Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Eduardo Antonio Parra [Mexique]

Aller en bas 
AuteurMessage
Silveradow
Envolée postale
Silveradow

Messages : 237
Inscription le : 06/08/2014
Age : 26
Localisation : Loire Atlantique

Eduardo Antonio Parra [Mexique] Empty
MessageSujet: Eduardo Antonio Parra [Mexique]   Eduardo Antonio Parra [Mexique] Icon_minitimeDim 3 Avr 2016 - 13:54

Eduardo Antonio Parra [Mexique] Eduard10

Wiki a écrit:
Eduardo Antonio Parra, né à León, État de Guanajuato, en 1965, est un écrivain mexicain.

Après des études de lettres hispaniques au Mexique, Eduardo Antonio Parra se consacre à l'écriture. Ses livres ont été publiés en Espagne, au Chili et en Uruguay et traduits vers l’anglais, le français et l’espagnol. Il a remporté plusieurs prix littéraires dont le Prix de la nouvelle « Juan Rulfo », en 2000, remis par Radio France International à Paris.

Auteur de nouvelles très réalistes, il met en scène des situations de violence, de désolation, des contrastes de la société. L'auteur dit lui-même de ses nouvelles qu'elles « laissent toujours une fente afin que, aussi bien les personnages que le lecteur, s’enfuient vers la fantaisie, vers l’onirisme, vers l’espoir – un espoir en tant que contraste, parce que les thèmes sont très forts, et souvent désolateurs. C’est une fente, une petite crevasse pour s’échapper »

Œuvres :

Los límites de la noche (1996)
Terra de nadie (1999)
Nadie los vio salir (2001)
Nostalgia de la sombra (2002)
Parábolas del silencio (2007)
Juárez. El rostro de piedra (2008)
Sombras detrás de la ventana (2009)

Traductions françaises :

« Vent hivernal », traduit par Marie-Ange Brillaud, Revue brèves spécial Mexique n°71, 2004
« Le vide ultime », traduit par Marie-Ange Brillaud pour la Revue Siècle 21, 2004
Terre de personne, traduction de Terra de nadie par Jean Bernier, Boréal, 2004
« La Vitrine aux rêves », traduction de Serge Mestre, in Les Bonnes Nouvelles de l'Amérique latine, Gallimard, « Du monde entier », 2010
Les Limites de la nuit, traduction de Los límites de la noche par François Gaudry, Zulma, avril 2011

édition Zulma a écrit:
Eduardo Antonio Parra s'inscrit avec virtuosité dans la grande littérature mexicaine des Juan Rulfo et Carlos Fuentes. Ses nouvelles se situent dans la région frontalière du Nord, le long du Rio Bravo (qu'on appelle Rio Grande côté gringos), avec des villes comme Juarez, réputée être l'une des plus dangereuses au monde, ou à Monterrey, d'o il est originaire, et "qui engendre, écrit-il, des animaux nocturnes assoiffés de sang". Pix Antonin Artaud 2009.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Eduardo Antonio Parra [Mexique] Empty
MessageSujet: Re: Eduardo Antonio Parra [Mexique]   Eduardo Antonio Parra [Mexique] Icon_minitimeDim 3 Avr 2016 - 16:02

Merci Silveradow ! On accorde peut etre pas assez d' attention aux écrivains latino américais.

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silveradow
Envolée postale
Silveradow

Messages : 237
Inscription le : 06/08/2014
Age : 26
Localisation : Loire Atlantique

Eduardo Antonio Parra [Mexique] Empty
MessageSujet: Re: Eduardo Antonio Parra [Mexique]   Eduardo Antonio Parra [Mexique] Icon_minitimeDim 3 Avr 2016 - 17:57

les Limites de la nuit

Je commence à croire que je ne lis que des OVNIS ... intense reflexion

Ce livre est tombé chez moi par hasard, un jour où je me rendais à la plage, sans livre (quel scandale ! ), du coup je suis rentrée dans la première librairie qui passait par là, et j'ai choisi deux livres au hasard dont celui-ci.

édition Zulma a écrit:
En neuf nouvelles haletantes, Eduardo Antonio Parra nous offre une manière de roman à épisodes consacré à la nuit mexicaine, tragique et infiniment solitaire, des prostituées, des cholos, ou coyotes de rue, et des noceurs invétérés. Avec une force d'évocation hallucinante, l'auteur campe des personnages pris au piège du désir, appel fiévreux des corps ou folie charnelle de la vengeance. Une sensualité trouble, qui se manifeste en bouffées de violence à couper le souffle, imprègne cette écriture des limites autant qu'elle anime chacun des personnages. Ici la description colle à l'action, comme au cinéma, mais avec une passion suffoquée, obsessionnelle, qui semble être le bruissement même de la vie qui chancelle et du sang qui bat.
Dans la rumeur hantée du Rio Bravo, ces histoires de meurtre, de pulsions chaotiques et d'amour éperdu révèlent un écrivain de haute allure.  

Le Serment
Le Plaisir de mourir
Comme une déesse
La Nuit la plus obscure
Nocturne fugace
Le Vide ultime
Le Puits
Comment se passe la vie
Le Chasseur

J'ai eu un peu de mal à rentrer dedans, la première nouvelle me laissant un peu indifférente.
Par la suite, le livre fait plus ressortir le côté sale de l'humanité : le sexe, le viol, le tout dans une odeur d'alcool, de marijuana et de cocaïne, on se retrouve un peu chez Bukowski, (Bukowski au Mexique).
Spoiler:
 
Les nouvelles s'enchaînent bien, à chaque fois une histoire novatrice mais pas complètement détachée du reste non plus. Il y en a des beaucoup plus soft que d'autres, certaines avec des chutes surprenantes, d'autres avec de chutes plus dramatiques.
J'ai eu quelques difficultés avec la traduction

Cette phrase que je trouve assez laide :
Citation :
sa pensée glisse sur un toboggan vers le passé

et cette phrase où j'ai carrément fait un quiproquo
Citation :
La soif tenace le ramène de nouveau dans la chambre.
Là je me suis dit "il était pas revenu dans la chambre deux pages plutôt déjà ?" je m'en vais vérifier, si effectivement il était déjà revenu dans la chambre, alors je commence à me poser des questions sur ma santé mentale... pour au final comprendre que le "ramène" ne veut pas dire physiquement mais mentalement ... C'est la première fois que je n'arrive pas à faire la part des choses, c'est un peu déstabilisant, est-ce simplement moi qui n'était pas concentrée ?

Je suis plutôt contente de cet achat, bonne découverte, dommage qu'Eduardo Antonio Parra ne soit pas plus traduit !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

Eduardo Antonio Parra [Mexique] Empty
MessageSujet: Re: Eduardo Antonio Parra [Mexique]   Eduardo Antonio Parra [Mexique] Icon_minitimeDim 3 Avr 2016 - 18:36

merci Silveradow, je m'intéresse à ces auteurs !
J'ai d'ailleurs lu un livre de nouvelles écrites par plusieurs auteurs et il y avait notamment "le plaisir de mourir" de Parra

mais je vais déplacer ton fil dans le domaine Amérique Centrale

Silveradow tu peux voir mon ressenti dans le fil spécial du domaine sous le titre "des nouvelles du Mexique"

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Eduardo Antonio Parra [Mexique] Empty
MessageSujet: Re: Eduardo Antonio Parra [Mexique]   Eduardo Antonio Parra [Mexique] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Eduardo Antonio Parra [Mexique]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» COMMANDO reportage du 28 janvier 2009- en six parties-
» Consegnati a Cuneo i riconoscimenti ai deportati della Seconda Guerra Mondiale
» Camerone au Mexique
» Pêche du bonnefish sur les flats au Mexique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature d'Amérique Centrale (et Antilles)-
Sauter vers: