Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Constance Fenimore Woolson

Aller en bas 
AuteurMessage
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Constance Fenimore Woolson Empty
MessageSujet: Constance Fenimore Woolson   Constance Fenimore Woolson Icon_minitimeLun 14 Mar 2016 - 9:15

Constance Fenimore Woolson A15

Constance Fenimore Woolson (5 mars 1840 - 24 janvier 1894) est une écrivaine née dans le New Hampshire aux États-Unis. Elle est connue pour ses histoires se déroulant dans la région des Grands Lacs, en Amérique du Sud et racontant la vie d'expatriés américains en Europe.

Biographie
Constance Woolson naît à Claremont dans le New Hampshire avant que sa famille ne déménage à Cleveland en Ohio après la mort par la fièvre de trois de ses sœurs. La jeune Woolson voyage énormément durant son enfance à travers le centre et l'est du pays.

Son père décède en 1869, et l'année suivante, elle commence à publier de petites histoires et des essais dans des magazines comme The Atlantic Monthly et Harper's Magazine. Sa première longue publication est un livre pour enfant intitulé The Old Stone House (1873).
En 1875, elle publie son premier volume d'histoires courtes Castle Nowhere: Lake-Country Sketches, basées sur son vécu dans la région des Grands Lacs.

De 1873 à 1879, Woolson passe l'hiver avec sa mère à St. Augustine en Floride. Elle met ce temps à profit pour visiter le Sud et profite de cette expérience pour créer de nouvelles petites histoires : Rodman the Keeper: Southern Sketches (1880).

Sa mère décède en 1879 et Constance décide de partir en Europe. Elle passe ainsi en Angleterre, en France, en Italie, en Suisse et en Allemagne.

En 1880, elle rencontre l'écrivain Henry James. Leur relation fera couler beaucoup d'encre parmi les biographes notamment Lyndall Gordon et son livre de 1998 A Private Life of Henry James. Le livre Felony d'Emma Tennant, le livre Author, Author de David Lodge (2004) et le livre The Master de Colm Toibin (2004) traitent de la relation peu claire qu'auraient eu les deux écrivains.

Constance Woolson publie son premier roman Anne en 1880. Celui-ci est suivi par East Angels (1886), Jupiter Lights (1889) et Horace Chase (1894).
En 1883, elle publie For the Major, une histoire se déroulant après la guerre de Sécession qui est devenue une de ses œuvres les plus respectées.

Entre 1889 et 1890, elle visite l'Égypte et la Grèce ce qui l'amènera à écrire plusieurs petites histoires de voyages dans un livre intitulé Mentone, Cairo and Corfu mais qui ne sera publié qu'en 1896 après sa mort.

En 1893, Woolson loue un bel appartement situé au-dessus du Grand Canal de Venise. Elle souffre alors de la grippe et est victime d'une dépression. Elle succombe des conséquences d'une chute de la fenêtre de son appartement. Personne ne sait exactement s'il s'agit d'un accident ou d'un suicide.

Deux volumes de petites histoires seront encore publiés après sa mort: The Front Yard and Other Italian Stories (1895) et Dorothy and Other Italian Stories (1896).

Elle est enterrée dans le cimetière protestant de Rome en Italie.

Source : Wikipédia

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque


Dernière édition par kenavo le Lun 14 Mar 2016 - 10:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Constance Fenimore Woolson Empty
MessageSujet: Re: Constance Fenimore Woolson   Constance Fenimore Woolson Icon_minitimeLun 14 Mar 2016 - 9:15

Constance Fenimore Woolson A237 / Constance Fenimore Woolson A149
Miss Grief / Mademoiselle Douleur

Une autre découverte faite grâce au livre de Thierry Clermont:
Citation :
On a dit qu’elle était belle, diaboliquement. Qu’elle avait les traits d’Emma Bovary, la grâce de Marie d’Agoult, que sa voix de contralto troublait jusqu’aux vieillards revenus de toutes les débauches. Auteur d’une poignée de romans, dont Miss Grief, de quelques nouvelles, Constance Fenimore Woolson se jette de la fenêtre du palais Orio Semitecolo, le 24 janvier 1894. Cette amie proche de Henry James (qui l’a immortalisée dans Les Papiers d’Aspern sous le nom de miss Tita) s’était installé à Venise quelques mois auparavant.
Après ce paragraphe, je me suis mis à la recherche de Constance… et j’ai trouvé plein de bonheur.

Mademoiselle Douleur est un recueil de nouvelles (comportant quatre nouvelles, dans la version anglaise, Miss Grief, il y en a sept).

On se retrouve au centre d’un monde « à la Henry James », les ex-pats américains qui voyagent en Europe et se retrouvent lors de leurs contemplations de l’art.

En anglais il y a beaucoup d’autres livres d’elle disponible. Selon mes recherches il y a seulement encore un autre recueil de nouvelles en français disponible : Mademoiselle Elisabetha.

Je pense qu’on c’est surtout concentré sur ses écrits européen pour les versions française.
Mais elle était déjà une grande voyageuse avant de se lancer dans l’aventure Europe.
Elle a parcouru beaucoup d’Etats américains et en a écrit plusieurs nouvelles et romans sur son pays natal.

L’envie de venir en Europe était en fait son souhait de rencontrer Henry James pour lequel elle avait beaucoup d’estime.

Leur première rencontre à Florence lui a donné l’inspiration d’écrire Expérience à Florence (nouvelle qui se trouve dans Mademoiselle Douleur). Jusqu’à présent une de mes préférées.

Elle sait créer des atmosphères dans lesquelles on se retrouve tout de suite, elle peint des personnages crédibles, fait fort dans les dialogues… je suis toute enchantée et je ne comprends pas pourquoi elle n’est pas aussi connu et traduit comme son confrère.

Constance Fenimore Woolson A238

Une vue sur Menton où Constance Fenimore Woolson a écrit Mademoiselle Douleur

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
darkanny
Zen littéraire
darkanny

Messages : 7078
Inscription le : 02/09/2009
Localisation : Besançon

Constance Fenimore Woolson Empty
MessageSujet: Re: Constance Fenimore Woolson   Constance Fenimore Woolson Icon_minitimeLun 14 Mar 2016 - 10:25

Tiens, ça pourrait m'intéresser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Constance Fenimore Woolson Empty
MessageSujet: Re: Constance Fenimore Woolson   Constance Fenimore Woolson Icon_minitimeLun 14 Mar 2016 - 10:33

ah oui, j'en suis -presque- certaine Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
darkanny
Zen littéraire
darkanny

Messages : 7078
Inscription le : 02/09/2009
Localisation : Besançon

Constance Fenimore Woolson Empty
MessageSujet: Re: Constance Fenimore Woolson   Constance Fenimore Woolson Icon_minitimeLun 14 Mar 2016 - 10:33

C'est noté !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Constance Fenimore Woolson Empty
MessageSujet: Re: Constance Fenimore Woolson   Constance Fenimore Woolson Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Constance Fenimore Woolson
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature nord américaine (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs étasuniens à découvrir-
Sauter vers: