Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Anaïs Nin

Aller en bas 
AuteurMessage
LaurenceV
Agilité postale
LaurenceV

Messages : 813
Inscription le : 25/02/2007
Age : 36
Localisation : Liège

Anaïs Nin Empty
MessageSujet: Anaïs Nin   Anaïs Nin Icon_minitimeMar 2 Oct 2007 - 18:41

Anaïs Nin Anais_10Anaïs Nin Anais_11
Suite à la lecture de Venus Erotica et à la proposition de l'un(e) d'entre vous (je ne sais plus qui, désolée:oops:), j'ouvre un fil sur cette auteure américaine née en France en 1903 et décédée en 1977.
Je ne sais pas grand chose de la vie de cette écrivaine si ce n'est qu'elle écrivit des textes érotiques avec Henry Miller à la demande d'un collectionneur 'mystérieux' et qu'elle a eu une relation avec Miller.

Son oeuvre la plus importante, la plus connue, est certainement son Journal qu'elle a commencé à tenir à l'âge de 11 ans... Elle a écrit de nombreux textes érotiques empreints de poésie et de beauté.

Venus erotica se compose de 15 textes, histoires ou nouvelles. Certaines sont vraiment courtes, d'autres s'étendent et permettent au lecteur de mieux s'imprégner de cet univers érotique.
C'est un beau livre érotique
qui ne bouscule pas, qui ne fait pas mal, qui laisse l’esprit vagabonder
tranquillement au gré des mots. Un mélange de crudité et de poésie. Les histoires donnent envie,
excitent, font vibrer. Cette érotisme est absolument féminin, doux et fort
à la fois. Des mots qui décrivent si bien les attentes et les envies, les
ardeurs et les folies. Le récit que j’ai préféré est Elena.L’histoire
d’une jeune femme qui s’ouvre à la sexualité grâce à L’Amant de Lady
Chatterley
de D.H. Lawrence et qui dès ce moment découvre l’amour, la
passion et le sexe dans les bras d’un homme captivant, Pierre. Il l’initie aux
plaisirs charnels et la libère de son corps et de son esprit. Elle ira plus
loin dans la découverte de la sensualité en faisant de nombreuses expériences.
La scène qui m’a emportée est celle où trois femmes se font l’amour sans honte.
Une scène symboliste par l’image que je m’en faisais. Un mélange de bras, de
jambes, de corps, des lumières qui effacent les détails, une orgie des sens. On
ne voit plus clair, on est emporté dans cette relation essouflante… Un livre à lire
et qui me donne envie de lire le journal de cette auteure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.autourdelau.be
Isidore Ducasse
Envolée postale
Isidore Ducasse

Messages : 166
Inscription le : 17/08/2007
Age : 29

Anaïs Nin Empty
MessageSujet: Re: Anaïs Nin   Anaïs Nin Icon_minitimeMer 3 Oct 2007 - 19:54

Mon professeur de théâtre m'en parle souvent mais je crois qu'il refuse de m'en prêter compte tenu du caractère érotique des écrits. Après tout, je suis encore si jeune et inocente... Je vais être obligée de les acheter, en tout cas merci de ces précision supplémentaires, on a beau se renseigner sur Wikipedia, ils ne postent jamais d'avis vraiment personnelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Senhal
Envolée postale
Senhal

Messages : 165
Inscription le : 17/07/2007
Age : 37
Localisation : Villeurbanne

Anaïs Nin Empty
MessageSujet: Re: Anaïs Nin   Anaïs Nin Icon_minitimeVen 9 Nov 2007 - 16:28

Je crois me souvenir que tu apprécies Artaud, Isidore ? Tu le verras dans la période désignée "inceste" dans les journaux -puisqu'elle l'a fréquenté à ce moment-, qui peut-être sont plus intéressants que ses fictions, mais je ne m'avance pas trop puisque de ces dernières je n'ai lu que des extraits. C'est du journal, donc il y a des longueurs et des approximations stylistiques, mais c'est vraiment fascinant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.vampirisme.com
Isidore Ducasse
Envolée postale
Isidore Ducasse

Messages : 166
Inscription le : 17/08/2007
Age : 29

Anaïs Nin Empty
MessageSujet: Re: Anaïs Nin   Anaïs Nin Icon_minitimeDim 11 Nov 2007 - 13:53

Merci, mais je crois que c'était Lekhal, (je ne me rappelle plus trop de son pseudo) qui aimait Artaud.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heyoka
Zen littéraire
Heyoka

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 31
Localisation : Suède

Anaïs Nin Empty
MessageSujet: Re: Anaïs Nin   Anaïs Nin Icon_minitimeLun 27 Mai 2013 - 16:23

Anaïs Nin 47915810
Citation :
Les lecteurs du célèbre journal d'Anaïs Nin savent qu'en 1950, à l'instigation d'un mystérieux collectionneur, Henry Miller et Anaïs Nin écrivirent des " érotiques ". Longtemps, ces textes furent mis en sommeil. Depuis sa publication, ce livre n'a cessé de figurer sur la liste des best-sellers et la critique a accueilli avec enthousiasme ces textes particulièrement révélateurs du talent romanesque d'Anaïs Nin.

LaurenceV a écrit:
Venus erotica se compose de 15 textes, histoires ou nouvelles. Certaines sont vraiment courtes, d'autres s'étendent et permettent au lecteur de mieux s'imprégner de cet univers érotique. C'est un beau livre érotique qui ne bouscule pas, qui ne fait pas mal, qui laisse l’esprit vagabonder tranquillement au gré des mots. [...]
Il laisse tellement l'esprit vagabonder que j'étais totalement ailleurs Embarassed

J'ai ouvert ce livre par curiosité envers Anaïs Nin mais ça reste des écrits érotiques, rien de plus... J'attendais une valeur ajoutée alors qu'aucune surprise ne se cache derrière le titre. C'est joliment écrit, pour autant, ça n'a pas stimulé plus que ça mon imagination ou mon excitation et j'ai fini par décroché. J'avais pourtant envie de me laisser envoûtée...

_________________
«Books support us in our solitude
and keep us from being a burden to ourselves.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Anaïs Nin Empty
MessageSujet: Re: Anaïs Nin   Anaïs Nin Icon_minitimeLun 27 Mai 2013 - 17:40

Elle est parfois très agaçante, Anais ! Ses cotés narcissiques et énamourés pour sa personne, son mnièrisme... J' avais lu les premiers volumes de son Journal avec enthousiasme et un jour, j' ai rompu avec elle. Brutalement ! Tchiak ! Anaïs Nin 31308

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiwi
Plume timide


Messages : 14
Inscription le : 10/03/2015
Age : 32
Localisation : Paris

Anaïs Nin Empty
MessageSujet: Re: Anaïs Nin   Anaïs Nin Icon_minitimeDim 15 Mar 2015 - 10:35

Ce matin il y avait un sujet sur Anaïs Nin dans "La Galerie France 5". Plutôt intéressant.
Par contre attention... il est interdit aux moins de 10 ans car ils ont eu la bonne idée de passer des images de corps nus (assez inutiles pour la compréhension d'ailleurs...) jypeurien
Il est visible en replay pendant une semaine je pense.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolores Haze
Espoir postal
Dolores Haze

Messages : 23
Inscription le : 22/04/2015

Anaïs Nin Empty
MessageSujet: Re: Anaïs Nin   Anaïs Nin Icon_minitimeSam 25 Avr 2015 - 14:17

Les récits érotiques de Nin et Miller sont des commandes faites par un client il me semble (à vérifier), rien de bien passionnant. Anaïs devait payer ses factures et remplir son frigo.
Le journaux en revanche, ce sont des merveilles...

Comme j'ai lu que quelqu'un ici aimait Artaud. Voici un passage de la Maison de l'Inceste d'Anaïs, écrits poétiques surréalistes. Anaïs cherche à travailler sa saison en enfer pour une femme. On sentl'influence d'Artaud évidemment.

"Des yeux dilatés, un profil racé, une bouche volontaire. Toute fourrure, jusqu'en ses sourcils, tête haute, face au vent, les yeux parmi les étoiles, c'est Jeanne qui s'avance fièrement, traînant sa jambe infirme. Regard au-dessus du niveau humain tandis que traîne, derrière son grand corps, sa jambe boiteuse, inerte comme un boulet de forçat. Prisonnière sur la terre, en dépit de sa volonté de mourir. Sa jambe à la traîne, il lui fallait bien rester au sol, jambe pesante, jambe morte, à laquelle elle était attelée comme le captif à son boulet et à sa chaîne.

Ses doigts pâles, ombrés de nervures, torturaient la guitare, s'acharnant à en tordre les cordes, cependant qu'elle chantait d'une voix lente, timidement. Et par-delà ce chant, c'était sa soif, sa famine, ses frayeurs. Or comme elle tournait les clefs de sa guitare, dans un accord sauvage, une corde cassa et ses yeux s'emplirent d'effroi comme si c'était son univers qui se rompait.

Elle chantait et riait : je suis amoureuse de mon frère.
Je suis amoureuse de mon frère. Je veux des croisades, je veux le martyre. Le monde est trop petit pour moi.

Les larmes amères de la défaite cristallisaient aux coins de ses yeux inquiets.
Mais je ne pleure jamais.
Elle saisit un miroir et se regarda avec amour. Narcisse se contemplant dans les miroirs de Lanvin. Les quatre Cavaliers de l'Apocalypse trottant au bois. Tragédie roulant sur pneus à cordes.

Le monde est trop petit. Je suis lasse de jouer de la guitare, de tricoter, d'aller et de venir et de faire des enfants. Petits sont les hommes et courtes les passions. Les escaliers se mettent en fureur et les portes et les murs de la vie quotidienne qui vient déranger la continuité de l'extase.

Mais il existe un martyre de la tension, de la fièvre, de la vie débordante de mouvement et d'éclat, perpétuellement comme le firmament.
Jamais on ne vit les étoiles tomber de fatigue, jamais on les vit pâlir. Elles ne dorment jamais.
Elle se tenait assise et se regardait dans un miroir à main, cherchant un cil qui s'était égaré sous sa paupière.

J'ai épousé un homme, dit Jeanne, qui n'avait jamais vu pleurer d'yeux peints et, le jour de mon mariage, j'ai pleuré. Il me regarda et vit une femme qui versait des larmes noires, énormes, très noires. Il fut saisi d'effroi à me voir pleurer ainsi, la nuit de nos noces. Lorsque j'entendis sonner les cloches, elles me parurent excessivement bruyantes. Elles m'assourdissaient. Je me sentais au bord des larmes de sang, tant mes oreilles me faisaient mal. Je me mis à tousser à cause du bruit qui était énorme et terrifiant comme au temps où je me trouvais tout près des cloches de Chartres; Il disait qu'elles n'étaient pas du tout bruyantes, les cloches, mais moi, je les entendais si proches que je ne percevais plus sa voix et le bruit s'imposait à moi comme le martèlement de ma chair et je songeais que mes oreilles allaient éclater. Toutes les cellules de mon corps se mettaient à exploser, dans cet énorme fracas d'où je ne pouvais m'échapper. J'essayais de courir, de fuir les cloches. Je criais : arrêtez les de sonner ! Mais impossible de m'en évader car leur tumulte était partout en moi et autour de moi, comme mon cœur qui donnait du pilon dans ses formidables battements d'acier, comme mes artères qui pressaient leurs cymbales, comme ma tête qui frappait le granit et comme le marteau qui cognait dans mes tempes. Explosions de notes, sans répit, éclatement total de mes cellules, d'écho en écho craquement et brisure, en moi, roulement des coups multipliés dans la torsion et l'ondulation des nerfs jusqu'au claquement, jusqu'au déchirement, coup de gong, ma chair se ratatine et se ride dans la douleur et le sang jaillit de mes oreilles et je ne peux plus supporter... je ne peux plus supporter le souci même de mon mariage, je ne peux plus supporter de m'être mariée à cet homme, parce que, parce que, parce que...

Je suis amoureuse de mon frère."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://nonsensalice.wordpress.com
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Anaïs Nin Empty
MessageSujet: Re: Anaïs Nin   Anaïs Nin Icon_minitimeSam 25 Avr 2015 - 16:27

Merci Lol !
Elle était amoureuse de tout le monde, Anais. Son père, son frère, Miller. Et peut etre surtout, d' elle meme, à lire son journal...

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolores Haze
Espoir postal
Dolores Haze

Messages : 23
Inscription le : 22/04/2015

Anaïs Nin Empty
MessageSujet: Re: Anaïs Nin   Anaïs Nin Icon_minitimeSam 25 Avr 2015 - 16:35

Pourquoi lol ? Tu trouves ma réponse ou ma citation drôle ?

Je pense tout le contraire sur Anaïs, je trouve ses journaux merveilleux.
Je développerais plus tard car là je dois filer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://nonsensalice.wordpress.com
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Anaïs Nin Empty
MessageSujet: Re: Anaïs Nin   Anaïs Nin Icon_minitimeSam 25 Avr 2015 - 16:39

Dolores Haze a écrit:
Pourquoi lol ? Tu trouves ma réponse ou ma citation drôle ?

Je pense tout le contraire sur Anaïs, je trouve ses journaux merveilleux.
Je développerais plus tard car là je dois filer.

Pourquoi Lol, mais c' était le diminutif de Lolita utilisé par Nabokov !

Oui, les premiers volumes du Journal m' avaient interessé. Ensuite, moins. Peut etre de ma faute...

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolores Haze
Espoir postal
Dolores Haze

Messages : 23
Inscription le : 22/04/2015

Anaïs Nin Empty
MessageSujet: Re: Anaïs Nin   Anaïs Nin Icon_minitimeSam 25 Avr 2015 - 16:41

Je ne me souviens pas qu'il l'appelle Lol dans le bouquin.
Avoue que ça prête à confusion et que ce n'est pas très sonnant comme surnom :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://nonsensalice.wordpress.com
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Anaïs Nin Empty
MessageSujet: Re: Anaïs Nin   Anaïs Nin Icon_minitimeSam 25 Avr 2015 - 16:54

Citation :
Lolita, lumière de ma vie, feu de mes reins. Mon péché, mon âme. Lo-lii-ta : le bout de la langue fait trois petits pas le long du palais pour taper, à trois, contre les dents. Lo. Lii. Ta. Le matin, elle était Lo, simplement Lo, avec son mètre quarante-six et son unique chaussette. Elle était Lola en pantalon. Elle était Dolly à l’école. Elle était Dolores sur les pointillés. Mais dans mes bras, elle était toujours Lolita.

Tu as peut etre raison !

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Anaïs Nin Empty
MessageSujet: Re: Anaïs Nin   Anaïs Nin Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Anaïs Nin
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature nord américaine (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs étasuniens à découvrir-
Sauter vers: