Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Stéphane D'Amour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jack-hubert bukowski
Zen littéraire


Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Stéphane D'Amour   Ven 25 Mar 2016 - 5:05



Stéphane D'Amour (1961-...) écrit de la poésie. Ses thématiques sont diversifiées et assez éclectiques. Passant de la peinture aux paysages et du flânage à l'architecture, ses recueils ne sont pas nécessairement destinés au grand public mais il peut inspirer certains élans créateurs. Il a connu l'opportunité d'une résidence d'écrivain au Mexique en 2009. Jusqu'à ce jour, Stéphane D'Amour a exclusivement publié aux Herbes rouges et dans quelques revues à l'international. Son oeuvre est une inspiration pour moi dans la mesure où plusieurs de ses thématiques recoupent les miennes. Jusqu'à ce jour j'ai particulièrement apprécié Dans mes paysages et L'Île.

Oeuvre :


2006 - L'île, Les Herbes rouges, Montréal
2008 - La peinture, Les Herbes rouges, Montréal
2012 - Dans mes paysages, Les Herbes rouges, Montréal
2015 - À demeure, Les Herbes rouges, Montréal

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire


Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: Stéphane D'Amour   Ven 25 Mar 2016 - 6:24

Je vais revenir sur L'Île. J'avais amassé plusieurs poèmes et préparé un message. Je l'ai malheureusement perdu car pas enregistré et session expirée. J'y reviendrai à un autre moment.

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire


Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: Stéphane D'Amour   Mar 29 Mar 2016 - 5:48

L'Île (2006) :

Chose promise, chose due. L'Île est le premier recueil de Stéphane D'Amour. Il est parti d'un projet recouvert sous le signe de plusieurs flâneries réalisées à Montréal pour confectionner son premier recueil. Dans l'ensemble, son projet est assez sobre. Il démarre pourtant en force.

Nous pouvons lire au deuxième poème :

Stéphane D'Amour, L'Île, 2006, Montréal : Les Herbes rouges, p. 10. a écrit:
«Villeray»

C'est au fond un quartier au coeur
de l'île
entre nord et
sud entre est
et ouest où
la ville soulève
un symbole de largeur
de continent à hauteur d'étage
pour le passage de la fureur
mondiale de la liberté de la roue
au nord
entre les arbres
au bout suspendu
des rues.

Métropolitain qui fixe
la rose des vents détraquée de Montréal
porte l'horizon
qu'il découd.

Quelques élans avant une série poétique dédiée à Griffintown et à l'hommage qu'il rend à un photographe sourd, nous pouvons lire «Porte cochère» qui est un motif esquissé dans «Griffintown», p. 24-28.

Ibid., p. 22. a écrit:
«Porte cochère»

J'entre dans la porte sans porte
à l'envers de la rue sous mes souliers
l'herbe éparse au sortir du passage boisé
de la grande mortaise solitaire
salué par une femme sur un balcon de
chaleur au-dessus de ma tête
mon corps au terme du regard
au fond de nous
comme tenon par le lien de l'espace.

Plus tard, nous pouvons lire «Éléments de la beauté à Westmount Square» qu'il dédie :

Ibid., p. 40. a écrit:
«Éléments de la beauté à Westmount Square»

pour Eric B. Litwack

C'est le soir
il fait noir
autour des habitations
montées sur l'assise
de lumière travertine
des tours. La brise de la montagne
n'a plus le sens du partage
des feuilles et gonfle
quelques rideaux par les carrés
de vitre inclinés.
Des grands barrages du Nord
une trame de solitude
s'éclaire belle imparfaite
sur les façades de verre
vie éparse du soir écrite
dans le second souffle
parmi tables chaises
lampes canapés.
Une silhouette se tient
dans le monde
avance dans son intérieur
jusqu'à la feuille transparente
du regard qu'accueille
l'esplanade.

Stéphane D'Amour est dédié à faire une oeuvre de mémoire. Il s'inspire du squat de la rue Overdale dans l'ancienne résidence de Louis-Hippolyte Lafontaine qui est délabrée (p.36-37). Il revient aussi sur le verglas qui avait tombé sur la région de Montréal en 1998. Je reviens sur ce dernier poème :

Ibid., p. 57. a écrit:
«Verglas»

L'hiver
quand la ville
ne tenait plus qu'à un
fil dans sa gangue de glace

les fenêtres noires
du silence
de la baie James

les hauts trottoirs de neige
et leur serpent glacé
de piétinements

la proximité soudaine des arbres
chargés de terribles
beautés

l'hiver
quand le radeau
de branches cassées
a coulé tranquillement
dans le sommeil de l'eau
au fond de la ruelle.

De façon assez concrète, il décrit le parc Molson dans Rosemont devant lequel je passe assez souvent tant à pied qu'en autobus...

Ibid., p. 62. a écrit:
«Parc Molson»

La neige
avec nous
au fond du
sas du loup
l'heure mauve
sous les érables
face aux façades
la lente musique
des fenêtres du soir
les échelles courbes
montant aux nacelles
de la disparition intime
le coup de lame
sur la glace de l'allée
jusqu'au repos
de l'octogone en son cercle
ne sont pas rêveries
mais somme urbaine
sous les étages du songe.

Étrangement, je ne sais pas trop comment ce poème m'a marqué. Et ce n'est pas en raison de mon statut de père... :)

Ibid., p. 73. a écrit:
«Enfant»

Ton visage est
beau c'est le plus beau
ton visage
débonde en étoiles
le fleuve jeune
de ton passé
qui ouvre dans mes terres lointaines
des rives de salicaires
alors qu'encore plus loin déjà
comme au-delà du soc
j'entends la trompette
souriante de tes pommettes
prendre juste au-dessus
la couleur fluviale de son
chant.

Ici, je suspecte Marie-Hélène Sarrasin d'avoir puisé de l'intertexte pour donner des résonances à son oeuvre.

Ibid., p. 84. a écrit:
«Marie-Hélène»

La main
à l'éclipse de la nuque
au long de la corde à linge
au dernier étage de la crique

passant sur les voiles de reflets
elle passe dans le filet rouge
au seuil de chemins
d'un royaume de confinement
elle-même partage de l'espace
dans la remontée du corridor
dans les ondes craquantes
comme une eau debout dans le jour
au-delà des tuyaux

la sonnette des altitudes
reprend l'appel de la rue
du mouvement dans l'approbation des voisins
vers le dehors
s'allonge à l'intérieur
elle ouvre la porte sur les hautes cimes
comme un rituel au-dessus
de l'air où disparaît
dans le tournant de l'escalier
le facteur.

Comme Stéphane D'Amour a écrit sur le quartier d'Hochelaga, il ne faut se surprendre qu'un tel poème y trouve sa place pour annoncer les prémices d'un recueil qui s'achève :

Ibid., p. 90. a écrit:
«Le retour»

Remarque déplacée
d'une putain
enceinte dans la cour
aux clous rouillés
de la clôture les enfants
ont empalé des télétobies
boueux c'est plutôt
brun de ton
dans la cour
exception de la carcasse
lente de la Nova près du hangar
de l'usure du temps
que les ménagères
affichent sans merci sur
les cordes à linge entre
deux soap operas.

Plus je relis le recueil, plus j'y remarque des perles. Je vous ai cité quelques poèmes. Ils prennent part à une esthétique que je veux bien vous dévoiler, mais il y a de nombreux autres extraits qui témoignent de la maturité de la plume de Stéphane D'Amour. Cette plume est résolument littéraire et elle appartient à l'écurie des Herbes rouges. Je m'imagine mal voir ce dernier publier ailleurs.

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Stéphane D'Amour   

Revenir en haut Aller en bas
 
Stéphane D'Amour
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Stéphane Laporte "Ça me prenait Marie-Pier"
» Je passe de l'amour total à l'agacement complet !
» Roch Voisine - sauf si l'amour s'évapore
» parfait amour et perfect haze
» bebe d amour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Poésie (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: