Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Jack Finney

Aller en bas 
AuteurMessage
Casus Belli
Posteur en quête
Casus Belli

Messages : 91
Inscription le : 26/12/2014
Localisation : Eure-et-Loir

Jack Finney Empty
MessageSujet: Jack Finney   Jack Finney Icon_minitimeSam 19 Nov 2016 - 12:47

Jack Finney 87404210

Jack Finney, né le 2 octobre 1911 à Milwaukee dans le Wisconsin et mort le 14 novembre 1995 (à 84 ans) à Greenbrae en Californie, est un auteur de science-fiction et de thrillers américain.

THE BODY SNATCHERS

Elles sont parmi nous.

* * *

Un jour, le docteur Miles Bennell reçoit la visite de son amie d'enfance Becky Driscoll ; cette dernière s'inquiète parce que son amie Wilma Lentz prétend que son oncle n'est plus son oncle. Quelque chose a changé en lui, et il n'est plus ce qu'il était. Mais quoi au juste, a changé ? Eh bien il se comporte comme avant, a les mêmes habitudes, le même physique, etc. ; apparemment, il est toujours le même. Pourtant Wilma affirme que non. Miles Bennell pense alors que Wilma devrait aller consulter un spécialiste, son ami Manfred Kaufman.

Ainsi commence le roman, sur la suspicion que quelqu'un n'est plus lui-même. La paranoïa s'installe.

Mais les choses vont se compliquer lorsque le docteur Miles Bennell va recevoir la visite de plusieurs personnes qui affirmeront qu'un proche n'est plus ce qu'il / elle était. En fait, la personne changée s'exprime comme avant, seulement c'est comme si elle n'avait plus d'émotion.

Plus tard, le docteur Miles Bennell et son ami Becky Driscoll sont demandés par Jack Belisec, car il a quelque chose à leur montrer. Arrivés chez eux, Jack et sa femme Theodora montrent ce qu'ils ont trouvé chez eux dans un vieux placard : un corps sans vie. Ce dernier semble inachevé, car il n'est ni vivant - il ne bouge pas, n'a pas de pouls -, ni mort, il n'est pas froid comme un cadavre. Miles Bennell inspecte le corps, et avec un tampon encreur il révèle qu'il n'a aucune empreinte digitale. C'est comme si le corps était au milieu d'un processus de transformation. Mais en quoi ?

Plus tard, après avoir raccompagné Becky chez elle, il appelle le docteur Kaufman. Miles reçoit la visite de Jack et sa femme Theodora. Ce qu'elle a vu l'a effrayé. Pris de panique, Miles se rend chez son amie Becky, et découvre dans un placard un corps inachevé, avec les traits de Becky Driscoll. Il va chercher Becky dans sa chambre, elle est encore endormie, et la ramène chez lui.
Avec le docteur Kaufman, ils décident de retourner chez les Belisecs. Problème : le corps, qui n'était ni vivant ni mort, n'y est plus. Il a disparu.

Le docteur Kaufman leur fait part alors de sa théorie : ils vivent une hallucination collective, une hystérie collective ; et prend pour exemple des cas dans l'histoire où des personnes ont cru à certains événements, avec de se rendre compte que ce n'était pas réel, qu'elles étaient émotionnellement conditionnées. Le docteur Kaufman convainc l'assemblée.

À ce point du récit, la paranoïa règne : ont-ils vu ou halluciné ? Est-ce qu'il est possible qu'une ville entière soit victime d'une hystérie collective ? Ou bien quelque chose est-il vraiment en train de remplacer un par un les habitants ? Le docteur Kaufman sème le doute.

On apprendra par la suite, que des cosses géantes, des sortes de graine se transforment en humain, en prenant les traits de l'humain endormi le plus proche d'elles. C'est en fait pendant le sommeil qu'elles absorbent l'énergie vitale, et se transforment lentement, mais sûrement. L'original, vidé de substance, tombe alors en poussière. La transformation est indolore, les sujets ne s'en rendent même pas compte. Seulement voilà, le double créé ne ressent plus aucune émotion, tout lui est indifférent, il ne ressent plus rien, est inapte à faire l'amour, n'a plus de créativité et n'a une durée de vie maximale de 5 ans.

* * *

IDENTITE DE L'ETRE HUMAIN
Profondément, le roman pose la question de ce qui nous rend humain. Est-ce que les doubles créés par les plantes sont humains ? Notre émotivité est - elle essentielle au fonctionnement de notre société ? Le roman pointe du doigt que l'absence d'émotions nous rendrait étranger à l'humanité ; nous ne serions plus "nous-mêmes". Ce qui fait qu'une ville vit, s'agite, s'anime, c'est l'émotivité de ses habitants.

Prenant le contre-pied des histoires d'extraterrestres où ces derniers ressemblent aux humains, envahissent la terre de façon violente, Jack Finney propose une invasion insidieuse, "en douceur", lente et pacifique, par des organismes d'origine végétale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arts-narratifs.forumgratuit.org/
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Jack Finney Empty
MessageSujet: Re: Jack Finney   Jack Finney Icon_minitimeDim 20 Nov 2016 - 15:41

Ah oui, j'ai vu plusieurs adaptations du livre, à commencer par la plus célèbre, celle de Don Siegel.
Si j'en crois ce que tu as écrit, le livre a aussi de l'intérêt, donc. Je me le note...

Merci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Hanta
Agilité postale
Hanta

Messages : 723
Inscription le : 04/07/2014
Localisation : Vitrolles

Jack Finney Empty
MessageSujet: Re: Jack Finney   Jack Finney Icon_minitimeDim 20 Nov 2016 - 17:09

Le livre est agréable à lire oui, même si j'ai préféré les maîtres du monde de Robert Heinlein.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Casus Belli
Posteur en quête
Casus Belli

Messages : 91
Inscription le : 26/12/2014
Localisation : Eure-et-Loir

Jack Finney Empty
MessageSujet: Re: Jack Finney   Jack Finney Icon_minitimeDim 20 Nov 2016 - 21:09

Dans The Body snatchers, c'est surtout la note philosophique qui m'interpelle : qu'est-ce qui fait de nous des êtres humains ? Est-ce qu'il y a cette résonance dans les Maîtres du Monde de Heinlein ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arts-narratifs.forumgratuit.org/
Hanta
Agilité postale
Hanta

Messages : 723
Inscription le : 04/07/2014
Localisation : Vitrolles

Jack Finney Empty
MessageSujet: Re: Jack Finney   Jack Finney Icon_minitimeDim 20 Nov 2016 - 21:12

Oui tout à fait. Beaucoup de fans de Science Fiction disent d'ailleurs que Finney s'est beaucoup inspiré d'Heinlein.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Casus Belli
Posteur en quête
Casus Belli

Messages : 91
Inscription le : 26/12/2014
Localisation : Eure-et-Loir

Jack Finney Empty
MessageSujet: Re: Jack Finney   Jack Finney Icon_minitimeMar 22 Nov 2016 - 15:24

Bonjour,

J'ai traduit de l'anglais au français l'introduction de Graham Sleight à The Body Snatchers

Jack Finney (1911-1995) était un écrivain originaire du Wisconsin dont la carrière s'est principalement orientée en dehors du champs de la science-fiction et de la fantaisie, mais reste célèbre pour deux ouvrages au sein de ce genre de littérature. Il a tenté de publier dans des magazines plutôt "lisses" comme Collier's ou The Saturday Evening Post, et c'est ainsi qu'il est parfois considéré comme une sorte d'intrus dans le fantastique. Mais dans ses deux principaux travaux, il fait montre d'une profonde compréhension du potentiel des outils à sa disposition. Le premier est Time and again (1970), une histoire douce-heureuse de voyage dans le temps qui projette ses protagonistes contemporains dans le New-York du 19ième siècle. Il tire sa force de l'attention particulière portée à l'aspect antérieur de la ville, et sa suggestion comme quoi ce serait une communauté où il fait bon y vivre. Le second est The Body Snatchers (1955), qui a été porté à l'écran plusieurs fois. (Les deux, film et livre, ont le titre alternatif de Invasion of the Body Snatchers ; cette édition reproduit le texte original plutôt que l'édition revue par Finney en 1978.) C'est le genre de travail, qui, même si vous ne l'avez pas lu, vous le sentez imprégné dans la culture.
Le postulat de départ est simple. Le narrateur, Dr Miles Bennell, pratique la médecine dans la petite ville de Santa Mira, Californie, en 1953. Dans les premiers chapitres il a introduit l'idée que quelque chose n'allait pas dans cette ville, qu'un de ses résidents - bien que son apparence et son comportement restent parfaitement normal - est en quelque sorte comme un imposteur. Sur la demande d'une ancienne amie, Becky Driscoll, il va à la rencontre de l'homme. À partir de là, lui et Becky commence à investiguer le phénomène, et les conséquences deviennent rapidement hors de contrôle.
Ce rythme, en fait, est une des premières choses qui frappe à propos du livre. Il est acquis assez tôt que le cas rapporté à Bennell dans les premiers chapitres est authentique, et aussitôt après, - une image célèbre - que ces substituions humaines sont en fait d'avérés aliens, se développant à partir de cosses géantes. Mais une fois passé cette révélation, la contagion semble se répandre à la vitesse d'un rêve. (La métaphore de la maladie est appropriée, pas seulement eu égard la profession de Bennell mais par la façon dont ils vivent l'expérience - décrit comme une sorte de maladie.)
Dans les prémisses de cette contagion, apparaît la paranoïa. Si vous ne pouvez plus faire confiance à votre voisin - peu importe le degré de normalité dont ils fait preuve et l'amitié dont il témoigne - alors où êtes-vous ? Si vous ne pouvez dire qui est humain et qui est un alien, sur qui pouvez-vous compter, excepté vous-même ? Et que peuvent dire les gens de vous ? Peu de temps après la découverte des aliens, le livre joue avec l'idée que tous ces phénomènes pourraient être psychologiques, et que Bennell pourrait tout simplement imaginer les choses qu'il a vues. Mais il apparaît évident que cette explication ne permet pas d'élucider tous les faits et que Bennell doit essayer de convaincre les autorités que la menace est réelle. Une fois qu'il connaît le degré de dangerosité de la situation, il se sent nerveux à l'idée même de conduire sa voiture le long de la rue : "j'étais terriblement conscient de la lumière verte du cabriolet que nous conduisions - la voiture de Bennell, comme chacun en ville le sait - et je me demandais si les téléphones n'étaient pas décrochés dans les maisons devant lesquelles nous passions, et si l'atmosphère n'était pas chargée de messages nous concernant."
Je pense que c'est important, aussi, de relever le genre de location dans laquelle a lieu l'histoire, et le rôle de Miles Bennell dans celle-ci. Santa Mira est une petite ville et quand, sur la première page, il regarde en-bas dans la rue depuis son bureau la rue Principale, c'est comme si son regard pouvait englober tout ce qu'il s'y passe. Certainement, en tant que docteur, il a fait partie de beaucoup d'histoires qui se trafiquent ici-bas. Ce qu'il y a de plus terrifiant à propos de cette infestation d'aliens est la façon dont est corrompu cet ensemble de petites histoires qu'ils partagent. Au début du chapitre douze, Bennell parle du terrible fait de voir le lieu où vous êtes né mourir, plus spécialement si vous y avez grandi. Il compare le paysage à ce que la guerre amène, et va même plus loin en personnifiant la ville : "si j'étais un artiste, peignant la façon dont Etta Street m'apparaît, marchant le long avec Betty, je pense que je distordrais les fenêtres des maisons devant lesquelles nous passons. Je les montrerais avec des semi-ombres apparaissant, la tête de chaque ombre se penchant, de façon à ce que la fenêtre apparaisse très opaque, avec des yeux scrutateurs, tranquillement et terriblement conscient de notre présence lorsqu'on passe dans ces rues silencieuses".
Finalement, Bennell finit par découvrir et déduire un peu plus au sujet des aliens, et le livre en arrive à la question de savoir si Santa Mira peut être sauvé, et à quel prix. Bennell et Becky font partie des quelques un qui doivent affronter une foule, et il y a des scènes claires sur la façon dont ils sont embêtés par cette foule d'aliens. A ce point, il n'est plus question de savoir si cette menace est réelle, et la seule réponse est de se battre.
Pour toutes ces raisons - le sentiment des aliens comme une version corrompue des gens normaux, la conformité qu'ils induisent dans leur victime, la paranoïa des survivants - il est facile d'y voir dans The Body Snatchers la mise en scène des peurs de la Guerre Froide et ce que le communisme ferait au mode de vie américain. C'est certainement une lecture qui est toujours d'actualité, spécifiquement du film de 1956 tiré du livre. Mais revenir au Body Snatchers maintenant, met d'autres choses en lumière. Le portrait de Santa Mira semble nostalgique, presque impossible (c'est reminiscent, par exemple, la petite ville similaire des années 1950 dans Back to the Future (1985)). Les choses étaient-elle vraiment aussi simples ? À la fin du livre, Bennell parle du coût engendré afin que Santa Mira se défende, et comment la ville en fut changée. Ce lieu ne sera pas restauré magiquement ou en une nuit, mais l'histoire de ce qu'il s'est passé ici peut au moins se réduire à une "incrédulité finale". Mais il est difficile de croire que Miles Bennell veut que nous ne croyions pas à cette histoire : autrement, pourquoi nous l'aurait-il raconté ?

Qu'en pensez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arts-narratifs.forumgratuit.org/
Contenu sponsorisé




Jack Finney Empty
MessageSujet: Re: Jack Finney   Jack Finney Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Jack Finney
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jack et la Mécanique Du Coeur
» je suis le cœur brisé de jack ? YANN
» Betameche, Arthur, E.T, Stitch et Jack (Mes ratous)
» EXCLU!!! PLACE DU MARCHE A OPTENU LE PLAN DU PROCHAIN LIVRE D'ALAIN SORAL
» Jack Foley - E/506th

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature nord américaine (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs étasuniens à découvrir-
Sauter vers: