Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Forough Farrokhzad [Iran]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Forough Farrokhzad [Iran]   Dim 18 Sep 2016 - 20:46



Forough Farrokhzad, la modernité iranienne

"Forough Farrokhzad est née à Téhéran en 1935 et morte accidentellement en 1967. Elle publie 3 premiers livres de facture classique, La Captive (1955), Le Mur (1956), La Rébellion (1958) qui choquent cependant parce qu'ils affirment déjà qu'elle veut « être le cri de sa propre existence. ». Après un divorce et l'éloignement forcé de son enfant, à 27 ans, en 1962, elle réalise un film intitulé "Khane siah ast" (La maison est noire) dans la léproserie de Baba Baghi, près de Tabriz, et adopte le fils d'un couple de lépreux. Avec la publication de Une autre naissance (1964), sans doute son œuvre la plus importante, et Ayons foi en l’approche de la saison ‎froide (posthume), elle affirme sa modernité et se libère de la tradition poétique iranienne.

Forough Farrokhzad est une des plus belles voix de la poésie iranienne. Sa vie même, - autant que son œuvre -, l'a rendue célèbre. C'est la première poétesse iranienne contemporaine à s'exprimer en tant que femme avec le courage que cela implique."

La Pierre et le sel.

Je viens de découvrir cette poète iranienne. Et je suis frappé par sa modernité et meme son actualité brulante.
Son courage et sa sincérité étonnants. Sa solitude en tant que poète, en tant qu' etre humain et femme.
La beauté de sa poésie. B

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz


Dernière édition par bix229 le Dim 18 Sep 2016 - 20:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Forough Farrokhzad [Iran]   Dim 18 Sep 2016 - 20:51

Le mur
Quand viennent ces moments brefs et froids,
tes yeux sauvages, silencieux, lèvent un mur autour de moi

Je fuis sur les chemins perdus
jusqu’à ce que des champs paraissent sous la poussière de la lune
jusqu'à ce que nous ne fassions qu'un dans les sources de lumière
jusqu'à la brume chamarrée des chaudes matinées d'été

Je fuis jusqu'à ce que ma robe déborde de lys du désert
jusqu'à ce que nous entendions tous deux
le coq qui appelle depuis le toit du villageois
jusqu'à ce que de tout son poids mon pieds foule l'herbe du désert
ou que je m'y désaltère de rosée froide

jusqu'à ce que sur une grève vide
du haut de ses rochers perdus dans l'ombre nébuleuse,
j'échappe aux choréographies des tempêtes sur la mer

jusqu'à ce qu'en un soir lointain,
- comme les pigeons sauvages,
j'entreprenne le parcours des champs, du ciel, des montagnes

jusqu'à ce que les oiseaux du désert
crient de joie d’entre les broussailles sèches

je t'échappe pour que - loin de toi
je trouve le chant de l’espoir, ainsi que tout ce qu’il contient
mais avec leur cris éteint tes yeux me brouillent le chemin
vers la pesante grille d'or qui conduit au palais des songes,
levant un mur autour de moi, comme la destinée d'un jour,
au plus fort de son mystère

j'échappe à l'envoûtement des victimes hésitantes,
je me défais comme le parfum de la fleur coloriée des songes,
m’agrippe à l'onde des cheveux de la nuit dans le zéphyr,
m'en vais accoster le soleil

dans un monde qu'un confort perpétuel a endormi
je trébuche avec douceur sur un nuage doré,
la lumière lance ses griffes au travers du ciel égayé,
en une harmonieuse esquisse

C'est de cet endroit-là qu'heureuse et libre,
je fixe mes yeux sur un monde où le sortilège
de ton regard construit un lien avec un regard confus

Un monde où tes yeux envoûtants,
au plus fort de leur mystère,
lèvent un mur sur leur secret

Forough Farrokhzâd -

traduit du persan par Sylvie M. Miller
http://lalapostings.blogspot.com/

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Forough Farrokhzad [Iran]   Dim 18 Sep 2016 - 20:55

Renaissance
Tout mon être est un hélas sombre
qui te porte en soi et te répète, lancinant
vers l'aube où poussent les bourgeons
éclos de l'éternité

En cet hélas,moi, je t'ai soupiré,
Ah! Soupiré, soupiré tant,
que je t'ai greffé à l'arbre à l'eau au feu

La vie peut être est une rue longue
où passe chaque jour une femme avec un panier;
la vie peut être est une corde
sur la branche où l'homme se pend;
la vie peut être est un enfant
qui rentre de l'école à pieds;
la vie peut être est cet instant où deux amants consumés
brûlent une cigarette;
ou le passe-droit étourdi d'un passant qui salue l'autre
d'un sourire vide et du chapeau;
ou bien encore ce moment hermétique où mon regard
s'éffondre en écoutant tes yeux;
et dans cet étourdissement que donne une impression de lune
et de soleil en même temps

Dans une chambre ramenée aux dimensions d'une solitude,
mon coeur, à l'échelle de l'amour,
contemple les prétextes simples qui lui donnent son bonheur
comme la beauté déclinante de fleurs coupées dans un vase
comme la graine que tu plantas dans le parterre du jardin
comme le chant des canaris aux mesures d'une fenêtre

Ah! Voici ma destinée,
Voici ce qu'est ma destinée...
Ma destinée est un ciel
qu'un nouveau rideau posé, m'enlèvera
Ma destinée est la descente d'escaliers abandonnés
pour y dénicher une chose imputréscible et révolue
Ma destinée est ce parcours endeuillé dans les allées
du jardin de ma mémoire et la nostalgie d'un râle qui me dit
"j'aime tes mains"

J'enfouis mes mains dans le jardin pour y grandir
et je suis sure,sure que je grandirai
et qu'entre mes doigts tachés d'encre
les hirondelles feront leurs nids
Je prends comme pendants d'oreilles
des cerises rouges assorties
je colle aux ongles de mes doigts
des pétales de dahlias

Il existe une ruelle, où mes amoureux, encore, rêvent,
toujours échevelés, avec leur cou effilé,
leurs jambes dégingandées,
du rire candide d'une enfant
qu'un soir le vent a emportée
Il existe, une ruelle, dans les quartiers de mon enfance,
que mon coeur leur a volée

Le voyage donne sa forme à la ligne sèche du temps
Qui, stérile, n'est engrossée que dans le reflet d'un miroir
Et c'est pourquoi, un être meurt
Et un autre reste vivant

Aucun pêcheur ne trouvera de perle
dans un ruisseau qui se jette dans un fossé

Je connais une petite fée triste,
dans un océan qui sans faire de bruit
raconte son coeur, en jouant du luth
Une petite fée triste qui
La nuit périt dans un baiser
Et renaît d'un baiser, dans l'aube

Poème de Forough Farrokhzad

traduit du persan par Sylvie M. Miller
http://lalapostings.blogspot.com/

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Forough Farrokhzad [Iran]   Dim 18 Sep 2016 - 21:09


Forough Farrokhzad est à première vue peu traduite en français. Ce qui, compte tenu de la situation de la poésie, n' est pas vraiment
étonnant.
Pour ceux qui s' interesseraient à elle, j' ai trouvé un livre qui me semble etre une bonne introduction à son oeuvre.

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 36

MessageSujet: Re: Forough Farrokhzad [Iran]   Dim 18 Sep 2016 - 22:56

Merci d'avoir attiré notre attention sur son cas, Bix.

J'en ai repéré un autre. Il faut dire que le thème ne m'est pas tellement étranger non plus...

Citation :
«Révolte»

Ne scelle pas mes lèvres au cadenas du silence
Car j'ai dans le cœur une histoire irracontée
Délivre mes pieds de ces fers qui les retiennent
Car cette passion m'a bouleversée

Viens, homme, viens, égoïste
Viens ouvrir les portes de la cage
Toute une vie, tu m'as voulue en prison
Dans le souffle de cet instant, enfin, délivre-moi

Je suis l'oiseau, cet oiseau qui depuis longtemps
Songe à prendre son envol
Mon chant s'est fait plainte dans ma poitrine serrée
Et dans les désirs, ma vie a reflué

Ne scelle pas mes lèvres au cadenas du silence
Car il me faut dire mes secrets
Et que je fasse entendre au monde entier
Le crépitement enflammé de mes chants

Viens, ouvre la porte, que je m'envole
Vers le ciel limpide du poème
Si tu me laisses m'envoler
Je me ferai rose à la roseraie du poème

Mes lèvres sucrées par tes baisers
Mon corps parfumé à ton corps
Mon regard avec ses étincelles cachées
Mon cœur plaintif, par toi rougi

Mais ô homme, homme égoïste
Ne dis pas c'est une honte, que mon poème est honteux
Pour ceux dont le cœur est enfiévré, le sais-tu,
L'espace de cette cage est étroite, si étroite ?



Ne dis pas que mon poème était péché tout entier
De cette honte, de ce péché, laisse-moi ma part
Je te laisse le paradis, ses houris et ses sources
Toi, laisse-moi un abri au cœur de l'enfer

Livre, intimité, poème, silence
Voilà pour moi, les sources de l'ivresse
Qu'importe de n'avoir pas voie au paradis
Puisqu'en mon cœur est un paradis éternel !

Lorsque dans la nuit, la lune danse en silence
Dans le ciel confus et éteint
Toi, tu dors et moi, ivre de désirs inassouvis
Je prends contre moi le corps du clair de lune

La brise m'a déjà pris des milliers de baisers
Et j'ai mille fois embrassé le soleil
Dans cette prison dont tu étais le geôlier
Une nuit, au profond de mon être un baiser me fit vaciller

Rejette loin de toi l'illusion de l'honneur, homme
Car ma honte m'est jouissance ivre
Et je sais que Dieu me pardonnera
Car il a donné au poète un cœur fou



Viens, ouvre la porte, que je déploie mes ailes
Vers le ciel limpide du poème
Si tu me laissais m'envoler
Je me ferais rose à la roseraie du poème

In Côté femmes d'un poème l'autre, © Espace-libre, 2010

Tiré de : http://pierresel.typepad.fr/la-pierre-et-le-sel/2011/12/forough-farrokhzad-la-modernit%C3%A9-iranienne.html

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 36

MessageSujet: Re: Forough Farrokhzad [Iran]   Dim 18 Sep 2016 - 23:05

Un autre, puisqu'il est important de montrer ce qui peut évoquer en poésie :



 
Citation :
 " Quand ma confiance était pendue à la corde souple de la justice

   Et que dans toute la ville

   On morcelait les cœurs de mes lumières,

   Quand l’on fermait les yeux enfantins de mon amour

   Avec le bandeau noir de la loi

   Et que des temps troublés de mes yeux

   Jaillissait le sang

   Et que dans ma vie

   Il n’y avait rien, rien que le tic-tac de l’horloge

   J’ai compris : il faut, il faut, il faut

   Que j’aime à la folie "
[4]

Tiré de : Hoghoughi, Mohammad, Notre poésie contemporaine 4/ Forough Farokhzad, éd. Negah, Téhéran, 1383, p. 276.

Que nous pouvons retrouver à l'adresse suivante : http://www.teheran.ir/spip.php?article410#gsc.tab=0

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Forough Farrokhzad [Iran]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Forough Farrokhzad [Iran]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Iran
» Selon Wikileaks, Israël aurait déja déjà détruit des infrastructures nucléaires de l’Iran
» Ce qui est interdit en Iran
» Marine chinoise - Chinese navy
» SU-35 Sukhoi, F-35 Lightning, F-22 Raptor

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Poésie (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: