Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Marjolaine Deschênes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jack-hubert bukowski
Zen littéraire


Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Marjolaine Deschênes   Lun 30 Mai 2016 - 7:33



Marjolaine Deschênes est née en 1975. Elle enseigne la philosophie et la littérature. Elle a déjà cosigné un collectif d'étude de l'oeuvre du philosophe québécois Fernand Dumont. Nous pouvons dire que Fernand Dumont est la sommité en ce qui concerne le croisement de la philosophie, la sociologie et la politique... Il a même signé des recueils poétiques.

En ce qui concerne Marjolaine Deschênes, elle a été assez accomplie en tant que poétesse. Elle a publié un premier roman en 2013 à La peuplade. Elle compte quatre recueils poétiques à son actif. Elle a pu compter sur plusieurs bourses d'écrivaine pour lui permettre de mener à bien plusieurs de ses projets d'écriture.

Oeuvres

Poésie

- L'eau d'Ensor (2002)
- Exosphère (2004)
- L'étreinte ne sera plus fugace (2007)
- Comme autant de haches (2013)

Roman

- Fleurs au fusil (2013)

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire


Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: Marjolaine Deschênes   Lun 30 Mai 2016 - 8:15

L'étreinte ne sera plus fugace (2007) :

Nota bene : La photo que je vous ai montrée en ouverture du fil date de 2007. Marjolaine Deschênes était donc à un moment où elle avait encore sa «baby face». Je dois d'ailleurs dire que j'ai quelques réminiscences d'une ancienne copine en regardant la photo.

Ceci étant dit, le recueil  est encore à une démarche d'apprentissage même si la plume me semble de plus en plus décidée à mesure qu'elle finit le recueil... la poésie commence longuement en ouverture du recueil, voilà pourquoi je le dis... :

Marjolaine Deschênes, L'étreinte ne sera plus fugace, 2007, Ottawa : David, coll. «Poésie», p. 12. a écrit:
Mai ce matin la vie s'échappe
dans une étreinte fraudant espace et temps

La vie s'échappe dans nos voix
la vie s'en va sans nous
sans délai ni négoce
la vie se casse et reprend sans cesse

Voyez
la vie m'échappe
dans cette perte vous autres
en voilà une esquisse
vous débordez tous mes élans

Vos noms m'éclatent dans le geste
mille voix irradient, pulvérisent mes pas
je ne désire que cette fête
je n'ai que cette fête
pour oublier que j'oublie

Ce matin mai et rien que la vie
avec vos figures qui m'échappent

Dans vos violences
c'est à même vos violences
que j'éprouve un alphabet
pour éperdument faire être
l'invisible

Plus ça va, plus le projet se précise, les traits s'accentuant :

Ibid., p. 36. a écrit:
Tu ne peux te rendre à l'arme
qui trancherait le tout des choses
chaque chose en deux

Tu ne peux te rendre aux armes
d'aliéner la parole errante

Ton oeuvre s'étend
bien au-delà
de toutes violences

J'aime ta pensée Nomade
tu te joues d'elle
comme d'un ballon de plage
que tu délaisses, reprends
et délaisses encore

On arrive dans le registre «empaillé», tout en assumant une prose poétique :

Ibid., p. 48. a écrit:
Quand les adultes sont loin, il t'arrive de longer
les murs et d'y décrocher une tête empaillée.
Ton nez recherche un peu de vie dans les poils,
un peu d'âme dans les yeux de verre, un début
de parole à l'orée de la gueule racolée. Un
soupçon d'écoute dans les oreilles dressées sur
tringles. Ombre de compagnie.

Peut-être les meilleures confidentes sont-elles
ces têtes de fauve. Immobiles.

L'extrait qui suivra a été souligné dans certains résumés. Il faut quand même le noter :

Ibid., p. 55. a écrit:
Ton travail est celui de croire que les hommes
sans figure lâcheront les armes. Qu'ils cessent,
le soir, d'abattre leurs femmes comme on abat
les chevreuils, à coups de fusil sur les rotules.

Ton travail est celui de croire que les hommes
cesseront de tanner la peau des bêtes. Qu'ils
cessent, les yeux vides et morts, de donner la
mort aux animaux, comme de pointer leur
arme sur un fils.

Ton travail Nomade est celui de croire en la
démission de ceux qui étranglent mes frères.

Marjolaine Deschênes est influencée par Philippe Jaccottet et tant le jeu des extraits que de ses propres créations poétiques en attestent. Je dois dire que pour le moment, j'ai une très vive réticence en ce qui concerne Jaccottet, même s'il semble particulièrement habile en ce qui concerne la prose poétique et les réflexions littéraires qu'il nous entretient... revenons à Marjolaine Deschênes :

Ibid., p. 69. a écrit:
Nous apprenons bien tard à plonger le regard
dans le cor d'un lys.

S'y trouve une explosion de vrai immaculé.
Flambant très vite, intégralement. Cette pré-
sence est pure stridence symphonique.

Je crois qu'on apprend tôt ou tard à noyer son
regard dans les bois.

Car c'est subitement émigré de soi que l'on
respire.

Marjolaine Deschênes m'a convaincu de la maîtrise de ses instruments poétiques, même si j'ai trouvé que la poésie paraissait un peu longue au début du recueil. J'avais déjà lu Comme autant de haches au moment de lire L'étreinte ne sera plus fugace, mais c'est ce dernier recueil qui m'a convaincu de vous parler de Marjolaine Deschênes dans les termes qui sont les miens. Voici un dernier extrait :

Ibid., p. 72. a écrit:
Je parle enfin pour cette danse, à l'île immémo-
riale. Y gisent les horloges fracturées, déprises
du mécanisme de nos vies.

Là-bas, la maladie agonise sans nous. Aimant,
nous cautionnons l'informe : haletants, incul-
tes, brisés par le rire, nous portons au jour ce
témoignage.

Nous témoignons d'une manifeste délivrance.

Tout juste avant de vous laisser, je vous cite une citation de Philippe Jaccottet que Marjolaine Deschênes a sélectionné dans son montage de citations à l'appui :

Ibid., p. 79. a écrit:
À présent,
habille-toi d'une fourrure de soleil et sors
comme un chasseur contre le vent, franchis
comme une eau fraîche et rapide ta vie.


Philippe Jaccottet

Là, je dirais que l'élève a su dépasser le maître.

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile


Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 71
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Marjolaine Deschênes   Lun 30 Mai 2016 - 8:52

je trouve de la volonté dans l'extrait p. 55 et une continuité dans les deux extraits suivants

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Marjolaine Deschênes   Aujourd'hui à 16:20

Revenir en haut Aller en bas
 
Marjolaine Deschênes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bon anniversaire Marjolaine
» Marjolaine Bui
» Deschênes, Père Emile
» Pelletier Gérard et Deschênes Germaine
» Adolphe Martel et Suzanne Deschênes (Miville)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Poésie (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: