Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Lucien Francoeur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 36

MessageSujet: Lucien Francoeur   Mar 19 Jan 2016 - 7:37



Ça faisait quelques temps que je vous parlais du poète et chanteur Lucien Francoeur. Pendant longtemps, je l'ai connu de nom. Je savais également qu'il enseignait au cégep de Rosemont. Il a écrit et chanté. Nous racontons son histoire de long en large sur la notice Wikipedia. Nous pouvons aussi lire ailleurs que sa poésie est de qualité inégale et j'en conviens. Ce serait toutefois lui faire injure de passer son oeuvre sous silence. Sur son site Internet, il nous offre avec générosité sa bibliographie poétique complète :

Citation :
- Minibrixes réactés, poèmes, Montréal, l’Hexagone, 1972.
- 5-10-15, poèmes et proses, Montréal, Éditions Danielle Laliberté (l’Hexagone), 1972.
- Snack-bar, poèmes, Montréal, Éditions Les Herbes Rouges, no10, 1973.
- Roman d’amour, proses, Montréal, Éditions Danielle Laliberté (l’Hexagone), 1973.
- Les grands spectacles (été '70/été '71 — a powerhouse book designed to keep any party swinging) poèmes et proses, Montréal, Éditions de l’Aurore (l’Hexagone), 1974.
- Suzanne le cha-cha-cha et moi, lettres d’amour, Montréal, l’Hexagone, 1976.
- Drive-in, poèmes, Paris, Éditions Seghers, 1976; Montréal, l’Hexagone, 1976.
- Le calepin d’un menteur, notes et visions, Montréal, Éditions Cul-Q, 1977.
- Les néons las, poèmes, Montréal, l’Hexagone, 1978.
- À propos de l’été du serpent, poèmes, Paris, Éditions du Castor Astral, 1980.
- Neons in the night, choix de poèmes (1972-1977), traduction de Suzanne de Lotbinière-Harwood, Montréal, Vehicule press, 1980. (Prix John Glasco 1982 pour la traduction).
- Des images pour une gitane, poèmes d’amour, Montréal, Éditions d’Orphée, 1982.
- Les rockeurs sanctifiés, proses calligraphiés, Montréal, l’Hexagone, 1983/1991. Prix Émile-Nelligan 1983.
- Une prière rock, livre d’art, conception et gravures de Monique Dussault, Montréal, Éditions du Pôle, 1983, HC, l’Hexagone, 1985.
- Rock-désir, chansons, Montréal, VLB Éditeur;  Paris, Le Castor Astral, 1984.
- La petite bohémia des arcanes, conte, Montréal, Éditions Gitanéria, 1985, HC.
- L’enchanteur et la bohémienne endormie (vingt-quatre études d’amour tsigane avec des mots de peintre), poèmes, Montréal, Éditions Gitanéria, 1985. HC.
- Exit pour nomades, poèmes, Montréal, Trois-Rivières, Écrits des Forges, 1985 et 1991 (édition revue et augmentée). Grand prix de poésie du Journal de Montréal 1985.
- Le Roman infini, proses, Montréal, Éditions NBJ, 1985.
- Si Rimbaud pouvait me lire..., poèmes et proses, Montréal, Éditions du Noroît, 1987.
- Perfecto nuit, poèmes, Montréal, VLB Éditeur, 1988.
- Vingt-cinq poètes québécois 1968-1978 — Anthologie présentée par Lucien Francoeur, Montréal, l’Hexagone, 1989.
- Comment j’ai appris à écrire Claudine, poèmes, Montréal, Éditions d’Orphée, 1989.
- Ne cherche rien / Ailleurs qu’ici, poèmes, en collaboration avec Claude Pélieu, Montréal, Éditions Trait d’Union, Coll. Vis-à-vis, 1999.
- Trafiquer dans l’inconnu (l’exil africain, fragments de lettres) — Correspondance d’Arthur Rimbaud, présentée par Lucien Francoeur, Trois-Rivières, Écrits des Forges / France, Le Temps des cerises, 2001.
- Clo la gitane, poèmes d’amour, Montréal, Éditions Trait d’union, 2001. Inclut un CD sur lequel l’auteur récite quelques extraits du livre sur la musique du groupe Aera 53.
- Express pour l’Eden, proses et poèmes rock, Trois-Rivières, Écrits des Forges, 2001; Pantin, Le Temps des cerises, 2001.
- Chants de l'Amérique inavouable, chansons, Montréal, VLB Éditeur, 2002.
- Travaux publics: Ars poetica!, essai, Trois-Pistoles, Éditions Trois-Pistoles, Coll. Écrire, 2002.
- Entre cuir et peau / Codex de l’Amérique imaginaire, anthologie, Montréal, l’Hexagone, Coll. Typo, 2005.
- bayou vertige, poèmes, Montréal, le temps volé éditeur, Coll. à l'escole de l'escriptoire, 2012.

Tiré de : http://www.lucienfrancoeur.com/biblio.html

Pour l'instant, j'ai lu Express pour l'Éden et Clo la gitane. Je pense que ce sont deux recueils qui peaufinent bien sa démarche.

Je vous laisse en guise de conclusion cette photo avec Claudine Bertrand, sa conjointe depuis belle lurette :


_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 36

MessageSujet: Re: Lucien Francoeur   Mar 19 Jan 2016 - 8:10

Encore une fois, j'ai épluché le recueil Express pour l'Éden sous toutes ses coutures. La poésie est assez simple et tout de même bluffante de temps à autre. Il faut dire que Lucien Francoeur est un poète issu de la contre-culture québécoise. À ce trait, son esprit témoigne d'un désabusement même joyeux...

Je vous laisse ce premier extrait :

Lucien Francoeur, Express pour l'Éden, 2001, Trois-Rivières : Écrits des Forges, p. 18. a écrit:
«Flashback»

on fumait du québécois
dans le Rang du Cordon
comté de Yamachiche
été torride tout croche
jusqu'à la fin du monde
avec langue en feu
et la fille du fermier
sans dentier ni quotient

on venait de Montréal
gros comme le bras
avec de la dope en masse
le grand Mo sur la basse
Coco sur la vieille Gibson
et le reste sur n'importe quoi

on stonait tout le monde
dans les champs de blé d'inde
morts de rire trente arpents
jusqu'aux oreilles cannabiques
le chant du coq tout à l'envers
dans le feed-back de l'aube en nage

Dans ce deuxième extrait, on voit très bien la caricature de Francoeur à l'oeuvre :

Ibid., p. 28. a écrit:
«Angoisse Story»

au Café de la Gare
la fille fait la gaffe
urbaine de blues
en flagrant délire
triste histoire

entre la bruine et l'orage
comme une chanson de rue
une légende hard core

la fille se mouche
mange une orange
et fume un joint
nue sous sa robe
en coton et fleurs

la nuit roule ses yeux d'angoisse
et la fille des hanches de reggae

«Express pour l'Éden» résume bien l'esthétique du recueil et donne le ton au reste :

Ibid., p. 54. a écrit:
«Express pour L'Éden»

circonstances de vive allure
on s'invente un itinéraire
une quête de dernière heure
fiction à pourfendre le hasard

cette persistance
à la révélation en fixes
un non-sens destroyant
pour héros d'opprobre

bonne aventure sur mesure
lignes de trop sur la paume
paranoïa tout partout
incarcéré en soi
seulement à perpétuité

dompé à la porte du nirvana
comme un restant de rien

Il y a une prose poétique dans la suite poétique «Mémoire idéale». Il s'agit de la sous-partie «Voix de fait». Je vous conseille par ailleurs le coup d'oeil à la prose de «Nomade in usa». Cette coulée de prose fait du bien à mon coeur de poète.

Là-dessus, Lucien Francoeur nous dit en clôture du recueil à nos «Risques et périls» :

Ibid., p. 88-89. a écrit:
«Risques et périls»

encore des jolis poèmes à faire
c'est Reverdy qui écrit cela
je déambule sans raison d'être
ombre des faubourgs qui fuient
en mouvement vers l'intérieur
nouvelles lignes de vie sans arrêts
issue de secours de dernière heure
rêver que la terre tourne rond
que le soleil chauffe ses rayons
puis les nuits saint-exupériennes
looping de spleen à la belle étoile
le messie récalcitrant
proclamation de la foi en rien
un rictus zen sur l'existence
râleur de fond à l'année longue
il est cinq heures au café du coin
personne n'attend plus personne
alors partir pour ne plus repartir
la vision envoûtante du Grand Désert
que l'on peut lire dans mes yeux
ici même un peu plus près regardez
quand je marche j'écris dans ma tête
et ça paraît dans mes pas Grandbois
j'oublie le trajet au fur et à mesure
m'enfonce dans le plus que possible
fatras textes divers stock d'hier
pense-bête de tous les jours
que dire simplement se taire
dans une chambre solitaire
poésie de secours poudre d'escampette
par la peau des fesses
et que le diable emporte le reste

Vous en conviendrez que c'est très «contre-culture» comme sensibilité...

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 36

MessageSujet: Re: Lucien Francoeur   Jeu 21 Jan 2016 - 5:30

Lucien Francoeur écrit de façon très inégale. Je vous rends compte de plusieurs lectures effectuées dans Clo la gitane. Il faut surtout dire qu'il est impressionniste et pratique le cut-up. Il va sans dire que ce procédé d'écriture n'est pas nécessairement dans le sublime littéraire. Néanmoins, quelques perles subsistent au coeur de son propos :

Lucien Francoeur, Clo la gitane, 2001, Montréal : Trait d'union, p. 23. a écrit:
IX

Fille au regard manouche
Camp-Volant aux cils d'Égypte
Tout près des larmes à la pensée
Tout près d'ici à la fin des temps
Fille éclatante et volubile
Je lui parle du bout des mots
Comme Éluard à livre ouvert

Ibid., p. 44. a écrit:
«Autoportrait au chevalet»

Je te et tu le sais
Au pied de la lettre
Ne veux plus écrire
Que toi à la main

Tu es tout mon alphabet
Mon lexique et dharma
Corps-âme idole errante

Et sans crier gare
Mon précis nomade

Celui-là que je vais vous montrer montre un peu les prouesses de la «gitanie» bien inspirée...

Ibid., p. 52. a écrit:
«Danseuse au châle noir»

Tu m'apprends les transes métisses
Comme les caresses d'amour gris-gris
Mon héroïne dans le charme flou
Désir doux ton corps comme partout
Amulettes cache-rêves magie de chanvre
Tabou ta bouche tatoue ta peau de mystères
Quand tu t'éclipses altière rose-des-vents
Et que la bonne chanson joue au bon moment

Ressentons un peu le fond de la poésie et du sentiment qui anime Lucien Francoeur dans son amour qui «éternise».

Ibid., p. 84. a écrit:
«Manouche mémoire»

La vie lancine à l'indolence
J'éternise les mots doux
En rémission d'amour

Dans l'herbe du vague
Je fais mon Yi-king
Aux pieds de la gypsie
Et cet instant de satori
Prend la forme d'un songe
D'une nuit d'été indien

Tout cela m'oublie déjà

Je ne pourrai pas dire que je n'ai pas essayé de vous faire connaître la poésie québécoise. Par ailleurs, j'exprime le souhait qu'un fil voie le jour pour faire état des nouvelles publications en matière de poésie (mondialement).

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Lucien Francoeur   Jeu 21 Jan 2016 - 7:11

les fils ça s'ouvre et ça s'alimente...

histoire d'en profiter pour rester sur le sujet je dois reconnaître que je ne suis pas très réceptif aux extraits proposés pour ce Lucien Francoeur et il m'en vient, de bon matin, la drôle d'idée que ça pourrait être pire si j'étais québécois car la langue perdrait alors en exotisme ?

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 36

MessageSujet: Re: Lucien Francoeur   Jeu 21 Jan 2016 - 20:36

Animal, si tu n'es pas réceptif à la poésie de Lucien Francoeur, lui, il se réfère à Denis Vanier qu'il présente comme le meilleur poète et digne représentant du courant dont il se réclame. Il s'agit d'une poésie qui s'est cultivée à travers les années 1970 et qui a fini par perdurer. Denis Vanier a notamment animé la revue Steak haché qui représente ce courant de pensée. Il a déjà son fil sur le forum, je pense bien...

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Lucien Francoeur   Jeu 21 Jan 2016 - 21:18

pas de fil on dirait ?

je ne sais pas trop comment expliquer ça. Steak haché par exemple c'est marrant comme nom et sonne certainement très années 70, ça donne une idée de légèreté, de bonne humeur, d'ouverture au moins. un peu comme les extraits que tu as postés finalement, mais c'est comme si toute cette poésie avait en même temps un côté trop sérieux ?

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 36

MessageSujet: Re: Lucien Francoeur   Jeu 21 Jan 2016 - 21:43

J'ai pris en main Entre cuir et peau, une anthologie poétique de l'oeuvre de Lucien Francoeur. J'y ai fait des découvertes à partir de la partie consacrée au recueil Les néons las :

Lucien Francoeur, Entre cuir et peau, 2005, Montréal : TYPO, p. 71. a écrit:
«Coeurs hachés»

les USA affublés de paillettes
et fiers de rien du tout
Babylone la langue de Barbie
on jouit beaucoup
synthétiquement d'ailleurs

l'amour malpropre se love
sur le paquet de l'atrophie
on se procure des caresses
au prix du consommateur

les coeurs s'empiffrent d'eux-mêmes
subrepticement chacun flotte sa parade
l'homme de la terre astique ses os

J'en ai trouvé un autre dans le même recueil qui m'a fait plaisir à la lecture :

Ibid., p. 59. a écrit:
«Tatouages machistes»

je tatoue je grave j'applique
je greffe des actrices économiques
sur l'épiderme des manuscrits adultérés

buvard lubrique kaléidoscope
des filles sans destin sans façon
avec des bassins panoramiques
et des reins dadas tragiques
comme les lignes de la main

filles-tapis goulots de lèvres
limousines érotiques bien rodées
j'ai le privilège de leurs nylons

Fait important à savoir, il y a un site internet de poésie québécoise et de commentaires sur la littérature qui se donne au Québec intitulé Poème sale http://poemesale.com/ qui suit un peu une trajectoire moderne de cette esthétique poétique. Il y a un courant qui inspire notamment la poésie trash chez les écrivaines québécoises.

Vu qu'il n'y a pas de fil sur Denis Vanier (j'ai fini par me souvenir que je trouvais difficile de citer ses poèmes dans la mesure où il s'agit d'une poésie à la tonalité un peu particulière et assez «hardcore» et que j'avais besoin de cheminer dans mes découvertes auparavant), je vais laisser un avant-goût de ce qu'il publiait chez Steak haché...

Steak haché anthologique, La vérité se passe un doigt, 2000, Trois-Pistoles, p. 164. a écrit:
«L'horizon fracassé»

Je ne désire plus rien
je suis dans l'horizon fracassé
dense comme une civière
dans le verbe noir

Avant j'écrivais
aujourd'hui je mutile.

Par ailleurs, je tiens à signaler que Patrice Desbiens fut un fidèle publieur de poèmes chez Steak haché... Je vous ai parlé de Denis Vanier à l'époque sur le forum, mais pas encore pondu de fil... un jour... :)

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 36

MessageSujet: Re: Lucien Francoeur   Dim 24 Jan 2016 - 4:55

Revenons à Lucien Francoeur. Il est important de savoir qu'il a remporté le prix Émile-Nelligan en 1983 pour Les Rockeurs Sanctifiés.

Dans Exit pour nomades en 1985, il écrit ceci :

Lucien Francoeur, Entre cuir et peau, 2005, Montréal : Typo, coll. «Poésie», p. 103-105. a écrit:
«Le tombeau d'Émile Nelligan»
(Pour une représentation new wave)

Nelligan au miroir à la vanité
Nelligan pink Nelligan rose
Nelligan punk Nelligan pause
Nelligan rock Nelligan dans le juke-box

Nelligan se maquillant les doigts du bout des ongles
Nelligan se vernissant les ongles du bout des doigts

Nelligan tout à fait déviant
Entre Rimbaud et Novalis
Entre Verlaine et Musset
Entre Nouveau et Baudelaire
Au fond des nuits-vitalis
Entre le cuir et la chair
Entre la peau et les os
Comme un frisson dans le dos

Dans les corridors de son pavillon en flammes
Dans le grand hall du château en ruine
Avec un blanc plein l'âme sur le corps inversé
Avec du vin dans les veines et du vent dans la voix
Avec du néant sur les mains les seins et les hanches
Nelligan sans larmes ni rimes Nelligan sent le kid
sur les lèvres

Ô beau Nelligan vitalis
Au comptoir du snack-bar
Pour faire rimer les filles
Dans le récital des anges
Nelligan au café-chimère
Nelligan stone dans son époque
Comme un faon fou un bateau ivre
Nelligan s’allonge comme une actrice

Nelligan ultravox
Et Nelligan rêve rock
Près de la psyché
Avec du rouge à lèvres
Du eye-liner du fard à joues
Nelligan tentant tout partout

Nelligan comme une affiche de Warhol
Nelligan comme un gitan de grand boulevard
Nelligan comme Mink De Ville dans le magenta

Nelligan que j’écris comme le Rimbaud de Kerouac
Nelligan five o’clock tea comme les Kinks

Nelligan you really got me
On a Sunday afternoon
Près de la névrose
Tout en rose
C’est la vie

Nelligan mod comme Novalis
Nelligan mod comme Prince

Nelligan tout à fait stone dans ses yeux
Nelligan comme une étoile filante
Nelligan fulgurant comme une star

Nelligan pieusement hermaphrodite
Nelligan rock-désir sur les lèvres
Nelligan irrésistible comme une romance
Nelligan au cutex sur les ongles
Au rouge à lèvres dans le noir
Aux sucettes sur les hanches
Au rimmel dans le miroir

Nelligan dans le vent et le chant
Nelligan en vers de vinyle
Au verbe de satin cheap tricks
Que j’en tremble dès l’instant
En fumant un joint dans l’herbe

Nelligan dans l’été Nelligan estival
Nelligan saigné dans l’hiver de force

Et pour mon plaisir let it be
Nelligan en blouson satiné
Et froc de skaï
Comme dans un rock dream
Jusqu’à la romance du vin

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Lucien Francoeur   Dim 24 Jan 2016 - 15:01

Nelligan dans tous ses états ! sourire

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lucien Francoeur   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lucien Francoeur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DELETTRE Louis Lucien
» à la recherche Lucien Tabury
» Les photos de Lucien Martinot
» Décès de Lucien Neuwirth - SAS
» Inquiétude pour le général Lucien Le Boudec

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Poésie (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: