Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Marguerite Duras

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16, 17, 18, 19  Suivant
AuteurMessage
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Marguerite Duras - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Marguerite Duras   Marguerite Duras - Page 15 Icon_minitimeLun 27 Aoû 2012 - 22:24

eXPie a écrit:
Je me demande juste s'ils n'auraient pas peu fait le tour des textes anciens "de référence"...
Je me cite moi-même, c'est super chic.
Alors oui, voilà : Beowulf n'est pas dans La Pléiade. C'te honte. Une bonne traduction, un bon appareil critique, ça aurait de la classe
Je spoile, oui. N'empêche qu'on peut quand même aller voir sur le fil consacré à Beowulf. Allez-y sans crainte, braves gens, Christophe Lambert en a été banni !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Marguerite Duras - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Marguerite Duras   Marguerite Duras - Page 15 Icon_minitimeLun 27 Aoû 2012 - 22:32

En même temps ce n'est pas assez long pour un volume de la Pléiade. Il faudrait rajouter d'autres textes en vieil anglais. Et donc payer des traductions. Et comme les spécialistes du vieil anglais, cela ne court pas les rues....

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Marguerite Duras - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Marguerite Duras   Marguerite Duras - Page 15 Icon_minitimeLun 27 Aoû 2012 - 22:45

Arabella a écrit:
En même temps ce n'est pas assez long pour un volume de la Pléiade. Il faudrait rajouter d'autres textes en vieil anglais. Et donc payer des traductions. Et comme les spécialistes du vieil anglais, cela ne court pas les rues....
Je suis sûr qu'ils seraient tellement contents de faire profiter la masse des français de leur dadas qu'ils le feraient pour pas cher.
Sans rire, les droits d'auteurs sont tombés dans le domaine public depuis quelque siècle, contrairement à Duras ou Simenon, par exemple. Ça peut largement compenser. Et là, il pourrait y avoir de vraies découvertes.
Quitte à proposer plusieurs traductions, comme un Rabelais dont on aurait une pages en vieux français à gauche, et une page en traduction à droite. Ou bien en vers et en prose.
Et qu'on ait d'autres textes de vieil anglais, des oeuvres inédites ! De la nouveauté ancienne !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Marguerite Duras - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Marguerite Duras   Marguerite Duras - Page 15 Icon_minitimeLun 27 Aoû 2012 - 22:56

Franchement, je ne suis pas sûre que ce soit autre chose qu'une curiosité, un peu quand même pour les spécialistes, les autres textes en vieil anglais. Tout ne doit pas forcément paraître en Pléiade. La collection Lettres gothiques au livre de poche est tout à fait intéressante pour le Moyen Age.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Marguerite Duras - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Marguerite Duras   Marguerite Duras - Page 15 Icon_minitimeLun 27 Aoû 2012 - 23:01

Arabella a écrit:
Franchement, je ne suis pas sûre que ce soit autre chose qu'une curiosité, un peu quand même pour les spécialistes, les autres textes en vieil anglais. Tout ne doit pas forcément paraître en Pléiade. La collection Lettres gothiques au livre de poche est tout à fait intéressante pour le Moyen Age.
J'irai jeter mes deux yeux sur Beowulf.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Invité
Invité



Marguerite Duras - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Marguerite Duras   Marguerite Duras - Page 15 Icon_minitimeVen 28 Sep 2012 - 11:28

Je voulais juste attirer votre attention sur deux émissions radiophoniques consacrées à Duras, avec une lecture de Michael Lonsdale.

Ca peut pas faire de mal - première partie - 4 février 2012
Ca peut pas faire de mal - deuxième partie - 11 février 2012

Marguerite Duras - Page 15 Duras11
Revenir en haut Aller en bas
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Marguerite Duras - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Marguerite Duras   Marguerite Duras - Page 15 Icon_minitimeVen 28 Sep 2012 - 12:14

Super!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Marguerite Duras - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Marguerite Duras   Marguerite Duras - Page 15 Icon_minitimeMar 2 Oct 2012 - 21:53

Le vice-consul

Une jeune fille enceinte rejetée par sa mère en Indochine, une marche jusqu'à Calcutta. Un vice-consul solitaire et étrange. Un autre homme, une femme libre mais triste ? Tout dans le vice-consul se défait ou plutôt n'aboutit pas. L'ambiance est de chaleur écrasante mais l'écriture reste précautionneusement distante et parfois glacée. Du côté de l'intrigue rien ne se fait qui ne soit déjà connu. Ou bien ça se précise petit à petit. Le drame rétrécit et s'évanouit, quelque chose se précise et se nuance, à rebours.

Folie, abandon, oubli, amour et chair. Et la connaissance de la souffrance ou son jeu, quelque part là dedans. Si on dirait qu'il ne se passe rien la construction est particulièrement minutieuse et le dévoilement du propos très calculé pour provoquer autant l'incertitude que le suspens.

C'est difficile après Moravagine de Cendrars, qui était dans le contact en quelque sorte, de passer à cette distance froide, ce demi-détachement intéressé on ne sait si vraiment par l'autre ou soi, cet abandon particulier comme remède au vide, à l'absence.

Je découvre donc une facette moins charnelle, moins sensuelle de l'écriture de Duras au profit d'une structure étudiée et affutée qui n'est pas sans intérêt. Ni sans effet. Ni sans contenu car c'est assez pertinent, le quelque chose, derrière les traits marqués, et les rappels millimétrés qui plongent ce moment dans les colonies dans les ombres d'une brumeuse abstraction. ça en blanchotterai presque.

Mais étrange lecture qui m'a gardé malgré l'intérêt intellectuel un peu à l'écart.

Si ce n'est pas clair au moins il vous reste le pot aux roses à découvrir...

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Marguerite Duras - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Marguerite Duras   Marguerite Duras - Page 15 Icon_minitimeMar 13 Nov 2012 - 18:55

DES JOURNEES ENTIERES DANS LES ARBRES

Si je n' avais lu que les trois premières nouvelles du recueil, j' aurais été déçu. Le film du meme nom était beaucoup plus intéresant que la nouvelle. IL est vrai qu' il était incarné physiquement et poétiquement par Madeleine Renaud et Bulle Ogier.
Les deux autres nouvelles sont plutot grises et anonymes. Mais heureusement (comme l' a remarqué Animal), il y a Les Chantiers, où l' on retrouve ce qui fait la beauté du style de Duras. Et la description d' une sorte de rituel amoureux fait d' attente, d' indicible, de mystère, de silences et surtout de regards. D' une intensité telle que la vie ou la mort semblent en dépendre.


Dans un hotel où il séjourne, un homme observe une jeune fille. Un jour, ils s' adressent la parle devant un chantier en cours qu' elle contemple, fascinée.

Lorqu' il fut tout près d' elle, il vit son visage pétrifié dans une intensité immobile, et il en fut certain, c' était bien le chantier qu' elle regardait.

C' était de cette façon que les choses avaient commencé entre eux. Il y avait de cela trois jours. Depuis il ne l' avait revue qu' aux repas, de loin.

Pendant des jours, aus repas, il contemple avec attention la jeune fille, ses gestes, son comportement. Son projet est de l' aborder hors de l' hotel. Mais le temps passe, l' homme doute de lui. Il craint qu' elle parte sans qu' il la revoie et se reproche son inaction. En revanche son imagination s' emballe et tout ce qu' il magine le met dans un état d' exaltation, de tension et de certitude.

Son désir de la connaitre grandissait chaque jour, chaque demi-journée... Les repas furent pour lui l' occasion d' observer bien des choses à son sujet...
De la meme façon qu' elle mangeait avec avidité, de meme il lui arrivait de regarder vraiment avec les yeux du corps ce qui se passait autour d' elle dans la salle à manger. Ses yeux se posaient puis se retiraient, puis se posaient encore et scrutaient avec une sorte de douceur... Il s' agissait, il en était persuadé, d' une sorte de second regard qui suivait le prmier, lequel était au contraire étonnament clair.


Il s' interroge parfois pourquoi il l' a remarquée et pourquoi il l' aime déjà.

A vrai dire, il l' avait jamais très bien vue, ou jamais d' assez près... Et tout ce qu' il aurait pu en dire de sur, c' est qu' une fois il avait vu ses yeux ou plutot son regard. Il se disait qu' il ne se souvenait pas d' avoir vu avant elle se servir du regard avec ce naturel.

A force d' imaginer, le désir d' elle s' intensifie et déclanche chez lui une émotion très grande. Il élabore alors une stratégie qui mettra fin à l' attente, au désir, aux silences.

Il dormait très peu. Il avait maigri et lorsqu' il se regardait dans la glace, il se reconnaisait mal. Il se trouvait beau. Sous ses yeux, de grands cercles violets de l' attente s' étalaient.

Il restait éveillé très tard. Chaque nuit, il inventait à nouveau. Il ne faisait rien. Il ne lisait plus. Il était incapable de s' attader sur autre de chose que sur cet évènement en cours.

Un jour enfin, il la voit s' engager dans l' allée où il l' avait rencontrée la première fois et s' arreter devant le chantier. Et cette fois, c' est lui qu' elle regarde.

La jeune fille parut essayer de se rappeler quelque chose. Il comprit qu' elle oubliait le chantier. Elle sourit et commença à le regarder, à regarder, à regarder et regardait l' homme qui se souvenait.. Tout en le regardant elle paraissait faire un effort pour comprendre pourquoi il se souvenait d' elle avec tant de force.

Au bout de quatre jours de complicité, ils surent.

Maintenant c' était la fin, leur attente était terminée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Marguerite Duras - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Marguerite Duras   Marguerite Duras - Page 15 Icon_minitimeSam 16 Fév 2013 - 22:36

Le marin de Gibraltar

Marguerite Duras - Page 15 Maring10

Un homme décide de se dépouiller de sa vie : il quitte la femme avec laquelle il vivait sans amour depuis deux années et renonce définitivement à son travail monotone au ministère des colonies. C’est dans un petit village italien à l’embouchure d’un fleuve dont lui a parlé un chauffeur lorsqu’il se rendait à Florence qu’il trouvera le courage de se défaire du poids devenu trop pesant de ce qu’était devenu sa vie inodore et incolore. C’est là qu’il rencontre la belle Anna, surnommée l’Américaine, jeune veuve richissime qui parcourt le monde à bord d’un yacht avec quelques matelots à la recherche du marin de Gibraltar, un homme qu’elle a aimé et qui a disparu depuis des années.

Libre mais sans le sou, le narrateur se fait engager sur le bateau pour partir à son tour en compagnie de la belle à la recherche de ce marin évanoui dans la nature, passant de Sète à Tanger, de Tanger à Abidjan, et d'Abidjan à Léopoldville. Il sait que le jour où ils retrouveront la trace du marin de Gibraltar sonnera la fin du couple qu’il forme à présent avec cette femme qu’il aime.

Quatrième roman de Marguerite Duras, dont le précédent « Un barrage contre le Pacifique » lui avait valu une première reconnaissance de la critique et du public, « Le marin de Gibraltar » fut publié en 1952 aux Editions Gallimard. Si son précédent roman était largement autobiographique, elle s’en écarte ici délibérément dans ce qui peut apparaître comme une rupture dans son écriture, annonçant par ce roman son œuvre future. Proposant une narration lancinante et volontairement évanescente, on finit par se demander si ce marin de Gibraltar n’est pas juste une figure chimérique offrant de par son inaccessibilité un but à l’existence trop monotone s’il n’existait pas dans l’imaginaire de tous les personnages du roman. Chacun finit par avoir sa propre vision du marin de Gibraltar et la poursuite de ces nombreux avatars fournit le prétexte idéal aux diverses escales qui jalonnent ce récit. La quête de l’inaccessible où l’essentiel se situe du côté de la recherche dans laquelle on finit par s’oublier que de l’opportunité de retrouver l’objet en question. La place du désir dans la passion. Car la meilleure façon de préserver un amour n’est-il pas de le menacer toujours ? Et quelle meilleure menace que celle du retour d’un hypothétique marin de Gibraltar ?

Citation :
- Dites-moi, dit-elle, quel est le signe annonciateur de la fin d’un grand amour ?
- Que rien, apparemment, ne l’empêche de durer toujours, dis-je, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Heyoka
Zen littéraire
Heyoka

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 31
Localisation : Suède

Marguerite Duras - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Marguerite Duras   Marguerite Duras - Page 15 Icon_minitimeMer 29 Mai 2013 - 10:14

Marguerite Duras - Page 15 411s5h10
Citation :
Avec un art de l'ellipse parfaitement maîtrisé, Duras orchestre une danse sensuelle entre deux personnages qui luttent contre le temps. Lui refuse d'admettre que les atrocités d'Hiroshima ont eu lieu, Elle se tait sur son passé ; pourtant, ces fantômes resurgissent en fragments, lambeaux d'un passé qui se superposent au moment présent. Les corps des amants se confondent peu à peu et Hiroshima se fond dans Nevers, cadre de la jeunesse de l'actrice marquée par l'opprobre parce qu'elle a aimé un jeune Allemand durant la guerre.
EN AUDIO
Animal a écrit:
Hiroshima mon amour ça rend triste. c'est plusieurs histoires derrière une, ou l'inverse. La grande, la petite et quelque chose sans fond où on ne finit pas de tomber.
Lara a écrit:
Quand je lis du Duras j'ai l'impression de voir son monde derrière une vitre emplie de buée. J'ai l'impression d'être loin de tout avec elle. Et pourtant ces personnages sont vraiment profonds même si en apparence ils sont lointains. Elle utilise de mots simples, mais qui sont chargés d'une émotion très concentrée. L'ambiance est rarement saine, les personnages se blessent mutuellement.

J'ai ressenti tout ce que vous évoquez dans la première partie du livre. Vraiment. Un récit sublime empreint d'une grande sensualité rendue vivante par des voix envoûtantes (Valérie Lang et Hiroshi Ota). Cette danse des dialogues provoque une vive émotion. Malheureusement, la seconde partie est venue, trop abstraite pour moi, je suis restée bloquée dans la cave à Nevers avec l'impression de ne rien comprendre du tout. Je ne m'attendais pas à cet aspect chimérique et abscons je crois.

Néanmoins, j'ai eu le plaisir de pouvoir découvrir L'Amant en salle à la Cinémathèque Française l'année dernière et je garde un beau souvenir de ce film. Alors je poursuivrai ma découverte de Marguerite Duras, je ne veux pas en rester là. Peut être retenter Hiroshima mon amour mais en film cette fois ? L'écoute en audio n'était peut être pas la meilleure approche de cette oeuvre, surtout dans la confusion des transports Parisiens.


" - Je n'ai rien inventé.
- Tu as tout inventé.
- Rien. De même que dans l'amour cette illusion existe, cette illusion de pouvoir ne jamais oublier, de même j'ai eu l'illusion devant Hiroshima que jamais je n'oublierai. De même que dans l'amour.
"

_________________
«Books support us in our solitude
and keep us from being a burden to ourselves.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Marguerite Duras - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Marguerite Duras   Marguerite Duras - Page 15 Icon_minitimeDim 27 Oct 2013 - 16:20

J'ai essayé Le camion (le livre)
jemetate 
Je crois qu'animal a raison, il doit falloir commencer par le film .
dentsblanches 

Désolée pour pour les smileys, mais c'est vrai que c'est parfois beaucoup plus facile que les mots - beaucoup moins courageux, aussi, peut-être)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Marguerite Duras - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Marguerite Duras   Marguerite Duras - Page 15 Icon_minitimeDim 27 Oct 2013 - 16:23

mouaaaarf. mdr2 

et l'entretien qui va avec, pareil ?

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
églantine
Zen littéraire
églantine

Messages : 6498
Inscription le : 15/01/2013
Age : 54
Localisation : Peu importe

Marguerite Duras - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Marguerite Duras   Marguerite Duras - Page 15 Icon_minitimeDim 27 Oct 2013 - 16:32

Je suis en train de lire "La pluie d'été" et découvre pour la première fois cette auteure ....
jemetate : son écriture me fascine , mais j'ai l'impression qu'il me faudrait m'immerger totalement dans son oeuvre pour découvrir Marguerite Duras !
A suivre donc ....

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Marguerite Duras - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Marguerite Duras   Marguerite Duras - Page 15 Icon_minitimeDim 27 Oct 2013 - 16:40

animal a écrit:
mouaaaarf. mdr2 

et l'entretien qui va avec, pareil ?
pas eu le courage Embarassed  !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Contenu sponsorisé




Marguerite Duras - Page 15 Empty
MessageSujet: Re: Marguerite Duras   Marguerite Duras - Page 15 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Marguerite Duras
Revenir en haut 
Page 15 sur 19Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16, 17, 18, 19  Suivant
 Sujets similaires
-
» Boeuf marguerite - Fifine
» [Style] Sweet'n'girly ou Larme-kei
» Marguerite Jeanne Japy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs nés avant 1915-
Sauter vers: