Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Gilles Leroy

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Gilles Leroy - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Gilles Leroy   Gilles Leroy - Page 3 Icon_minitimeJeu 28 Jan 2010 - 20:35

kenavo a écrit:
Marko a écrit:
Non mais tu ne crois pas que tu vas en rester là quand même!! Very Happy La suite!
() Wink
je vais voir si j'ai le courage pour mettre un petit mot le week-end

Le courage tu auras! cyclops

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Gilles Leroy - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Gilles Leroy   Gilles Leroy - Page 3 Icon_minitimeSam 30 Jan 2010 - 9:42

Zola Jackson

Gilles Leroy a prit un risque. Celui de se voir confronté avec l’étonnement pour le choix de son sujet. Encore une fois l’Amérique ? Encore une fois une femme ? Et en plus cette fois-ci c’est une inconnue. Là où Zelda pouvait intéresser à cause de son statut de célébrité, voilà qu’il donne une voix à une femme ‘anonyme’.
Mais Gilles Leroy sort gagnant de cet exploit et Zola est pour moi en tant que lectrice plus réelle et humaine que Zelda (roman que j’ai adoré, mais il perd de poids si on le compare à Zola Jackson)

Lors de ma lecture j’ai été conquise par ce monologue qui contient toute une vie, mais qui fait le lien avec le quartier qui a été touché le plus lors de Katrina et ainsi Zola perd de son anonymat – elle devient une voix pour ces gens qu’on a aperçu à la télé lors de ces jours terribles.

Dans le ciel, ils sont arrivés par dizaines et ils ont tourné, de midi à minuit, des hélicoptères venus non pas nous sauver mais plutôt assister à notre fin : il faut croire que n’importe quelle chaîne de télévision, tût-elle à l’autre bout du pas, était assez organisée et riche pour voler jusqu’à nous et réussir là où le gouvernement de la première puissance au monde échouait. On savait bien qu’ils ne nous aimaient pas, nos dirigeants. Mais à ce point, non : notre esprit n’était pas assez noir pour imaginer un degré pareil d’indifférence.

Mais ce roman est bien plus qu’un « règlement de compte », Zola Jackson et ses souvenirs concernant son mari, son fils, son quartier - sa vie, est de telle sorte qu’on ne va plus l’oublier. Elle va faire partie de ses caractères pour moi qu’on garde près de chez soi après la lecture. Elle est devenue plus réelle que le papier sur lequel elle a vue le jour….

J’aime ma maison, elle n’est pas bien belle mais c’est la mienne. Une maison avec vue sur la vie : depuis mes fenêtres, le regard embrasse le vaste carrefour. Je vois tout sans rien épier. Le spectacle m’arrive tout seul, gratuit, dans un flot ininterrompu, comme une télévision. Sauf que le feuilleton interminable, ici, ne surprend guère et ce qui rebondit le mieux, c’est les ballons de basket et les voix en ricochet sur les murs ; pauvres vies tellement rasoir, indignes d’intérêt : les voitures qui se carambolent aux feux rouges, les gosses qui jouent au ballon dans l’arrière-cour de la gare routière, les jeunes mères qui viennent avec leur pliant prendre le frais sous le carré de magnolias, leur nourrisson bercé dans le couffin ou pendu à un sein, les rires des mères et le babil des petits, tout cela m’alanguit le cœur et me raccroche au monde.

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Gilles Leroy - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Gilles Leroy   Gilles Leroy - Page 3 Icon_minitimeSam 30 Jan 2010 - 10:23

kenavo a écrit:
Zola Jackson
Mais ce roman est bien plus qu’un « règlement de compte », Zola Jackson et ses souvenirs concernant son mari, son fils, son quartier - sa vie, est de telle sorte qu’on ne va plus l’oublier. Elle va faire partie de ses caractères pour moi qu’on garde près de chez soi après la lecture. Elle est devenue plus réelle que le papier sur lequel elle a vue le jour….

Un vrai grand personnage avec du relief et plein d'aspérités. Je ne l'oublierai pas non plus.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Gilles Leroy - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Gilles Leroy   Gilles Leroy - Page 3 Icon_minitimeDim 31 Jan 2010 - 1:30

Eh oui, tout a été dit et écrit sur Zola Jackson, alors qu'ajouter ?

L'eau qui monte, inexorablement, et les souvenirs qui refluent comme un torrent.
Zola Jackson est un monologue, un cri aussi, et les sentiments qui s'y rencontrent ont un drôle de goût, celui d'un présent apocalyptique, une femme seule avec une chienne aimante, celui d'un passé qui laisse tant d'amertume aux coins des lèvres.
Zola Jackson est le portrait d'une femme forte, elle semble invincible, qu'est-ce qu'une inondation même avec la mort au bout, quand la vie vous a déjà pris ceux que vous aimiez ?
Zola Jackson est le récit passionné de l'amour immodéré d'une mère pour son fils.
Zola Jackson est un livre de 140 pages, tout mouillé, qui a la force d'une saga qui serait trois fois plus longue.
Zola Jackson est un roman qui se lit vite et ne s'oublie pas. De ceux qui bouleversent et qui, paradoxalement, font du bien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Gilles Leroy - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Gilles Leroy   Gilles Leroy - Page 3 Icon_minitimeDim 31 Jan 2010 - 10:23

traversay a écrit:
Eh oui, tout a été dit et écrit sur Zola Jackson, alors qu'ajouter ?
bonjour j'adore tout ce que tu as ajouté.. Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Gilles Leroy - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Gilles Leroy   Gilles Leroy - Page 3 Icon_minitimeDim 31 Jan 2010 - 11:20

traversay a écrit:
Eh oui, tout a été dit et écrit sur Zola Jackson, alors qu'ajouter ?
L'eau qui monte, inexorablement, et les souvenirs qui refluent comme un torrent.
Zola Jackson est un monologue, un cri aussi, et les sentiments qui s'y rencontrent ont un drôle de goût, celui d'un présent apocalyptique, une femme seule avec une chienne aimante, celui d'un passé qui laisse tant d'amertume aux coins des lèvres.
Zola Jackson est le portrait d'une femme forte, elle semble invincible, qu'est-ce qu'une inondation même avec la mort au bout, quand la vie vous a déjà pris ceux que vous aimiez ?
Zola Jackson est le récit passionné de l'amour immodéré d'une mère pour son fils.
Zola Jackson est un livre de 140 pages, tout mouillé, qui a la force d'une saga qui serait trois fois plus longue.
Zola Jackson est un roman qui se lit vite et ne s'oublie pas. De ceux qui bouleversent et qui, paradoxalement, font du bien...

Juste ajouter qu'il faut lire Zola Jackson! Very Happy

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimi54
Zen littéraire
mimi54

Messages : 6043
Inscription le : 02/05/2010

Gilles Leroy - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Gilles Leroy   Gilles Leroy - Page 3 Icon_minitimeMar 9 Nov 2010 - 13:31

Zola Jackson

« Mais on ne quitte pas la Nouvelle-Orléans. On y nait, on y crève. C’est comme ça. » p23

Cette phrase résume à elle seule le ton de ce livre, court, mais riche et intense, qui se laisse lire d’une traite et qui que laisse pas indifférent.
Gille Leroy, dont c’est le premier livre que je lis, brosse le portrait d’une femme émouvante, attachante. Et il le fait en à peine 140 pages avec des mots percutants, et des phrases directes et ciselées.
Zola Jackson, a la cinquantaine, vit dans un de ces quartiers anéantis par l’ouragan Katrina qui ravage la Nouvelle –Orléans en août 2005.
Elle en a vu d’autre, Zola :
« J’ai survécu à l’ouragan Betsy. Mon fils était encore au sein, déjà malade, et là, oui j’ai eu peur. On a survécu tous les deux, tous seuls dans notre gourbi. » p22
Une femme au caractère bien trempé, qui ne s’en laisse pas dire, et qui sait ce que lutter veut dire.
Gille Leroy, en fait son héroïne, le personnage principal, en la posant d’emblée comme narratrice. Il mélange tout au long de ce livre le présent et le passé, pour mieux nous faire apprécier le vécu de cette femme : les difficiles conditions des Noirs, la méchanceté, l’insalubrité des logements. Rien n’a vraiment changé…..
Zola est profondément humain, elle est institutrice dans son quartier.

« On passe plus de temps à rire et à débiter des sornettes qu’à réviser les leçons. (…)Le rire des enfants est une musique du ciel. » p46
Que dire de la fierté d’une mère qui a voulu le meilleur pour son fils, Caryl ; qui l’aime tant, qui l’admire, si heureuse de sa réussite, mais qui en même temps ne se résout pas à accepter ses choix de vie, mais qui malgré tout s’interroge de ses réactions.
« Etais-je si laide, si noire à ses yeux mêmes, que mon fils a fui toute femme et jusqu’à ma couleur ? » p103

Un roman qui navigue entre la réalité cruelle et morbide de la catastrophe, et les souvenirs d’un autre cyclone, intime celui là, qui touche son cœur de mère.
Les souvenirs tendres d’un époux, dont elle livre ici où là quelques éléments….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Gilles Leroy - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Gilles Leroy   Gilles Leroy - Page 3 Icon_minitimeJeu 22 Mar 2012 - 11:35

Gilles Leroy - Page 3 97827111

Dormir avec ceux qu'on aime
Citation :
Au cours d’une tournée qui le conduit du Caire à Buenos Aires et de Casablanca à Odessa, l’écrivain-narrateur rencontre Marian à Bucarest et s’en éprend instantanément. Mais les deux hommes ne sont pas égaux devant la vie et devant l’amour. Marian, issu d’un pays qui a fait les frais de la dictature, croit ferme en l’avenir et au cœur qui bat. L’écrivain français n’a plus le même enthousiasme. Gilles et Marian vont devoir composer avec le réel – la différence d'âge, la distance géographique, des emplois du temps inconciliables. Avec la confusion des sentiments, aussi.

Après Zola Jackson, retour à la case intimiste pour Gilles Leroy. Dans Dormir avec ceux qu'on aime, le narrateur porte son nom, est écrivain, cite même certains de ses titres de roman. Le registre de l'autofiction est à manier avec des pincettes, Leroy a décidé de s'y livrer corps et âme dans ce récit d'une passion amoureuse tardive, la dernière de sa vie, pense t-il, avec un garçon roumain qui est deux fois moins âgé plus que lui. Un sentiment ambivalent prédomine à la lecture de cette confession impudique et c'est la gêne qui l'emporte tant ce qui y est raconté ici appartient à la sphère privée. Gilles Leroy voyage beaucoup, de Buenos Aires à Odessa en passant par Bucarest, reste seul dans des chambres d'hôtel, décrit l'état d'âme amoureux sans omettre le ridicule de la situation au regard des autres. Parfois, puisque son amant est roumain, le romancier se laisse aller à quelques réflexions sur Mme Ceaucescu, "la reine rouge", et le récit s'éloigne alors du réel. Quelques belles pages sur Buenos Aires, aussi, avec un passage sur une autre reine, blanche, celle-ci, Eva Peron. Mais bon, quand Leroy en revient à son sujet, aussi sensible que soit sa plume, on ne peut s'empêcher de se considérer comme un voyeur qui n'a rien à faire dans cette histoire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Gilles Leroy - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Gilles Leroy   Gilles Leroy - Page 3 Icon_minitimeJeu 22 Mar 2012 - 14:40

traversay a écrit:
Gilles Leroy - Page 3 97827111

Dormir avec ceux qu'on aime
quand Leroy en revient à son sujet, aussi sensible que soit sa plume, on ne peut s'empêcher de se considérer comme un voyeur qui n'a rien à faire dans cette histoire.


On peut facilement ressentir ce malaise avec les autofictions...
Je me souviens d'une lecture qui m'a beaucoup dérangée: Le livre brisé de Serge Doubrowski et aussi un livre de Philippe Forest( dont j'avais beaucoup aimé Sarinagara) qui racontait une histoire d'amour impudique dans Le nouvel amour...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Gilles Leroy - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Gilles Leroy   Gilles Leroy - Page 3 Icon_minitimeJeu 14 Mar 2013 - 13:30

Gilles Leroy - Page 3 A273
Nina Simone, roman
Citation :
Quatrième de couverture
J’étais célèbre, on me reconnaissait dans la rue, on m’offrait des concerts dans tout le pays, mes disques sortaient en Europe… Les télévisions me demandaient, les stars de cinéma aussi me réclamaient à leur table, Lauren Bacall, Frank Sinatra, la minuscule Natalie Wood… Mes amis étaient écrivains, Langston Hughes, James Baldwin, Lorraine Hansberry. Ma vie pourrait-elle jamais être plus belle ? J’étais la coqueluche du moment et une petite voix en moi susurrait : Profite, Eunice, ça n’aura peut-être qu’un temps. Eunice, c’était mon vrai nom. Maintenant je l’ai oublié. Cinquante années passées dans la peau de Nina Simone m’ont fait oublier mon nom. Et c’est une drôle de chose, à la fin, que de devoir porter un nom qui n’a jamais été le sien. Pour vivre un destin qui n’était pas le sien. Comment Eunice Kathleen Waymon, la petite fille noire née dans une famille pauvre à Tryon, Caroline du Nord, en 1933, est-elle devenue l’immense Nina Simone, la diva à la voix unique et au toucher de piano inoubliable ? Le destin de Nina Simone ressemble à un roman : c’est ce roman que Gilles Leroy recompose, livrant avec tendresse l’histoire totalement vraie et totalement romancée d’une artiste adulée dans le monde entier - mais si seule dans la vie. Avec cet émouvant portrait d’une femme blessée, Gilles Leroy nous offre, après Alabama Song et Zola Jackson, le troisième volet de sa trilogie américaine.


J’étais subjuguée par Alabama Song, je sortais enthousiaste de Zola Jackson. Qu’est-ce qu’il va me rester de Nina Simone ? Certainement le regret que j’aurais aimé adorer.

Je connaissais Nina Simone avant cette lecture. J’ai quelques CDs d’elle et j’aime bien sa voix. De sa biographie je n’avais pas trop de connaissances, je savais qu’elle s’était exilée dans le sud de la France et qu’elle a vécu ses dernières années assez malheureuse, pratiquement seule.
Quelques blancs dans cette vie ont été remplis par cette lecture, mais je retiens surtout qu’elle était difficile, capricieuse d’un certain degré et qu’elle pouvait s’énerver pour un rien… le champagne qui coule en flot en prime.

Mais déjà à moitié du livre on apprend à deux reprises qu’elle n’aimait pas qu’on la comparait avec Billie Holiday, on doit lire plusieurs fois qu’elle ne voulait pas chanter, qu’elle aurait en fait aimer devenir plutôt pianiste classique, tous les soucis d’argent et les compagnies de disques et gens malveillants autour d’elle qui lui ont joué des tours…

Je veux bien croire que tout cela faisait partie de sa vie… mais j’avais par moment l’impression que l’auteur s’est choisi un sujet qui ne se « transforme » pas en livre. En tout cas la magie n’a pas opéré chez moi. Le meilleur moment était l’écoute du CD de Nina Simone que je faisais pendant la lecture.

Gilles Leroy - Page 3 A275



2013 est le 10e anniversaire de la mort de Nina Simone. C’était bien de penser à lui rendre hommage, j’aurais aimé que cela m’ait touché plus.

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Gilles Leroy - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Gilles Leroy   Gilles Leroy - Page 3 Icon_minitimeJeu 14 Mar 2013 - 22:28

kenavo a écrit:
Gilles Leroy - Page 3 A273

Aïe, je ne connais pas Leroy et ton com' ne me donne pas vraiment envie... Est-ce qu'il parle de cette espèce d'obsession quasie paranoïaque (mais sans doute justifiée) de Simone pour les couleurs brunes (ou se rapprochant de sa couleur de peau) et sa volonté d'être reconnue en tant que femme de couleur ? J'ai vu un reportage il y a très longtemps sur l'engagement de Simone pour la communauté Afro-américaine (engagement qui n'avait d'ailleurs pas forcément été compris d'un côté comme de l'autre parce que très violent dans sa manière de le vivre...). Et c'est ce qui m'intéresserait si je devais lire ce livre. Cette volonté de ce démarquer aussi bien du côté des blancs que du cotê des noirs cherchant à être assimilé par les States et qui l'ont rejetée...

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Gilles Leroy - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Gilles Leroy   Gilles Leroy - Page 3 Icon_minitimeVen 15 Mar 2013 - 7:28

non, pas d'obsession pour des couleurs mais 'la cause noir' y est naturellement...
Gilles Leroy raconte l'histoire à travers les yeux d'un aide-ménage, Ricardo (comme il le préscise à la fin du livre, inventé!) et très vite Nina va l'élir comme personne de confiance. Il va donc y avoir des discussion quand elle lui parle de sa jeunesse et de ses débuts comme chanteuse (les pages les plus réussies à mon avis) et il va y avoir toutes ses 'crises' parce qu'il semble qu'elle a vraiment été une personne avec des sautes d'humeur extrême, un jour elle "emmerde" la cause des Noirs et ne veut pas y avoir son rôle, un autre jour elle est celle qui a eu les plus de désavantages à cause de sa couleur de peau, le 'jazz' n'est pour elle qu'une définition de Blancs, et de toute façon seulement les Noirs ont droit de jouer/chanter cette musique, il faut y avoir un esclave parmi ses ancêtres, sinon on n'est pas autorisé d'en faire une note de Blues, Gospel ou autre... après la Callas, elle se dit la dernière Diva!
En quelque sorte je pense que Gilles Leroy voulait lui trouver des 'raisons' pour tout ce qu'on a vu/entendu d'elle... mais la façon avec laquelle il le fait, ne me l'a pas rendu plus proche...

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Gilles Leroy - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Gilles Leroy   Gilles Leroy - Page 3 Icon_minitimeLun 18 Mar 2013 - 18:35

kenavo a écrit:
non, pas d'obsession pour des couleurs mais 'la cause noir' y est naturellement...
Gilles Leroy raconte l'histoire à travers les yeux d'un aide-ménage, Ricardo (comme il le préscise à la fin du livre, inventé!) et très vite Nina va l'élir comme personne de confiance. Il va donc y avoir des discussion quand elle lui parle de sa jeunesse et de ses débuts comme chanteuse (les pages les plus réussies à mon avis) et il va y avoir toutes ses 'crises' parce qu'il semble qu'elle a vraiment été une personne avec des sautes d'humeur extrême, un jour elle "emmerde" la cause des Noirs et ne veut pas y avoir son rôle, un autre jour elle est celle qui a eu les plus de désavantages à cause de sa couleur de peau, le 'jazz' n'est pour elle qu'une définition de Blancs, et de toute façon seulement les Noirs ont droit de jouer/chanter cette musique, il faut y avoir un esclave parmi ses ancêtres, sinon on n'est pas autorisé d'en faire une note de Blues, Gospel ou autre... après la Callas, elle se dit la dernière Diva!
En quelque sorte je pense que Gilles Leroy voulait lui trouver des 'raisons' pour tout ce qu'on a vu/entendu d'elle... mais la façon avec laquelle il le fait, ne me l'a pas rendu plus proche...

merci pour ta réponse kenavo. Elle avait l'air caractérielle et un brin mégalo, mais quelle voix !

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Gilles Leroy - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Gilles Leroy   Gilles Leroy - Page 3 Icon_minitimeLun 18 Mar 2013 - 21:49

J'ai ouvert un fil pour l'émission Clara et les chics livres et Gilles Leroy était invité samedi dernier
Puisqu'il y a toujours différentes vues sur un livre, on peut se faire une autre idée en l'écoutant, l'émission reste accessible dans leur archives: ici
je viens de le faire, c'est vraiment une émission intéressante où l'auteur reçoit plein de temps et possibilités de s'exprimer...

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Gilles Leroy - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Gilles Leroy   Gilles Leroy - Page 3 Icon_minitimeMar 19 Mar 2013 - 20:33

kenavo a écrit:
J'ai ouvert un fil pour l'émission Clara et les chics livres et Gilles Leroy était invité samedi dernier
Puisqu'il y a toujours différentes vues sur un livre, on peut se faire une autre idée en l'écoutant, l'émission reste accessible dans leur archives: ici
je viens de le faire, c'est vraiment une émission intéressante où l'auteur reçoit plein de temps et possibilités de s'exprimer...

Shocked Je vais podcaster et découvrir ça pendant mes longs voyages en business class !! bonjour

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Gilles Leroy - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Gilles Leroy   Gilles Leroy - Page 3 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Gilles Leroy
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Symdrome Gilles de la Tourette
» Un "pod" au 1/8e ?
» La choule
» Stratégie pour le second tour
» le 18 décembre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: