Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 LC Vercors

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: LC Vercors   Jeu 13 Oct 2016 - 9:46

je crois que c'est en effet un recueil de nouvelles

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: LC Vercors   Jeu 13 Oct 2016 - 12:42

Oui, la version poche en tout cas du Silence de la mer c'est le Silence de la mer accompagné de 2 ou 3 autres nouvelles.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: LC Vercors   Jeu 13 Oct 2016 - 14:29

merci de la confirmation

à tantôt

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: LC Vercors   Dim 16 Oct 2016 - 13:29

Le silence de la mer

Première impression très forte sur l'ensemble des nouvelles, d'ailleurs la première (Le silence de la mer) est peut-être la plus douce du recueil, la moins violente et du coup je trouve que c'est une très bonne idée d'avoir ajouté d'autres récits plus 'justiciers' pour comprendre la position de Vercors.

Je vais m'attarder un moment sur Le silence de la mer. D'abord pour souligner que je n'ai pas compris le titre, pas compris le rapport à la mer (les profondeurs marines sont silencieuses, certes, mais elles n'ont pas beaucoup de rapport avec le texte, je trouve).

Ceci dit, Vercors dans ce texte semble vouloir renverser les schémas habituels de la pensée sur la guerre et sur l'occupation. Car finalement, le silence de l'oncle et de sa nièce, ce silence obstiné, désigne une barbarie qui se heurte à l'humanisme de l'officier allemand. Le patriote français en renonçant à la parole, renonce à l'Esprit, à la Culture, à l'Excellence de la pensée et confie à l'officier nazi le trésor de la délicatesse, de l'élégance et de l'honneur.

Et cet hymne à la francophilie proférer par von Ebrennac (dont le nom rappelle qu'il n'est pas forcément allemand de pure souche) ouvre aussi à une réflexion sur la 'barbarie allemande' avec cette réponse étrange contenue dans la petite histoire de l'officier qui en Allemagne fréquentait une jeune fille de bonne famille, bien éduquée, aimant la nature et près de laquelle il découvrait une poésie de la nature reposante et languide. Jusqu'au jour où la petite allemande saisissant un moustique s'amuse à lui arracher les pattes une à une, avec la joie enfantine d'une vengeance soulagée. L'Allemagne est donc cela, dit von Ebrennac, à la fois Goethe et Beethoven mais aussi sauvage, sujette aux enfantillages et aux actes violents. C'est une explication comme une autre de la barbarie et de la culture, qui pourrait aussi bien définir d'autres peuples...

Et justement, à la lecture des autres nouvelles de Vercors, j'ai vraiment eu l'impression qu'il éprouvait un certain respect pour les allemands, leur culture et leur francophilie (la plupart des personnages allemands sont plutôt des alliés que de véritables ennemis) ; en revanche on peut deviner une rage, une colère, une hargne bien réelle contre les français eux-mêmes, les pétainistes, les collabos, les gendarmes, les dénonciateurs, les politiciens, les industriels, ceux qui ont vendu la France pour leur seul petit profit.

Pour finir, il faut peut-être dire un mot sur le style de Vercors assez dépuratif et en même temps quelque fois 'grandiloquent' (je reprends le mot de Bellonzo) qui peut paraître un peu lourd. Cependant, les thèmes abordés le sont avec finesse et remettent en perspective l'idée de patriotisme, d'honneur et de résistance. De quoi réfléchir longuement.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: LC Vercors   Dim 16 Oct 2016 - 16:50

j'ai lu aussi d'une traite toutes les nouvelles et l'intéressante postface.

Je me suis aussi posé la question sur le titre le silence de la mer , pourquoi la mer ?  parce que ce qui vit dans la mer ne parle pas ?

Personnellement je vois mal comment sans avoir le sentiment de "collaborer" l'oncle et la nièce pourrait discuter du temps, de littérature....., mais l'expression  de leurs pensées montre bien la difficulté de la situation, et combien ils reconnaissent  les qualités de l'homme. Toutefois il reste un soldat ennemi et exigeant :

"Je suis heureux d'avoir trouvé ici un vieil homme digne. Et une demoiselle silencieuse. Il faudra vaincre ce silence. Il faudra vaincre le silence de la France. Cela me plaît."

“Maintenant j’ai besoin de la France. Mais je demande beaucoup : je demande qu’elle m’accueille. Ce n’est rien, être chez elle comme un étranger, — un voyageur ou un conquérant. Elle ne donne rien alors, — car on ne peut rien lui prendre. Sa richesse, sa haute richesse, on ne peut la conquérir.”

L' expression de la jeune fille est celle de ses mains, elle coud, elle brode, elle occupe le silence.

Le silence règne dans la maison, même entre l'Oncle et la nièce il y a très peu de paroles.

L'oncle quant à lui la suit, mais nous voyons bien sa sensibilité : “C’est peut-être inhumain de lui refuser l’obole d’un seul mot.” “Je ne puis sans souffrir offenser un homme, fût-il mon ennemi.”




Ce silence c'est la première phase de la Résistance.

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche


Dernière édition par Bédoulène le Mer 19 Oct 2016 - 10:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: LC Vercors   Lun 17 Oct 2016 - 10:16

Oui, il y a tout une réflexion autour de la conquête, de la domination, de la force comme si la France était une femme à soumettre mais qu'il était impossible de la réduire totalement.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: LC Vercors   Lun 17 Oct 2016 - 22:50

Il y a peut-être un goût du paradoxe chez Vercors, ou du paradoxe comme outil de logique et de questionnement. je me dis que son allemand aimable est entre autres choses une manière de ne pas jouer sur une haine ou hostilité de principe. Peut-être aussi une façon de mettre en scène, et en en choisissant les meilleurs aspects, les tendances ou discours de "rapprochement culturels". Bref une manière de dégager au mieux le problème d'une acceptation vue comme impossible. Autrement une façon de jouer des contrastes pour évoquer le pire sans avoir à en employer le vocabulaire.

La mer peut-être parce qu'on ne la domine et comprend jamais vraiment ?

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: LC Vercors   Mar 18 Oct 2016 - 11:04

Je suis complètement d'accord avec ton analyse animal à propos de l'utilisation des paradoxes, cela pose en biais la question de la victime et du bourreau et demande au lecteur d'envisager un retournement des idées reçues (le nazi est une brute et le français un soumis) ; d'ailleurs la décision finale pleine de noblesse de von Ebrennac renvoie une nouvelle fois à cette idée que l'officier allemand est sans doute un être plus 'pur', plus remarquable par son idéologie (qui préfigure presque le rapprochement des pays au sein de la communauté européenne) que ce qu'on attend 'traditionnellement' d'un nazi. Ce qui m'amène à m'interroger sur un hypothétique pan-européanisme comparé à ce que je lis sur le pan-indianisme ou le panaméricanisme, par exemple. On pourrait croire à une projection de l'Histoire mais j'ai été très étonnée de lire les dates de parutions de certaines nouvelles qui en disent beaucoup sur ce que les français savaient de la déportation, sur leur volontaire aveuglement, sur l'idée que Pétain n'autoriserait jamais les lois anti-juives... cet aspect de Vercors m'a vraiment beaucoup intéressée.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: LC Vercors   Mar 18 Oct 2016 - 11:39

shanidar a écrit:
Je suis complètement d'accord avec ton analyse animal à propos de l'utilisation des paradoxes, cela pose en biais la question de la victime et du bourreau et demande au lecteur d'envisager un retournement des idées reçues (le nazi est une brute et le français un soumis) ; d'ailleurs la décision finale pleine de noblesse de von Ebrennac renvoie une nouvelle fois à cette idée que l'officier allemand est sans doute un être plus 'pur', plus remarquable par son idéologie (qui préfigure presque le rapprochement des pays au sein de la communauté européenne) que ce qu'on attend 'traditionnellement' d'un nazi. Ce qui m'amène à m'interroger sur un hypothétique pan-européanisme comparé à ce que je lis sur le pan-indianisme ou le panaméricanisme, par exemple. On pourrait croire à une projection de l'Histoire mais j'ai été très étonnée de lire les dates de parutions de certaines nouvelles qui en disent beaucoup sur ce que les français savaient de la déportation, sur leur volontaire aveuglement, sur l'idée que Pétain n'autoriserait jamais les lois anti-juives... cet aspect de Vercors m'a vraiment beaucoup intéressée.


je crois qu'il faut voir Ebrennac comme un soldat allemand mais pas un nazi avec la nature péjorative qui y est attachée, non ?

tu as raison de souligner le "volontaire aveuglement" des français (de la majorité du moins) ou la franche acceptation de ces lois quand elles parurent (et pour certaines avant que les allemands ne les dictent)


_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: LC Vercors   Mar 18 Oct 2016 - 12:03

Je crois que c'est justement le problème de von Ebrennac, il appartient à une armée, un pays, il est officier mais ne cautionne pas l'idéologie nazie. Il est prisonnier malgré lui de son système de penser et d'agir, il ne peut en échapper qu'en s'offrant à la mort. A partir du moment où il met en question les convictions de ses 'collègues' et amis (anciens amis) il perd son statut de dignitaire de l'armée, il est un traître, c'est je crois, ce qu'il exprime dans sa dernière 'conversation' avec l'oncle et la nièce : où est son devoir ? trahir l'armée et son pays ou se trahir lui-même ? plutôt mourir (pour son pays).

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quasimodo
Main aguerrie
avatar

Messages : 402
Inscription le : 29/05/2016
Age : 22
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: LC Vercors   Ven 21 Oct 2016 - 17:57

J'ai seulement lu la nouvelle Le silence de la mer pour l'instant.

Je crois que le titre s'explique par cette phrase :

"sous les silences d'antan, - comme, sous la calme surface des eaux, la mêlée des bêtes dans la mer, - je sentais bien grouiller la vie sous-marine des sentiments cachés, des désirs et des pensées qui se nient et qui luttent".

J'ai lu vos analyses avec beaucoup d'intérêt, j'attends d'avancer dans les nouvelles pour venir en dire un peu plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: LC Vercors   Ven 21 Oct 2016 - 20:29

ah! mais bien sur ! sourire

on peut discuter sur chaque nouvelle non ?

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ArturoBandini
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2748
Inscription le : 05/03/2015
Age : 31
Localisation : Aix-en-Provence

MessageSujet: Re: LC Vercors   Dim 23 Oct 2016 - 18:08

J'ai lu également le Silence de la mer.
Finalement, je crois que le silence parle plus que les mots dans cette nouvelle ... zen

_________________
Sois le changement que tu veux voir dans le monde. Gandhi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LC Vercors   Lun 28 Nov 2016 - 18:19

Quasimodo a écrit:

"sous les silences d'antan, - comme, sous la calme surface des eaux, la mêlée des bêtes dans la mer, - je sentais bien grouiller la vie sous-marine des sentiments cachés, des désirs et des pensées qui se nient et qui luttent".


yep, je rejoins Quasimodo pour cette explication du titre. j'ai presque finis de lire Le silence de la mer.
J'aime beaucoup.
A bientôt pour davantage de compte rendu.Mais sur le fil principal
Revenir en haut Aller en bas
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: LC Vercors   Lun 28 Nov 2016 - 18:23

moi j'aime bien papoter sur les fils de la LC sourire

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LC Vercors   

Revenir en haut Aller en bas
 
LC Vercors
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Maillé, Argenton-sur-Creuse, Vassieux-en-Vercors: les massacres .
» VERCORS (1946-1964) : ce qu'il faut avoir lu ou vu
» le 2 novembre
» Ouvrage : La vie inimitable. Dans les maquis du Trièves et du Vercors en 1943 et 1944
» Accident MCR4S Andernos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Café littéraire. :: Nos lectures en commun-
Sauter vers: