Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 A la radio..

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 28 ... 55  Suivant
AuteurMessage
Steven
Zen littéraire


Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 44
Localisation : Saint-Sever (Landes)

MessageSujet: Re: A la radio..   Sam 9 Fév 2008 - 11:14

Ce matin, dans Eclectik, un entretien intéressant d'Annie Ernaux. Elle parle de l'art fragile qu'est l'écriture, de la fragilité d'un destin (elle explique notamment que son premier livre, Les Armoires vides a été complètement éclipsé, étant sorti le jour de la mort de Pompidou) de la vieillesse et de l'évolution de notre société. Son dernier livre, Les Années vient de paraître
A écouter :
http://www.tv-radio.com/ondemand/france_inter/ECLECTIK/ECLECTIK20080209.ram

Citation :
Annie Ernaux, née à Lillebonne le 1er septembre 1940, est une écrivaine française.

Agrégée et professeur de lettres modernes maintenant à la retraite, Annie Ernaux a passé son enfance et sa jeunesse à Yvetot, en Normandie. Elle est née dans un milieu social plutôt modeste : ses parents étaient d'abord ouvriers, ensuite petits commerçants. Contrairement à ses parents, Annie Ernaux allait régulièrement à l'école et apprenait bien. Elle a fait ses études à l’université de Rouen.

En 1984 elle a obtenu le prix Renaudot pour un de ses ouvrages à caractère autobiographique, la Place.

Très tôt dans sa carrière littéraire, Annie Ernaux a renoncé à la fiction pour revenir inlassablement sur le matériau autobiographique constitué par son enfance dans le café-épicerie parental d’Yvetot. À la croisée de l’expérience historique et de l’expérience individuelle, son écriture, dépouillée de toute fioriture stylistique, dissèque l’ascension sociale de ses parents (La Place, La Honte), son adolescence (Ce qu’ils disent ou rien), son mariage (La Femme gelée), son avortement (L’Événement), la maladie d’Alzheimer de sa mère (Je ne suis pas sortie de ma nuit), puis la mort de sa mère (Une femme), son cancer du sein (L’Usage de la photo, en collaboration avec Marc Marie). Elle écrit dans la langue de ce monde ouvrier et paysan normand qui a été le sien jusqu’à l’âge de dix-huit ans, âge auquel elle a commencé, à son tour, à s’élever socialement.




conciliabule Pour certaines, qui j'ai cru comprendre, l'apprécient, l'invité du samedi 16 février, à 10h00 sera Jacques Gamblin.

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: A la radio..   Sam 9 Fév 2008 - 12:52

Steven a écrit:
conciliabule Pour certaines, qui j'ai cru comprendre, l'apprécient, l'invité du samedi 16 février, à 10h00 sera Jacques Gamblin.

content Merci Steven!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire


Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: A la radio..   Mer 13 Fév 2008 - 20:20

Animal, je me bats avec internet depuis hier, pour t'envoyer un lien, mais bon...
L'invité de Frédéric Mitterand était Pierre Schoendorffer, tu cherches Ca me dit l'après midi sur France Culture!

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche


Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: A la radio..   Mer 13 Fév 2008 - 21:54

aaaaah merci singe

ça doit être ICI pour un temps.

c'est dommage, j'en perds... j'y reviendrais si je trouve le temps.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steven
Zen littéraire


Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 44
Localisation : Saint-Sever (Landes)

MessageSujet: Re: A la radio..   Dim 17 Fév 2008 - 22:17

Ce matin sur France Inter, mémo de Simon Tivolle revenait sur l'œuvre de René Char :
Citation :
René Char

René Char est mort il y a 20 ans, le 19 février 1988.

Mémo vous propose d’écouter l’un des plus grands poètes français, lisant ses textes sombres et envoûtants.

René Char refusait de raconter sa vie, les surréalistes, la guerre... Ses amis, comme Camus - et son œuvre poétique, parlent pour lui.

Outre les archives INA et France Inter, certains poèmes de René Char que vous pouvez entendre dans Mémo sont extraits de trois magnifiques DVD édités par Arte Vidéo :

-"Un siècle d'écrivains : René Char" de Jacques Malaterre et Marie-Claude Char

-"René Char, nom de guerre Alexandre" de Jérôme Prieur

-"René Char" de Michel Soutter
http://www.radiofrance.fr/play_aod.php?BR=10820&BD=17022008

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bertrand-môgendre
Sage de la littérature


Messages : 1299
Inscription le : 03/02/2007
Age : 61
Localisation : ici et là

MessageSujet: Re: A la radio..   Ven 22 Fév 2008 - 21:25

http://www.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/sommaire/
en ce moment rétrospective de Hannah Höcht, la dada
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steven
Zen littéraire


Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 44
Localisation : Saint-Sever (Landes)

MessageSujet: Re: A la radio..   Dim 2 Mar 2008 - 12:05

Une émission qui rejoint le fil 1968 crée par ailleurs : Sous le pavé le vinyle.

Citation :
dimanche 2 mars 2008
Oubliez tout ce que vous avez appris. Commencez par rêver
photo

Mai 68, nous sommes au beau milieu de la plus spectaculaire crise sociale que la France ait connue. Le peuple est dans la rue.

D’abord, à l’initiative d’étudiants en mal de respectabilité générationnelle, la vague va grossir et accueillir les revendications d’une classe ouvrière bien déterminée à redessiner les contours d’une société sclérosée.

Ce bouillonnement, ce vent de liberté, nés d’une poignée de jeunes agitateurs, ne furent pas seulement dictés par un formidable besoin de réorganiser la société.

Ils trouvèrent leurs origines dans l’élan d’une jeunesse rebelle, incomprise d’un monde adulte et sourd.

1968, les héritiers d’une société française obsolète, affirment leurs différences en sortant des conventions.

Si le mouvement psychédélique fût longtemps considéré comme une simple poussée d’acné juvénile naïve et innocente, on réalise aujourd’hui l’impact réel de ce courant sur l’évolution des mœurs.

Ecouter : http://www.tv-radio.com/ondemand/france_inter/VINYL/VINYL.ram

programmation musicale :

* > Janis Joplin : Summertime
album : Greatest hits
(CBS . 1973)
* > Sheila : Petite fille de français moyen
album : Les incontournables de Sheila, 1
(East West France . 1998)
* > Ray Charles : Eleanor Rigby
album : 41 greatest hits 1959 - 1972
(Fremeaux & Associés)
* > Claude Nougaro : Mai Paris Mai
album : Jazz et Java, 2
(Mercury)
* > Michel Polnareff : Le bal des lazes
album : Les 100 plus belles chansons
(Universal . 2006)
* > Bernard Lavilliers : Le marché blanc
* > Maurice Chevalier : Au Revoir
album : Enregistrement intégral de son dernier concert
(Frémeaux & Associés . 2005)
* > The Doors : The End
album : La légende des Doors
(Wea Music . 1990)
* > Générique de l'émission : King Crimson : I talk to the wind
album : In the court of the Crimson king
(E'G Records . 1969)

A noter que cette émission remplace l'émission de Philippe Meyer, la prochaine fois je vous le chanterai suspendu d'antenne le temps des élections puisqu'il est candidat à ces élections.

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steven
Zen littéraire


Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 44
Localisation : Saint-Sever (Landes)

MessageSujet: Re: A la radio..   Sam 8 Mar 2008 - 23:47

Fantaisie héroïque a dit :
Citation :
Les victoires de la musique
J'espère que Fatal Bazooka ne va rien gagner mais que l'un des deux Christophe (Mae ou Willem) sera la révélation de l'année (c'est mon côté midinette qui ressort)

Elles sont aussi retransmis à la radio.

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steven
Zen littéraire


Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 44
Localisation : Saint-Sever (Landes)

MessageSujet: Re: A la radio..   Lun 10 Mar 2008 - 18:32

Nezumi a dit :
Citation :
Je suis un écrivain japonais, qui me permettra de découvrir Dany Laferrière, ce que je projettais de faire depuis un moment.

Portrait intéressant de cet auteur, avec un débat sur les chroniqueurs et les raisons qu'ils donnent lorsqu'ils ont aimé un livre : ils se sont identifiés à... Dany Laferrière regrette qu'ils manquent de temps pour exposer d'autres raisons d'aimer un livre...

Citation :
Dany Laferrière

« Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer ? » C’est le titre qu’a inventé Dany Laferrière pour son tout premier livre en 1985. La question a interpellé beaucoup de monde puisque le livre est devenu un best seller dans le monde entier, les néerlandais ayant traduit la chose par : « Comment faire l’amour avec un nègre sans devenir noir ? ».

Il y eut aussi « La chair du maître », que Laurent Cantet a adapté au cinéma. Le film s’intitulait « Vers le sud » avec Charlotte Rampling dans l’un des rôles principaux.

Et aujourd’hui, Dany Laferrière, né en Haïti et domicilié à Montréal, publie : « Je suis un écrivain japonais » aux éditions Grasset.

http://www.tv-radio.com/ondemand/france_inter/ECLECTIK/ECLECTIK20080308.ram

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire


Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: A la radio..   Lun 10 Mar 2008 - 18:43

Je ne sais pas si cette émission de critique littéraire a déjà été signalée. J'en aime bien le principe. Et la plupart des critiques.
Jeux d'épreuves sur France Culture
Citation :
http://radiofrance-podcast.net/podcast/rss_10083.xml

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A la radio..   Lun 10 Mar 2008 - 19:22

Steven a écrit:
Nezumi a dit :
Citation :
Je suis un écrivain japonais, qui me permettra de découvrir Dany Laferrière, ce que je projettais de faire depuis un moment.

Portrait intéressant de cet auteur, avec un débat sur les chroniqueurs et les raisons qu'ils donnent lorsqu'ils ont aimé un livre : ils se sont identifiés à... Dany Laferrière regrette qu'ils manquent de temps pour exposer d'autres raisons d'aimer un livre...

Merci pour l'info, Steven!
Revenir en haut Aller en bas
bix229
Parfum livresque


Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: télévision et radio   Lun 17 Mar 2008 - 0:33

Demain soir sur Arte, à 21 h. Le bel Antonio, excellent film italien de Mauro Bolognini, avec Marcello Mastroinanni et Claudia Cardinale.
Le scénario est de Pasolini et c'est une adaptation du non moins excellent écrivain italien (Sicile) Vitaliano Brancati, qui fera

peut etre son apparition dans La litérature italienne du forum...bravo

A 22 h. 35, toujours sur Arte, un documentaire anglais sur Rudolf Noureev...
colibri
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire


Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: A la radio..   Mar 18 Mar 2008 - 3:55

ici
A voix nues cette semaine:

Réalisation de Jean-Claude Loiseau
Traduction Mustapha Ben Boucetta

La famille Nusseibeh est installée à Jérusalem depuis plus de treize siècles. Descendant d’un compagnon du calife, détenteurs des clés du Saint-Sépulcre, Sari Nusseibeh appartient à l’une des lignées les plus fameuses du peuple palestinien. À travers son arbre généalogique et l’histoire des siens, ce sont des pages de la mémoire arabe et musulmane en Terre Sainte qui se dessinent, depuis la tutelle croisée jusqu’au mandat britannique, en passant par le chapitre ottoman, cruel.
Né en 1948, dernier enfant de l’un des gouverneurs de Jérusalem, Sari Nusseibeh se dirige vers la philosophie et Oxford, où il rencontre son épouse, fille de Bertrand Russel. Oxford et Harvard sont les étapes de sa formation intellectuelle et de son engagement. Professeur à l’université de Bir Zeit, proche de nombreux intellectuels de la gauche israélienne et notamment du philosophe Margalit ou d’Amos Oz, il est devenu l’une des figures des négociations
Administrateur de Jérusalem en 2001-2002, depuis toujours favorable à une solution binationale, Sari Nusseibeh est aujourd’hui l’une des voix en Palestine qui donne à comprendre les complexités d’un conflit et dont le diagnostic, sans complaisance pour aucune des parties, souvent teinté d’ironie, est un gage d’avenir. Son regard sur son expérience au sein de l’OLP et des négociations de paix, l’émergence du Hamas, les radicalisations des protagonistes du conflit, les impasses et la nécessité d’une solution binationale éclairent, comme l’a écrit Amos Oz, « d’un jour nouveau la tragédie israélo-palestinienne »
Traduites en français au début du mois de mars, les mémoires de Sari Nusseibeh, Il était un pays, (JC Lattès, 2008) sont nées de la lecture de l’autobiographie d’Amos Oz, Une histoire d’amour et de ténèbres : tous deux ont grandi en voisins dans Jérusalem, en ignorant tout l’un de l’autre. C’est en réponse, et comme un dialogue entre hommes de bonne volonté, que Sari Nusseibeh a donné naissance à son livre de souvenir et d’avenir. De passage à Paris, sorte de parallèle aux émissions réalisées avec Amos Oz, ce sont quelques clés pour la Palestine que nous a offertes Sari Nusseibeh


et puis Hubert Nyssen, fondateur d'Actes sud, dans l'émission de Frédéric Mitterand.
Hubert Nyssen et ses carnets...ici

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steven
Zen littéraire


Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 44
Localisation : Saint-Sever (Landes)

MessageSujet: Re: A la radio..   Dim 23 Mar 2008 - 0:24

Emission émouvante aujourd'hui. Studio Théâtre consacré à Jean-Louis Trintignant. Il y parle, avec des mots simples et justes de son amour pour les auteurs, de Shakespeare, de Jules Renard.... Un hommage aux lettres, aux auteurs et au Théâtre.

Citation :
Emmission spéciale Jean-Louis Trintignant.

Jean-Louis Trintignant
Fils d'un riche industriel du sud de la France. Très timide, il veut devenir coureur automobile comme son oncle Maurice Trintignant, figure emblématique du sport automobile des années 1950 surnommé le " gentleman driver ", qui lui transmet sa passion de la compétition automobile.En 1942, âgé de 12 ans, il se découvre une passion pour la poésie de Jacques Prévert qui ne le quittera plus de sa vie avec entre autre Guillaume Apollinaire et Louis Aragon.

En 1949 âgé de 19 ans, il est étudiant en droit à la faculté d'Aix-en-Provence lorsqu'il assiste à la pièce de théâtre « L'Avare » de Molière mis en scène par Charles Dullin. Cette pièce est une révélation. Il abandonne ses études et décide de suivre les cours de comédie de Charles Dullin et de Tania Balachova à Paris et de tenter de vaincre sa profonde timidité.

En 1951, il débute au théâtre dans la Compagnie Raymond Hermantier avec la pièce « À chacun selon sa faim ». Il enchaîne avec la Comédie de Saint-Étienne ou il joue Macbeth de William Shakespeare avec Jean Dasté. Puis il suit les cours de réalisateur de l'Institut des hautes études cinématographiques (IDHEC) bien qu’il ne réalisera son premier film que vingt ans plus tard avec Une journée bien remplie en 1972 et Le Maître-nageur en 1978 qui seront deux échecs.

En 1956 après quelques figurations, il fait ses débuts comme acteur de cinéma avec le film « Si tous les gars du monde » de Christian-Jaque et connaît la célébrité internationale la même année en même temps que Brigitte Bardot avec le film mythique à scandale « Et Dieu... créa la femme » de Roger Vadim où il joue le jeune époux fou amoureux de Juliette, jeune femme à la beauté diabolique.

Il disparaît totalement durant son service militaire en Allemagne, puis à Alger en Algérie pendant trois longues années qui vont le marquer profondément et arrêter sa carrière durant la guerre d'Algérie (1954 à 1962) où il fait tout pour être réformé sans succès de ce conflit qu'il ne peut pas supporter.

Revenu à la vie civile, il redevient populaire en jouant de façon magistrale « Hamlet » de William Shakespeare au théâtre et renoue avec le cinéma en 1959 grâce à Roger Vadim qui lui offre un rôle important dans son nouveau film sulfureux « Les liaisons dangereuses » avec Gérard Philipe, Jeanne Moreau, Annette Vadim et Boris Vian...

En 1966 il connaît à nouveau la gloire internationale avec « Un homme et une femme » de Claude Lelouch récompensé de la Palme d'or au Festival de Cannes 1966 et des Oscar du meilleur film étranger et Oscar du meilleur scénario original 1966.

La même année, il joue dans des films politiquement engagés contre le fascisme et la dictature : « Le Combat dans l'île » d'Alain Cavalier et « Z » de Costa-Gavras avec Yves Montand, rôle pour lequel il reçoit le Prix d'interprétation masculine au Festival de Cannes de 1967. Il enchaîne une impressionnante carrière entre cinéma d'auteur, films grand public et théâtre ou il prend souvent des rôles d'anti-héros au charisme envoûtant et à la voix de velours tourmentée et sarcastique.

En 1968 il est récompensé du prix d'interprétation au Festival du film de Berlin pour « L'Homme qui ment » d'Alain Robbe-Grillet.

Il épouse l'actrice, scénariste et réalisatrice Nadine Marquand pour qui il tourne de nombreux films et avec qui il a trois enfants : un fils Vincent Trintignant et deux filles : Pauline et Marie Trintignant. La mort brutale de Pauline en 1966 plonge le couple dans la douleur. Cette épisode sera le sujet d'un film de Nadine Trintignant, « Ca n'arrive qu'aux autres », dans lequel Jean-Louis Trintignant devait jouer son propre rôle auprès de Catherine Deneuve. Il refuse le rôle, qui échoît à Marcello Mastroianni.

Plus tard Jean-Louis Trintignant suit des cours de pilotage de toutes les écoles de pilotage françaises et court un temps comme pilote automobile professionnel. Il participe à plusieurs rallyes et courses en circuits notamment pour l'équipe du Star Racing Team sur Simca 1000 rallye. Il y rencontre Marianne Hoffner, célèbre pilote de rallye, notamment celui du Paris-Dakar 1984. Elle deviendra sa compagne, après son divorce de Nadine Trintignant.

Dans les années 1980, âgé de 50 ans, il se retire dans sa maison d'Uzès dans le Gard. Il se dit lassé par le cinéma et se fait plus rare sur les écrans. Dans les années 1990, il aborde des personnages misanthropes et cyniques, murés dans leur solitude.

En 1986 Claude Lelouch lui propose de reprendre son rôle de coureur automobile dans « Un homme et une femme : vingt ans déjà » dans lequel il retrouve Anouk Aimée.

En 1996 à l’image de son oncle Maurice Trintignant retiré de la course automobile dans son domaine viticole de Vergèze dans le Gard, il se lance dans une nouvelle aventure en achetant le domaine viticole « Rouge Garance » (en hommage à Arletty) de cinq hectares dans les Côtes du Rhône.

En 2003 il lit sur scène derrière son pupitre « les Poèmes à Lou » (lettre d'amour du poète Guillaume Apollinaire à sa bien aimée Lou) avec sa fille Marie Trintignant. Puis, en 2005, il présente ce spectacle, créé avec sa fille, au Festival d'Avignon en hommage pour elle.

En 2008 il revient et se consacre notamment à Jules Renard, dont il lit le Journal sur la scène du théâtre du Rond-Point des Champs-Elysées. Un comédien hanté à la carrière lumineuse qui trouve un vrai salut dans l’humour et le cynisme de l’auteur de "Poil de carotte".

http://www.tv-radio.com/ondemand/france_inter/THEATRE/THEATRE.ram

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque


Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: télévision et radio   Mar 25 Mar 2008 - 14:00

Pour les amateurs de Pati Smith, un film biographique sur Arte, à 23 h. O5
ce soir. Le titre : Pati Smith : dream of life.

Je devrais passer cette annonce sur la rubrique des insomniaques, car le film se termine à 1 h. du mat. !
colibri
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A la radio..   

Revenir en haut Aller en bas
 
A la radio..
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 55Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 28 ... 55  Suivant
 Sujets similaires
-
» Emission radio avec E. Vigne, éditeur et directeur de la NRF
» double - manip. morse radio
» Pour écouter les radio italiennes de vos régions...
» réactions des nouvelles de radio canada d'hier....
» Retour à la radio de proximité

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Images et sons :: Cinéma, télévision et radio :: Télévision et radio-
Sauter vers: