Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Denis Vanier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jack-hubert bukowski
Zen littéraire


Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Denis Vanier   Mar 16 Fév 2016 - 5:01



Denis Vanier (1949-2000) était un poète bien accompli. Il avait publié son premier recueil à l'âge de 16 ans en 1965 et a laissé un dernier recueil au moment de mourir, qui fut publié de manière posthume en 2001. Il collabora à plusieurs revues, dont Hobo-Québec et Mainmise. Au moment de mourir, il dirigeait la revue Steak haché. Claude Gauvreau a dit de lui qu'il était un véritable terroriste du verbe. De nos jours, ses oeuvres sont difficilement trouvables dans les librairies. J'ai bien vu ses deux derniers recueils, L'urine des forêts et Porter plainte au criminel, recueils parus aux Herbes rouges. Je les ai également lus, il y a un certain temps. La problématique de la non-réédition des classiques québécois des auteurs qui ont publié à des époques «vénérables» fait en sorte que la pérennité de l'institution littéraire peut être remise en question, notamment en ce qui concerne la poésie. Josée Yvon - que nous voyons sur la photo - était sa compagne et elle était également poétes. Josée Yvon est décédée des suites du SIDA et Denis Vanier, qui avait également le SIDA, est décédé des suites d'un cancer.

Je reproduis ci-contre la bibliographie de Denis Vanier telle qu'on la voit sur Wikipedia :

• Je, Édition Image et Verbe, 1965 (réédité en 1974 à l’Aurore)
• Pornographic Delicatessen, Éditions Estérel, 1968
• Catalogue d’objets de base, Éditions du Vampire, 1970
• Lesbiennes d'acid, Éditions Parti pris, 1972
• Le Clitoris de la fée des étoiles, Les Herbes rouges, 1974
• Comme la peau d'un rosaire, Éditions Parti pris, 1976
• Koréphilie, en coll. avec Josée Yvon, Les Écrits des Forges, 1978
• L'Odeur d'un athlète, Éditions Cul Q, 1979
• Phases critiques, en coll. avec Josée Yvon, Éditions Transpercées, 1980
• Œuvres poétiques complètes, tome I, Éditions Parti pris / VLB Éditeur, 1981
• Rejet de prince, VLB Éditeur, 1984
• L'Âme défigurée, en coll. avec Josée Yvon, Éditions de l’Atelier de l’Agneau, Belgique, et du Castor astral, France, 1984
• Cette langue dont nul ne parle, VLB Éditeur, 1985
• L'Épilepsie de l'éteint, Les Écrits des Forges et La Table rase, 1988
• Travaux pratiques, en coll. avec Josée Yvon, Éditions Transpercées et Remi Ferland, 1988
• Les Stars du rodéo, Les Écrits des Forges, 1990
• Hôtel Putama, Éditions de La Huit, 1991
• Une Inca sauvage comme le feu, Éditions de La Huit, 1992
• L'Hôtel brûlé, Les Écrits des Forges, 1993
• Je ne reviendrai plus (textes choisis 1970-1994), Éditions Espace global, 1994.
• Le Fond du désir, Les Herbes rouges, 1994
• Renier son sang, Les Herbes rouges, 1996
• La Castration d'Elvis, Les Herbes rouges, 1997
• Vanierama, livre objet, en coll. avec Richard Gingras, Robert Tanguay et Guy Boutin, Éditions Le Relieur Fou, 1997
• Noyée dans le bain avec son chat, Éditions Docteur sax, 1998
• Tu me trompes avec un oiseau, Les Herbes rouges, 1998
• Le Baptême de Judas, Les Herbes rouges, 1998
• L'Urine des forêts, Les Herbes rouges, 1999
• Porter plainte au criminel, Les Herbes rouges, 2001

Je vous donne un avant-goût de la poésie impitoyable de Denis Vanier :

Denis Vanier, Steak haché a écrit:
«En prison, on chie devant tout le monde»

Je bois tout
surtout les bulles du plancher frais lavé

ils vont tout t'enlever
les dents, les meubles et l'argenterie
je pense mourir hier et demain.

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.


Dernière édition par jack-hubert bukowski le Mer 17 Fév 2016 - 9:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire


Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: Denis Vanier   Mar 16 Fév 2016 - 5:38

La castration d'Elvis (1997) :

Les recueils de Denis Vanier sont ouvertement provocateurs d'une certaine vision des choses qui voudrait que la littérature reste lisse et immaculée. À mon sens, il est allé plus loin que bien du monde. Nous pouvons le placer parmi les Bukowski et les Artaud de ce monde. Comme je le disais sur le fil consacré à Lucien Francoeur, il considérait Denis Vanier comme le chef de file des poètes de la contre-culture québécoise. Éternel rebelle, Denis Vanier remettait ouvertement en question bien des conventions sociales et sa poésie porte le ferment d'une révolution à l'oeuvre.

Tout ça n'est rien sans l'avoir lu. Denis Vanier a accompli bien des choses, et son couple avec Josée Yvon a fait en sorte que son aura poétique en a été décuplée au sein de certains cercles. Dans La castration d'Elvis, trois suites poétiques sont intitulées des titres suivants : «La nuit du pardon», «Le respect de soi» et «Vin de ketchup». J'ai perçu le ton de la poésie comme grinçant et se jouant des conventions. Il faut toutefois dire que le ton reste remarquablement zen par rapport à ce qu'il tente de soulever comme réactions.

Voici un premier poème :

Denis Vanier, La castration d'Elvis, 1997, Montréal : Les Herbes rouges, coll. «Poésie», p. 13. a écrit:
«Je suis dangereux sur une estrade»

Je ne suis rien,
j'attends
que le vent sous ta robe
dépose ton odeur sur l'univers.

Existe-t-il un langage puant
comme une bombe,
qui laverait ce plancher du ciel?

Alors, il se calma
et contempla la propreté.

Je sais pourquoi on tue
je ne fais rien,
j'écris.

D'une manière particulière, il aborde les thèmes :

Ibid., p. 21. a écrit:
«La haine la désirait»

Elle serait chaste,
ne serait-ce que de ce bondissement
planétaire dans son ventre.

Lui ne se défendait plus,
se cachant sous
cette fragilité que créait
la peur en nous, si petits,
amoureux de la dernière de classe
qui visait l'étrange.

Ibid., p. 23. a écrit:
«Vendre des armes et des peaux»

Je vous parle de loin
dans la sensibilité froide,
pour moi, ces textes sont tout,
sauf avouer quoi que ce soit.

Je veux un gun,
pour trouer cette page
d'un point final,
devenir ce pauvre homme
qui parle seul dans la rue,
je suis calme et enragé,
cela s'appelle la précision :

Tous ces instants
à en peindre la pesanteur
dans la plus pure horreur zen.

De façon assez crue, il parle des femmes :

Ibid., p. 28. a écrit:
«Miss Ontario»

Ses aines d'écorce
attirent les pétroliers du monde entier,
pouvons-nous pécher par miracle?

Ne m'aime plus,
moi qui salis l'ébloui,
je ne descends
qu'où souffle le sol,
quand la terre n'a rien à boire.

Ibid., p. 46. a écrit:
«Zaïre»

Une femme me demande :
«Pourriez-vous aimer?»
Non, se répond-elle,
car votre mère m'a dit
que vous étiez un animal,
à la constante recherche
de l'anatomie du vide,
et cela lui semblait obscène,
de vous y consacrer
lui fait honte,
et si vous étiez Vermeer,
ce serait sur la certitude de l'ombre
qu'elle vous renierait.

Le dernier poème cité fait preuve d'une finesse assez remarquable par le raisonnement proposé. Nous partons bien sûr du point de vue masculin pour nous dissiper sous la voix féminine pour finalement recouvrir les traits du méchant. Denis Vanier ne fait pas dans la dentelle définitivement.

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile


Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Denis Vanier   Mar 16 Fév 2016 - 8:24

Jack tu nous fais connaître des poètes bien singuliers, celui-ci particulier, étonnant voire détonant !

merci !

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire


Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: Denis Vanier   Mar 16 Fév 2016 - 19:09

Denis Vanier est peut-être détonnant ou singulier, mais il a surtout été le chef de file d'une époque révérée par ceux-celles qui s'extasient autour du phénomène hippie et de la contre-culture. De nos jours, il y a un regain d'intérêt pour explorer à nouveau cet héritage des années post-Révolution tranquille si nous sortons un peu du circuit commercial habituel.

Il y a eu une réédition des oeuvres de Josée Yvon et une correspondance entre Denis Vanier-Josée Yvon et leur éditeur... tout ça est sorti dans la dernière année ou deux...



Je me souviens surtout en évoquant leur héritage qu'ils se rassemblaient autour d'une librairie que j'ai eu la chance de demeurer près, Le chercheur des trésors, rue Ontario. Une partie des mouvements littéraires y a trouvé son essor. J'ai encore visité la librairie de date récente et elle a encore un fonds intéressant de poésie en format usagé. J'avais acheté plusieurs livres sur le mouvement Beat et Jack Kerouac il y a des années.

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sigismond
Agilité postale


Messages : 875
Inscription le : 25/03/2013

MessageSujet: Re: Denis Vanier   Mar 16 Fév 2016 - 19:11

Merci Jack-Hubert, je tente de mettre la main sur les auteurs que tu nous présente sur le fil poésie, ce n'est pas toujours simple, mais ça m'intéresse beaucoup !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire


Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: Denis Vanier   Mar 16 Fév 2016 - 20:59

Un autre poème de Denis Vanier dans le Steak haché anthologique :

Citation :
«L'évidence»

Je me retourne muet opaque
nu et humide sous la crasse
lavée au couteau,

suspendu à mille cordes de fer
rougies par la foudre

écrire et décrire à toute vitesse la course
vers la mort et la vie,

à la place d'un ourson
les déchets d'une sauce braque
collés sur moi

écrire pour décrire
la vitesse,
un jour il sera trop tard
pour apprendre à manger

ce rédigé
ne contient aucune histoire,

c'est la première fois que j'y survis.

Sigismond, oui, ce n'est pas toujours si simple de trouver ce que je propose. L'important est de parvenir à l'effort de reconnaissance d'une littérature même de l'autre côté de l'océan. Qui sait, peut-être que cela en incitera certains, certaines, à faire des recherches, commander des livres et/ou pourquoi pas voyager au Québec pour se mettre au parfum de ce qui s'y fait.

Je ne saurais pas dire si Gallimard a des librairies en France, mais nous en avons une à Montréal. Elle offre des livres de maisons d'édition québécoises. Je sais qu'il y a certaines maisons d'éditions françaises et des poètes qui se sont intéressés à ce qui se fait au Québec. Il y a parfois des coéditions mais chose certaine, il y a encore du chemin à faire pour perpétuer la mémoire de nos oeuvres.

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile


Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Denis Vanier   Mer 17 Fév 2016 - 8:13

"Goûte à cette cire des candélabres c'est l'érection de Dieu qui se figera bientôt, sa dernière coulée m'alourdit comme une pesante retaille d'ange."

Le candélabre

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire


Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: Denis Vanier   Mer 17 Fév 2016 - 8:55

Je viens de retracer la citation, qui est tirée de L'urine des forêts. Elle peut également se lire de la manière suivante :

Bédoulène a écrit:
Goûte à cette cire des candélabres
c'est l'érection de Dieu
qui se figera bientôt,

sa dernière coulée m'alourdit
comme une pesante retaille d'ange.

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Denis Vanier   

Revenir en haut Aller en bas
 
Denis Vanier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bec de Mortagne AUGER DENIS LEGRAND LEMIEU 1784 1790 1827
» La mère Denis.
» Nicolas Vanier
» Présentation de Denis Voirin
» (93) AM Saint-Denis en ligne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Poésie (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: