Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Michel Laval [Biographie]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 73
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Michel Laval [Biographie]   Mer 2 Mar 2016 - 13:44

oui tu as raison Shanidar, car nous connaissons déjà le parcours de K. Mais certainement que A.K. ne se livrait pas facilement aussi !

A.K. a garder plusieurs amis pour la vie et c'est par ceux-là que nous aurions appris plus de lui.

(je suis en pause aujourdhui )

nous pourrons programmer une autre LC, Maline nous accompagnera peut-être ?

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maline
Zen littéraire
avatar

Messages : 5239
Inscription le : 01/10/2009
Localisation : Entre la Spree et la Romandie

MessageSujet: Re: Michel Laval [Biographie]   Mer 2 Mar 2016 - 23:15

Bédoulène a écrit:
parmi les quelques livres traduits de Kurt Tucholsky tu recommande lequel ?
@shanidar et @Bédoulène
J'ai très envie de répondre " tout " car je suis une grande admiratrice de l'œuvre de Kurt Tucholsky.
Si vous aimez lire une petite histoire d'amour, je vous recommande les deux romans, ou au moins l'un des deux, Rheinsberg. Un livre d'images pour les amoureux et Vacances en château de Gripsholm. Un Été en Suède. Ce sont des romans écrits par petites touches, un paysage par ci, un baiser par là, une rencontre un peu plus loin. La nouveauté pour l'époque de Tucholsky fut que dans les deux livres le jeune couple n'est pas marié et que p.ex. dans Gripsholm il y a une nuit passée à 3... [L'amie de cœur de Tucholsky a mis pas mal d'énergie dans son autobiographie pour dire que le roman n'est nullement autobiographique, enfin que la fameuse nuit..., il faut comprendre qu'en vacances..., bref, rien ne s'est passé entre elle et les 2 autres ... cependant ...] Vous devez comprendre que mes souvenirs ne sont pas tout récents.

Autrement n'hésitez pas de lire quelques pages des Chroniques allemandes, parisiennes, suédoises, plus politiques donc d’actualité d’alors, et si vous aimez la poésie recherchez ses poèmes réalistes et humoristiques comme sa prose.

J'ai découverte une version chantée de " Augen in der Grossstadt " (Yeux dans la grande ville) :


Arthur Koestler dénierait-il ces lignes écrites par le jeune Tucholsky ?
    Et sur le volcan, la danse séculaire.
    Tu ne tueras point, a dit un jour quelqu'un...
    L'humanité l'entend et l'humanité geint.
    Quand la fin, la fin de cette misère ?
    Guerre à la guerre.
    Et la paix sur la terre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 73
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Michel Laval [Biographie]   Mer 2 Mar 2016 - 23:22

reprise de lecture

ocT 37 : de l’autre bout de la méditerranée la Palestine est ensanglantée. Le Haut comité Arabe s’ oppose à l’installation des émigrants Juifs. D’après l’ enquête de la Commission loyale Britannique il apparait impossible que Juifs et Arabes puissent vivre ensemble ; la seule solution serait de partager la Palestine en 2 parties indépendantes. La quotité de territoire proposée aux Sionistes ne leur convenait pas quant aux Arabes ils ne voulaient tout simplement pas des Juifs sur le territoire Palestinien (ce qui est toujours d’actualité) Les Britanniques et les Juifs durent de plus se défendre contre des bandes en provenance des autres pays arabes, lesquelles étaient soutenues par les fascistes allemands et italiens.
Le mouvement Sioniste se fissurait.

Koestler accepte la proposition de reportage faite par le News Chronicle à Jérusalem. Il remarque que le pays a changé, de nombreux Juifs ont rejoint la Palestine, la seule alternative pour eux à la barbarie nazie qui s’était renforcée. A.K. retourne en europe et lance un « SOS » pour la Palestine dans son article.

« Jamais, pour A.K., les Juifs ,n’avaient été menacés d’un péril aussi terrible qu’en cette fin d’année 1937 où tout semblait converger vers leur anéantissement général. Mais sa voix se perdit alors dans un silence de glace. »

C’est au cours d’une conférence sur la guerre d’Espagne que K. refusa de soumettre son texte au représentant du parti ; ce qu’il déclara était de nature à renier les thèses du Parti.
« A.K. comprit à l’instant qu’il venait de commettre l’irrémédiable, que ces propos avaient quelque chose d’iconoclaste, qu’ils résonnaient comme une « déclaration de guerre », et le sentiment immédiat qu’il en éprouva fut celui d’un véritable désarroi. »

C’est l’exécution de Boukharine en Union Soviétique qui conduisit de nombreux Communistes à voir la réalité et à quitter le Parti.

Le « procès » de Boukharine et des autres accusés fut le dernier des grands procès, il ne pouvait masquer 4 années de terreur ; il n’y avait plus de candidat pour participer à ces mascarades.
Laval rapporte les principales phases du procès.

L’auteur a bien saisi le désarroi qui assaille Koestler après sa décision ; cet homme ne pouvait quitter sans douleur cette compagne que représentait le Parti, après tant d’années de vie commune.

« Le geste de Koestler l’avait laissé sur la rive du fleuve, errant parmi les traitres et les hérétiques" . D’ ailleurs les mots de Koestler évoquent bien ce sentiment : « un prêtre défroqué », « seul et inutile », « au ban de l’humanité ».
Manès Sperber, l’ami de Koestler, entré un peu avant lui dans la dissidence, sentait un trou noir spirituel l’emporter « plus profond que l’abîme ».

Koestler se sauva en se replongeant dans l’écriture de Spartacus. Il tira une leçon de la révolte du gladiateur « il avait préféré sacrifier la révolution que la salir », alors que Camus écrivait « tout révolutionnaire fini en oppresseur ou en hérétique ».

K. rejoint dans le sud de la France les émigrants anti-nazis qui séjournent à Sanary sur mer.
De retour à Paris il commence la rédaction de son plus célèbre livre « le zéro et l’infini » qui retrace le procès d’un militant, qui aurait pu être être son ami Weisberg emprisonné comme le lui apprend sa femme.

Alors que la République d’ Espagne agonise dans l’indifférence, en Allemagne Hitler étend son emprise sur d’autres territoires.


_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 73
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Michel Laval [Biographie]   Mer 2 Mar 2016 - 23:54

non Maline je pense que Koestler ne dénierait pas ces mots, d'ailleurs je pense aussi aux pacifistes comme Werther Léon, Louis Guilloux...

Je serais plus tentée par les Chroniques allemandes (plus tard car j'ai une cinquantaine de livres dans ma pal qu'il me faut lire)

pour la chanson qui me plait bien, j'ai eu un peu de mal à cause de l'accent ! sourire

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Michel Laval [Biographie]   Jeu 3 Mar 2016 - 12:13

Merci Maline pour toutes ces précisions à propos de Tucholsky (qui a une page bien fournie sur wikipedia malgré une diffusion ascétique de ses œuvres en français).

Bédou, je suis arrivée au mois d'octobre 37 et au départ de Koestler pour la Palestine. De plus en plus à travers cette biographie se dessine le destin d'un homme seul, expatrié, apatride, exilé... Laval souligne la difficulté des émigrés allemands à trouver en France une terre d'accueil (c'est toujours le cas) et insiste sur le fait que la plupart vivaient en vase clos, ne fréquentant que des compatriotes et se retrouvant finalement coupés de la société française. A l'inverse, lorsque Koestler arrive en Angleterre après sa détention en Espagne, il est accueilli par un cercle de sympathisants anglais, ce qui semble lui permettre de s'intégrer un peu mieux dans la vie anglaise (même s'il continue à écrire en allemand).

Je ne m'étais pas rendue compte à quel point les premiers romans de Koestler avaient été si tardif (en 37, il n'a toujours pas publié Spartacus mais seulement des livres de vulgarisation sur la sexualité et des plaidoyers contre le fascisme).

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 73
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Michel Laval [Biographie]   Ven 4 Mar 2016 - 17:50

"Je ne m'étais pas rendue compte à quel point les premiers romans de Koestler avaient été si tardif (en 37, il n'a toujours pas publié Spartacus mais seulement des livres de vulgarisation sur la sexualité et des plaidoyers contre le fascisme)." trop occupé par le Parti ! Shanidar


"cette biographie se dessine le destin d'un homme seul, expatrié, apatride, exilé..." tout à fait et à ce nouveau pont franchi avec sa sortie du PC il en sera de même.

suite

A propos du procès de Boukharine Koestler dénie les raisons avancées par le procureur et par Trotsky, qui justifieraient l'aveu, mais pour lui "l'aveu n'était pas autre chose que l'ultime service rendu au Parti, le dernier sacrifice qui lui était consenti."

Laval met en évidence l'analogie des réponses de Boukharine et de Roubachov, le héros de Koestler, il décortique les idées, les liens entre les victimes et le Parti, entre bourreaux et victimes.

en exergue chapitre IX : "Le péché de pratiquement tous les gens de gauche à partir de 1933 est d'avoir voulu être antifasciste sans être antitotalitaire." George Orwell (je mettrais un bémol à cette critique tousme parait injuste, les membres de "la base" eux ne savaient pas, ils croyaient ce que les "chefs" disaient - cela me rappelle une réflexion de Koestler alors qu'il est interné au camp du Vernet, il fait justement cette différence)

Après la rupture d'avec le Parti Koestler a quitté une rive, il marche sur ce nouveau pont mais il n'a pas encore atteint l'autre rive. "Une foi naît en vous par un acte apparemment spontané, comme le papilon surgit de son cocon. Mais la mort d'une foi est progressive et lente ; même après ce qui semble le dernier frémissement des ailes fatiguées, il y a encore un sursaut, encore un faible soulèvement. toute foi sincère montre ce refus obstiné de mourir."

L'auteur, à nouveau saisit très justement les sentiments qui accablent Koestler : "En cette fin d'année 1938, prise entre nostalgie et espoir, rêve et cauchemar, mensonge et passion, la foi d'Arthur Koestler agonisait lentement." Suit un développement intéressant.

Je suis , comme d'habitude saisie par les mots employés par Koestler, mais Laval me séduit par son raisonnement et sa perception vis à vis d'A.K.

à suivre.




_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Michel Laval [Biographie]   Sam 5 Mar 2016 - 14:34

Bédou, je pense que tout comme moi en lisant les pages sur les procès de Moscou, tu n'as pas pu t'empêcher de penser au film L'Aveu de Costa-Gavras, qui met bien en évidence lui aussi la difficulté à se séparer du Parti et la "facilité" à se reconnaître coupable pour sauver l'idéologie communiste. Quand on voit que Semprun a écrit les dialogues du film, j'imagine facilement qu'il a dû lui aussi éprouver les mêmes déchirements...

On retrouve également dans les mots et les maux des réfugiés, les incantations qui trouent encore aujourd'hui notre quotidien, comme si rien, finalement ne changeait vraiment, comme si l'homme était toujours aux prises avec les mêmes problèmes : migrations, identité, foi... et les mêmes aveuglements.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 50
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: Michel Laval [Biographie]   Sam 5 Mar 2016 - 15:34

Je n'ai pas participé mais je vous lis. Dommage qu'on ne sache pas pourquoi il a voulu écrire sur Koestler.

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 73
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Michel Laval [Biographie]   Sam 5 Mar 2016 - 20:28

nous ne sommes même pas à la moitié du livre, peut-être le saurons nous plus tard ?

merci de nous lire !

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Michel Laval [Biographie]   Lun 7 Mar 2016 - 11:03

Bon. J'entame désormais la partie de la vie de Koestler que je ne connais pas ; c'est-à-dire à partir de son arrivée en Angleterre en 42. Fidèle à lui-même, Koestler écrit dans les journaux londoniens et new-yorkais pour dénoncer l'extermination des juifs d'Europe, mais tout comme Karski, il ne sera pas entendu (ou plutôt écouté). Il cherche aussi à dénoncer les camps dans lesquels ses amis antinazis sont internés en France. Sans plus de succès. On reconnait ici les engagements toujours renaissants de Koestler contre l'injustice et la barbarie mais aussi l'aveuglement des 'hommes libres'.

Laval s'attache également à nous parler du recueil d'essais Le Yogi et le Commissaire qui semble parfaitement exprimer les deux pôles vers lesquels oscillent le monde (matérialité contre spiritualité, pour le dire vite) alors même que Koestler tente de trouver la voie du milieu, celle qui permettrait aux hommes de vivre ensemble...

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 73
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Michel Laval [Biographie]   Jeu 10 Mar 2016 - 10:27

"Le Pape, l'Italie, la France, l'Angleterre et l'Union Soviétique, tous passaient des accords et des pactes avec Hitler. Par contre, aucun accord ne se faisait entre les peuples pour les persécutés."

Staline par  "un virage radical consacrait la rupture suicidaire "classe contre classe"  et réhabilitait le mouvement communiste. Les démocraties le trouvaient fréquentable, oubliées les exactions commises ! Même ceux qui avaient rompu avec le PC ne souhaitaient pas agir contre le parti, l'ennemi restait le fascisme. Car ce que n'arrivaient pas à admettre les Communistes et sympathisants c'était : "Partis aux antipodes de l'espace idéologique Européen, Staline et Hitler avaient dérivé vers un même continent, une contrée inconnue et hostile où ils avaient instauré deux régimes similaires" explique Laval, tout en n'éludant pas les différences fondamentales des deux partis.

La presse de droite comme de gauche, en France se déchainait contre les émigrés antifascistes, Koestler, après son arrestation, son internement dans le camp du Vernet réussit à rejoindre l'Angleterre.

Laval fait un constat de l'entre deux guerre saisissant, citant Koestler et les intellectuels des pays européens pour asseoir son analyse, ma foi très juste. Après les atermoiements de la France et l'Angleterre, après maints accords, des plus vils, la deuxième guerre mondiale frappe à la porte de l'europe et s'installe durant 5 ans ; période pendant laquelle périront des millions d'hommes, parmi lesquels des millions de Juifs exterminés par les nazis et fascistes et bien qu'informés il est visible que pour les Alliés, le sauvetage des Juifs n'est pas prioritaire, la guerre idéologique prime.

AK, s'engage comme pionnier dans l'armée Britannique, mais attéré par les nouvelles dramatiques parvenant du continent (sans nouvelle de sa mère, de ses amis, connaissant le sort des Juifs...) il sombre dans une profonde dépression. Rétabli, il participe aux Searchlight Books, dénonce dans la presse, la radio l' extermination des Juifs par les pays fascistes et nazis. Se lie d'amitié avec Orwell pour lequel il a beaucoup de respect.

A.K. avait beau se démener, il fit un mémorandum pour le gouvernement Britannique, demandant une aide stratégique qui fut refuser au prétexte de raisons techniques. Confirmation que "Le sauvetage des Juifs n'était  pas d'actualité, il ne figurait pas parmi les priorités stratégiques des Alliés, qui pensaient que la seule manière de venir en aide aux Juifs était d'écraser le nazisme le plus rapidement possible. L'extermination se poursuivit."


Dans son livre "le yogi et le commissaire" Koestler met en confrontation deux idées "la transformation par l'extérieur"  (la fin justifie les moyens) et "il n'y a de salut qu'intérieur" (la violence est inutile et néfaste) mais il en choisira lui une autre qui  se trouve un compromis entre ces deux pouvoirs (l'action et la communion).

Pendant ce temps le Comité exécutif de l'Union Soviétique actait la dissolution  de l'Internationale communiste, avec la complicité des représentants Communistes des pays européens ; après avoir étranglé la révolution en Espagne, Staline trahissait une nouvelle fois les espoirs de millions de prolétaires et les Intellectuels qui soutenaient l'Internationale.

A.K ne se faisait aucune illusion sur le régime capitaliste "mais elle (la victoire des Alliés) apportera un énorme soulagement temporaire aux peuples du continent" il ajoutait "La gauche devait se résigner à ce combat d'arrière-garde et cependant vital, à ce rapiéçage anachronique et néanmoins nécessaire dont dépendait le salut de l'Europe". Elle devait jeter la vieille défroque des utopies qui avaient dénaturé le sens profond de son combat et de ses idéaux.Elle devait accepter de combattre "un mensonge absolu au nom d'une demi-vérité".

A.Koestler, emprunte à la philosophie et à la psychologie pour analyser, expliquer la situation de l'Europe, les positions des autres intellectuels et des démocraties ; il se sert de ses livres pour divulguer ses idées et ses choix.

j' apprécie les citations mises en exergue par Laval.

à suivre


_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 73
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Michel Laval [Biographie]   Jeu 10 Mar 2016 - 10:31


je trouve qu'il s'agit d'UN mot bien choisi pour faire une phrase compréhensible, qui exprime la nature du propos ;

j' ai besoin de partager mes ressentis en les citant, d'où mes nombreuses citations dentsblanches




_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 73
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Michel Laval [Biographie]   Lun 14 Mar 2016 - 10:08

En Palestine où Koestler fait un voyage pour se rendre compte et pour convaincre les "rebelles" sionistes que le partage du territoire est la meilleure option, mais là-bas pas plus qu'en Europe quand il met en garde les pays de la menace totalitaire il n'est entendu.
De retour à Londres A.K. retrouve sa compagne depuis 2 ans Mamaine. Il se lie d'amitié avec Orwell. (je remarque que l'oncle de Mamaine est un adepte de l'occultisme et croit en la réincarnation, peut-être a-t-il eu une influence sur A.K. qui plus tard s'intéressera à la parapsychologie ?)

Sortie du livre de A.K. "la tour d'Ezra" : Laval décortique le livre dont le message reste "le sionisme donc malgré tout comme seul et unique remède à la condition extrême des Juifs". L' esprit des Anglais est rappelé par l'un des héros du livre : "Ils s'indignent du sort qui est fait au Juifs mais si l'un d' eux demande asile ils invoqueraient des difficultés économiques et les Arabes dépossédés". Pour A.K. les Juifs devaient se battre pour conquérir leur indépendance.

Dans une de ses préfaces A.K. explicitera sa position "le thème central de la trilogie précédente était l'éthique de la révolution ; celui de la Tour d'Ezra est le droit de se défendre". Il reviendra aussi sur "la fin et les moyens" (reproche d'abandon de ses convictions de la part de son  amie Daphné) car il considère toujours l'idée nécessaire mais dans une logique d'équilibre et d'analyse de la situation.

Le détachement d'A.Koestler vis à vis de ses engagements politiques d'avec le PC a été un processus lent car il a espéré longtemps "voir la gauche s'affranchir de la fascination du mythe soviétique et revenir aux idéaux de "l humanisme révolutionnaire occidental".


L'Union Soviétique est devenu un mythe, les exactions sur les "récalcitrants" au régime ont repris, dans tous les pays sous la botte du communisme, mais en France, comme en Italie, les jeunes intellectuels excusent les "erreurs" car Staline, parce qu'il a vaincu les nazis, parce qu'il y a eu la bataille de Stalingrad ...a retrouvé  une "virginité" !!

Quand A. Koestler s'engage, il le fait à fond aussi ses critiques envers le régime totalitaire que Staline a étendu sur tous les pays de l'Est, à la fin de la guerre, sont-elles virulents et dans ses rapports avec les Intellectuels sympathisants ou membres du PCF, il devient intransigeant, voire exécrable quand il est pris de boisson. Il retrouve à Paris, des anciens camarades et la bande à Sartre dont  Laval dresse un portrait détonnant, tout spécialement celui de Simone de Beauvoir.

La critique des livres de Koestler, par les Communistes,  augmentait en rapport de leur diffusion.

à suivre

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Michel Laval [Biographie]   Lun 14 Mar 2016 - 10:16

Ah oui, j'ai beaucoup aimé le renvoi d'ascenseur de Laval qui explique que Simone de Beauvoir détestait Koestler et qu'elle a dû pas mal intriguer pour que Sartre se brouille avec ce dernier. La relation de camaraderie nouée ave Camus se soldera par des horions et celle avec Malraux par une distance progressive, comme si Koestler, toujours tout fou, ne pouvait pas conserver ses nouvelles amitiés (les solides, celles de ses 20 ans semblent durer encore avec Sperber ou Orwell)... comme si Koestler, toujours nerveux, toujours en attente, toujours prêt à se battre était un élément incontrôlable et dangereux, un bâton de dynamite prêt à s'enflammer. Même si cela devait être compliqué à vivre au quotidien, j'aime que l'image de Koestler soit celle d'un révolté, d'une Cassandre immolée, d'un empêcheur de penser en ronds...

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 73
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Michel Laval [Biographie]   Lun 14 Mar 2016 - 13:22

comme toi j'aime Koestler révolté, attaquant et comme toujours droit dans ses convictions

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Michel Laval [Biographie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Michel Laval [Biographie]
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Michel Galabru
» St Michel Calvi 2009 2 REP LEGION ETRANGERE
» Michel Mercier convoqué à l'Élysée
» Aujourd'hui écouter l'émission de Michel Desautel...
» Le Havre - Rue Traversière > Rue Michel-Yvon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature non romanesque (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: