Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Hans Fallada [Allemagne]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Babelle
Zen littéraire
avatar

Messages : 5065
Inscription le : 14/02/2007
Localisation : FSB

MessageSujet: Hans Fallada [Allemagne]   Lun 15 Oct 2007 - 19:31


Quoi de neuf, petit homme?
-traduit de l'allemand par Laurence Courtois.

L'auteur :
Hans Fallada (1893-1947) est l’une des figures de la littérature réaliste allemande du XXe siècle. Après avoir exercé une foule de petits métiers – gardien de nuit, marchand de céréales, agent de publicité – Fallada se lance en 1929 dans le reportage avant de se consacrer entièrement à la fiction. Son œuvre dresse un tableau très fidèle de la société allemande de son époque. Après Seul dans Berlin (réédité en 2002), Quoi de neuf, petit homme ? est son deuxième roman publié chez Denoël. >Denoel.fr

Résumé et 1ère de couv. chez
BIBLIOsurf

Citation :
"Quoi de neuf, petit homme ? est un roman d’avant la catastrophe. Son grand mérite est de la cerner et de l’exposer dans les menus aspects de la vie quotidienne alors qu’elle n’était pas encore consommée et que rares étaient ceux qui pouvaient dire comment tout finirait"...
inscrit l'Humanité au 6/10/2007 en titrant Un roman d'avant la catastrophe.

- Une fois investie dans ma lecture, je comprends pourquoi mon immersion dans ce roman m'a d'abord posé des difficultés : manque de concentration, remontée peu courante en ces années 30 qu'on a finalement peu abordées dans la littérature sous l'angle du quotidien, naïveté des personnages...
Puis, le décor étant posé, c'est sur le quotidien du peuple allemand de l'entre deux guerre auquel on est ici confronté, à travers la tendresse que se portent mutuellement le jeune couple formé par Bichette et son Môme.
- A l'annonce d'une grossesse ces deux-là se marient et tentent de joindre les deux bouts dans un pays où la crise économique n'épargne aucune classe sociale, employés comptables, ouvriers, petits ou gros marchands. Chômage, difficulté pour se loger...

Un extrait choisi pour vous :
- Herr Friedrichs, la saumon et Herr Bergmann, mais tout est inutile : il n'y a rien pour Pinneberg -
Citation :
Elle a vu aujourd'hui, dans la vitrine de l'épicerie fine, un saumon fumé, bien juteux et rouge-rosé, si seulement elle pouvait se le mettre sous la dent!
"- Pourquoi est-ce que tu l'as pas pris?
- Mais qu'est-ce que tu crois qu'il coûte?"
Et ils se mettent à discuter, c'est évidemment pas raisonnable, c'est bien trop cher pour eux. Mais si Bichette ne peut rien avaler d'autre! Aussitôt -le repas est décalé d'une demi-heure- aussitôt le Môme se rend en ville.
Mais pas une seconde! Bichette y va elle-même. Qu'est-ce qu'il croit. Marcher, c'est très bon pour la santé, et puis : est-ce qu'il croit qu'elle peut rester ici, et s'inquiéter qu'il n'achète pas le bon saumon?!
Il faut qu'elle le voie, il faut qu'elle voie la vendeuse le découper à la main, tranche après tranche. Elle doit absolument y aller elle-même.
(...)
Il ouvre la porte du vestibule, et tout de suite dans l'embrasure de la porte se tient Bichette, appuyée contre le mur, avec un visage baigné de larmes, un air angoissé, et elle lui tend un papier sulfurisé tout gras, sans rien dedans.
"- Mais bon Dieu Bichette, qu'est-ce qu'il y a? Tu as perdu le saumon?
- Tout mangé, dit-elle dans un sanglot. J'ai tout mangé toute seule.
- Tu l'as mangé comme ça, directement du papier? Sans pain? Le quart entier? Mais Bichette!
- Tout mangé, dit-elle dans un sanglot. Tout mangé toute seule.
- Mais approche donc, Bichette, raconte-moi. Entre, tu n'as pas besoin de pleurer comme ça. Raconte-moi dans l'ordre. Donc tu as acheté le saumon..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://macrofictions.blogspot.com/
Sahkti
Envolée postale
avatar

Messages : 260
Inscription le : 21/11/2007
Age : 44
Localisation : Belgo-Suisse

MessageSujet: Re: Hans Fallada [Allemagne]   Dim 6 Jan 2008 - 19:07

Seul dans Berlin

Seul dans Berlin raconte la vie de gens comme vous et moi dans un immeuble de Berlin. Comme vous et moi… enfin presque. Nous sommes en 1940, c’est la guerre, nous sommes en Allemagne, l’Allemagne nazie.
A travers les histoires de ces personnages, c’est toute l’histoire de l’Allemagne qui défile. Notamment la tristesse d’une vieille femme qui vit seule au dernier étage, privée de tous ses biens et surtout de son mari. Arrêté parce que juif. Allemand mais juif. Elle côtoie la famille Persicke dont le fils est engagé dans les SS tandis que les Quangel, leurs voisins, ont perdu le leur à la guerre. Une guerre qui leur fait mal au ventre, ils en veulent à Hitler, ils ne le trouvent pas bon, alors ils le diront. A leur façon, des tracts distribués en douce, des mots disséminés de ci de là. Acte anodin mais ô combien important et courageux dans ce contexte.
Un immeuble à l’image de l’Allemagne, bigarré, composite, multiculturel, vivant dans la peur ou la soumission, pratiquant la résistance avec foi et dignité.
Un livre essentiel pour aborde recette période sombre de l’histoire, un roman-témoignage écrit par un auteur qui a souffert du régime nazi (ses livres ont été brûlés en autodafé) et a dû se cacher pendant toute la guerre. "Jeder stirbt für sich allein" a été publié très peu de temps avant sa mort.

Le témoignage de Hans Fallada, ses textes, sa vision du régime et de l’Allemagne sont essentiels. Il arrive souvent que l’on s’interroge sur la faible mobilisation allemande face à la montée nazie. Bien sûr, certains ont résisté et se sont battus mais dans l’ensemble, c’est une masse silencieuse qui a accompagné les années hitlériennes. En lisant Fallada et ses chroniques de la rue Jablonski, on comprend beaucoup mieux la vie de tous ces gens, leurs motivations, leurs craintes, leurs actes de résistance (ces cartes postales déposées dans les escaliers, un geste dangereusement fou quand on y pense et si important !).
Tous ces gens étaient enfermés dans un système qu’ils ne contrôlaient pas, leurs faits et gestes pouvaient à tout moment avoir raison d’eux et beaucoup ont vécu la peur au ventre sans oser le montrer.
Le texte de Hans Fallada est effrayant, terriblement réaliste, nous voici complètement immergés de l’autre côté et l’herbe n’y est pas plus verte qu’ailleurs. Alors il faut s’organiser, résister tant bien que mal, chacun à sa manière, goutte d’eau dans un océan qui ne demande qu’à grossir.
Pas étonnant que Primo Levi ait considéré "Seul dans Berlin" comme "un des plus beaux livres sur la résistance allemande antinazie".
Pas de résistance militante ou politique ici, mais des actes quotidiens, de Monsieur et Madame Tout le Monde, des actes dignes et formidables que Hans Fallada souligne avec beaucoup de brio.
Les descriptions de ces personnages, de ces vies, de la bêtise humaine font réfléchir et c’est indispensable pour comprendre cette période mais aussi ce qui anime n’importe quel humain en pareille situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 37
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Hans Fallada [Allemagne]   Dim 6 Jan 2008 - 20:33

comme ça fait malheureusement quelques temps que je le l'ai lu ce seul dans berlin ça va m'être difficile de vous dire précisément comment ou pourquoi si le sujet m'a intéressé et une part du livre aussi, je n'ai pas réussi à vraiment entrer dedans... avec des doutes sur ma mémoire d'une série de personnages je crois que ça tiendrait de la tonalité des études de caractères.... bien dans ce livre un policier, un pauvre type, une commerçante ?

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sahkti
Envolée postale
avatar

Messages : 260
Inscription le : 21/11/2007
Age : 44
Localisation : Belgo-Suisse

MessageSujet: Re: Hans Fallada [Allemagne]   Dim 6 Jan 2008 - 20:42

animal a écrit:
comme ça fait malheureusement quelques temps que je le l'ai lu ce seul dans berlin ça va m'être difficile de vous dire précisément comment ou pourquoi si le sujet m'a intéressé et une part du livre aussi, je n'ai pas réussi à vraiment entrer dedans... avec des doutes sur ma mémoire d'une série de personnages je crois que ça tiendrait de la tonalité des études de caractères.... bien dans ce livre un policier, un pauvre type, une commerçante ?
c'est cette exploration des habitants de l'immeuble qui vous a gêné? La vie des Kluge? C'est vrai que ça pourrait passer pour anecdotique dans certains cas, mais cette banalité apparente me semble être le choix opéré par Fallada pour décrire la résistance et l'horreur de la guerre et de la barbarie nazie de manière très proche du lecteur, qui a la possibilité de s'identifier assez vite aux protagonistes du livre. C'est comme ça que je l'ai ressenti, mais tout cela est très subjectif bien sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 37
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Hans Fallada [Allemagne]   Dim 6 Jan 2008 - 21:06

non non ce n'est pas l'exploration en elle même, ni ces gens en eux-mêmes... c'est plus la "manière", d'ailleurs je ne parlerai pas de banalité... mmmh, je manque encore de mots ou de tournures... peut être que l'auteur m'a semblé parfois un peu rapide envers ses personnages, au sens ou il pourrait en devenir pratiques (un poil différent mais même ordre d'idée qu'à la lecture de la tache de ph Roth).

c'est probable en plus que j'ai fait cette lecture dans une phase plutôt hermétique jemetate

et ne pas vouvoyer l'animal nonnon

ça me fait peur clown

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sahkti
Envolée postale
avatar

Messages : 260
Inscription le : 21/11/2007
Age : 44
Localisation : Belgo-Suisse

MessageSujet: Re: Hans Fallada [Allemagne]   Dim 6 Jan 2008 - 21:46

d'accord! tchintchin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hans Fallada [Allemagne]   Jeu 24 Avr 2008 - 15:39

Enfant de l'immédiate après-guerre, j'ai longtemps été attentif à ce que racontaient mes proches entre eux ou me racontaient à propos de ces évènements qui les avaient marqués, parfois dans leur chair, pendant ces 5 ans d'abominations.
Depuis tout petit, je me suis demandé ce que j'aurais fait (ou pas fait) à leur place ! Tout en tenant compte du fait que je n'appartiens pas à une famille de héros non plus qu'à une famille visée et persécutée par le racisme et l'antisémitisme nazis.
En dehors des méfiances communes à beaucoup face à la montée du fascisme ambiant dans toute l'Europe de l'ouest avant la guerre, face au Communisme qui était alors porteur d'espoir pour les petites gens et beaucoup d'intellectuels comment aurais-je réagi : c'est ma question personnelle. Forcément, je n'aurai jamais de réponse.
Il faut parfois si peu de chose pour entrer ouvertement en rebellion ou en résistance comme la perte atroce d'un proche, par exemple, tout en ne risquant pas la vie de ses enfants, de sa femme, de ses Parents.
Je suis bouleversé par le courage, parfois inconscient, de ceux qui ont lutté ausi bien par de petits faits anodins que par des actions ciblées et de grande envergure.
Hans Fallada nous montre cela dans "Seul dans Berlin". Heureusement pour lui, il a connu la fin heureuse du cauchemar...sans se poser les questions actuelles qui s'offrent, aujourd'hui à nous : avons-nous progressé dans notre humanité profonde, dans notre philosophie personnelle. L'homme est-il devenu meilleur ? Est-il à l'abri désormais ? Agissons-nous sur notre présent et notre quotidien ? Les traces sont-elles effacées au point d'oublier les risques ? L'argent est-il encore source d'un pouvoir destructeur ?
Je relisais récemment, quelques pages de Cicéron sur la corruption des maîtres et des courtisans : je pense que l'humanité n'a pas progressé d'un pouce quant à l'éthique.
Je ne crois pas que le réalisme que j'exprime soit pessimiste ; puisse-t-il, à mon humble échelon, être un moteur optimiste de simples réflexions de bon-sens envers mes proches...qui, eux aussi ont leurs proches...etc
Revenir en haut Aller en bas
Sophie
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2230
Inscription le : 17/07/2007
Age : 42
Localisation : Tahiti

MessageSujet: Re: Hans Fallada [Allemagne]   Sam 2 Jan 2010 - 6:48

Seul dans Berlin aura été mon dernier livre lu en 2009; pas très gai mais une lecture qui m'a énormément intéressée:
-l'aspect historique: la Guerre vue par des Berlinois lambda, c'est rare car on est plutôt habitué à lire sur la Résistance, les Nazis mais beaucoup moins souvent ce qui concerne les civils qui ont subi,

-l'aspect littéraire: j'ai beaucoup aimé le style de Fallada, avec l'utilisation du présent, la montée en puissance au fur et à mesure des chapitres, les différents personnages dont certains possèdent une force de caractère hors du commun; et heureusement, le dernier chapitre un peu plus optimiste que le reste.

Un excellent roman à mon avis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslecturesdesophie.blogspot.com/
Maryvonne
Zen littéraire
avatar

Messages : 4259
Inscription le : 03/08/2009
Localisation : oui, merci.

MessageSujet: Re: Hans Fallada [Allemagne]   Sam 2 Jan 2010 - 11:21

Je l'ai lu il y a un bout de temps, mais ce livre m'avait marqué.... surtout le personnage de Mr Quangel.
Y'a quelque chose de tellement humain dans ce personnage, et sa détermination à mener ses petits combats, dans l'ombre... bien que ce soit complètement vain (je ne eux pas en dire plus...).
J'en suis encore émue (sisi, je suis comme ça).

D'ailleurs, je l'ai pas mal offert... je recommande ce roman, plutôt 2 fois qu'une.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FrançoisG
Envolée postale
avatar

Messages : 281
Inscription le : 29/09/2009
Localisation : Au calme dans ma maison

MessageSujet: Re: Hans Fallada [Allemagne]   Dim 3 Avr 2011 - 2:33

J'ai découvert ce livre aujourd'hui en librairie.

Le conseil de Primo Levi en couverture m'a fait prendre conscience que ce devait être un livre très bien.

Je l'achèterai en langue française.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maline
Zen littéraire
avatar

Messages : 5239
Inscription le : 01/10/2009
Localisation : Entre la Spree et la Romandie

MessageSujet: Re: Hans Fallada [Allemagne]   Dim 3 Avr 2011 - 10:22

Les romans de HANS FALLADA valent toujours la peine d’être lus. Ils sont actuellement très en vogue au Etats-Unis où une récente traduction attire de plus en plus de lecteurs. Il faut dire que la jeune génération d’outre-Atlantique – celle qui n’a pas connu l’Europe et dont les arrière-grands-parents avaient émigrés dans les années trente - lit ces romans plutôt en tant que témoignages que de récits.

Mais même en Allemagne une nouvelle édition des romans de HANS FALLADA chez Aufbau-Verlag a entraîné sa présence accrue en librairie et donc un intérêt tout à fait sain pour sa (re)lecture, l’appauvrissement des strates moyennes de la population n’étant pas un fait seulement dans les années 20 du siècle passé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Hans Fallada [Allemagne]   Dim 27 Jan 2013 - 20:13

Le buveur



Herr Sommer, bourgeois médiocre à la limite de la veulerie, raconte sa déchéance, alcoolisme, prison, puis maison de santé psychiatrique.

Le personnage se complait à se présenter comme un minable, il n’y a guère de nuance dans ce texte en grand partie autobiographique, et j’ai peiné non seulement à éprouver de la sympathie, mais même assez souvent de l’intérêt pour cet homme égocentrique et sans ressort.

Une lecture sans passion pour une écriture de qualité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
tina
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

MessageSujet: Re: Hans Fallada [Allemagne]   Sam 27 Juil 2013 - 22:24

Seul dans Berlin

Pourquoi faut-il lire absolument ce livre ?

Parce que rien n'étant manichéen, jamais, les victimes des nazis ne furent pas seulement les gens gazés.

Mais aussi le peuple Allemand lui-même.

Et c'est ce que démontre de façon bouleversante HF en mettant en scène des gens ordinaires du peuple Allemand, face à la terreur, l'iniquité et l'abjection.

Selon leur terminologie absurde : les Aryens.

Chacun se défend comme il peut. En protégeant ses minables intérêts personnels, en tentant des actions de résistance (inutiles) mais si nobles qu'elles élèvent. En mouchardant évidemment, ce qui permet de gratter un peu d'argent pour survivre.

Mort, conscience, sens irréductible de la dignité humaine, sacrifice et barbarie se côtoient dans ce livre aux valeurs universelles, qui pourrait s'appliquer à tous les régimes totalitaires, donc délirants, schizophrènes et mégalomaniaques.

La description des nazis eux-mêmes est édifiante : au-delà des crétins endoctrinés et lobotomisés, l'auteur démontre bien à quel point ce type de pouvoir s'appuie sur les abrutis de base : alcooliques, analphabètes, brutes épaisses, frustrés, etc...

Tout cela bien ordonné, bien nivelé, pour faire plus propre, dans les défilés officiels.

Cet ouvrage est pourtant un hymne aux justes.

Déchirés, laminés, niés, mais fidèles à l'Homme.

Sans eux, nous n'existerions plus DEPUIS DES SIECLES !!!!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Hans Fallada [Allemagne]   Lun 19 Sep 2016 - 8:22


Le 19 août 2016 à Zum Nussbaum, Nikolaiviertel, Berlin.

Seul à Berlin (Jeder stirbt für sich allein, 1947). Traduit de l'allemand par Laurence Courtois. Folio. 763 pages.
Il s'agit de l'édition intégrale, traduction de l'édition allemande de 2011, "qui restitue les passages coupés et l'authenticité de l'écriture de Fallada, nous donnant enfin à lire sa vision globale, toute en nuance de gris." (à propos de cette édition, page 763). Un chapitre complet avait notamment disparu celui qui parle des activités d'Anna Quangel au sein de la ligue des femmes nazies. Pourquoi ?
"Cette censure politique s'explique par la mission que s'était confiée la zone soviétique en Allemagne, future RDA : il fallait éduquer le peuple à l'aide d'exemples clairs et sans ambiguïté, parfois simplistes. Ainsi une héroïne de la résistance intérieure allemande ne pouvait pas avoir été du côté nazi." (page 763).

Nous sommes à Berlin, en 1940. La France vient de capituler. Otto, contremaître dans une usine, et sa femme Anna Quangel, un couple sans histoire, reçoivent une lettre : leur fils Otto est mort au front. C'est le déclic : Otto décide d'entreprendre quelque chose contre le régime. Quoi ? Ecrire des cartes postales pour dénoncer le régime, et les déposer là où elles pourront être lues...
Mais il risque d'être difficile de convaincre les gens, surtout après la défaite de la France.
Citation :
"En ce qui concerne la guerre à proprement parler, elle se règle loin de Berlin, dans des pays étrangers. Oui, on voit de temps en temps quelques avions anglais qui survolent la ville. Quelques bombes tombent alors et la population fait le lendemain de grandes promenades pour aller voir les destructions. La plupart des gens rient et disent : « Si c'est comme ça qu'ils veulent nous liquider, il leur faudra cent ans, et encore on s'en apercevra à peine. Et entre-temps, on va aller raser leurs villes de la surface de la terre ! » [...] La plupart des gens courent après le succès." (page 155)
Et quand les gens ne courent pas après le succès, ils vont dans le sens que leur dicte la peur.

C'est la ligne de force principale du roman qui se focalise sur la vie des habitants d'un immeuble : une vieille femme juive, une famille bas de plafond très pro-nazie qui va vouloir prendre sa revanche sur la société grâce aux fils entrés dans les jeunesses hitlériennes, un magistrat à la retraite sévère mais juste, une factrice, son mari Enno - un bon à rien - qu'elle a mis à la porte...

Otto est un homme taciturne, intéressé uniquement par son travail, et qui n'aime pas les injustices. Or, des injustices, ces derniers temps, il en voit de plus en plus. Par exemple, ceux qui appartiennent au Parti peuvent mal travailler sans être réprimandés...

L'histoire s'inspire de l'action réelle de Otto et Elise Hampel (voir wikipedia) qui, pendant la Seconde Guerre Mondiale, ont écrit et déposé dans des lieux publics de Berlin des cartes dénonçant le régime nazi.
Leur dossier de la Gestapo a été donné à Hans Fallada peu après la fin de la guerre.

Une des cartes postales de Otto Hampel
Fallada utilise des ressorts classiques pour créer de la tension, en anticipant fréquemment sur l'avenir pour renforcer la tension.
De plus, il dépersonnifie souvent les nazis : ce ne sont presque plus des hommes qui agissent, par exemple : "La chemise brune tapote sur la carte" (page 240).
Il y a également fréquemment de l'ironie :
Citation :
"Convivialité, tournées de boisson, décontraction joyeuse, repos bien mérité après s'être donné tant de peine à torturer ses semblables et à les mener à l'échafaud." (page 301)


Dernière édition par eXPie le Lun 19 Sep 2016 - 19:59, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Hans Fallada [Allemagne]   Lun 19 Sep 2016 - 8:23


Quelles vont être les réactions des gens lorsqu'ils découvriront les cartes ? Est-ce que l'action courageuse du couple va servir à quelque chose ?
L'inspecteur Escherich, chargé de l'enquête, parviendra-t-il à arrêter le couple Quangel ?
Ce gros roman comporte des personnages intéressants : Otto, Escherich, le voisin magistrat...
Mais à côté, il me semble y avoir des passages plus faibles, ceux où interviennent Barkhausen et Enno Kluge, deux hommes qui vivent de petites combines, de chantage, de jeux, de l'exploitation des femmes...
Citation :
"La seule occupation d'Emil Barkhausen semblait se résumer à ça : rester planté là où il y avait quelque chose à voir et à entendre." (pages 27-28).
Ce ne sont vraiment pas des lumières. Ils sont souvent très, très bêtes, un peu caricaturaux. Le roman a été écrit en un peu plus d'un mois seulement, je ne vais pas chipoter.
Voici Barkhausen qui parle (mal) à un de ses fils :
Citation :
"« J'm'en va te dire c'que j'vas t'donner. J'vas t'donner cinq marks, tout juste les cinq marks que cette pantoufle-là voulait avoir, et encore, je t'assure que tu vas êt' content ! Chuis pas comme ça, mais..." (page 389).
Je suppose qu'il n'est pas facile de traduire en français le parler populaire berlinois.

Outre la ligne de force principale (l'action courageuse - mais pour quel résultat ? - des époux Quangel), le lecteur suit donc le quotidien difficile des habitants de Berlin pendant la Seconde Guerre Mondiale (avec une incursion intéressante à la campagne), les compromis qu'ils font ou pas avec le régime ; mais aussi le fonctionnement de la justice, des prisons (par exemple, les prisonniers laissés enfermés dans les cellules lors des terrifiants bombardements, tandis que les geôliers sont réfugiés dans des abris)...


C'est vraiment un très bon livre, avec des passages très forts.


Il a été adapté plusieurs fois, pour le cinéma et la télévision. Le dernier film en date (2016), réalisé par Vincent Perez avec une distribution hélas anglophone, n'a pas reçu un très bon accueil. Mais aussi bons acteurs soient-ils, pourquoi avoir pris Brendan Gleeson et Emma Thomson, avec leurs accents, pour interpréter les héros ? Une question financière, sans doute...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hans Fallada [Allemagne]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hans Fallada [Allemagne]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un paysan normand au STO en Allemagne
» Erdogan en Allemagne exige...
» OGM : L'Allemagne interdit à son tour le maïs transgénique de Monsanto
» vedette MBOOT (Allemagne)
» Etudes pour travailler dans les bibliothèques en Allemagne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature germano-néerlandaise (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: