Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Clara Dupont-Monod

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Clara Dupont-Monod   Sam 13 Oct 2007 - 22:16



Clara Dupont-Monod est née en 1973 à Paris.

Journaliste Grand Reporter à l'hebdomadaire Marianne (pages société et culture), on la retrouve également sur les ondes de RTL et de France Culture, ou sur le plateau de Pascale Clark, à Canal +.

Elle est l'auteur de trois romans :
- Eova Luciole (1998), un récit parabolique dont l’héroïne se voit pousser de magnifiques ailes dans le dos .
- La Folie du roi Marc (2000) pour lequel elle puise dans la légende de Tristan et Iseut (objet de sa thèse universitaire) .
- et LA PASSION SELON JUETTE en cette rentrée littéraire 2007.

Clara Dupont-Monod est aussi l’auteur d'un document : Histoire d'une prostituée (2003).

Férue d’histoire médiévale, elle entame une licence de lettres modernes à la Sorbonne quand elle découvre l'ancien français, au hasard d'un cours de rattrapage. Pour elle, c'est une révélation: «Je me suis très vite passionnée pour cette matière. En étudiant les anciens dialectes, on est réellement au fondement de la littérature, une littérature bien plus moderne qu'on ne pourrait le croire.» Elle achève sa maîtrise en ancien français.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Clara Dupont-Monod   Sam 13 Oct 2007 - 22:23

La Passion selon Juette

Clara Dupont-Monod a reçu le 5 septembre 2007 le premier prix Laurent Bonelli — Lire & Virgin Megastore pour son roman La Passion selon Juette.

Duby avait écrit un chef-d'œuvre : Dames du XIIe siècle. Clara Dupont-Monod ressuscite une figure méconnue du livre de Duby et fait de Juette un des personnages les plus forts de cette rentrée littéraire.

« Cette histoire s’inspire de celle, réelle, d’une jeune fille prénommée Juette. Elle est née en 1158 à Huy, une petite ville de l’actuelle Belgique. Le récit de sa vie a été écrit par le religieux Hugues de Floreffe. Il était son confident et ami. Ce texte, intact, est parvenu jusqu’à nous. » (Clara Dupont-Monod)

«On a retrouvé la trace de cette femme grâce aux écrits d'Hugues de Floreffe, son ami et confident, explique-t-elle. Elle est réellement née en 1158, dans le village belge d'Huy. Aujourd'hui, on y trouve même une rue Sainte-Juette

«Plusieurs aspects de la vie de Juette me fascinaient: une histoire d'amour jamais réalisée, une enfance brisée, en butte à l'oppression de la norme, ici incarnée par l'Eglise, mais aussi un rapport difficile avec la féminité: donner la vie se révèle une malédiction pour Juette.»

Le roman est un récit à deux voix, celle de Juette et celle de son ami prêtre, Hugues de Floreffe.
Fin du XIIième siècle : nous sommes en plein Moyen Age.
Juette est une enfant solitaire et rêveuse dont le seul ami est un jeune prêtre lettré, Hugues de Floreffe.
Elle est mariée contre son gré à treize ans.
Intransigeante, pure et courageuse elle va se montrer rebelle à son époque où le destin des femmes relève des décisions des hommes. Où cet état de fait l’amène à la détestation de son mari et du sexe, elle qui rêve de chevaliers… Puis au rejet de la maternité. Comment porter un enfant et devenir mère quand on est soi-même une enfant ?

Juette est veuve cinq ans après son mariage. Elle refuse de se remarier et entre dans l’ordre des veuves. Abandonnant son enfant, elle se dévoue aux lépreux.

Juette pose aussi un regard lucide sur l’Eglise et ses prêtres aux mœurs dissolues qui vivent comme des princes et couchent avec leurs paroissiennes tandis que dans le pays naissent les hérésies cathares qui la séduisent. Les hérétiques qui condamnent le mariage comme la pire des prostitutions.

Jusqu’au fanatisme, jusqu’à la folie, Juette, toujours soutenue et comprise par son ami Hugues de Floreffe, se révoltera contre l'oppression des hommes et de l'Eglise.

«J'ai des fleurs vénéneuses dans la tête, depuis l'enfance» dit Juette.

J'ai trouvé très agréable la lecture de ce roman, dès la première ligne...J'ai aimé Juette...J'ai détesté la société dans laquelle elle vivait et qui l'a rendue folle...


Dernière édition par coline le Dim 8 Juin 2008 - 14:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Clara Dupont-Monod   Sam 13 Oct 2007 - 22:29

La passion selon Juette (extrait):

« Tous les matins, je dois coudre. Ma mère m'attend dans la grande salle. Elle est assise devant le feu. Elle ignore le soleil d'automne qui trempe les pierres et tape contre les murs. Au-delà de la ville, les collines se laissent brûler le dos. Pourquoi restons-nous enfermées ? Je voudrais aller coudre sous l'arbre de la cour. Nous serions assises dans la lumière orange. Autour de nous, les toits et les clochers deviennent d'une pureté irréelle. Leurs contours sont très foncés. Ils tranchent avec l'éclat du ciel. L'ombre et le soleil se battent sans se mêler, dessinant l'échiquier que mon père installe pour les invités. Cette danse de noir et de blanc se déroulerait pour nous seules. Une voisine passerait, le panier rempli de poires, pour nous donner des nouvelles du monde. Elle dirait en me regardant : " Comme tu es jolie ! " Ma mère sourirait. Je serais heureuse d'être sous l'arbre à cet instant. Ce bonheur m'appartiendrait, blotti en moi comme un cœur orange.
Ma mère ne sourit pas quand je descends l'escalier. Peut-être que je ne suis pas assez jolie. Je dois m'asseoir. Je pose le tissu sur mes genoux. Il fait si chaud devant ce feu. Je sens mes doigts s'alourdir. Ils gonflent comme des tonneaux. Je suis sûre qu'un jour ils se détacheront pour tomber à mes pieds et je ne pourrai plus jamais manier l'aiguille.
Ma mère dit qu'on ne trouve pas de mari si on ne sait pas coudre.
La moitié de sa tête est éclairée par la lueur du feu. Elle fredonne, penchée sur son ouvrage.
Toutes étaient filles de Meuse
Même sol et même sang
Couronne à ma jeunesse heureuse
Même chanson et même accent.
Je regarde les tresses nouées sur ses tempes, le menton carré, les plis de sa tunique. Est-ce que Dieu la trouve belle ? Est-ce vrai que chacun est digne d'amour ? La silhouette est parfaitement immobile, sauf les doigts. Ils bougent sur le tissu comme des algues blanches.
Pas seulement les amoureuses
Chacune tendre autour de moi
Chacune fille de Meuse
Le même cœur, la même voix.
Mon père est assez riche pour m'offrir des manteaux de zibeline. Mais ma mère préfère me vêtir seule. Quand elle me fabrique une robe, j'ai toujours l'impression qu'elle m'invente. Ce sont des robes au décolleté bouffant, moi qui suis plate. Le tissu pend sur les côtés. On dirait une seconde peau. Il faudrait que j'épaississe. Que je sois une femme. Je voudrais bien, mais comment faire ? Je me demande si l'on se transforme la nuit. Peut-être qu'un matin je me réveillerai avec le corps de ma mère. Dans les contes, il y a des barons qui deviennent loups-garous à la tombée du jour. Ensuite ils doivent s'exiler dans la forêt. La baronne pleure en attendant leur retour.
Chaque matin, ma mère vérifie. Dehors, il fait encore nuit. Dedans aussi : la lumière des bougies perce à peine. Elle soulève mon drap. Mes genoux remontent sous mon menton. A tâtons, j'enfile une blouse. Je quitte la chambre, vite. J'ai toujours peur que l'obscurité n'avale la petite lueur de la bougie que je dois suivre jusqu'à cette pièce affreuse. Un feu, un baquet, un seau. Je voudrais crier : " Regarde ! Ni museau, ni poil, ni croc ! Je peux partir ! " Mais j'enlève ma blouse et je monte dans le baquet. Je tremble. Il me reste un barrage, un seul : mes cheveux. Ils recouvrent mon dos. Ils me protègent encore. Mais d'un geste, ma mère les relève et les noue. Mes épaules frissonnent de honte. Ce n'est pas seulement moi qui suis vaincue. J'entraîne dans ma chute les objets, le chant du coq, le rose du ciel. C'est le matin tout entier qui capitule.
Sa grande ombre s'agite sur les murs. Je ferme les yeux. J'attends, la tête penchée en avant, les bras raides. J'attends ce geste plus fort que les coups. Derrière moi, le seau racle par terre. Ma mère le soulève en soufflant. Elle le déverse sur moi. Le premier jet me casse la nuque. Au second, des milliers d'épines me transpercent le corps.
Je voudrais que ma mère me prenne dans ses bras, qu'elle me sèche doucement. Le prêtre m'a montré des images où la Vierge tient son enfant contre elle. Son regard est plein d'amour. Le lavait-elle avec un seau ? Peut-être qu'en grandissant, Jésus a déçu Marie. Peut-être que tous les enfants déçoivent leur mère. J'imagine Jésus aux lèvres bleues. Lui aussi, il ne pouvait rien faire avec son corps tordu par le froid. J'essaie de le cacher en serrant les jambes.
Ma mère tâte mes chevilles, pince mes épaules. Elle soupire. Mon corps n'est pas comme le sien, court et solide. Moi, je suis construite d'os et de peau. J'ai toujours peur de tomber. Ma pâleur ne rassure personne. Mon père dit souvent : " Ne te brise pas ! " Souvent il observe mes yeux pour y chercher la fièvre. C'est facile de lire dans mes yeux. Ils sont larges et très verts.
Mon père a beau répéter : " A chacun sa cadence ", je sens ma mère désolée. Elle achète toujours des matières nobles pour me tailler des habits. Elle veut me recouvrir et me cacher. Lorsque j'enfile la robe et la cape de chevreau, je sens ses mains posées sur moi. Alors ce n'est pas le dégoût que je ressens qui me fait honte, mais ce qu'il révèle. Il me semble entendre mon corps cogner contre le tissu. Ma peau se hérisse. Mon corps tressaille comme les loups-garous quand la nuit tombe. Ils râpent le sol en soufflant. Ils quittent un monde. La forêt frémit d'une nostalgie rageuse. Sous ma robe se cache un animal qui flaire l'odeur de mort et que je m'obstine à faire taire
."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Clara Dupont-Monod   Ven 19 Oct 2007 - 18:27

Extrait vidéo dans lequel Clara Dupont-Monod présente son roman : ici
Revenir en haut Aller en bas
Marie-Laure
Sage de la littérature


Messages : 1190
Inscription le : 12/07/2007
Localisation : Au milieu des couleurs..

MessageSujet: Re: Clara Dupont-Monod   Ven 19 Oct 2007 - 21:41

Elle doit être intéressante cette vie de Juette, pas banale en tout cas sourire Et à écouter cette passion qu'à l'auteur à parler de son livre, ça donne vraiment envie de le lire. bounce Merci Coline et Sentinelle trottine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Bibliomane
Zen littéraire


Messages : 3403
Inscription le : 21/02/2007
Age : 51
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Clara Dupont-Monod   Ven 19 Oct 2007 - 22:00

Merci sentinelle pour le lien et merci Coline pour l'extrait. Il me tente bien ce bouquin...et il donne envie de découvrir les autres ouvrages de cette auteure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebibliomane.blogspot.com/
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Clara Dupont-Monod   Ven 19 Oct 2007 - 23:38

sentinelle a écrit:
Extrait vidéo dans lequel Clara Dupont-Monod présente son roman : ici

Merci Sentinelle!
Mais je suis très contente de voir cette vidéo après la lecture...C'est incroyable...Elle raconte tout son livre! :)

Je vous recommande chaudement ce roman. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Clara Dupont-Monod   Ven 19 Oct 2007 - 23:39

Le Bibliomane a écrit:
Merci sentinelle pour le lien et merci Coline pour l'extrait. Il me tente bien ce bouquin...et il donne envie de découvrir les autres ouvrages de cette auteure.

J'ai moi aussi très envie de découvrir ses autres ouvrages.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-Laure
Sage de la littérature


Messages : 1190
Inscription le : 12/07/2007
Localisation : Au milieu des couleurs..

MessageSujet: Re: Clara Dupont-Monod   Sam 20 Oct 2007 - 18:42

Je me suis endormie en repensant à ce livre, cette histoire de Juette. Et puis, cette interview de l'auteur dans laquelle elle parle de son livre avec tant de passions bounce Je crois que je vais l'acheter. Very Happy Sur Amazon ou ailleurs ? Je n'ai jamais acheté de livres sur internet !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Clara Dupont-Monod   Sam 20 Oct 2007 - 19:03

marielaure a écrit:
Je me suis endormie en repensant à ce livre, cette histoire de Juette. Et puis, cette interview de l'auteur dans laquelle elle parle de son livre avec tant de passions bounce Je crois que je vais l'acheter. Very Happy Sur Amazon ou ailleurs ? Je n'ai jamais acheté de livres sur internet !

C'est rapide et commode...Tu peux y aller...
A moins que tu ne réserves tes achats à une petite librairie indépendante! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-Laure
Sage de la littérature


Messages : 1190
Inscription le : 12/07/2007
Localisation : Au milieu des couleurs..

MessageSujet: Re: Clara Dupont-Monod   Sam 20 Oct 2007 - 19:08

Merci Coline, je crois que je vais le commander alors Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Clara Dupont-Monod   Sam 20 Oct 2007 - 20:20

Je suis comme vous, j'ai vraiment envie de découvrir Clara Dupont-Monod , et pas seulement son petit dernier.
J'aime beaucoup aussi le ton, l'enthousiasme et l'énergie qu'elle déploie en nous parlant de La Passion selon Juette.
Revenir en haut Aller en bas
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Clara Dupont-Monod   Mar 30 Oct 2007 - 0:22

La passion selon Juette

Autre vidéo:ICI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire


Messages : 9566
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Clara Dupont-Monod   Mar 30 Oct 2007 - 1:45

merci Coline aussi pour le lien sur les vidéos! Je mets dans mes favoris!
Cela fait longtemps que j'aime cette Clara Dupont-Monod à travers ses articles de l'hebdomadaire Marianne.
C'est un livre que je lirai sans faute!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sophie
Sage de la littérature


Messages : 2230
Inscription le : 17/07/2007
Age : 40
Localisation : Tahiti

MessageSujet: Re: Clara Dupont-Monod   Mar 30 Oct 2007 - 2:23

Le sujet ne me tente absolument pas: le MOyen-Age n'est pas une période de l'Histoire qui m'attire; mais, je n'ai entendu que du bien de cette Passion selon Juette qui, depuis m'attire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslecturesdesophie.blogspot.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Clara Dupont-Monod   Aujourd'hui à 21:13

Revenir en haut Aller en bas
 
Clara Dupont-Monod
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Deguire Emile et Clara Dupont
» Le Havre - Avenue Emile-Dupont
» Ecoutons Nicolas Dupont-Aignan
» Briquet S.T. Dupont
» Le mot PAIX en quarante sept langues: par Clara Halter

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: