Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 André Velter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: André Velter   Ven 6 Mai 2016 - 13:16



André Velter, né le 1er février 1945 à Signy-l'Abbaye dans les Ardennes, est un poète, essayiste, chroniqueur et homme de radio français, même s’il ne se reconnaît qu’une seule qualité : celle de « voyageur ».

source et suite

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: André Velter   Ven 6 Mai 2016 - 13:16


Le jeu du monde : Cartes à Yanny
Citation :
Présentation de l’éditeur
Où que je sois, sitôt quitté la France, j'écris et envoie une carte postale à un seul et unique destinataire reclus dans un village des Ardennes.
A Delhi, Mexico ou Séville, comme à Antioche-sur-Oronte, Lo Manthang ou Makassar, le rituel est intangible. S'il doit tout à l'amitié, il témoigne aussi d'un goût immodéré pour les changements de lieux, les itinéraires déroutés et le déferlement des questions sans réponse.
A quoi ressemble donc le jeu du monde ? Est-ce une marelle, un échiquier ou plusieurs fois 52 cartes ?
Peut-être, ici et là par tous les plis de la terre, ces trois divertissements vont-ils se conjuguer, en sorte que les rebonds à cloche-pied d'une enfance qui ne veut pas finir provoquent un vagabondage planétaire, escorté de cavaliers, de fous, de quelques tours pas encore écroulées, avec toujours assez d'atouts en main pour relancer la partie et refuser de faire le mort.


Les cartes postales… oui, c’est une coutume qui est en voie d’extinction…

Moi, j’adore, aussi bien envoyer que recevoir.

Cela semble vain de lire les messages noté sur des cartes postales, adressées à d’autres… mais quand il s’agit de si beaux textes, cela peut donner l’impression de lire des poèmes.

Ou des instantanés qui donnent une impression d’un lieu, d’un moment… des petits bouts de textes qui nous arrivent à travers le temps et redonnent des pensées partagés avec un ami.

Si on aime ce genre de texte, ce livre est un très bon moment de lecture.

Cela m’a rappelé mon séjour en cure et l’attention d’une amie qui m’a envoyé pratiquement journalier pendant trois semaines des cartes, extraits de journaux, moments d’expo visités… tout comme les textes d’André Velter, elle m’a envoyé de petites bulles d’oxygène qui m’ont donné le grand sourire pendant ce temps…
Yanny a dû être aussi content de recevoir toutes ces cartes de l’auteur…


Extraits  j’ai recherché les images sur le net, elles ne font pas partie du livre Wink



Île de Sal, 7 janvier 1998

Du sable, du sel, de l’eau et du vent : désert qui mène à l’océan comme si deux horizons étaient venus se fondre sur une ligne d’écume. Rien que ce rien qui hisse la grand-voile et dispense de tout. Plus de temps, plus d’action, plus d’attente. On retrouve la mémoire du corps enfoui qui a connu les migrations, les errances, le corps-à-corps d’espace sans fin ni commencement. Un chant de peau et d’os, sous le soleil.





Marrakech, 1er avril 2004

Les palmiers et la neige, en un seul regard, et l’altitude et le soleil… Ce qu’un vieux Chinois, Li Yu, appelait « emprunter le paysage » : s’approprier ce qui reste sans prix, jouir d’une vision inaliénable, identifier la beauté sans même avoir à lui donner un nom. Il s’agit donc de magie simple, comme de décoder le ciel qui se reflète au creux de nos mains pour peu qu’elle demeurent accueillantes et ouvertes.





Berlin, 25 novembre 2008

Il neige Unter den Linden et les marchés de Noël sentent bon le vin chaud. Je n’étais jamais venu jusqu’ici, mais rien ne me surprend : j’avance pas à pas dans une sédimentation d’images fixes ou mouvantes. Ces lieux inconnus sont si familiers ! On les a vus triomphants, en ruine, maintenant en chantier : une renaissance pleine de cicatrices ; et je suis sensible à ces blessures qui perdurent. Certains terrains vagues sont des pages d’Histoires.





Jaipur, 3 janvier 2009

Encore un peu de ce décor
Palais des vents et des songes
Où l’on ne sait quel corps-à-corps
De mirages d’illusions ou de peines
A donné son âme au feu
Et pris son harmonie au ciel

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
André Velter
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le frère André canonisé
» Zabeth, André Louis
» André Santini n'aime pas les natifs du signe Poisson.
» Zabeth d' André Louis
» Bonne fête André

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature non romanesque (par auteur ou fils spécifiques) :: Voyages-
Sauter vers: