Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Annie Lafleur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Annie Lafleur   Lun 30 Mai 2016 - 9:37



Annie Lafleur est née en 1980. À l'instar de Marjolaine Deschênes, ça m'a pris un second recueil pour apprécier la démarche d'Annie Lafleur. Je n'étais pas au bout de mes surprises. Ce n'est peut-être pas grand chose, mais j'ai apprécié la lecture d'un article dans Le Devoir signé de sa propre main et intitulé «Marie dans les arbres», article qui revient sur sa connaissance intime de l'oeuvre de Marie Uguay. nous pouvons retrouver l'article ici : http://www.ledevoir.com/culture/livres/439479/marie-dans-les-arbres.

La poétesse a une formation multidisciplinaire dans la mesure où elle s'intéresse à plusieurs formes d'art. Elle sort - ou a sorti - avec un cinéaste liégeois. Jusqu'à ce jour, Annie Lafleur a publié trois recueils de poésie.

Oeuvres

- Prolégomènes à mon géant, 2007
- Handkerchief, 2009
- Rosebud, 2013

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: Annie Lafleur   Lun 30 Mai 2016 - 10:15

Handkerchief (2013) :

J'ai enfin l'occasion de vous entretenir à propos d'un livre de la maison d'édition Le lézard amoureux. Je m'aperçois que j'ai oublié de vous en parler dans mon dernier classement des maisons d'édition de poésie québécoises. Thierry Dimanche a fondé la maison d'édition.

Handkerchief est un recueil de poésie à la démarche rustique qui témoigne par son côté costaud de la profondeur de la démarche poétique d'Annie Lafleur. Rosebud m'avait laissé mi-figue-mi-raisin dans un premier temps... Handkerchief a une structure complexe. Je vous dirais qu'il y a une partie cryptique. Nous pouvons apprendre à la décoder quand nous prenons connaissance de ses interventions au fil du temps. Tout d'une coulée, le premier extrait en impose :

Annie Lafleur, Handkerchief, 2009, Québec : Le Lézard amoureux, p. 12. a écrit:
Ton atelier faiblit
sur la ville qu'impose la vue
quand on entre par le cirage
des dieux en blocs s'alignent sur nous

or le spectacle maintient
son clignotement au bord
et tombe
comme le matin
évité du chauffeur

des débris pointent fort
sans avoir vu
le ciel mégalithe obéit
aux métaux de la rue

maintenant que j'y suis
vers le haut entassé
le capot repose sur toi
les barils de l'Atlantique frôlent
à faire comme toi
le grand feu gruge la foule
illuminée et tuée

Je pense que l'extrait qui suit se passe de commentaires et doit se contenter d'être lu :

Ibid., p. 17. a écrit:
Crachin anormal embellit
ta beauté crémage ferreux
sérieuse éclairée anatomique
plus crue que toi
les chaînes hissent la sculpture
à tes pieds

le crâne du faucon en cadran
sur ta main
sa proie aiguisée attache dorsale
tu bourriques l'omoplate
sous l'ovale dort pierre
dort déviée

pend l'animal chimique
le grain conique interminable
cri du rock

nirvana écarté et fou de fluor
le minéral noir décoré
visqueux en son socle
que je lèche ce soir

la ville laisse fondre sa cire
sur ton corps neuf

Schématiquement :

Ibid., p. 36. a écrit:
XV.
La finalité
qu'en clôture aurait été invisible
tailler la cime des pendus
prendre leur tête
l'amener plus haut

XVI.
Ton atelier retrouve les papiers Hollande
en fumant les craques d'identité
on s'est éveillé, façonné

prière de contrebande, fiévreux
le glacier soulève ton menton
et un sourire pour finir, Hamlet

Veut, veut pas, Annie Lafleur a le sens du tabloïd :

Ibid., p. 64. a écrit:
Repousser les kodaks au bord
pour gaver l'écho récent
des toupies cassées
contre les flashs du ciment

renflement des images cannées
de rares crises en pépites
distraction

Voici un extrait que j'apprécie particulièrement :

Ibid., p. 68. a écrit:
Sourire costaud, sorte d'empire de joie
une comète moulante du Christ
notée au bas, des king lignés sans voiture
toi dans cet édit de gifles
dont les portes automatiques traînent, épatent

plusieurs qu'à trembler dans, l'encore
dramatique récolte, outres
qui te font boire n'importe quoi

reconnus dans la gravure des êtres
sans char, devant leur nouveau dieu

À la fin du recueil, la poésie se resserre de plus en plus :

Ibid., p. 78. a écrit:
La nef de ton appartement s'agrandit
et l'astérisque au-dessus nous renvoie
au château habité d'échos précis
plus que ta voix ramastique

Le coup de grâce :

Ibid., p. 84. a écrit:
Le ventilateur a lâché ses hélices sur mon visage
personne n'a parlé
de la fenêtre napolitaine
en paysan étoilé
le beau sourire de l'hyène

l'oxygène du passé reviendra sur ta selle
revivre

Annie Lafleur m'a convaincu à la lumière de ce recueil qu'il fallait que je la lise inlassablement. Heureusement, il y a tant de poètes avec qui partager sa solitude de poète.

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Annie Lafleur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Annie Lemoine.
» Les aventures d'Annie et Maïté
» Bon Anniversaire Annie
» Annie Girardot et la Normandie.
» Je me présente Annie Gendron

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Poésie (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: