Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Kiran Desai [Inde]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
domreader
Zen littéraire
avatar

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Kiran Desai [Inde]   Sam 22 Sep 2007 - 17:33



Je ne sais pas où poster pour cette auteure d'origine indienne, qui a fait en partie ses études aux USA et y vit et vient d'obtenir un prix littéraire anglais... scratch Anyway...

Kiran Desai est née en Inde en 1971, elle a vécu à Delhi jusqu’à 14 ans, puis a passé une année en Angleterre avant que sa famille ne s’installe aux USA où elle termine alors ses études. Elle participe alors à un atelier d’écriture dans le cade de l’université de Columbia et prend un congé sabbatique de 2 ans pour écrire son premier roman ‘Hullabaloo in the Guava Orchard.’ (Le Gourou sur la Branche). Bien que Kiran Desai ne vive plus en Inde depuis l’âge de 14 ans, elle y retourne tous les ans pour rendre visite à sa famille. Sa mère est Anita Desai, elle aussi écrivain, elle enseigne au MIT.

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
domreader
Zen littéraire
avatar

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Kiran Desai [Inde]   Sam 22 Sep 2007 - 17:34

La Perte en heritage
Kiran Desai – Editions des Deux Terres
Booker Prize 2006


Le roman débute avec l’arrivée d’une adolescente indienne, une orpheline appelée Sai, chez son grand-père avec qui elle vient vivre dans un village du nord de l’Inde. Celui-ci est un juge à la retraite, qui avait fait ses études à Cambridge et qui vit maintenant avec son cuisinier et son chien dans le village de Kalimpong du côté indien de l’Himalaya. Sai s’entiche de son tuteur de mathématiques, Gyan qui l’abandonnera un peu plus tard pour se consacrer exclusivement à la rebellion conduite par un groupe népalais pour l’indépendance. La vie privilégiée de Sai n’est plus en accord avec ses convictions révolutionnaires. En parallèle de cette histoire, K. Desai nous emmène à New York suivre la vie de Biju, le fils du cuisinier qui a émigré à New York de façon illégale et passe le plus clair de son temps à survivre et à échapper aux autorités.

Je n’ai pas adoré ce livre, mais je l’ai trouvé vraiment attachant et il est resté avec moi longtemps après que je l’ai terminé. D’autre part, je pense que Kiran Desai a un vrai talent littéraire. C’est un livre dense par la multiplicité des thèmes abordés et que Kiran Desai approche avec un regard incisif, beaucoup de simplicité et d’intelligence.

Pour la plupart, les personnages du livres ont été marqués par la colonisation et la domination économique : le vieux juge indien a fait ses études en Angleterre où il a été méprisé pour revenir ensuite au pays et mépriser à son tour les siens en les trouvant arriérés, ceci qui sera dramatique pour son épouse, à la fin de sa vie il a encore ce type de relation avec son vieux serviteur et cuisinier. Le juge anglophile est maintenant rejeté dans son pays comme un pur produit du colonialisme et un privilégié. Mêmes sentiments doux amers pour d’autres personnages secondaires du livre qui sont à la fois fiers d’avoir un lien privilégié avec l’ancien pays colonisateur, et sont en même temps rejetés, moqués par les autres. Kiran Desai aborde aussi le thème de l’immigration manquée avec Biju, le fils du cuisinier qui ne trouve sa place nulle part aux USA : il est tout d’abord fasciné par les possibilités illimitées qu’il entrevoit à New York puis se rend très vite compte qu’elles ne seront qu’un mirage, et que son existence misérable restera celle d’un paria, d’un sous-homme exploité par d’autres émigrés qui ont su mieux que lui et sans aucun scrupule tirer leur épingle du jeu. A noter aussi, une scène incroyable et pitoyable dans le bureau d’immigration qui doit accorder ses papiers à Biju, scène pendant laquelle il se réduit lui-même au rôle d’animal savant, singeant au mieux les manières ‘occidentales’ pour mériter les Papiers.
Autre thème abordé, celui de la jeunesse pauvre des pays émergents comme l’Inde, jeunesse déchirée entre les feux miroitants du capitalisme, les traditions, le nationalisme et aussi une ignorance crasse qui les fait basculer dans des groupuscules rebelles à l’idéologie incertaine et violente. Ici c’est dans la partie népalaise de l’Inde que cela se passe.

Mais je ne décris ici que le quart des thèmes de ce livre dense, je vous laisserai découvrir les autres. Ce roman est sans conteste un bon livre, mais pour une raison qui m’échappe il ne m’a pas vraiment emballée et je l’ai lu très lentement. Ceci dit, j’avais la même impression à la fin du dernier Booker, celui de Banville et je vois que beaucoup d’autres lecteurs ont été enthousiasmés, alors …J’attends avec impatience d’autres avis !

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kathel
Main aguerrie


Messages : 349
Inscription le : 16/01/2008

MessageSujet: Re: Kiran Desai [Inde]   Mer 22 Juil 2009 - 22:23

La perte en héritage au Livre de Poche depuis mai 2009

Je reviens régulièrement vers la littérature indienne, comme vers celle d’Irlande ou de Scandinavie, avec beaucoup de plaisir… Avec Loin de Chandigarh de Tarun Tejpal l’année dernière, puis Le tigre blanc d'Aravind Adiga et Le livre de Rachel de'Esther David, je n’ai pas été déçue et j’ai donc sorti La perte en héritage des profondeurs de ma PAL !
Le décor est tout de suite posé, les brumes et l’humidité des contreforts de l’Himalaya, qui semblent plus agréables entre les pages d’un livre qu’en réalité, d’ailleurs ! La situation politique, troublée en cette année 1986, est évoquée aussi dès les premières pages, qui voient apparaître les différents personnages : Sai, jeune fille de seize ans recueillie, à la mort de ses parents qu’elle a peu connus, par son grand-père, vieil homme misanthrope qui préfère la compagnie de sa chienne Mutt. Ils sont servis par un cuisinier ou homme à tout faire vivant dans une pauvre cahutte au fond de leur propriété. Ce cuisinier se languit des courtes lettres qu’il reçoit de son fils Biju, immigré clandestin aux Etats-Unis. Quant à Sai, elle reçoit des cours particuliers de Gyan, jeune homme dont elle devient très proche… Par une succession de tableaux assez courts, leurs histoires communes ou individuelles se dessinent.
Les chapitres alternent entre la vie de la communauté de la petite ville de Kalimpong et la solitude et les difficultés d’adaptation de Biju à New York. L’ambivalence est ressentie par les personnages, que ce soit en Inde ou aux Etats-Unis, entre l’envie de s’occidentaliser et une sorte de dégoût pour ceux qui renient leurs origines, même si les manières d’approcher la civilisation occidentale sont nombreuses, ce que le lecteur découvre au fur et à mesure que le roman se déroule.
Ce roman qui oscille entre drame et dérision, entre histoire collective et histoire individuelle, se lit très aisément tout en posant des questions intéressantes : une lecture qui peut convenir tant aux amoureux de l’Inde qu’à ceux qui souhaitent une première approche de cette littérature.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
domreader
Zen littéraire
avatar

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Kiran Desai [Inde]   Jeu 23 Juil 2009 - 14:52

Je suis contente de voir que le fil de Kiran Desai remonte, à ma connaissance elle n'a écrit qu'un seul autre livre 'Hullabaloo in the Guava Orchard' (traduit par Le gourou sur la branche) que j'avais déjà hésité plusieurs fois à acheter chez le libraire...à voir.

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Kiran Desai [Inde]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Kiran Desai [Inde]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Inde, visite du Radjastan
» Cochon d'inde
» Inde : Jyoti Amge - la plus petite fille du monde
» Cochon d'inde, bonne idée ou pas ?
» L'INDE les palais

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature asiatique (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: