Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Max Beerbohm

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Max Beerbohm   Sam 6 Aoû 2016 - 9:33



Sir Henry Maximilian Beerbohm, né le 24 août 1872 à Kensington, Grand Londres et décédé le 20 mai 1956 à Rapallo en Italie, est un homme d'esprit,critique littéraire, écrivain, dandy et caricaturiste britannique. Il était le demi-frère cadet de l'acteur et producteur Herbert Beerbohm Tree et l'oncle d'Iris Tree. Il fit ses études à la Charterhouse School et au Merton College, à Oxford.

Il a été fait chevalier en 1939 par le Roi Georges VI.

Ses dessins et ses pastiches sont fameux pour leur manière de brocarder, généralement sans méchanceté, la prétention, l'affectation et l'inconséquence de ses contemporains les plus en vue.

Ses livres et ses premières de théâtre, quant à eux mêlent la fiction et l’autobiographie, la satire sociale et le fantastique, le pastiche et la facétie. Ils se font aussi le miroir de la vie littéraire londonienne - ses clubs d’écrivains, ses rivalités d’auteurs - à laquelle Beerbohm fut mêlé de près, et qu’il dépeint avec verve. Ses nombreuses références au contexte dans lequel il évoluait ne l'empêchaient pas de verser dans la fantaisie. La mystification est en effet son sujet de prédilection et il se révèlera expert dans l’art d’échafauder des supercheries littéraires ou de bluffer son lecteur avec des contes à dormir debout.

Source : Wikipédia


Sir Max Beerbohm par Sir William Newzam Prior Nicholson, 1905

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Max Beerbohm   Sam 6 Aoû 2016 - 9:33

/
Zuleika Dobson
Citation :
Présentation de l’éditeur
Attirante, séduisante, fascinante… la jeune Zuleika Dobson l’est sans aucune limite. Prestidigitatrice de renommée mondiale, elle parle comme un écrivain fin de siècle et traîne, en vraie femme fatale, autant de bagages que de prétendants. Lorsqu’elle peut enfin rendre visite à son grand-père, recteur d’Oxford, tous les étudiants tombent inévitablement à ses pieds. Malheureusement pour eux, elle ne pourra aimer qu’un homme totalement imperméable à ses charmes… Si bien que tous décident — par dandysme, par amour ou encore par bêtise —, en une macabre contagion, de mourir pour elle.
Histoire d’amour, de suicide collectif et de régates nautiques, cette fantaisie raffinée, magnifiquement écrite, emporte la rigide Oxford et ses acteurs — jeunes hommes transis d’amour, fantômes en colère, dieux calculateurs et statues inquiètes — dans un tourbillon d’extravagances.

En entier, le livre a comme titre Zuleika Dobson; ou, une histoire d'amour à Oxford. C’est l'histoire d’amour la plus extraordinaire que vous pouvez découvrir.

Je pense qu’il y ait vraiment des livres qui ne peuvent être écrits par des auteurs anglais. Personne d’autre n’a cette veine de mélanger humour et tristesse, sarcasme et loufoquerie sans que cela ne manque pas d’un intérêt littéraire.

Zuleika Dobson, publié en 1911, a pris certainement une bonne patine au cours des années, mais cela reste toujours une bonne lecture. Si on sait à quoi s’attendre en ouvrant ces pages, on est prêt à vivre une aventure hors norme.

Jamais rencontré un personnage comme Zuleika Dobson à laquelle le terme de « femme fatale » était si parfaitement donné.

Monsieur Toussaint Louverture a écrit:
Zuleika Dobson est une oeuvre rare et rafraîchissante, exquise réussite d'un écrivain trop méconnu.
Quand on sait que cette maison d’édition se limite à ne publier que trois à quatre livres par an, on peut s’imaginer le degré de soin qu’ils mettent dans leur choix.

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Max Beerbohm
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: