Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Vergilio Ferreira [Portugal]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
ArenSor
Main aguerrie
ArenSor

Messages : 516
Inscription le : 16/11/2014

Vergilio Ferreira [Portugal] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Vergilio Ferreira [Portugal]   Vergilio Ferreira [Portugal] - Page 3 Icon_minitimeDim 24 Juil 2016 - 19:09

Exini a écrit:
"Recyclerie" ? Kézaco ? jemetate
C'est une association qui recycle toutes sortes de choses : meubles, outils, vêtements... et aussi des livres. En gros, c'est une sorte d'Emmaüs laïc sourire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
pia

Messages : 6473
Inscription le : 04/08/2013
Age : 51
Localisation : Entre Paris et Utrecht

Vergilio Ferreira [Portugal] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Vergilio Ferreira [Portugal]   Vergilio Ferreira [Portugal] - Page 3 Icon_minitimeMer 27 Juil 2016 - 15:18

Arabella a écrit:

Le narrateur, médecin, et encore plus caricaturiste, voue une passion fantasmatique et absolue, à Barbara, une jeune femme qui aurait étudié dans la même université que lui, et qui aurait disparue du jour au lendemain. Sublimée, irréelle, l’image de Barbara l’habite tout le long de sa vie.



ça avait si bien commencé! Je tenterai bien un jour. Mais les digressions.....

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Vergilio Ferreira [Portugal] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Vergilio Ferreira [Portugal]   Vergilio Ferreira [Portugal] - Page 3 Icon_minitimeJeu 6 Oct 2016 - 11:54

Vergilio Ferreira [Portugal] - Page 3 Ferrei10 Matin perdu

Impressionnant de lire ce texte 'première génération' de Ferreira. L'écriture est d'un classicisme absolu avec ce que cela inclut de belles phrases, de belles comparaisons, de chronologies, de 'néo-réalisme'.

Ferreira raconte la vie d'un très jeune garçon qui entre au séminaire contre son gré, sans vocation, parce qu'il est pauvre, d'une pauvreté de paysan, orphelin de père et l'aîné d'une famille nombreuse. Pris en charge par la bigote du village, il est envoyé parmi 200 autres élèves dans cette prison qu'est le séminaire. L'enfant y est seul, d'une solitude qui le précipite vers la tristesse, le désir sauvage de quitter l'habit noir de corbeau, les amitiés impossibles car immédiatement brisées par le Règlement et le lourd, l'effrayant, le lent éveil du corps.

En 200 pages, Ferreira explore les tourments de ce tout jeune homme, son désir d'émancipation, ses craintes, les chaînes de la pauvreté le ramenant sans cesse à sa condition de futur prêtre. Et quand les tourments de la chair l'empoigne c'est aux longues nuits blanches du dortoir que le garçon s'arrime.

Il est assez extraordinaire de lire ce livre après Ton Visage, étonnant de voir l'évolution du style, l'empoignade des mots, le classicisme quasi scolaire de Matin perdu contre la sécheresse alambiquée de Ton Visage. Impressionnant de lire cette évolution. Et je dois dire que je préfère largement la seconde génération car même si Matin Perdu ne se lit pas sous la torture du joug religieux, ce roman d'apprentissage reste par sa facture assez simple et dans ses tourments assez prévisible. Il apporte sans doute un éclairage unique sur l'enfance-adolescence de l'auteur (dont on croit deviner la vie) mais on est loin de la maîtrise future.


(Encore merci ArenSor de m'avoir fait parvenir ce roman, qui m'a permis de goûter à un autre Ferreira.)

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ArenSor
Main aguerrie
ArenSor

Messages : 516
Inscription le : 16/11/2014

Vergilio Ferreira [Portugal] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Vergilio Ferreira [Portugal]   Vergilio Ferreira [Portugal] - Page 3 Icon_minitimeJeu 6 Oct 2016 - 19:53

shanidar a écrit:
Vergilio Ferreira [Portugal] - Page 3 Ferrei10 Matin perdu

Impressionnant de lire ce texte 'première génération' de Ferreira. L'écriture est d'un classicisme absolu avec ce que cela inclut de belles phrases, de belles comparaisons, de chronologies, de 'néo-réalisme'.

Ferreira raconte la vie d'un très jeune garçon qui entre au séminaire contre son gré, sans vocation, parce qu'il est pauvre, d'une pauvreté de paysan, orphelin de père et l'aîné d'une famille nombreuse. Pris en charge par la bigote du village, il est envoyé parmi 200 autres élèves dans cette prison qu'est le séminaire. L'enfant y est seul, d'une solitude qui le précipite vers la tristesse, le désir sauvage de quitter l'habit noir de corbeau, les amitiés impossibles car immédiatement brisées par le Règlement et le lourd, l'effrayant, le lent éveil du corps.

En 200 pages, Ferreira explore les tourments de ce tout jeune homme, son désir d'émancipation, ses craintes, les chaînes de la pauvreté le ramenant sans cesse à sa condition de futur prêtre. Et quand les tourments de la chair l'empoigne c'est aux longues nuits blanches du dortoir que le garçon s'arrime.

Il est assez extraordinaire de lire ce livre après Ton Visage, étonnant de voir l'évolution du style, l'empoignade des mots, le classicisme quasi scolaire de Matin perdu contre la sécheresse alambiquée de Ton Visage. Impressionnant de lire cette évolution. Et je dois dire que je préfère largement la seconde génération car même si Matin Perdu ne se lit pas sous la torture du joug religieux, ce roman d'apprentissage reste par sa facture assez simple et dans ses tourments assez prévisible. Il apporte sans doute un éclairage unique sur l'enfance-adolescence de l'auteur (dont on croit deviner la vie) mais on est loin de la maîtrise future.


(Encore merci ArenSor de m'avoir fait parvenir ce roman, qui m'a permis de goûter à un autre Ferreira.)
Oui shanidar, je pense que le contraste est grand entre la période néo-réaliste de Ferreira, dont "Martin perdu" est souvent considéré comme la quintessence et la période disons "baroque" de l'auteur avec "Ton visage". Je préfère également de loin la seconde période sourire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Vergilio Ferreira [Portugal] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Vergilio Ferreira [Portugal]   Vergilio Ferreira [Portugal] - Page 3 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Vergilio Ferreira [Portugal]
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» BASILIQUE DE FATIMA LIEU RELIGIEUX AU PORTUGAL secteur LEIRIA
» Mes craquages de mai MàJ 26.05.11
» MEUBLES TOFF : TOUS MEUBLES POUR MAISON A TARIFS TRES BAS
» recherches au Portugal
» Les Vieux Greements de Portugal

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de l'Espagne et du Portugal (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: