Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Erwan Bergot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tina
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

MessageSujet: Erwan Bergot   Jeu 10 Mar 2016 - 14:57

Citation :
   Biographie
Né de parents bretons, Erwan Bergot fait de brillantes études chez les Jésuites avant d'obtenir une licence en faculté de lettres. Son tempérament le pousse cependant vers le monde militaire et en 1951, après son service militaire comme aspirant au 11e bataillon de choc, il part pour l'Indochine où il sert au 6e bataillon de parachutistes coloniaux du futur général Bigeard, puis il est affecté à la tête de la compagnie de mortiers lourds du 1er BEP à Diên Biên Phu. Il est fait prisonnier et connaît les conditions difficiles d’internement dans les camps vietnamiens. À partir de 1955, il sert en Algérie au sein du 2e REP et à nouveau du 11e choc. Il est grièvement blessé à l'œil droit lors d'un accrochage dans le Constantinois en 1961 et quitte définitivement le combat armé pour se tourner vers l'écriture et le journalisme.
En 1962, il devient le premier rédacteur en chef du magazine de l'Armée de terre, et écrit son premier roman en 1964 — Deuxième classe à Diên Biên Phu — qui remporte un succès immédiat. Il se consacre par la suite entièrement à l'écriture. Il écrit une cinquantaine d'ouvrages consacrés à ses frères d'armes. Historien, romancier, il sait recréer des ambiances fortes, des dialogues vrais dont il écrit qu'il rend « (...) hommage à tous les obscurs, les sans-grades, ceux qui n'ont jamais leur mot à dire dans l'histoire (...) ».
Écrivain récompensé par de nombreux prix littéraires dont le prix de l'Académie française et le prix Claude Farrère, commandeur de la Légion d'honneur à titre militaire1, honoré par dix titres de guerre (trois blessures et sept citations à la croix de guerre des TOE et à la croix de la Valeur militaire), Erwan Bergot a également été honoré en tant que soldat.
Source : Wikipédia


Citation :
  Œuvres
Deuxième classe à Dien-Bien-Phu, La table ronde, 1964
Mourir au Laos, France-empire, 1965
Les petits soleils, France-empire, 1967
Les paras, Balland, 1971
Prenez-les vivants, Balland, 1972
La Légion, Balland, 1972
L'Afrikakorps, Balland, 1972
Vandenberghe, le pirate du delta, Balland, 1973
Les héros oubliés, Grasset, 1975
La Légion au combat, Narvik, Bir-Hakeim, Dièn Bièn Phu, Presses de la cité, 1975
Le dossier rouge, services secrets contre FLN, Grasset, 1976
L'homme de Prague, Presses de la cité, 1975
Bataillon Bigeard, Indochine 1952-1954, Algérie 1955-1957, Presses de la cité, 1976
Les Cadets de la France Libre, Presses de la cité, 1978
Commandos de choc en Indochine, les héros oubliés, Grasset, 1979
Les 170 jours de Dien Bien Phu, Presses de la cité, 1979
La 2e D.B., Presses de la Cité, 1980
La guerre des appelés en Algérie 1956-1962, Presses de la cité, 1980
Les sentiers de la guerre (roman)
T.1 : Les sentiers de la guerre, Presses de la Cité, 1981
T.2 : Frères d'armes, Presses de la Cité, 1982
T.3 : Le flambeau, Presses de la Cité, 1983
La Coloniale du Rif au Tchad, 1925-1980, Presses de la Cité, 1982
Bataillon de Corée, les Volontaires Français, 1950-1953, Presses de la Cité, 1983
Le régiment de marche de la Légion, Presses de la Cité, 1984
L'héritage, Presses de la Cité, 1985
Gendarmes au combat, Indochine 1945-1955, Presses de la Cité, 1985
11e Choc, Presses de la cité, 1986
Convoi 42, la marche à la mort des prisonniers de Dien Bien Phu, Presses de la Cité, 1986
La bataille de Dong Khê, la tragédie de la R.C.4, Indochine, mai-octobre 1950, Presses de la cité, 1987
Bigeard, Perrin, 1988
Bir Hakeim : février-juin 1942, Presses de la Cité, Paris, 1989
Sud lointain (roman)
T.1 : Le courrier de Saïgon, Presses de la Cité, 1990
T.2 : La Rivière des Parfums, Presses de la Cité, 1990
T.3 : Le maître de Baotan, Presses de la Cité, 1991
Indochine 1951, l'Année de Lattre, une Année de Victoires
Opération Daguet, Presses de la cité, 1991 (avec Alain Gandy)
Source : Wikipédia 






Sud lointain

Je ne vois pas de fiche sur cet auteur.
Je m'y colle donc !

Je reviens un peu sur mon jugement hâtif à propos de ce livre. J'avoue avoir eu du mal au début car l'auteur a eu la mauvaise idée de placer son personnage central, un Français (Francis Mareuil), qui s'apprête à prendre un poste à Saïgon pour une société commerciale, en situation romanesque. Celui-ci s'éprend en effet d'une jeune fille, pendant son voyage en bateau.
Honnêtement : ça part mal car sans intérêt (pour le lecteur), voire mièvre.

Puis, on entre petit à petit dans l'ambiance... Et là, c'est d'une autre facture !

Epopée de la colonisation Française, loin, chez un peuple discret, intelligent et fier, dans une nature hostile où tout est traîtrise...

Je reconnais un vrai talent pour capter ce subtil parfum extrême oriental, ces rites toujours difficiles à mettre en mots.

EB souligne toutes les dimensions de l'aventure : politique, militaire, culturelle, religieuse...

Puis foisonnent les descriptions locales, à Saigon, la vie mondaine des Blancs, les magouilles, la rouerie d'un peuple malin, résistant ou collaborant.

Bref, Saïgon, Hanoï ou le fond des forêts impénétrables et humides sont admirablement sentis.

On sent le vécu. Le vocabulaire choisi et riche devient un plaisir.

Une grande auréole de mystère, de sournoiserie et de violence étouffée émanent de ce livre.

Le choc de deux peuples totalement différents et pourtant imbriqués dans cette terre lointaine, imprenable et proie de toutes les convoitises.

Je ne l'ai pas encore fini, mais je le recommande.

J'ajoute que cet écrivain étant lui-même ex para, il n'est sans doute pas en odeur de sainteté chez tout le monde !

Mais au moins, son récit est très réaliste et certains passages sont largement d'actualité.


C'est un chant d'amour tourmenté au Viêt-Nam, servi par une plume nuancée.

Quant aux personnages, vous y croiserez le meilleur et le pire. Là encore, on sent l'expérience du militaire que fut Bergot, qui devait savoir jauger un homme en un regard.


Chère humanité...



...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Erwan Bergot   Jeu 10 Mar 2016 - 15:39

merci Tina ; les titres parlent, pas de surprise sur les thèmes !

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Erwan Bergot   Jeu 10 Mar 2016 - 21:42

si on demande gentiment on peut avoir un extrait ? danse...

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tina
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

MessageSujet: Re: Erwan Bergot   Jeu 10 Mar 2016 - 22:04

Le personnage Vu Van Nhu, résistant à l'impérialiste Français, risquant sa peau et fomentant des assassinats, se lamente sur l'indifférence de la majorité de ses compatriotes occupés :


"Ils vivaient au présent, sans aucunement se soucier du lendemain, un lendemain, qui, pourtant s'annonçait plein d'aléas. Ils étaient là, comptant leurs cailloux après avoir soulevé leur bol et déposé leur mise, poussant des cris de joie ou des exclamations de dépit lorsque le sort leur était favorable ou contraire. De temps à autre, l'un ou l'autre jetait un regard dans sa direction.(...) Ils se trouvaient très bien dans leur condition d'esclaves. Travailler, manger, dormir, jouer, telle était leur vie, ils ne souhaitaient pas en changer. C'étaient des gens du Sud, sans aucune dignité."


Ses sentiments :

"Haine contre les riches mandarins qui affamaient les paysans. Haine contre les Français qui avaient substitué leur ordre républicain à l'ordre ancien et qui se comportaient en maîtres."


Page 199 - OMNIBUS


Eternelle résistance...

Peut-être la seule noblesse de l'être humain.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Erwan Bergot   

Revenir en haut Aller en bas
 
Erwan Bergot
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Para, d'après Erwan Bergot
» erwan bergot
» capitaine ERWAN BERGOT
» Hommage rendu au Capitaine Erwan Bergot
» Lieutenant de FROMONT autre Héros du "6" à Dien Bien Phu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs français à découvrir, nés après 1914.-
Sauter vers: