Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Harry Kümel

Aller en bas 
AuteurMessage
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Harry Kümel Empty
MessageSujet: Harry Kümel   Harry Kümel Icon_minitimeMer 28 Sep 2016 - 19:48

Harry Kümel Harry_10

Harry Kümel né à Anvers le 27 janvier 1940, est un réalisateur belge.

Harry Kümel est « Régent de Démonologie et Occultisme » du Collège de 'Pataphysique.

Il est surtout connu pour sa version de Malpertuis, avec Orson Welles et Sylvie Vartan (1972), une adaptation du roman fantastique de Jean Ray.

En 1971, il réalise Les Lèvres rouges, un film d'épouvante stylisé avec Delphine Seyrig dans le rôle d'une vampire lesbienne.

Il est crédité aux génériques de cinq Série rose entre 1986 et 1990. En 1991, il réalise une adaptation du roman Eline Vere, de Louis Couperus.

Il enseigne le cinéma à l'université.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Harry Kümel Empty
MessageSujet: Re: Harry Kümel   Harry Kümel Icon_minitimeMer 28 Sep 2016 - 19:52

Harry Kümel Lyvres10 Les lèvres rouges (1971)

Ce n'est pas un film réussi de bout en bout mais comme il s'agit de mon premier film avec Delphine Seyrig, je vais tenter un commentaire.

Les lèvres rouges est un film de vampires qui se passe en Belgique (Ostende et Bruges, principalement) au début des années 70 et qui raconte un épisode fictif de la vie de la comtesse sanglante, alias Erzsébet Bathory.

Soutenu par un bande originale (François de Roubaix) qui colle parfaitement au rythme du film, celui-ci ce déroule entre l'amour voluptueux d'un jeune couple fraîchement marié et l'arrivée sulfureuse d'un couple de femmes atemporel. L'hôtel est vide et manifestement le jeune homme ment à sa jeune épousée. Ce qui est intéressant c'est justement que Kümel a choisi de donner à son personnage masculin, jeune anglais, un caractère trouble, angoissant, voire pervers qui effraie sa compagne et l'amène dans les bras de la comtesse, bien plus sûrement que les tentatives, parfaitement effrayantes, de cette même comtesse.

Si l'aventure peut sembler cousue de fil blanc, il n'en reste pas moins que la présence incroyablement hypnotique de Delphine Seyrig et le jeu trouble de John Karlen donne une vraie consistance à l'intrigue. Grâce à une modulation très efficace de sa voix, capable d'être tour à tour enjôleuse ou directive, Seyrig, enflamme le film et l'imagination du spectateur. Avec peu de moyens spectaculaires mais une lisibilité sauvageonne, Kümel parvient à donner au film une touche très personnelle et intime.

Les images figées par l'obscurité de l'hôtel d'Ostende, dans lequel le principal de l'intrigue se joue, ne force pas le trait d'un endroit qui serait pas nature effrayant, mais son aspect solide et solitaire, son imposante façade lui confère une massivité, une noblesse, une atemporalité qui convient parfaitement aux desseins de la comtesse.

Les costumes, dont les couleurs extrêmement basiques (rouge, blanc, noir) rappellent le traitement qu'en fait Peter Greenaway dans Le cuisinier, le voleur, sa femme et son amant, parviennent à retenir la rétine dans une fixité qui éclabousse et le lamé argent que revêt la comtesse pour son dernier dîner en compagnie des deux jeunes mariés, imprègne longtemps l'imaginaire ; tout comme les légères taches de couleur (le vert-bleu sirupeux d'un verre, le rouge sanglant des ongles peints sur la blancheur d'une paume, la blondeur des chevelures dans la nuit noire, un foulard déposé sur une lampe Gallé), on sent que le réalisateur n'a pas voulu en faire des tonnes, qu'il choisit même parfois quelques subtilités pour éviter le film de genre.

Il faut enfin noter la valeur des seconds rôles, l'écervelée et la servante, le portier et le flic retraité, qui tous, à leur manière, donnent au film malgré leur présence attendue, une nuance elliptique souvent fascinante.

Au final, un chouette film, dont je retiens surtout l'ambiance et qui me donne envie de me plonger plus consciencieusement sur la carrière de Delphine Seyrig.


On remarquera au passage, la présence au générique d'une certaine Françoise Hardy, créditée à la direction artistique.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Harry Kümel
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 1st Lieutenant Harry F Welsh
» Barilla
» -> à propos du monde magique.
» GINNY WEASLEY| " Tu es vraiment bete ou tu le fait expret ? "
» -> until the verry end (harry)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Images et sons :: Cinéma, télévision et radio :: Réalisateurs-
Sauter vers: