Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Stéphane Mallarmé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
lekhan
Main aguerrie
avatar

Messages : 324
Inscription le : 20/08/2007
Age : 27
Localisation : Poitiers-Biarritz

MessageSujet: Stéphane Mallarmé   Jeu 4 Oct 2007 - 19:37



Comme j'ai lancé un fil sur Saint-John Perse, je ne peux résister à en débuter un sur Mallarmé, qui est à mon avis un des auteurs qui le plus influencé son siècle, mais également le notre.
Et non moins sans importance, c'est lui qui m'a fait aimer et découvrir la poèsie^^.
Son écriture travaille du style-son, ses moments-choix, ses associations de sons sans sens, sans autre but que de signifier une mélodie, une douce mélodie de mots.


Biographie wiki:

Citation :
Il perd sa mère en 1848 et est confié à ses grands-parents. Mis en pension dès 1852, il se montra un élève médiocre, et fut renvoyé en 1855. Pensionnaire au lycée de Sens, il fut marqué par le décès de sa sœur Maria en 1855. À cette même époque, il composa ses premiers poèmes d'adolescence, recueillis dans Entre deux murs, textes encore fortement inspirés par Victor Hugo, Théodore de Banville ou encore Théophile Gautier. La découverte des Fleurs du mal de Charles Baudelaire en 1860 fut marquante et influença ses premières œuvres. Cette même année, Mallarmé entre dans la vie active en devenant surnuméraire à Sens, « premier pas dans l'abrutissement » selon lui. En 1862, quelques poèmes paraissent dans différentes revues. Il fait la connaissance d'une jeune gouvernante allemande à Sens, Maria Gerhard, née en 1835, et quitta son emploi pour s'installer à Londres avec elle, ayant l'intention de devenir professeur d'anglais.

Réformé du service militaire en 1863, Stéphane Mallarmé se marie à Londres avec Maria le 10 août et obtient en septembre son certificat d'aptitude à enseigner l'anglais. En septembre, il est nommé chargé de cours au lycée impérial de Tournon (Ardèche), où il se considère comme exilé. Il ne cesse durant cette période de composer ses poèmes, comme Les fleurs, Angoisse, «Las d'un amer repos...». Durant l'été 1864, Mallarmé fit la connaissance à Avignon des félibres, poètes de langue provençale : Théodore Aubanel, Joseph Roumanille et Frédéric Mistral, avec qui il entretint une correspondance. Sa fille Geneviève naît à Tournon le 19 novembre 1864.


Stéphane MallarméL'année suivante, il compose L'Après-midi d'un faune, qu'il espère voir représenter au Théâtre-Français, mais qui fut refusée. Il se lie avec le milieu littéraire parisien, notamment avec Leconte de Lisle et José-Maria de Heredia.

L'année 1866 marqua un tournant pour Mallarmé, lors d'un séjour à Cannes chez son ami Eugène Lefébure où il fut l'objet d'une période de doute absolue qui dura jusqu'en 1869. Nommé professeur à Besançon, il débuta en novembre une correspondance avec Paul Verlaine. En 1867, nommé à Avignon, il commença la publication de ses poèmes en prose, il fit un séjour chez Frédéric Mistral à Maillane en 1868. Il débuta en 1869 l'écriture de Igitur, conte poétique et philosophique, laissé inachevé, qui marque la fin de sa période d'impuissance poétique débutée en 1866. En 1870, il se met en congé de l'éducation, et se réjouit de l'instauration de la République en septembre. Son fils Anatole naît le 16 juillet 1871 à Sens et, nommé à Paris au Lycée Fontanes, il s'installe rue de Moscou.

Mallarmé fait la rencontre d'un jeune poète en 1872, Arthur Rimbaud, puis, en 1873 du peintre Édouard Manet, qu'il soutint lors du refus des œuvres de celui-ci lors du Salon de 1874 et qui lui fait rencontrer Zola. Mallarmé publie la revue La dernière mode qui aura huit numéros et dont il fut le correcteur. Nouveau refus en juillet 1875 pour la publication de sa nouvelle version de L'après-midi d'un faune, qui parut tout de même l'année suivante, illustrée par Manet. Il préface la réédition du Vathek de William Beckford. Dès 1877, les réunions du mardi sont organisées chez Mallarmé. Il fait la rencontre de Victor Hugo en 1878 et publie en 1879 un ouvrage sur la mythologie Les dieux antiques. Cette année est marquée par la mort de son fils Anatole, le 8 octobre 1879. En 1880, Mallarmé malade fait des séjours à Valvins, commune de Vulaines-sur-Seine, près de Fontainebleau.

En 1884, Paul Verlaine fait paraître le troisième article des poètes maudits consacré à Mallarmé, ouvrage qui parut en 1884, tout comme le livre de Joris-Karl Huysmans, À rebours, où le personnage principal, des Esseintes, voue une vive admiration aux poèmes de Mallarmé, ces deux ouvrages contribuèrent à la notoriété du poète. Stéphane Mallarmé est nommé au Lycée Janson-de-Sailly. En 1885, Mallarmé évoque l'explication orphique de la Terre. Son premier poème sans ponctuation paraît en 1886, M'introduire dans ton histoire. La version définitive de L'Après-midi d'un faune est publiée en 1887. En 1888, sa traduction des poèmes d'Edgar Allan Poe paraît. De nouveau atteint de rhumatisme aigu en 1891, Mallarmé est en congé et obtient une réduction de son temps de travail. Il rencontre Oscar Wilde, Paul Valéry qui devint un invité fréquent des Mardis. En 1892, à la mort du frère d'Édouard Manet, Mallarmé devient tuteur de sa fille, Julie Manet, dont la mère est la peintre Berthe Morisot. C'est à cette époque que Claude Debussy débute la composition de sa pièce Prélude à l'après-midi d'un faune, qui fut présentée en 1894. Mallarmé obtient sa mise en retraite en novembre 1893, donne des conférences littéraires à Cambridge et Oxford en 1894. Mallarmé assiste aux obsèques de Paul Verlaine, décédé le 8 janvier 1896, il lui succède comme Prince des poètes.

En 1898, Mallarmé se range aux côtés d'Émile Zola qui publie dans le journal L'Aurore, le 13 janvier, son article J'accuse en faveur du Capitaine Alfred Dreyfus (cf. Affaire Dreyfus). Le 8 septembre 1898, Mallarmé est victime d'un spasme du larynx qui manque de l'étouffer. Il recommande dans une lettre à sa femme et à sa fille de détruire ses papiers et ses notes, déclarant : « Il n'y a pas là d'héritage littéraire... ». Le lendemain, victime du même malaise il meurt. Il est enterré auprès de son fils Anatole au cimetière de Samoreau.

Je dois dire, qu'il est un de mes auteurs préférés. Je viens de lire en cherchant un portrait, qu'il y avait en France, un collège Stéphane Mallarmé, quel privilège...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://collectif-ennui.blogspot.com/
alaska
Envolée postale
avatar

Messages : 203
Inscription le : 25/03/2007
Age : 26
Localisation : espagne

MessageSujet: Re: Stéphane Mallarmé   Sam 6 Oct 2007 - 22:33

"La chair est triste, hélas, et j'ai lu tous les livres."


..est probablement l'un de mes vers préférés.
Bon résumé de la terre peu ronde - ami, remplis mon verre. Plutôt désespérant.

Mallarmé est peut-être un peu trop parfait . Il n'y a rien que je puisse lui reprocher.


(Je n'ai pas le temps de faire bien long. Il fait très froid.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cf.geocities.com/baharbara
Perséphone
Espoir postal
avatar

Messages : 30
Inscription le : 20/12/2007
Age : 33
Localisation : Au pays des Mirabelles

MessageSujet: Re: Stéphane Mallarmé   Mar 4 Mar 2008 - 11:09

Ah, Mallarmé ! Un de mes profs l'a simplement cité en cours il y a longtemps et je l'ai tout de suite lu et aimé. Sa poésie me semble aérienne, onirique, floconeuse... on reste souvent sur le seuil, mais il y a toujours une émotion offerte, à défaut d'entrer entièrement dans le sens...


alaska a écrit:

Mallarmé est peut-être un peu trop parfait . Il n'y a rien que je puisse lui reprocher.

justement, on peut donc se laisser aller, non ? Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille19
Main aguerrie
avatar

Messages : 484
Inscription le : 24/06/2009
Age : 27

MessageSujet: Re: Stéphane Mallarmé   Lun 6 Juil 2009 - 3:20

Perséphone a écrit:
on reste souvent sur le seuil, mais il y a toujours une émotion offerte, à défaut d'entrer entièrement dans le sens...

Tout à fait d'accord, sa poésie est hérmétique, c'était une posture assumée par Mallarmé et qui n'est d'ailleurs pas sans poser certains problèmes , mais c'est aussi tout son charme, on se laisse simplement happer par la beauté des mots... J'apprécie particulièrement le Sonnet en yx :


Ses purs ongles très haut dédiant leur onyx,
L'angoisse ce minuit, soutient, lampadophore,
Maint rêve vespéral brûlé par le Phénix
Que ne recueille pas de cinéraire amphore

Sur les crédences, au salon vide : nul ptyx,
Aboli bibelot d'inanité sonore,
(Car le Maître est allé puiser des pleurs au Styx
Avec ce seul objet dont le Néant s'honore.)

Mais proche la croisée au nord vacante, un or
Agonise selon peut-être le décor
Des licornes ruant du feu contre une nixe,

Elle, défunte nue en le miroir, encor
Que, dans l'oubli fermé par le cadre, se fixe
Des scintillations sitôt le septuor.


Et pour ceux qui sont intéressés par la virtuosité et les multiples jeux de miroirs dans ce poème, je crois me souvenir que Bertrand Marchal en avait fait une excellente étude, vraiment très intéressante content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Stéphane Mallarmé   Lun 6 Juil 2009 - 9:48

Mallarmé, j'aime, mais pas tout, des fois je trouve qu'il en fait trop. Et le trop d'art n'est plus de l'art.Ce qui me dérange c'est son manque d'humilité. Enfin c'est son style et il y a des choses intéressantes. Par exemple l'Azur me plait assez.
J'aime ce poème pour ce qu'il dit et la façon dont il le dit, surtout dans la seconde partie! Le ciel est mort, place au vide, au néant, à la beauté!!!
Je sais pas, il m'arrive de le rapprocher de Baudelaire!

L''Azur

De l'éternel azur la sereine ironie
Accable, belle indolemment comme les fleurs
Le poète impuissant qui maudit son génie
A travers un désert stérile de Douleurs.

Fuyant, les yeux fermés, je le sens qui regarde
Avec l'intensité d'un remords atterrant,
Mon âme vide, Où fuir?
Et quelle nuit hagarde
Jeter, lambeaux, jeter sur ce mépris navrant?

Brouillards, montez! versez vos cendres monotones
Avec de longs haillons de brume dans les cieux
Que noiera le marais livide des automnes
Et bâtissez un grand plafond silencieux!

Et toi, sors des étangs léthéens et ramasse
En t'en venant la vase et les pâles roseaux
Cher Ennui, pour boucher d'une main jamais lasse
Les grands trous bleus que font méchamment les oiseaux.

Encor! que sans répit les tristes cheminées
Fument, et que de suie une errante prison
Eteigne dans l'horreur de ses noires traînées
Le soleil se mourant jaunâtre à l'horizon!

- Le Ciel est mort. - Vers toi, j'accours! donne, ô matière
L'oubli de l'Idéal cruel et du Péché
A ce martyr qui vient partager la litière
Où le bétail heureux des hommes est couché.

Car j'y veux, puisque enfin ma cervelle vidée
Comme le pot de fard gisant au pied d'un mur
N'a plus l'art d'attifer la sanglotante idée
Lugubrement bâiller vers un trépas obscur...

En vain! L'Azur triomphe, et je l'entends qui chante
Dans les cloches. Mon âme, il se fait voix pour plus
Nous faire peur avec sa victoire méchante,
Et du métal vivant sort en bleus angelus!

Il roule par la brume, ancien et traverse
Ta native agonie ainsi qu'un glaive sûr
Où fuir dans la révolte inutile et perverse?
Je suis hanté. L'Azur! L'Azur! L'Azur! I'Azur!
Revenir en haut Aller en bas
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Stéphane Mallarmé   Mer 16 Nov 2011 - 21:31

je me disais bof je le connais Mallarmé, L'après midi d'un faune , l'admiration de des Esseintes le héros de Huysmans et puis un petit détour par ma bibliothèque et je découvre que mon exemplaire des Poésies n'a jamais été ouvert. Comment je le sais ? Les pages sont encore liées deux par deux et il me faut un coupe-papier pour les séparer... J'ai acheté ce livre chez un bouquiniste dans une autre vie (ou presque) et à l'intérieur je trouve une carte postale de La pointe du raz, avec un timbre à 8 francs de La vallée de la seine aux andelys, envoyée par Claude à l'hôtel de la Couronne à Rouen, place du Vieux-Marché, Seine-Inférieure et me reviennent soudain des souvenirs intimes qui relient à eux seuls les deux univers qui me sont les plus proches : la Bretagne et la Normandie... mais quid de Mallarmé ?

et bien la sensation de ne rien comprendre, les mots si, les phrases non, les sujets encore moins... c'est très alambiqué, très forcé, un peu vieille france dans l'utilisation de mots oubliés, un peu tordus, parfois très beaux, souvent imprononçables. Mais j'essaie de me laisser une chance. Le rythme surtout est déstabilisant, au point que je me demande comment Debussy a fait (qui n'était pas un dodécaphoniste) pour mettre en musique du Mallarmé ? et puis j'y retourne quand même, peut-être à cause de l'aspect fripon de certains poèmes :

Une négresse par le démon secouée
Veut goûter une enfant triste de fruits nouveaux
Et criminels aussi sous leur robe trouée,
Cette goinfre s'apprête à de rusés travaux:

A son ventre compare heureuses deux tétines
Et, si haut que la main ne le saura saisir,
Elle darde le choc obscur de ses bottines
Ainsi que quelque langue inhabile au plaisir,

Contre la nudité peureuse de gazelle
Qui tremble, sur le dos tel un fol éléphant
Renversée elle attend et s'admire avec zèle,
En riant de ses dents naïves à l'enfant ;

Et, dans ses jambes où la victime se couche,
Levant une peau noire ouverte sous le crin
Avance le palais de cette étrange bouche
Pâle et rose comme un coquillage marin.

Je ne comprends pas de quoi il s'agit, je devine un sous-entendu sexuel, je trouve le rythme à peu près cohérent... premier poème qui trouve un peu de résonnance en moi (mais ce fol éléphant a quelque chose de terriblement troublant dans son allitération).

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Stéphane Mallarmé   Mer 16 Nov 2011 - 21:35

après sixième relecture, je découvre que ce poème est tout à fait pornographique !

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Stéphane Mallarmé   Mer 11 Avr 2012 - 22:06

ah, je le savais que nous avions un fil quelque part !

je reprends ces citations du catalogue de l'expo Jacques Villon d'Angers puisqu'un rapprochement (attribué à André Chastel) est fait (c'est pour ça qu'il y a les citations dedans quoi) :

"J'invente une langue qui doit jaillir d'une poétique très nouvelle, que je pourrais définir en ces deux mots : Peindre non la chose mais l'effet qu'elle doit produire. Le vers ne dois donc pas, là, se composer de mots, mais d'intentions, et toutes les paroles s'effacer devant la sensation"
(1864)

"Nommer un objet, c'est supprimer les trois quarts de la jouissance du poème qui est faite de deviner peu à peu : le suggérer, voilà le rêve. C'est le parfait usage de ce mystère qui constitue le symbole : évoquer petit à petit un objet pour montrer un état d'âme, ou inversement, choisir un objet et en dégager un état d'âme, par une série de déchiffrements." (1891)

"la merveille de transposer un fait de nature en sa presque disparition vibratoire selon le jeu de la parole" car "les mots d'eux-mêmes s'exaltent à mainte facette reconnue la plus rare ou valant pour l'esprit, centre de suspens vibratoire ; qui les perçoit indépendamment de la suite ordinaire, projetés en parois sur la grotte, tant que dure leur mobilité ou principe, étant ce qui ne se dit pas du discours : prompts tous, avant extinction, à une réciprocité de feux."

hum. il me faudrait faire l'effort de lire de plus près et surtout lire tout court...

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esperluette
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1660
Inscription le : 09/04/2012

MessageSujet: Re: Stéphane Mallarmé   Jeu 12 Avr 2012 - 12:00

Citation :
animal ah, je le savais que nous avions un fil quelque part !

je reprends ces citations du catalogue de l'expo Jacques Villon d'Angers puisqu'un rapprochement (attribué à André Chastel) est fait (c'est pour ça qu'il y a les citations dedans quoi) :

"J'invente une langue qui doit jaillir d'une poétique très nouvelle, que je pourrais définir en ces deux mots : Peindre non la chose mais l'effet qu'elle doit produire. Le vers ne dois donc pas, là, se composer de mots, mais d'intentions, et toutes les paroles s'effacer devant la sensation"
(1864) : Oui, je conçois assez la poésie de cette façon!

"Nommer un objet, c'est supprimer les trois quarts de la jouissance du poème qui est faite de deviner peu à peu : le suggérer, voilà le rêve. C'est le parfait usage de ce mystère qui constitue le symbole : évoquer petit à petit un objet pour montrer un état d'âme, ou inversement, choisir un objet et en dégager un état d'âme, par une série de déchiffrements." (1891) Merveilleux!

"la merveille de transposer un fait de nature en sa presque disparition vibratoire selon le jeu de la parole" car "les mots d'eux-mêmes s'exaltent à mainte facette reconnue la plus rare ou valant pour l'esprit, centre de suspens vibratoire ; qui les perçoit indépendamment de la suite ordinaire, projetés en parois sur la grotte, tant que dure leur mobilité ou principe, étant ce qui ne se dit pas du discours : prompts tous, avant extinction, à une réciprocité de feux." Somptueux!

hum. il me faudrait faire l'effort de lire de plus près et surtout lire tout court... [/

Han Le Panda, c'est pas bien du tout, tu n'es qu'un vilain paresseux ... honnête, ce qui compense!

Au plaisir!
dentsblanches

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Stéphane Mallarmé   Jeu 12 Avr 2012 - 21:36

paresseux, paresseux... ça dépend pour quoi. (et puis usé aussi, na).

je fais partie des méfiants vis à vis de la poésie en quelque sorte, et j'en lis peu, très peu. problème de cursus et d'images ? ça joue pour une part non négligeable dans les habitudes, le lire ou non. c'est qu'il y a l'image toute faite d'une sorte d'absolu très instantané les miroirs d'une hypersensibilité et on est comme en porte-à-faux. histoire, culture classique, culte tout court parfois, image monolithique du jeu de séduction, jeu amoureux par le poème... ça fait un ensemble relativement arbitraire des fois. et les incursions sont rares, pourtant des fois... et aussi l'intérêt de ce genre de phrases qui piquent l'intérêt pour ce qu'elles mettent et remettent en mouvement. Et la recherche, le risque que ça ne fonctionne pas en fin de compte.

ça me semble bien mécanique souvent je dois dire le cadre des libertés ayant l'air assez défini en fin de compte entre formes et sujets. une histoire de la poésie aussi ? ce qui rentre différemment dans des formes identiques c'est intéressant aussi !

le panda nébule...

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esperluette
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1660
Inscription le : 09/04/2012

MessageSujet: Re: Stéphane Mallarmé   Jeu 12 Avr 2012 - 21:38

Renouveau

Le printemps maladif a chassé tristement
L'hiver, saison de l'art serein, l'hiver lucide,
Et dans mon être à qui le sang morne préside
L'impuissance s'étire en un long bâillement.

Des crépuscules blancs tiédissent sous le crâne
Qu'un cercle de fer serre ainsi qu'un vieux tombeau,
Et, triste, j'erre après un rêve vague et beau,
Par les champs où la sève immense se pavane

Puis je tombe énervé de parfums d'arbres, las,
Et creusant de ma face une fosse à ce rêve,
Mordant la terre chaude où poussent les lilas,

J'attends, en m'abîmant que mon ennui s'élève...
Cependant l'azur rit sur la haie et l'éveil
De tant d'oiseaux en fleur gazouillant au soleil.

Un poème de saison. A savourer pour les amateurs.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esperluette
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1660
Inscription le : 09/04/2012

MessageSujet: Re: Stéphane Mallarmé   Jeu 12 Avr 2012 - 21:43

animal a écrit:
paresseux, paresseux... ça dépend pour quoi. (et puis usé aussi, na).

je fais partie des méfiants vis à vis de la poésie en quelque sorte, et j'en lis peu, très peu. problème de cursus et d'images ? ça joue pour une part non négligeable dans les habitudes, le lire ou non. c'est qu'il y a l'image toute faite d'une sorte d'absolu très instantané les miroirs d'une hypersensibilité et on est comme en porte-à-faux. histoire, culture classique, culte tout court parfois, image monolithique du jeu de séduction, jeu amoureux par le poème... ça fait un ensemble relativement arbitraire des fois. et les incursions sont rares, pourtant des fois... et aussi l'intérêt de ce genre de phrases qui piquent l'intérêt pour ce qu'elles mettent et remettent en mouvement. Et la recherche, le risque que ça ne fonctionne pas en fin de compte.

ça me semble bien mécanique souvent je dois dire le cadre des libertés ayant l'air assez défini en fin de compte entre formes et sujets. une histoire de la poésie aussi ? ce qui rentre différemment dans des formes identiques c'est intéressant aussi !

le panda nébule...

Je taquinais le panda pour savoir s'il était chatouilleux!

Après tout, la littérature est vaste et tu as le droit de ne pas être sensible à la poésie. L'essentiel est d'en parler comme tu le fais, très bien d'ailleurs, même si je n'ai pas tout compris où tu voulais en venir.
Je ne pratique pas le langage "panda".

Esperluette, d'humeur taquine. sourire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Stéphane Mallarmé   Jeu 12 Avr 2012 - 21:54

un résumé partiel serait que par... ça se retrouve à s'être trouvé comme ça, je qualifierai mon regard sur la poésie de forcément extérieur. évidemment à certaines lectures (et autres) c'est un peu faux.

ce qui fait (et ça dit différemment une autre partie) que la non sensibilité n'est pas uniforme. sans doute réticence à une obligation de sensibilité.

pas clair et très bien, ça peut être bizarre. mdr2

(je m'en vais ptet me motiver pour un tour expérimental à la librairie, malgré les deux américains du stock de lecture).

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esperluette
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1660
Inscription le : 09/04/2012

MessageSujet: Re: Stéphane Mallarmé   Jeu 12 Avr 2012 - 22:27

Ouh là là! Je suis complètement perdue, Animal. Mais je garde espoir de décrypter ton langage. dentsblanches

Citation :
(je m'en vais ptet me motiver pour un tour expérimental à la librairie, malgré les deux américains du stock de lecture).

Je n'ai pas saisi toute la subtilité de cette dernière phrase. sourire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Stéphane Mallarmé   Jeu 12 Avr 2012 - 22:41

je précise que je suis en état de sobriété (quand même, au cas où).

j'ai deux bouquins de poésie américaine traduite de côté, dont un en cours de lecture (et freiné par la comparaison avec l'un en vo voir... le fil du coup de coeur du jour ?) mais que peut-être j'irai voir si je ne trouverai pas un petit recueil de Mallarmé, des fois que.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Stéphane Mallarmé   

Revenir en haut Aller en bas
 
Stéphane Mallarmé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Tournon-sur-Rhône(07)
» Emma de Normandie de Stéphane William Gondoin
» adieux aux Armes de général Stéphane Abrial
» le lieutenant-colonel Stéphane Caffaro, du 21ème régiment d'infanterie de marine, était blessé en Afghanistan
» Stéphane HESSEL n'est plus.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Poésie (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: