Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Mathieu Larnaudie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Mathieu Larnaudie   Ven 6 Mai 2016 - 10:35



Mathieu Larnaudie, né à Blois en 1977, est un écrivain français. Il vit et travaille à Paris.

En parallèle à ses études de lettres et de philosophie, il publie son premier roman en 2002.

Membre du collectif Inculte, il a codirigé de 2004 à 2010 la revue et les éditions du même nom. Après l'arrêt de la publication de la revue, il poursuit désormais cette activité éditoriale au sein des éditions Inculte.

Il a également dirigé, aux éditions Burozoïque, une collection consacrée au thème de l'utopie et intitulée « Le Répertoire des îles ».

Outre son travail de romancier, il est également l'auteur de nombreux textes critiques, politiques ou théoriques. Il séjourne régulièrement à Berlin et à Istanbul.

Il collabore depuis 2003 avec le compositeur Pierre-Yves Macé : chanson pop (sous le nom d'Anita Drankhsal), lecture / performance (Hong Kong Police Terroriste Organisation) et composition radiophonique (Krinein et la Stratégie). Macé a par ailleurs réalisé une adaptation musicale du roman de Larnaudie Pôle de résidence momentanée.

Bibliographie

2002 Habitations simultanées,
2007 Pôle de résidence momentanée,
2008 Strangulation, Page 1
2009 La Constituante piratesque,
2010 Les Effondrés,
2012 Acharnement,
2015 Notre désir est sans remède,

Ouvrages collectifs

2006 Devenirs du roman,
2007 Le Sport par les gestes,
2008 Une Chic Fille,
2008 Face à Pynchon,
2009 Face à Lamarche-Vadel,
2009 Propositions pour une littérature inculte,
2011 Le Ciel vu de la terre,
2011 Pour Genet,
2011 Face à Sebald,
2013 Des Utopies réalisables,
2014 Devenirs du roman 2, écritures et matériaux,
2015 Pour l'engagement critique,
2016 En procès,

source: wikipedia

cette présentation sera amenée à être modifiée après lecture du Matricule des anges qui consacre son dossier d'avril 2016 à M. Larnaudie !


_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Mathieu Larnaudie   Ven 6 Mai 2016 - 10:40

Strangulation

Etrange roman que celui-là, à cheval entre la cruauté poétique de Baudelaire et l'esthétisme décadent de Huysmans. Pas vraiment en phase avec notre modernité donc, et pourtant et pourtant pas si étranger que ça à la question de notre présence au monde, cette façon unique que chacun a de s'inscrire dans son temps et dans l'espace.

Jean est le héros de ce roman écrit dans une langue, disons le tout de suite, assez bizarre, biscornue, dilatée, parfois même difficilement compréhensible, une langue compliquée qui serait à l'image de la tortue couverte de pierreries de Des Esseintes (elle en mourra la pauvre) et j'en profite pour saluer ici le travail d'éditeur (Actes-sud et semble-t-il ici plus précisément Olivier Py) d'avoir choisi pour illustration la sublime et chargée Evocation d'Odilon Redon.



Mais revenons à Jean, ce personnage à la myopie inscrite dans le regard flou, brumeux qu'il pose sur le monde, jeune homme de province, né à Bordeaux, attaché aux fleuves et surtout à sa mère, se faisant tiré le portrait à 17 ans en Dormeur du Val, quittant sa Gironde natale pour le grand fleuve parisien et l'île Saint-Louis et menant de front une falote carrière de fonctionnaire et de morne écrivain. Il ne court pas après la gloire, notre Jean, il n'est qu'à peine orgueilleux et se laisse souvent submerger par un rire noir quand il saisit combien le langage ne dit pas le monde environnant. Il a un léger problème de place dans l'existence, de prise en main de sa vie et d'assassinat d'animaux domestiques (il faut bien que la strangulation trouve sa place). Il est dandy mais pas trop, fréquente une comédienne comme tout le monde, écrit des vers qu'il détruit et de nombreuses lettres à sa mère, dont le lecteur se régale.

Tout cela donne à voir un personnage décalé, joueur, un peu cynique, à la fois chevaleresque et égocentrique, lucide et pertinent, impertinent et fantomatique. Troublant.

J'ai lu ce roman avec parfois un grand plaisir et une grande attention et puis parfois j'ai eu l'impression que Larnaudie allait beaucoup trop loin dans sa recherche esthétique, malmenant les mots, jouissant comme un forcené d'un style amphigourique, galimatias d'un autre temps, souvent abscons parfois même indigeste.

Par exemple :

Citation :
Ses dix-sept ans lui parvinrent dans la brume sans levée et le crachin ouateux de l'une de ces journées ordinaires où le brouillard, monté le long du fleuve et lui demeurant encollé tout le jour, se fait indiscernable de la nappe basse des nuages que les fins d'automne et les stéréotypes colportés, dans sa poésie fixe, par la sagesse bavarde des nations rivent volontiers au toit des immeubles.

Cependant, il m'a semblé qu'au fil de la narration le style s'allégeait et que Jean, tout en gardant son mystère, cette incapacité à s'inscrire dans son époque, parvenait à toucher différentes cordes sensibles et pas les plus visibles : une sorte d'humour corrosif sans être méchant, un rire noir balayant les lettres envoyées à la mère (un délice rare), l'impression de lire l'immense pastiche d'un siècle finissant, voué à la guerre malgré la frivolité des milieux littéraires et de ceux qui les firent, agrémenté du zest toujours amer d'une cruauté inexpliquée.


Intéressant sans être incontournable, énigmatique dans son anachronisme, ce roman donne envie de lire d'autre livre de Larnaudie pour se faire une opinion plus pertinente sur le bonhomme.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille


Dernière édition par shanidar le Ven 6 Mai 2016 - 17:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PassionBooks
Envolée postale
avatar

Messages : 133
Inscription le : 01/11/2015
Localisation : Europe

MessageSujet: Re: Mathieu Larnaudie   Ven 6 Mai 2016 - 10:57

Tout cela me semble fort bien intéressant, je vais réfléchir afin de peut-être l'ajouter à ma liste de livres à lire Wink
Merci de nous parler des nouveaux auteurs en tous cas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://passionbooks.discutforum.com/
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Mathieu Larnaudie   Ven 6 Mai 2016 - 17:30

Un extrait de la rencontre entre Mathieu Larnaudie et Thierry Guichard dans le Matricule des anges, à propos de Strangulation :

"Quand j'ai écrit Strangulation, pour prendre un cas concret, j'étais taraudé par une question assez précise : qu'est-ce qu'être son propre contemporain ? Autrement dit : comment habiter son propre temps ? Voire : comment être un sujet (un parmi d'autres) de l'Histoire en train de se produire ?

J'avais en effet le sentiment qu'il existait de multiples manières de vivre une époque, de la traverser, de s'en accommoder, de la refuser, de passer à côté, et que ce qu'on appelle une époque était la somme de toutes ces temporalités diverses. On le voit bien, par exemple, dans l'histoire littéraire : ce qui semble le plus brûlant pour certains, dans une période donnée, sera délaissé par d'autres, qui préfèreront s'intéresser à des formes que les précédents jugeront passéistes ou ineptes ; certains verront le parangon du contemporain dans un classicisme réinventé ; l'avant-garde des uns sera l'arrière-garde des autres ; certains encore renverront aux oubliettes la vieille idée d'avant-garde, etc.

En réfléchissant à ces questions-là, je me suis mis à repenser à l'histoire d'un écrivain mort à la guerre, "tué à l'ennemi" comme dit son certificat de décès, en 1914, à seulement 27 ans, Jean de la Ville de Mirmont. J'avais acheté ses Œuvres Complètes quand j'avais 18 ans, un peu par hasard, chez un bouquiniste, dans un grand hangar près des quais de Bordeaux. Il y a une chose amusante et hautement significative : ce livre est paru chez Champ Vallon dans la bibliothèque du XIXème siècle. Je ne sais pas si c'est une erreur ou un coup de génie éditorial, mais il y a là justement tout ce qui m'intéressait chez ce garçon : son anachronisme, son incapacité à faire corps avec son propre temps, à épouser sa propre histoire, sauf à aller mourir dans la grande tuerie unanime avec toute sa génération ou presque. Il est le contemporain immédiat de Guillaume Apollinaire, il passe même au pied de chez lui boulevard Saint-Germain tous les jours pour aller travailler. Mais il s'en fout, il ne sait pas qui c'est. Il écrit des poèmes dans une veine baudelairienne, plus de cinquante ans après les Fleurs du Mal. Il est en retard sur son siècle. Et pourtant, il produit également un petit roman lapidaire, mordant, désenchanté, qui préfigure ce qu'on appellera plus tard la littérature de l'absurde. D'un seul coup, il est en avance sur son temps. Il y a plusieurs contemporanéités qui coïncident en lui.

Voilà comment et pourquoi j'ai rencontré Jean de la Ville de Mirmont, et me suis librement inspiré, comme on dit, de son existence pour écrire ce roman."

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Mathieu Larnaudie   Sam 7 Mai 2016 - 0:06

merci Shanidar, j' ai encore appris dans ton commentaire (notamment la tortue)

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Mathieu Larnaudie   Lun 9 Mai 2016 - 11:09

Il faudrait qu'on lise un classique de temps en temps Bédou !

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Mathieu Larnaudie   Lun 9 Mai 2016 - 16:39

oui.......................même plusieurs

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mathieu Larnaudie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mathieu Larnaudie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La pointe Saint Mathieu - Partie 2 et... Fin !!!
» SÉMAPHORE - SAINT MATHIEU (FINISTÈRE)
» Mathieu Edward est en couple avec une danseuse !
» Exclusivité: Mathieu Edward & sa copine !
» Mathieu / Jussaume

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs français à découvrir, nés après 1914.-
Sauter vers: