Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 José Cabanis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Der Hago
Espoir postal
avatar

Messages : 15
Inscription le : 14/04/2016
Age : 66
Localisation : Angers

MessageSujet: José Cabanis   Mar 19 Avr 2016 - 0:09



Biographie :

José Cabanis est né en 1922 à Toulouse, ville dans laquelle il est mort en 2000.
Romancier, essayiste et magistrat. Il a été membre de l'Académie française en 1990. Il fit une partie de ses études chez les jésuites, dont il fut renvoyé pour mauvais esprit. Il est titulaire de diplômes en droit et en philosophie (influence de Georges Canguilhem et Vladimir Jankélévitch).
Il connut l’expérience du STO (Service du Travail Obligatoire) comme manœuvre dans une usine d'armement en Allemagne de 1943 à 1945.
Il a écrit une cinquantaine d'œuvres, mais son dernier ouvrage publié en 1990 se voulait être la conclusion d'un seul et unique roman. Il a obtenu le prix Renaudot pour "La bataille de Toulouse".
Interview : lien dans 7 jours !!! jypeurien

Bibliographie :
La Pitié (Schopenhauer, Nietzsche, Max Scheler, Dostoïevski) (Gallimard, 1948)
L’Organisation de l’État d’après La République de Platon et La Politique d’Aristote (Gallimard, 1948)
L’Âge ingrat (Gallimard, 1952)
L’Auberge fameuse (Gallimard, 1953)
Juliette Bonviolle (Gallimard, 1954)
Le Fils (Gallimard, 1956)
Les Mariages de raison (Gallimard, 1957)
Jouhandeau (Gallimard, 1959)
Le Bonheur du jour, (Gallimard, 1960) – Prix des Critiques
Les Cartes du temps, (Gallimard, 1964) – Prix des libraires
Plaisir et Lectures. I. (Gallimard, 1964)
Les Jeux de la nuit (Gallimard, 1964)
Proust et l'Écrivain (Hachette, 1965)
La Bataille de Toulouse (Gallimard, 1966) – Prix Renaudot
Plaisir et lectures. II. (Gallimard, 1968)
Une vie, Rimbaud (Hachette, 1968)
Des jardins en Espagne (Gallimard)
Le Sacre de Napoléon (Gallimard, 1970)
Préface du Tome I des œuvres de Julien Green (Bibliothèque de la Pléiade, 1972)
Charles X, roi ultra (Gallimard, 1974) – Prix des Ambassadeurs
Saint-Simon, l’admirable (Gallimard, 1974) – Grand Prix de la Critique
Saint-Simon, ambassadeur (Gallimard, 1974)
Les Profondes Années (Gallimard, 1976) – Grand prix de littérature de l'Académie française
Michelet, le Prêtre et la Femme (Gallimard, 1978)
Petit entracte à la guerre (Gallimard, 1980)
Lacordaire et quelques autres (Gallimard, 1982)
Préface aux Conférences de Lacordaire à Toulouse (Éd. d'Aujourd'hui)
Le Musée espagnol de Louis-Philippe. Goya (Gallimard, 1986)
Préface aux Affaires de Rome, de Lamennais (La Manufacture, 1986)
L’Escaladieu (Gallimard, 1987)
Pages de journal (Éd. Sables, 1987)
Pour Sainte-Beuve (Gallimard)
Chateaubriand, qui êtes-vous ? (La Manufacture, 1988)
Préface de La Correspondance Lacordaire-Montalembert (Le Cerf, 1989)
L’Âge ingrat, réédition de l’ensemble du cycle (Gallimard, 1989)
Préface du Tome VI des Œuvres de Julien Green (Bibliothèque de la Pléiade, 1990)
Le Crime de Torcy, suivi de Fausses nouvelles (Gallimard, 1990)
En marge d’un Mauriac (Éd. Sables, 1991)
Mauriac, le roman et Dieu (Gallimard, 1991)
Préface à un choix de pages du Temps immobile, de Claude Mauriac (Grasset, 1993)
Préface à Dits et inédits, de Bussy-Rabutin (Éd. de l’Armançon, 1993)
Dieu et la NRF, 1909-1949 (Gallimard, 1994)
Le Diable à la NRF, 1911-1951 (Gallimard, 1996)
Autour de Dieu et le Diable à la NRF (Éd. Sables, 1996)
Magnificat (Éd. Sables, 1997)
Jardins d’écrivains (en collaboration avec Georges Herscher) (Actes-Sud, 1998)
Julien Green et ses contemporains, le cas Mauriac (en collaboration à Littératures contemporaines, Julien Green) (Klincksieck, 1998)
Le Sacre de Napoléon (nouvelle édition) (Le Grand livre du mois, 1998)
Entretien (en collaboration à Chateaubriand aujourd’hui) (Éd. Cristel, 1998)
Lettres de la Forêt-Noire, 1943-1998 (Gallimard, 2000)


"La Bataille de Toulouse" de José Cabanis. Roman, 1966. NRF Gallimard. 141 pages.


Bref résumé du livre :

La bataille de Toulouse, qui opposa en 1814 l’armée impériale commandée par le maréchal Soult aux troupes de la coalition anglo-hispano-portugaise, n'est pour le narrateur qu'un point d'ancrage avec ses ancêtres et avec sa propriété de Nollet.
Dans les années soixante, le narrateur, qui vit à Toulouse, vient de rompre avec une femme qui le déconcerte. Elle s'appelle Gabrielle, comme l’Ange. Il s'interroge alors sur leur séparation et sa vie d'écrivain, par le biais d'un jeu de miroir et le truchement d'une histoire entrois tiroirs : une esquisse de la vie provinciale, le portrait d'une femme malheureuse, la découverte de ce qui donne un sens à la vie. En 141 pages et 9 petits chapitres.

Aspects positifs et négatifs du livre :

Le livre se lit vite, se prend et se reprend, on peut le poser sur sa table de chevet. (Sur ce dernier point : les autres également, vous me direz, mais il y en a sur lesquels on s'endort, et d'autres qu'on n'ouvre plus). L'écriture est en phrases courtes, d'un vocabulaire et d'une syntaxe simples d'où découle une certaine harmonie qui est celle du temps qui passe, continu et indifférent aux hommes :

" Si je me réveillais la nuit, je me disais que Gabrielle dormait dans sa chambre, tout près de moi, et que je la verrais  descendre l’escalier tout à l’heure, les yeux encore plein de sommeil, les cheveux en désordre ramenés tant bien que mal sur le haut de sa tête, et qu’elle me dirait : ‘’ vite, le feu ! Qu’il fait froid chez toi !’ ‘’.

Le ton, un rien désabusé, dépassionné, ne laisse pas de place à une psychologie très fouillée, certes, mais n'exclut pas certains passages émouvants, sinon poétiques, et expose des thèmes universels. Cabanis étant l'homme d'un seul roman, les clés de celui-ci peuvent se trouver ailleurs, dans un autre de ses romans en forme de diptyque : "Le bonheur du jour" et " les cartes du temps" dans " Le bonheur du temps".

Jugement personnel sur le livre :

En quatrième de couverture, l'auteur écrit : "J'ai tenté de composer ainsi une variation sur le bonheur, l'amour et la solitude". Je pense qu'il y est parvenu, mais sa musique est atone, et, s'agissant de l'amour ou de la solitude, il ne faut pas y chercher de lyrisme particulier.
Ce texte n’est pas romantique, mais je dirais plutôt réaliste. Cela ne me déplaît pas, car je trouve que le lyrisme porte le tribut d'un courant littéraire construit en opposition à un autre et, dès lors, n'est que l'artefact de la vie. Ce n'est que mon avis.
Le narrateur est un antihéros, un peu observateur de son destin, ce qui confère au livre sa contemporanéité. Quelque part, dans ce contexte, le sens se confond avec la sagesse : le rythme, l'esprit et la succession des phrases de ce livre me font penser aux stances de l'Ecclésiastique: "Si tu vois un homme de sens, va vers lui dès le matin/et que tes pas usent le seuil de sa porte."

En conclusion, je puis dire que ce livre m'a plu parce qu'il n'aboutit pas sur des vérités, il est une quête. Il dessine des pistes, mais ne les impose pas ; elles sont intuitives et temporelles, la spiritualité religieuse en fait partie ; des pistes que l'on reconnaît comme siennes ou pas, peu importe. En termes d’esthétique, ce livre ouvre également une porte sur l’irrationnel : le narrateur perçoit son ange, venue et partie, un peu démon, comme celle qui l’aurait aidé à se saisir du sens de sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: José Cabanis   Mar 19 Avr 2016 - 9:55

Merci pour cette présentation Der Hago. José Cabanis a une bibliographie suffisamment conséquente pour qu'on y jette un œil intéressé (et pas mal d'essais sur des écrivains qui reviennent peu ou prou à la mode sur le forum : de Mauriac à Julien Green). Intéressant !

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
José Cabanis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs français à découvrir, nés après 1914.-
Sauter vers: