Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 La litterature en politique

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 37
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: La litterature en politique   Mer 31 Aoû 2016 - 22:13

ce n'était pas vraiment orienté littérature remarque, mais en forme de retour historique par des chemins détournés pour une perspective différente.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: La litterature en politique   Mer 31 Aoû 2016 - 22:23

Dreep a écrit:
Churchill n'aurait pas écrit ses livres ? Je pensais que si.

J'exagère sans doute :
Citation :
Jusqu'à présent, les hommes politiques signaient leurs ouvrages de leur seul nom. Winston Churchill a obtenu le prix Nobel de littérature pour des Mémoires qui, on le sait aujourd'hui, ont été en partie rédigés par un collectif d'historiens.
(source : http://www.lexpress.fr/culture/livre/jean-luc-barre-chirac-a-brise-un-tabou_849537.html )
Après, tu me diras qu'il faudrait que l'article cite un peu ses sources. J'étais tombé sur un autre article qui donnait plus de détails (et allait plus loin quant à la proportion écrite par des historiens), mais je ne le retrouve pas. Ce qui semble à peu près sûr, c'est qu'il n'est pas le seul auteur de ses livres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Roderick Usher
Posteur en quête
avatar

Messages : 75
Inscription le : 23/10/2009
Age : 26

MessageSujet: Re: La litterature en politique   Mer 21 Sep 2016 - 14:57

eXPie a écrit:
Dreep a écrit:
Churchill n'aurait pas écrit ses livres ? Je pensais que si.

J'exagère sans doute :
Citation :
Jusqu'à présent, les hommes politiques signaient leurs ouvrages de leur seul nom. Winston Churchill a obtenu le prix Nobel de littérature pour des Mémoires qui, on le sait aujourd'hui, ont été en partie rédigés par un collectif d'historiens.
(source : http://www.lexpress.fr/culture/livre/jean-luc-barre-chirac-a-brise-un-tabou_849537.html )
Après, tu me diras qu'il faudrait que l'article cite un peu ses sources. J'étais tombé sur un autre article qui donnait plus de détails (et allait plus loin quant à la proportion écrite par des historiens), mais je ne le retrouve pas. Ce qui semble à peu près sûr, c'est qu'il n'est pas le seul auteur de ses livres.

On a dit beaucoup de bêtise sur Churchill écrivain et sur son prix nobel de littérature. On dit souvent qu'il a reçut son nobel pour ses mémoires de la seconde guerre mondiale(et de fait la plupart des gens réduisent son œuvre d'écrivain à ces seules mémoires), c'est en grande partie du au fait que le prix lui a été remis durant la publication en plusieurs volumes de cette œuvre, pour autant l'annonce du prix nobel ne mentionne aucunement les fameuse mémoires de la seconde guerre mondiale mais simplement: « pour sa maîtrise de la description historique et biographique ainsi que pour ses discours brillants pour la défense exaltée des valeurs humaines ». Le Nobel entendait récompensé l'ensemble de l’œuvre littéraire de Churchill.

Ces mémoires de guerre sont effectivement un ouvrage qu'il n'a pas écrit seul mais avec une foule d'assistant dont de nombreux historiens. Ce mode de travail tiens en grande partie au fait que Churchill n'entend pas simplement écrire des mémoires personnelles comme dans ses précédentes œuvres autobiographique, mais bien faire œuvre d'historien,  en présentant des faits et non pas simplement une compilation de souvenir, analysé a la fois depuis la position qui a était la sienne (dirigeant d'un pays en guerre) et avec le recul de l'historien. Il s'agissait pour Churchill de se défendre contre certaines critique a son encontre, qui venait notamment du fils de F.D.Roosevelt (qui semble avoir été un personnage légèrement mythomane), d'ou la volonté de donné a ce projet le caractère le plus historique et "objectif" possible sans pour autant sacrifié sa subjectivité . L'ambition de ce projet (et les proportions qu'il va prendre 6 volumes pour l'édition original) l'énorme quantité de document a traité ajouter au fait qu'a l'époque il était encore membre du parlement, chef du parti conservateur et donc de 1945 a 1951 chef de l'opposition, et à nouveau premier ministre de 1951 a 1955; tout ces éléments explique effectivement le fait que Churchill a fait appel a de nombreux collaborateurs qui se sont essentiellement d'un travail de recherche sur archive, de mise en ordre des notes de Churchill (très abondante, Churchill ayant le souci de la postérité, rédigé énormément de mémos et de lettre qu'il conservait précieusement justement pour les utiliser pour la rédaction de ses mémoires) et des documents historique puis faisait un premier travail de rédaction qui était transmis a Churchill qui retravaillait l'ensemble. Donc oui l'auteur de The Second World War est plus un collectif qu'un individu unique. Néanmoins la conception d'ensemble et le ton de l'ouvrage appartiennent a Churchill.

Ça permet souvent en France de comparer De Gaulle et Churchill généralement en défaveur du second, puisque le premier a écrit ses mémoires de guerre seul, sans nègre (rappelons tout de même que De Gaulle a écrit ses mémoires avant son spectaculaire retour de 1958 à une époque ou il est clairement en retrait de la vie politique et ou sa carrière militaire est terminée) il serait un écrivain authentique (et s'en est un, pour que l'on veuille bien se détacher de l'étiquette politique et regarder le texte que l'on a sous les yeux, l'élégance du style, le sens de la formule, le lyrisme occasionnelle et un véritable sens du portrait font de De Gaulle un écrivain au talent assez incontestable) tandis que Churchill ne serait qu'un homme politique certes admirable, mais responsable tout au plus de quelques bons mots et certainement pas un écrivain.

Un exemple avec cette article d'Hérodote.net qui reproduit les clichés habituel comparant Churchill a De Gaulle a l'aune de cette seule œuvre (tout juste trouve-t'on une mention rapide des œuvres de jeunesse). L'article à au moins le mérite citation a l'appui de défendre l'écrivain De Gaulle contre la polémique parfaitement idiote qui avait suivis son inclusion au bac littéraire.
C'est tout de même oublié la masse imposante des écrits de Churchill, the second world war donc, mais également tout ses discours (qu'il semble avoir écrit lui même, c'est en tout cas ce que j'ai toujours pu lire dans tout les articles que j'ai consultés sur le sujet, et ce que semblait dire les spécialiste interrogés dans la grande traversé que France culture a consacré a Churchill il y a quelques années) C'est oublié le fait que Churchill dans le monde anglophone, et ceux bien avant que la seconde guerre mondiale lui ait donnée le statut de légende, était et est toujours considéré comme un trés grand écrivain. L'auteur d'une œuvre qui témoigne d'un véritable gout des mots, d'un amour pour la langue anglaise (amour qu'il évoque lui même dans ses livres), une langue qu'il maitrise parfaitement.
L'oeuvre de Churchill est multiple c'était un journaliste correspondant de guerre, qui s'est d’abord fait pour ses écrits autant que pour ses faits d'armes, il a continué cette activité tout au long de sa carrière politique. Ont été traduit en français les articles qu'il publiait régulièrement dans les années 30 et qui témoigne de sa lucidité face a la menace de l'Allemagne nazi et de son talent d'écrivain, l’intérêt des textes est cependant variable dans la mesure ou ce sont des textes de circonstance qui commente une actualité immédiate (et donc révolu). Outre ces articles de journaliste militaire et de commentateur de la scène internationale, s'ajoute ses discours, et ses livres.
On compte un roman qui n'a pas grande réputation et qui n'est que sa seule incursion dans la fiction, mais on y trouve des biographies très apprécié sur son père ou son ancêtre Marlborough , des ouvrages a mi-chemin entre l'essai historique et l'autobiographie sur certaine des campagnes auxquels il a participé, sa dernière œuvre publié est une œuvre d'historien A History of the English-Speaking Peoples. Sa rédaction s'est étalé sur plusieurs décennies et c'est autant que je le sache un ouvrage que Churchill a écrit seul contrairement a The Second World War. Tout ces ouvrages sont abondamment commenté en anglais tous sont à des degrés divers considéré comme important, et je n'ai jamais lu un commentaire qui remette en cause leur qualité littéraire, et ce n'est pas parce que l'auteur s'appelle Churchill, les réactions contemporaines le prennent au sérieux comme écrivain y compris à des époques ou son éclat politique était vacillant voir au bord de l'extinction. C'est que Churchill gagnait sa vie comme écrivain bien plus que comme militaire et, par la suite, que comme homme politique (les députés anglais cette époque n'était pas forcément bien payé pour cette activité, voir même n'était pas payé du tout jusqu'au début du XX e siècle). Ses principaux revenus provenait de son activité d'écrivain, bien plus que De Gaulle Churchill était un écrivain de profession, il gagnait sa vie par cette activité (bien qu'issu de l'aristocratie il était très dépensier et pas forcément riche).
Il y a ensuite ses œuvres autobiographique qui compte tenus de ses activités sont en partie historique. The World Crisis, ses mémoires de la première guerre mondiale que beaucoup considère comme son chef d’œuvre, sont effectivement remarquable, et si il a fait appel a des tiers pour contrôler l'exactitude de certains fait, et  pour relire l'ensemble des textes, la rédaction est cette fois-ci entièrement son œuvre, de toute façon a l'époque son aura n'était pas tel qu'il pouvait réunir a son service toute une équipe d'historien.
Moi je conseillerais My early life (traduit en français par mes jeunes années), d’abord parce que c'est un chef d’œuvre qui révèle un écrivain remarquable, au style classique mais vif et plein d'humour, et parfois émouvant avec une retenue (pardon toute britannique) que ça soit dans l'évocation de ses relations difficile avec son père, de sa scolarité difficile (des difficultés qu'il semble avoir un peu exagérés) ou la mort de sa "nanny" Mrs Everest.  
Ensuite parce que c'est un ouvrage d'un grand intérêt historique sur au moins deux niveaux: d’abord parce que Churchil entend rendre compte de la transformation de la société britannique de son enfance victorienne ou toutes les choses semblait fixer par une hiérarchie ou chacun était a sa juste place, et le monde tel qu'il le voit a l'aurée du XX é (avec un certain recul l'ouvrage étant publié en 1930) plus démocratique, plus égalitaire (ou du moins traversé par un désir d'égalité plus grand) mais aussi plus incertains, plus dangereux, plus anarchique.
Ensuite justement parce que cette transformation est vue par le prisme d'une subjectivité partie prenante de ce monde hiérarchise et un peu étrange, et éloigné de nous aujourd'hui. On a d'une certaine manière un témoignage de première main, partiale, partiel, très subjectif, contestable et parfois choquant (la vision impérialiste et coloniale de Churchill heurte forcément notre sensibilité contemporaine) mais intéressant justement pour cette raison précise.
En tout cas c'est un livre magnifique, un des plus beau livre de la littérature anglaise du XX e siécle, a lire de préférence en anglais, la traduction ayant tendance a affadir la verve Churchillienne (cela dit Jean Rosenthal a tout de même fait un beau travail) ce qui explique sans doute les jugements parfois sceptique du monde francophone.
En tout cas si Churchill ne mérite pas son prix nobel pour The Second World War, il le mérite pour le reste de son œuvre! Lisez ses articles, lisez My Early Life ou The World Crisis (aussi traduit chez Thallandier) lisez ou relisez ses discours. Churchill était un véritable écrivain et non la majorité de son œuvre n'a pas été écrite par des "nègres littéraire".


Edit:
Pour ceux qui lisent l'anglais, j'ai trouver ce texte: http://www.winstonchurchill.org/support?catid=0&id=2530
ça nuance certains des éléments que je dit plus haut, il semble qu'a partir de The World Crisis, Churchill ait dicté ses livres (il n'est pas le seule a avoir procédé ainsi) et que son ami et chef de cabinet (quand il était ministre) Eddie Marsh ait fait office d'assistant et de relecteur, cela dit ce ne fut pas une collaboration a la Dumas-Maquet et Churchill reste bien le seul auteur de ces textes. Dans tout les cas ça donne l'occasion de lire Churchill dans le texte avec d'assez beaux extraits.


Dernière édition par Roderick Usher le Mer 21 Sep 2016 - 16:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: La litterature en politique   Mer 21 Sep 2016 - 15:56

Merci R.U. !
C' est vrai que les "grands hommes" ne sont souvent vus qu' à travers le prisme déformant des admirateurs ou des contempteurs.
Et dans le cas de Churchill, comme de beaucoup d' autres, -nous memes- il y a plusieurs personnalités, dont les plus cachées sont
invisibles parce que d' ordre privé.

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roderick Usher
Posteur en quête
avatar

Messages : 75
Inscription le : 23/10/2009
Age : 26

MessageSujet: Re: La litterature en politique   Mer 21 Sep 2016 - 16:36

Tout a fait!
En tout cas si je peux donner envie de lire ce remarquable écrivain qu'était Churchill au delà des bons et des formules brillantes que tout le monde connait je serais content.
J'ai longtemps cru moi aussi que le Nobel de Churchill était plus motivé par le désir de récompenser une personnalité extraordinaire (a laquelle il était malgré tout difficile de remettre le prix nobel de la paix) plutôt que l'auteur de mémoire de guerre plus historique que littéraire, mais la découverte de l'oeuvre écrite de Churchill a été une vraie révélation!  Ce type savait vraiment écrire bon sang!

(Pour élargir le sujet au delà de Churchill un homme politique dont j'aurais aimé qu'il écrive ses mémoires c'est Mitterrand, qui avait une vraie culture littéraire et une belle plume quoique l'on puisse penser de lui par ailleurs)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: La litterature en politique   Mer 21 Sep 2016 - 17:46

Roderick Usher a écrit:
Tout a fait!
En tout cas si je peux donner envie de lire ce remarquable écrivain qu'était Churchill au delà des bons et des formules brillantes que tout le monde connait je serais content.
J'ai longtemps cru moi aussi que le Nobel de Churchill était plus motivé par le désir de récompenser une personnalité extraordinaire (a laquelle il était malgré tout difficile de remettre le prix nobel de la paix) plutôt que l'auteur de mémoire de guerre plus historique que littéraire, mais la découverte de l'oeuvre écrite de Churchill a été une vraie révélation!  Ce type savait vraiment écrire bon sang!

(Pour élargir le sujet au delà de Churchill un homme politique dont j'aurais aimé qu'il écrive ses mémoires c'est Mitterrand, qui avait une vraie culture littéraire et une belle plume quoique l'on puisse penser de lui par ailleurs)
Il a quand meme laissé un livre autobiographique, Mes jeunes années. Et aussi ses Mémoires de guerre.
J' ajoute qu' on lui a attribué la paternité d' un roman sulfureux, paru anonymement en 1956, Madame Solario.
En fait on connait à présent le véritable auteur de ce best seller, édité et réédité.
Il s' agit de Gladys Huntington.

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ArenSor
Main aguerrie
avatar

Messages : 516
Inscription le : 16/11/2014

MessageSujet: Re: La litterature en politique   Mer 21 Sep 2016 - 19:23

Merci Roderick pour cette analyse sur l'oeuvre écrit de Churchill, personnage important, mais que je connais mal sur son versant littéraire. Je me promets toujours de lire ses mémoires sur la 1ère guerre mondiale.
En ce qui concerne Mitterrand, dont on peut regretter l'absence de "Mémoires", les éditions Gallimard avaient une excellente collection intitulée "30 journées qui ont fait le France", le volume sur le 2 décembre et le coup d'état de Louis Napoléon Bonaparte avait été confié à Mitterrand. Bien sûr, il n'a jamais vu le jour. Dommage !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La litterature en politique   

Revenir en haut Aller en bas
 
La litterature en politique
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Le Politique selon Platon
» Fils de politique méritocratie
» Approche socio-politique de l'Asie musulman
» [Politique] Géorgie - Russie - Osséties - Abkhazie- Kosovo
» Plus d'infrastructures pour les SDF/ Réquisition des logements vides/Réelle politique d'insection

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature non romanesque (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: