Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Virginie Despentes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage
Maryvonne
Zen littéraire


Messages : 4259
Inscription le : 03/08/2009
Localisation : oui, merci.

MessageSujet: Re: Virginie Despentes   Dim 28 Juin 2015 - 23:29

Queenie a écrit:
Et le tome 2 vient tout juste de sortir : Miam !
c'est ki ki sait quand sort le tome 3 ?
J'ai envie de lire la suite. C'est parfait pour les vacances !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...


Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Virginie Despentes   Ven 21 Aoû 2015 - 12:52



Vernon Subutex, tome 2.

Vernon et ses potes.
Vernon SDF. Qui finit par s'installer dans le parc des Buttes-Chaumont. Il est calme, silencieux, solitaire. Il survit. Détaché du monde. Et pourtant il l'attire ce monde. Les SDF d'abord, prennent soin de lui. Lui trouvent à manger, à boire, un lieu où dormir, lui donnent des astuces. Comme pris sous leurs ailes.
Puis ses amis d'avant reviennent. Ils le cherchaient partout, par culpabilité, par curiosité, par intérêt.
Parce qu'il y a toujours le mystère autour du testament du célèbre Bleach. Qu'a-t-il révélé dedans qui fait peur à certains pontes de l'industrie du disque et d'ailleurs ?

Vernon est magnétique. Les gens tournent autour de lui. Restent. Et c'est une communauté étrange et hétéroclite qui se forme. La solitude est brisée, plus ou moins. Tous ces personnages du tome 1 qui s'embourbaient dans des vies plutôt moroses, sortent la tête de l'eau, regardent autour d'eux, et trouvent d'autres gens près d'eux.
Alors ils nagent ensemble. c'est moins dur.
C'est un peu hippie béni ouioui mais pourquoi pas. ça change. Et c'est possible, non ?

Au-delà de ça, Virgine Despentes, grâce à la multitude de ses personnages, construit une véritable fresque sociale, digne d'un Zola des temps modernes. Elle plonge dans le sombre, le glauque, ces lieux où les chairs se perdent, les corps se blessent, les âmes ont mal. Et dans ce tome 2, plus on s'enfonce dans les pourquoi du comment les hommes souffrent ou ont souffert, plus les personnages relèvent la tête, font bloc, et cherchent à affronter leur vie, le passé. Et, d'une façon ou d'une autre, trouvent une porte de sortie. Un espoir.

Virginie Despentes réussit à garder une ligne cohérente tout en décrivant un monde foutraque. Une ligne directrice dans le chaos.
L'auteur dénonce par le biais de la fiction les travers de notre société de consommation, où parfois l'argent et le pouvoir semble donner tous les droits, elle parvient à poser un regard nuancé sur ces gens  qui ont pu choisir la mauvaise voie, et donne à ses personnages l'esquisse d'une possible rédemption.

Je met un tout petit bémol sur le foisonnement des personnages, certains perdent en force, en contours. On a du mal à les distinguer. Il commence à y en avoir trop. Mais les portraits, quand ils sont faits, sont d'une justesse et d'une habilité incroyable.

Un livre incontournable pour sentir l'air du 20ème et du 21ème siècle.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile


Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011
Age : 56
Localisation : Loire

MessageSujet: Re: Virginie Despentes   Mer 16 Sep 2015 - 15:20

Vernon Subutex 2

Vernon Subutex se retrouve SDF et de vagues remords, une franche sympathie ou un intérêt carnassier font qu'on va retrouver rôder autour de lui tous les personnages de la première partie. La dérive hippie-copain de tout ce petit  underground parisien dans la pseudo-secte poético-musico-cool de Vernon est un petit coin d'utopie naïve voire niaiseuse qui m'a plus fait penser à Michel Fugain qu'à Zola.

Et malheureusement le lâcher prise semble toucher jusqu'à l'auteur, qui se laisse vivre face à ses personnages. Certes elle garde de façon sporadique un bel art du portrait, des raccourcis bluffants, des formules percutantes, mais aussi une certaine tendance aux généralisations réductrices. Elle a plutôt tendance à remplacer la qualité par la quantité, elle ne creuse pas, se reposant sur les acquis du premier tome, sans non plus faire l'effort de nous redonner les petits éléments qu'on est en droit d'avoir oubliés et qui nous rafraîchiraient la mémoire.

Guère d'intrigue non plus, à vrai dire.

Quant au style, c'est une oralité branchée, souvent bien vue mais un peu bourrative. Ah certes, on n’est pas dans le classique, le lustré ! Je sais bien que la littérature doit vivre avec son temps, mais j'ai du mal à en apprécier la créativité au vu du nombre de « putain » « bordel » « kiffer » (et j'en passe beaucoup) rencontrés au fil du texte. Et quand V Despentes abandonne ce type de langage, sa phrase tombe vite dans la banalité.

Au total , j'ai été bien déçue, le poudre aux yeux prend le pas sur la vision aigue d 'une société. V Despentes y voit peut-être de l'humour, mais j'ai été un peu gênée de cette histoire où les SDF sont bien heureux, les fascistes pas si dangereux que ça. Et je me suis souvent ennuyée.

Queenie a écrit:
Et c'est possible, non ?
Euh...

Queenie a écrit:
Un livre incontournable pour sentir l'air du 20ème et du 21ème siècle.
un certain vingtième/vingt et unième siècle, quand même. On n’est pas universel en décrivant Paris, et surtout pas un petit milieu parisien qui se tourne en rond autour de lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Queenie
...


Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Virginie Despentes   Ven 18 Sep 2015 - 11:13

topocl a écrit:


Queenie a écrit:
Un livre incontournable pour sentir l'air du 20ème et du 21ème siècle.
un certain vingtième/vingt et unième siècle, quand même. On n’est pas universel en décrivant Paris, et surtout pas un petit milieu parisien qui se tourne en rond autour de lui-même.

Tous les univers se tournent sur eux-mêmes.
Cracher sur Paris et son "petit monde" est Tellement Facile et Inutile.


Ça me fait toujours bien sourire de voir que l'on critique un vocabulaire... alors qu'il existe... Ce livre s'ancre dans du réel, du quotidien, une époque, un type de personnes, ça ne me choque pas qu'il en prenne les codes oraux.
Ce n'est pas gratuit.



(Pas si dangereux que ça les haineux ? Y'en a pas un qui finit à l'hosto dans le premier bouquin, et un autre qui meurt tabassé dans le deuxième ? Qu'un personnage semble prendre le pas de la rédemption, ça montre aussi que le Monstre c'est l'humain, et qu'il y a des "erreurs de parcours" bien débiles, mais qui peuvent se corriger)

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hanta
Agilité postale


Messages : 723
Inscription le : 04/07/2014
Localisation : Vitrolles

MessageSujet: Re: Virginie Despentes   Ven 18 Sep 2015 - 12:06

Ce n'est pas cracher sur Paris, généralement c'est plutôt Paris qui crache sur la Province (concept qui ne veut rien dire finalement).
Et c'est souvent le souci avec Despentes ou avec d'autres auteurs, sorti du périph il est vraiment difficile de s'identifier aux personnages et même au langage.
Reste que cela demeure une oeuvre intéressante pour comprendre un milieu différent du sien mais l'air du siècle est restreint et ce n'est qu'avec une immense diversité de littératures qu'on arrive à en humer un certain parfum.


Dernière édition par Hanta le Ven 18 Sep 2015 - 13:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile


Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011
Age : 56
Localisation : Loire

MessageSujet: Re: Virginie Despentes   Ven 18 Sep 2015 - 12:56

Queenie a écrit:
Cracher sur Paris et son "petit monde" est Tellement Facile et Inutile.

Pas l'impression d'avoir craché.
J'ai dit que ce n'était pas universel, je n'ai pas dit que c'était nul.


Queenie a écrit:
Ça me fait toujours bien sourire de voir que l'on critique un vocabulaire... alors qu'il existe... Ce livre s'ancre dans du réel, du quotidien, une époque, un type de personnes, ça ne me choque pas qu'il en prenne les codes oraux.
Ce n'est pas gratuit.
Pas l’impression d'avoir critiqué.
J'ai dit "bourratif".
Je n'ai pas été être "choquée" et j'ai évidemment compris que ce n'est pas gratuit.
Seulement je n'ai pas aimé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
topocl
Abeille bibliophile


Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011
Age : 56
Localisation : Loire

MessageSujet: Re: Virginie Despentes   Dim 20 Sep 2015 - 11:29

C'est drôle d 'écouter le Masque et la Plume qui parle de Vernon Subutex 2, que tous les 5 ont d'ailleurs beaucoup ou assez apprécié. Il y a le même "débat" qu'ici. Michel Crépu parle de son agacement à l'endroit de l'écriture de V. Despentes, il parle de gouaille et se fait répondre que, non, c'est de l'énergie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
simla
Envolée postale


Messages : 249
Inscription le : 10/01/2013
Age : 66
Localisation : Nouvelle calédonie

MessageSujet: Vernon Subutex 2   Mar 27 Oct 2015 - 0:58



Je viens de terminer le second tome. J'ai aimé, un peu moins que le premier, néanmoins Virginie Despentes est toujours aussi percutante, des analyses de la société actuelle qui visent juste.

Ceci dit, j'ai été quand même sidérée qu'elle reprenne dans son livre la scène de tatouage vengeresse de Millenium !!!!

Apparemment, ça n'a choqué personne ! Moi, si
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile


Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011
Age : 56
Localisation : Loire

MessageSujet: Re: Virginie Despentes   Mar 27 Oct 2015 - 8:06

Pas lu, Millenium jypeurien ! (les 4 tomes m'attendent quelque part)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
simla
Envolée postale


Messages : 249
Inscription le : 10/01/2013
Age : 66
Localisation : Nouvelle calédonie

MessageSujet: Millenium   Mar 27 Oct 2015 - 8:18

Je l'ai lu, pas vraiment emballée, l'histoire est un peu compliquée, pas tellement vraisemblable non plus, mais passons..l'adaptation cinématographique était plutôt réussie ..;je te laisse découvrir la tatoueuse vengeresse, tu vas retrouver la scène du bouquin de Virginie Despentes, évidemment un peu modifiée, mais pas tant que ça oui

Ca m'a tout de suite sauté aux yeux à la lecture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...


Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Virginie Despentes   Lun 2 Nov 2015 - 21:30

Oui, tu as raison pour le tattoo. J'y ai pensé. Mais c'est une "pratique" qui s'est déjà vue avant Millenium, donc, ça ne m'a pas choquée. Mais il pourrait y avoir pas mal de similitudes avec un livre comme Millenium - le hacking, la violence, la sécheresse de certains personnages, les fissures du passé...
Une façon particulière de le dire et le montrer.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steven
Zen littéraire


Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 44
Localisation : Saint-Sever (Landes)

MessageSujet: Re: Virginie Despentes   Jeu 5 Mai 2016 - 9:52

Vernon Subutex tome 1

« pendant plus de vingt ans, qu'il vente ou qu'il ait la crève, il avait monté le putain de rideau de fer de sa boutique, coûte que coûte, six jours par semaine. Il avait confié les clefs du magasin à un collègue à trois occasions en vingt-cinq ans : une pyélonéphrite, une pose d'implant dentaire et une sciatique ».

C’était la vie de Vernon, simple ! Il avançait, disquaire sans concession aux modes qui n’a pas vu venir la révolution numérique. Sans concession, c’est important. Quand ce rideau ne s’ouvrira plus, Vernon restera droit, autant qu’il le peut, sans céder, sans rompre. C’est cette droiture qui accélèrera la chute et la déchéance de Vernon.
La vie, implacable, avance bousculant les laissés-pour-compte, les plantant impitoyablement dans le caniveau, résidus d’un temps qui file écrasant ceux résistent.

« dans un premier temps, elle t'endort en te faisant croire que tu gères et, sur la deuxième partie, quand elle te voit détendu et désarmé, elle repasse les plats et te défonce »

Vernon a eu de meilleurs moments. Il commence une déambulation dans la ville, ombre parmi les ombres, s’éclipsant peu à peu, baissant peu à peu la tête, acceptant les coups du sort qui peu à peu le rejettent dans l’obscurité et la misère.
Ses amis, ceux qui pourraient l’aider sont morts. Les autres, rockeurs et rebelles des année 80 ? Ils ont cédés, changés, faits des concessions ! Dans le sillage de Vernon, Despentes nous présente cette galerie de personnages désabusés, centrés sur eux même, qui ont renoncés. Un monde désenchanté ou Vernon devient une gène, un rappel d’un passé que tous souhaitaient oublier. En chef d’orchestre géniale Virginie Despentes, par petites touches, par une succession de voix discordante dresse un portrait peu reluisant de notre société. Et cela fonctionne ! L’écriture est terriblement moderne, nerveuse, avec des fulgurances. La comédie humaine version 2010 ! Chaque personnage croisé dans la sphère de Vernon est mis à nu. Ils ne peuvent plus tricher, plus recréer leur propre histoire.
Lui est à la rue, mais il est debout ! Eux ? N’ont-ils pas tout abandonné, tout renié ?
A suivre, puisqu’il s’agit d’une trilogie !!!

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile


Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Virginie Despentes   Mer 25 Mai 2016 - 10:06

Vernon Subutex 1

Tout comme steven, j'ai eu l'impression de lire une comédie humaine du XXIème siècle, comme si en quatre phrases épatantes, Despentes parvenait, sans caricaturer, à présenter chaque personnage comme une olive dénoyautée. On les voit, on les sent, on sait qu'on peut les croiser dans la vie, ils ressemblent trait pour trait à l'image qu'on se fait d'eux mais Despentes se garde bien de tomber dans la facilité des découpes à la hache et offre toujours une petite ambiguïté, un petit geste inattendu de la part des personnages qui les éloignent de la caricature. Je ne suis donc pas tout à fait d'accord avec Hanta qui regrette d'avoir trouvé des êtres trop stéréotypés et peu nuancés. De mon côté j'ai éprouvé un grand plaisir à voir la galerie de tableaux qui sortent de mon ordinaire et en particulier tous ceux que l'on croise en fermant les yeux (sdf déconfis, intermittents miteux, drogués vaporeux, stars filantes et suicidées, traders fous, maris violents, trans assumés…).

Par contre, je rejoins Hanta sur l'idée que l'ensemble est tout de même particulièrement glauque, que la clochardisation de Vernon, sa lente et progressive descente vers le caniveau n'est en rien solaire ou contrebalancée par une histoire plus douce, même ses amours brésiliennes s'achèvent en fiasco sans samba et ses rencontres successives laissent toujours un goût de bière éventée, de dope coupée ou de pizza moisie.

Et puis, je trouve deux écueils de taille à cette lecture : le registre de langue unanime des personnages semble laisser penser qu'ils parlent tous du même endroit et de la même façon (ce que j'ai du mal à croire…) et les meufs et les mecs ont fini par me lasser un peu…

Cependant, j'ai retrouvé avec plaisir cette écriture contemporaine qui ne mâche pas ses mots et qui appelle une chatte une chatte, qui ne s'égare pas en compromis mais qui en même temps est capable de subtilité, de déchirure et d'humour. Pas simple et réussi.



_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steven
Zen littéraire


Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 44
Localisation : Saint-Sever (Landes)

MessageSujet: Re: Virginie Despentes   Jeu 7 Juil 2016 - 10:36

Vernon Subutex - Tome 2

Je vais commencer par la couverture, réalisée par Karim Addudi. Très réussie avec deux yeux bleus qui transpercent la noirceur d’un visage pour fixer le lecteur.
Vernon est devenu SDF à la fin du tome 1 mais il reste fier et insoumis. Il a bien sûr ses moments d’absence. Mais tout ce qui s’est mis en branle autour de lui, cet élan de solidarité, cette volonté des gens de l’aider, ne semble pas le concerner, glisse chez lui. Il en profite bien sûr mais ne leur est en aucun cas redevable. Au contraire, ce sont les membres du groupe qui l’entoure, attirés par la douce aura qui émane de Vernon, qui semble lui devoir quelque chose, qui ne veulent pas le laisser se vautrer dans la nouvelle vie d’errance qui s’ouvre à lui. C’est la constitution de ce groupe que suit le deuxième tome de la trilogie de Despentes. Et en les suivant, l’auteure livre une fresque urbaine qui dresse le portrait sans concession d’une société désenchantée. L’individu en tant qu’être pensant est nié ? Ils se soumettront au dissident passif qui proteste en ne faisant rien.
Despentes fascine, démonte les relations humaines qui sont faussées, perturbées par le regard critique des autres.
Vernon, si il n’oublie pas ses années de jeunesse, fait son chemin sans se préoccuper du regard des autres. Il s’est coulé dans sa nouvelle vie de SDF et subit, avec indifférence, les assauts du groupe.
Les individus qui le composent sont disparates et n’ont qu’un point commun apparent : Vernon. Mais bien vite, un second point commun, latent, apparait, l’envie individuelle, qui deviendra collective de changer de vie, de changer la société.
Le lecteur ne sait pas où va ce groupe, ne sait pas où il aboutira mais suit, à travers ses membres, les travers, les renoncements et les défaites d’une société que Despentes passe au tamis. Elle n’en sort pas grandie, notre société. Si tout ce qui entoure Vernon est illuminé d’une lumière douce, le reste est plongé dans une noirceur troublante !
Reste Vernon qui incarne peu à peu la dissidence, incarne le visage qui exprime un refus des règles imposées.
Il y a moins de volt que dans le premier tome, mais c’est toujours aussi emballant. Reste à voir où le troisième et dernier tome nous amènera !

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hanta
Agilité postale


Messages : 723
Inscription le : 04/07/2014
Localisation : Vitrolles

MessageSujet: Re: Virginie Despentes   Dim 23 Oct 2016 - 10:53

Je lis le deuxième tome de Vernon Subutex et je retrouve la vraie Despentes. il y a des passages magistraux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Virginie Despentes   Aujourd'hui à 10:39

Revenir en haut Aller en bas
 
Virginie Despentes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 10 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 9, 10, 11  Suivant
 Sujets similaires
-
» Etats-Unis : Massacre à l'université de Virginie
» Le sumac de Virginie en BRF ?
» Réponse pour Paul et Virginie
» Affaire Marina : Les parents (Eric et Virginie Sabatier) de la fillette,torturée à mort,devant la cour d'assises de la Sarthe
» Virginie Pradal [FAC/Un homme à domicile]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: