ; à droite, Michel et sa femme (Carole Bouquet).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Florian Zeller   Sam 12 Déc 2015 - 21:26

Je n 'ai pas compris, si tu avais juste lu la pièce ou si tu l'avais vue représentée ?

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Florian Zeller   Sam 12 Déc 2015 - 22:01

Arabella a écrit:
Je n 'ai pas compris, si tu avais juste lu la pièce ou si tu l'avais vue représentée ?
J'ai juste lu la pièce. Mais dans ma tête, Luchini jouait bien. Alors que à l'écran, Christian Clavier, ça n'était pas vraiment ça...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Florian Zeller   Dim 13 Déc 2015 - 7:52

un livre pour se détendre donc ; j'aime quand tu dis (que je n'ai pas vu représentée, mais dans ma tête, Luchini jouait très bien)

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Florian Zeller   

Revenir en haut Aller en bas
 
Florian Zeller
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les généraux Challe et Zeller se sont livrés au lendemain du putsch,
» Paris - Pierre Bousquet de Florian à la tête de la task force antiterroriste de l’Elysée à/c 21 Juin.
» l2 : Niort Dijon ce soir
» j'ai pas de sous pour mes minis
» qu'ont fait ces officiers généraux.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs français à découvrir, nés après 1914.-
Sauter vers: