Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Yannick Haenel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
traversay
Flâneur mélancolique


Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 58
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: Yannick Haenel   Dim 17 Jan 2010 - 13:45

Jan Karski

sentinelle a on ne peut plus raison, Jan Karski est un livre essentiel, pas seulement par son contenu mais aussi pour sa qualité littéraire, dans sa dernière partie, ce monologue intérieur saturé de rage et de désolation.

1. Certains ont critiqué la forme du livre, lui contestant le titre de roman, sous prétexte que Haenel commence par l'intervention de Karski dans le film de Lanzmann et un résumé du livre qu'il a écrit en 44. Je pense le contraire. Cet aspect "documentaire" donne davantage de force à sa suite fictionnelle.

2. Pour Karski, aucun doute, les alliés savaient pour la "solution finale" et ils n'ont rien fait. Cette certitude, contestée par un certain nombre d'historiens, pose la question de la liberté de l'écrivain. Est-il contraint, oui ou non, de respecter la vérité historique (officielle) pour faire oeuvre de littérature ? Jan Karski a eu, toute sa vie, des nuits blanches causées par ce qu'il avait vu en Pologne et par son impuissance à faire comprendre son message. S'il est un personnage historique (un Juste), il est aussi aujourd'hui héros romanesque sous la plume de Haenel. Ce n'est en rien choquant de le faire apparaître dans une fiction qui lui est consacrée. Plutôt un hommage à un homme hors du commun qui ne mérite pas de tomber dans l'oubli.

Bref, je rejoins sentinelle. Il faut lire Jan Karski et compléter, si on le souhaite, par d'autres lectures consacrées au sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
traversay
Flâneur mélancolique


Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 58
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: Yannick Haenel   Dim 17 Jan 2010 - 14:00

Petite passe d'armes entre journalistes du magazine Lire, qui montre que le livre provoque toutes sortes de réactions, hormis l'indifférence.

M.R.: Admettons que le romanesque d'une vie suffise à faire de cette vie un roman. Et maintenant, «osons», avec l'auteur, «nous glisser dans la tête» du personnage. Que nous dit-il sur le sujet de l'extermination des Juifs d'Europe par les nazis et leurs complices? La thèse est que les Alliés savaient ce qui se passait et qu'ils n'ont rien fait pour l'empêcher. On imagine assez l'émotion, et l'indignation, que suscite une telle affirmation. Jan Karski lui-même est habité par la rage que lui inspire une si terrible lâcheté. Or cette affirmation: «Ils savaient et ils n'ont rien fait» est deux fois inconsistante. D'abord, «ils savaient». De nombreux ouvrages ont tenté de répondre à la question: «Qui savait quoi?» Du côté des bourreaux, Raul Hilberg (La destruction des Juifs d'Europe, Gallimard) montre bien le soin constant mis à masquer le caractère exterminateur de l'entreprise. Sa désignation même de «Solution finale» ne dit pas, à dessein, les abominations qu'elle planifie. Du côté des victimes, jusqu'à la dernière minute, dans la chambre à gaz aménagée en salle de douche, leur destin funeste est dissimulé. Autrement dit, nul ne doute qu'il se passe des choses abominables mais nul ne prend l'exacte mesure du caractère proprement inouï de l'entreprise d'extermination. Ensuite: «Ils n'ont rien fait.» Là, l'accusation est franchement inepte. «Bombarder les chambres à gaz d'Auschwitz» comme le suggère, à la page 145, le personnage du roman? Avec les victimes à l'intérieur, sans doute. Non, franchement, ce n'est pas sérieux. S'il fallait invoquer des cautions, il suffit de noter que ni Raul Hilberg ni Claude Lanzmann, dans Shoah, ne se posent ce genre de questions.

A.F.: J'avoue ne pas avoir lu le roman de Yannick Haenel avec les yeux d'un historien, n'ayant pas un bagage suffisant en la matière pour vérifier ce qui est juste ou ne l'est pas. Ce qui m'a le plus troublé dans Jan Karski, c'est l'histoire secrète d'un messager. D'un homme pris dans le tourbillon de la guerre, désigné pour constater et témoigner. Ce Jan Karski qui a eu la chance du «trompe-la-mort», lui qui l'a presque touchée du doigt plusieurs fois, dont la mission, ô combien délicate et importante, n'a pas été couronnée de succès. Il est d'ailleurs intéressant de voir que Haenel a placé en exergue cette phrase de Paul Celan qui demande: «Qui témoigne pour le témoin?»

M.R.: «Qui témoigne pour le témoin?», «Qui gardera les gardiens?» sont des formules rhétoriques assez creuses. Comme sont les jeux de mots mal venus des phrases telles que: «L'extermination des Juifs d'Europe n'est pas un crime "contre" l'humanité, c'est un crime commis "par" l'humanité.» Ou, encore, il n'est pas décent de passer sans sourciller de l'accusation de «passivité» des Alliés à celle de leur «complicité dans l'extermination des Juifs d'Europe» (p. 166). Non, la liberté de l'écrivain n'autorise pas que l'on donne comme vérité historique l'expérience tourmentée et ambiguë d'un témoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63648
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Yannick Haenel   Ven 22 Jan 2010 - 15:24

Citation :
Lanzmann contre-attaque sur Karski

Le Monde des Livres | 21.01.10 |
Pierre Assouline


Parfois, la vie littéraire, c'est la guerre. Si en plus la vraie guerre en est le sujet, le combat se déroule ton sur ton. Depuis la parution en septembre de Jan Karski (Gallimard), le roman de Yannick Haenel sur l'action du grand résistant polonais dans les années 1940, Claude Lanzmann ronge son frein ; depuis que le livre figure dans les listes de meilleures ventes, il ne retient pas ses critiques chaque fois qu'on l'interroge à ce sujet ; depuis que Jan Karski a été couronné en novembre du prix Interallié, après l'avoir été du prix du roman Fnac, il ne décolère pas ; aussi cette semaine a-t-il décidé de faire feu sur Yannick Haenel dans la pure tradition de la contre-attaque. Mercredi, il a lancé un Scud dans sa direction au cours de la présentation de son film Shoah, intégralement rediffusé à 20 h 35 en deux soirées sur Arte, à l'occasion du 65e anniversaire de la libération d'Auschwitz. Le mitraillage est pour le week-end : six pages dans l'hebdomadaire Marianne qui se veulent "une exécution capitale de Yannick Haenel".

Quant à la bombe, ce sera pour la fin février ou le début mars : Le Rapport Karski, un document de 52 minutes, que Claude Lanzmann a réalisé pour Arte en travaillant sur les heures d'entretien que lui avait accordées le résistant. Ce qui en ressort ? "La vérité, pardi ! Et là, on verra bien l'impression que le président Roosevelt lui a faite, on saura ce qu'ils se sont vraiment dit, les gens comprendront que Haenel est un faussaire et que c'est une mauvaise action de Philippe Sollers d'avoir publié ce livre obscène, malhonnête, une honte !" Ce qui déplacera effectivement le champ de bataille assez loin de la guerre du goût qui avait jusqu'à présent la préférence de ce dernier. Fort opportunément, Robert Laffont rééditera au même moment Mon témoignage devant le monde. Histoire d'un Etat secret, de Jan Karski, publié en 1948 chez Self, puis aux éditions Point de mire, il y a six ans, mais introuvable depuis.

Courrier de l'armée polonaise de l'intérieur, Jan Karski y raconte notamment comment il tenta vainement d'alerter au plus haut niveau à Londres et à Washington la Résistance et les Alliés de l'extermination des juifs à l'oeuvre en Pologne occupée. En s'emparant de son histoire, Yannick Haenel a voulu se tenir à "un devoir d'humilité" dans la première partie de son roman, constituée d'un condensé des déclarations de Karski dans le film Shoah, ainsi que dans la deuxième, qui offre un résumé de ses Mémoires ; seule la troisième s'affranchit de cet impératif en laissant libre cours à la fiction : l'auteur y prête des scènes, des phrases et des pensées à Karski qui relèvent de son invention, ce qui pose problème lorsque le roman décharge les Polonais de toute accusation d'antisémitisme pour mieux charger les Américains de la maxima culpa.

Terrain mouvant

Outre le plébiscite public, une critique enthousiaste a accueilli le roman. Il a fallu attendre le compte rendu d'Annette Wievorka, spécialiste de la période, dans la revue L'Histoire (no 349, janvier 2010), pour entendre non seulement un son de cloche différent mais un véritable tocsin. Sous le titre "Faux témoignage", l'historienne l'y accuse de rien de moins que de détournement. Plus encore que les polémiques qui ont entouré Les Bienveillantes, de Jonathan Littell, l'affaire agite tant les romanciers que les historiens, car elle pousse les seconds à demander aux premiers s'ils ont vraiment tous les droits au nom des prérogatives de la fiction et de la liberté de l'esprit. Ce qui ne serait pas arrivé si Yannick Haenel, contrairement à Jonathan Littell, plus net dans son parti pris, n'avait pas usé d'un double registre d'écriture, s'engageant ainsi sur le terrain mouvant de l'ambiguïté. A supposer que cela ne correspondait pas à un projet bien établi, plus historique et politique que littéraire. Le tempérament de Claude Lanzmann aidant, on imagine que la guerre ne fait que commencer.

Si débat il y a, une fois achevé, il serait bon de transporter les participants à la Cartoucherie de Vincennes pour y assister à la représentation de La Dernière Lettre dans la mise en scène de Nathalie Colladon. Le monologue est extrait de l'inoubliable roman de Vassili Grossman Vie et destin. Prise au piège dans un ghetto d'Ukraine à l'été 1941, une femme, interprétée par Christine Melcer avec une empathie que l'on dirait naturelle, perçoit du dehors la rumeur allemande. En attendant la mort annoncée, elle s'adresse à son fils pour la dernière fois. Pas de pathos mais un espoir insensé gouverné par l'instinct. Parfois, ce qui reste de la guerre, c'est la survie littéraire.


source

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29392
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Yannick Haenel   Ven 22 Jan 2010 - 16:04

En tout cas, ils réussissent bien à semer le doute sur l'intérêt de ce livre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathria
Sage de la littérature


Messages : 2867
Inscription le : 18/06/2008
Age : 49

MessageSujet: Re: Yannick Haenel   Ven 29 Jan 2010 - 8:26

Toujours à ce propos, dans LivresHebdo du 29/01: ICI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lachariotteabouquins.blogspot.fr/
Babelle
Zen littéraire


Messages : 5065
Inscription le : 14/02/2007
Localisation : FSB

MessageSujet: Re: Yannick Haenel   Lun 15 Fév 2010 - 19:15

Je viens de terminer JK de Haenel que je ne connaissais pas. Je lirai Cercle, pour tenter encore d'apprécier l'auteur...
Son intention ne me semble pas mauvaise mais c'est curieux qu'un roman puisse consister en ses deux tiers en un résumé d'un interview (véritable déclencheur d'émotions certes), puis en un résumé des mémoires-mêmes de Karski. Cela fait beaucoup de résumés d'œuvres appartenant à d'autres (œuvres qui se suffisent à elles-mêmes). Il ne s'agit donc pas d'un roman au sens propre, d'un essai non plus.
Pourtant, je ne sais pas, il était sans doute intéressant que le romancier ai senti la nécessité de tirer sur ce fil.
Les répétitions ne sont pas lourdes puisqu'elles émanent des témoignages-mêmes et son écriture est plus que correcte.
La véritable plume du romancier émerge donc dans la dernière partie dite "roman" mais, il m'a semblé qu'elle arrivait un peu tard, après que les deux exercices précédents aient été correctement réalisés. Ou alors j'aurais dû faire une pose. On ne peut que conseiller de voir le documentaire et de lire Karski lui-même évidemment.
J'ai trouvé que c'était une occasion de repenser tout de même à ce que la Pologne a dû vivre pendant trop longtemps, esclave de l'Allemagne puis de l'Est, avant de trouver une réelle indépendance (Karski avait pour cela choisi de ne pas y vivre après guerre).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://macrofictions.blogspot.com/
traversay
Flâneur mélancolique


Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 58
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: Yannick Haenel   Lun 15 Fév 2010 - 23:14

D'accord avec toi, Babelle, c'est un livre qui donne envie d'en savoir plus. Et il a mérite d'être source de débat(s).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
sentinelle
Zen littéraire


Messages : 9707
Inscription le : 20/07/2007
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: Yannick Haenel   Lun 22 Fév 2010 - 11:48

coline a écrit:
En tout cas, ils réussissent bien à semer le doute sur l'intérêt de ce livre...
Pitié non, il ne faut pas douter de l'intérêt de ce livre, et pour tout vous dire, cette polémique m'énerve prodigieusement.
Que reproche-t-on à l'auteur ? De remettre en pleine lumière l'histoire d'un homme que beaucoup avaient oublié ou ne connaissaient même pas ?
De faire de la romance ? De ne pas entrer dans tous les détails historiques qui expliqueraient les raisons qui ont fait que l'Amérique ait mis du temps à venir au secours de l'Europe exsangue et de l'illustrer via une scène qui n'a peut-être jamais existé mais qui éclaire en deux phrases la position de l'Amérique ? (voir la scène de rencontre entre Karski et le président Roosevelt dans laquelle le président - légèrement somnolent car en pleine digestion - semble plus concentré sur les jambes de sa secrétaire que sur le témoignage de Karski).
J'ai entendu une historienne qui ne cessait de répéter qu'elle était extrêmement choqué par cette scène. Mais de qui se fiche-t-on ? Le message principal de Haenel est que la neutralité n'existe pas, que nous posons toujours un choix même si nous ne voulons pas en faire, que tout choix ou non-choix a des implications et des conséquences, que ne pas participer est participer quand même. Et je n'ai franchement rien à redire là-dessus. "Jan Karski" est tout simplement un des meilleurs livres que j'ai lus ces dernières années, alors merci Yannick Haenel pour ce très bel ouvrage, n'en déplaise aux chicaneurs qui parlent de tout sauf de l'essentiel.


Dernière édition par sentinelle le Ven 26 Fév 2010 - 16:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://livresque-sentinelle.blogspot.be/
coline
Parfum livresque


Messages : 29392
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Yannick Haenel   Lun 22 Fév 2010 - 23:32

sentinelle a écrit:
coline a écrit:
En tout cas, ils réussissent bien à semer le doute sur l'intérêt de ce livre...
Pitié non, il ne faut pas douter de l'intérêt de ce livre, et pour tout vous dire, cette polémique m'énerve prodigieusement.
[...] "Jan Karski" est tout simplement un des meilleurs livres que j'ai lus ces dernières années, alors merci Yannick Haenel pour ce très bel ouvrage, n'en déplaise aux chicaneurs qui parlent de tout sauf de l'essentiel.

Auprès de mes amis qui ont lu ce livre, je n'ai entendu que du bien ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée


Messages : 18132
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Yannick Haenel   Mar 23 Fév 2010 - 8:13

Moi aussi, je n'ai entendu que du bien...

Je l'ai commencé hier et pour l'instant ça m'a l'air d'être un livre très humain, l'écriture est prenante!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sentinelle
Zen littéraire


Messages : 9707
Inscription le : 20/07/2007
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: Yannick Haenel   Mar 23 Fév 2010 - 10:25

J'attends ton commentaire avec impatience Aériale, je pense que tu devrais aimer oui
Quand Coline nous rejoindras-tu dans cette lecture ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://livresque-sentinelle.blogspot.be/
Babelle
Zen littéraire


Messages : 5065
Inscription le : 14/02/2007
Localisation : FSB

MessageSujet: Re: Yannick Haenel   Mar 23 Fév 2010 - 12:06

sentinelle a écrit:
Pitié non, il ne faut pas douter de l'intérêt de ce livre, et pour tout vous dire, cette polémique m'énerve prodigieusement
Bien sûr, je ne crois pas qu'il y aura polémique ici. Mais nous sommes forcément un peu observateurs de celle qui a peut-être été fabriquée -par l'éditeur lui-même?, qui sait. Je pense que les réactions de Wievorka ou de Lanzmann (les gens passionnés qui sont depuis longtemps spécialisés sur ces questions ont le droit d'être excessifs) sont aussi dignes d'intérêt. Nous attendrons le documentaire d'une heure dédié au rapport de Jan Karski, en mars sur Arte, pour dépasser peut-être tous les malentendus, s'il en est.
Pour ma part il me semble qu'on peut apprécier le roman de Haenel et apprécier qui plus est le prolongement par les historiens et documentaristes dans leur travail. Sans doute que tout n'a jamais été donné à voir entièrement jusqu'ici. Dommage que tant de lecteurs (et de non lecteurs!) profitent d'une simple réaction, d'un article, pour monter en épingle des divergences au lieu de faire en sorte que des informations s'enrichissent. Qu'est-ce qui n'a pas été dit par certains internautes dans le marigot des commentaires en marge des articles de presse!
Je m'accroche à la phrase de Sentinelle :
Citation :
"la neutralité n'existe pas, nous posons toujours un choix même si nous ne voulons pas en faire, tout choix ou non-choix a des implications et des conséquences, ne pas participer est participer quand même..." (Sentinelle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://macrofictions.blogspot.com/
coline
Parfum livresque


Messages : 29392
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Yannick Haenel   Mar 23 Fév 2010 - 12:18

sentinelle a écrit:
J'attends ton commentaire avec impatience Aériale, je pense que tu devrais aimer oui
Quand Coline nous rejoindras-tu dans cette lecture ?

Je ne sais pas...mais je la ferai...J'étais déjà une fan de "Cercle" de Yannick Haenel.
Mon problème est ma lenteur à faire les choses, et même celles que j'aime, comme lire (pour mieux apprécier?)... content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Babelle
Zen littéraire


Messages : 5065
Inscription le : 14/02/2007
Localisation : FSB

MessageSujet: Re: Yannick Haenel   Mar 23 Fév 2010 - 12:42

Je n'ai toujours pas lu Cercle, je te rejoindrai bientôt Coline. Merci de nous avoir présenté ce romancier (en 2007! Que ça passe vite!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://macrofictions.blogspot.com/
coline
Parfum livresque


Messages : 29392
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Yannick Haenel   Mar 23 Fév 2010 - 12:44

Babelle a écrit:
Je n'ai toujours pas lu Cercle, je te rejoindrai bientôt Coline. Merci de nous avoir présenté ce romancier (en 2007! Que ça passe vite!)

Je ne croyais pas que c'était si ancien...Trois ans!... content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Yannick Haenel   Aujourd'hui à 5:36

Revenir en haut Aller en bas
 
Yannick Haenel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Yannick Noah
» L'interview de Yannick Debain
» Pépin, Major Yannick
» Nouveau président en "région" Basse-Normandie.
» Un interne du CHU de Dijon distingué aux Etats-Unis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: