Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Daphnée Azoulay

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jack-hubert bukowski
Zen littéraire


Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Daphnée Azoulay   Mar 5 Jan 2016 - 16:30



Daphnée Azoulay est née en 1983. Elle écrit de la poésie. Elle a été lauréate du prix Émile-Nelligan de poésie chez les auteurs de moins de trente-cinq ans ayant écrit un premier recueil. Elle a été récipiendaire de ce prix en 2005 pour Tout près de la nuit. S'ensuivit un long silence de neuf ans. Elle est revenue à la charge avec Marbre en 2014.

Bibliographie

Tout près de la nuit (2005)
Marbre (2014)

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.


Dernière édition par jack-hubert bukowski le Mar 5 Jan 2016 - 20:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire


Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: Daphnée Azoulay   Mar 5 Jan 2016 - 16:49

Sans attente particulière, j'ai été mis en contact avec l'oeuvre de Daphnée Azoulay. Elle écrit une forme de poésie brève, un genre avec lequel je me sens de plus en plus à l'aise. Je vous citerai quelques extraits qui m'ont «parlé». Je vous rappelle qu'elle a été publiée aux Herbes rouges.

Citation :
Déménagement loin
Sous les plantes
Maman ne m'aime plus
Le son
La présence dans la paille
Les passants
L'herbe se baissant
Me souvenir
Sans m'endormir
Pour protéger les tourbillons
Quitter cette partie
Car elle se répand

Marbre, 2014, p. 17.

La poésie de Daphnée Azoulay me semble être en contact avec les éléments naturels même si elle semble évoluer dans l'univers des villes, ce qui me semble paradoxal. Il y a tout de même une douceur et un travail dans le procédé qui témoigne de la maturation du travail poétique.

Citation :
Porte à porte
Pour que les éléments suivent
Je dois viser à l'intérieur
Elle est vivante
Coincée
La plupart des choses n'existent pas
Le corridor du vent
L'uniforme de terre
Les hautes herbes à traverser

Ibid., p. 29.

Indirectement, il faut sentir l'influence d'Anne Hébert qui reste assez incontournable dans les références poétiques qu'elle propose.

Citation :
Je la vois a l'intérieur
Vivante
Funèbre
Avec de grandes pertes
Du vent sur les tables
Que veut dire l'expérience sans effort
Il n'y a rien qu'une large fenêtre
Un état démesuré

Ibid., p. 44.

Il faut avoir lu et relu l'ensemble poétique de Daphnée Azoulay. Le recueil fait à peine une trentaine de pages bien tassées. Il faut sentir que le recueil est mûr pour devenir un classique dans la mesure où il inscrit le projet poétique dans la filiation de l'écriture québécoise au féminin. Le propos est étrangement léger alors que les thèmes se bousculent avec fracas, mais retrouvent cette douceur si caractéristique aux grand-e-s poètes-ses.

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire


Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: Daphnée Azoulay   Mar 19 Jan 2016 - 7:03

J'ai parcouru le premier recueil de Daphnée Azoulay, Tout près de la nuit. Est-ce que je devrai ajouter le fait qu'elle fut publiée à la même maison d'édition que Jean-Simon Desrochers pour faire un malheur. J'imagine bien que non... Qu'importe... Daphnée Azoulay me donnait l'impression lors de la première lecture qu'elle était une poète en apprentissage dans ce premier recueil. Puis, je l'ai relu deux autres fois. Il est inévitable que le jeu des extraits entrera en ligne de compte. Tout ça pour dire que Daphnée Azoulay ajoute un relief particulier à la poésie québécoise qu'elle maîtrise bien sur le bout des doigts. Elle écrit de façon assez brève, mais en dit beaucoup, laisse imaginer et évoque plusieurs univers communicants.

Voici un premier extrait :

Daphnée Azoulay, Tout près de la nuit, 2005, Montréal : Les Herbes rouges, p. 15. a écrit:
Je m'installe au comptoir
Je rêve les endroits où je suis
Je me fixe à moi pour me lire
Ce que je porte
À l'extérieur vidé
Que j'avale
Je m'aime sur la peau
Me joins
Sur la roue de moi

Je me dois
Je me fais la demande
Je me saute
Je dors sur mon eau
Dans mon lit de verre
Je me regarde
Mon bruit de source
Mes bris de rêves

Je vois
L'infiltration signée de mes vapeurs



Ibid., p. 31. a écrit:
Mes sens qui frisent
Ma tête s'étend jusqu'aux oreilles
Et sort bleue
Je m'assure de n'être pas en train de tremper
Ma tête est brisée
Je mouille dans l'os
Je vide les trous
Jusqu'à ce qu'il n'y ait plus rien à perdre
Je tourne mes yeux vers la montagne
Chez moi
Tout est clair
Parfaitement nettoyé

Je ne sais pas si Daphnée Azoulay a été en contact avec la condition sourde. C'est en tout cas l'impression que je retire suite à la lecture du recueil.

Là-dessus, je vous laisse en aperçu un dernier extrait qui pourrait être figuré comme emblématique de sa poésie :

Ibid., p. 41. a écrit:
C'est un paysage
Comme ailleurs
La fatigue monte en perles sans passage
Je me promène plus loin
Pour sentir mon visage

Je suis introuvable
Dans un spectacle qui hante le ciel

Je suis passée ailleurs
Dans des croisements
Dans des visions
Quelque chose qui n'a rien à voir
Avec mon visage

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire


Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: Daphnée Azoulay   Jeu 21 Jan 2016 - 5:59

Juste deux recueils de poésie... et beaucoup y est déjà dit...

Retour à Tout près de la nuit, p. 25 :

Citation :
Je vais au fleuve
Si j'ai froid
C'est un froid tropical
Fait uniquement pour s'habiller
Je ne m'habille nulle part
Je me pèse d'avance
Avant d'être trop légère
Pour clarifier

J'explose
Je vois se bousculer
Mes effets sonores
J'ai caressé mes hanches
Ma tête s'arrête
J'ai appelé trop proche

En relaxant
Je peux aller sur le toit
Mais je suis sur le plafond
Si bien se lèvent mes effets sonores
Ce qui peut arriver dans une tête
Tout mon quartier le saura

Cette citation trouve écho en moi parallèlement à mes flâneries effectuées l'automne dernier.

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Daphnée Azoulay   Aujourd'hui à 5:47

Revenir en haut Aller en bas
 
Daphnée Azoulay
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DAPHNÉ (SM)
» Qui qui qui sont les Snorky ?
» brooke davis is here
» BOUAN (SM)
» PROFILS DE SOUS MARINS TYPE DAPHNE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Poésie (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: