Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Swallow

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
bix229
Parfum livresque


Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Swallow   Sam 6 Juil 2013 - 15:36

swallow a écrit:
Bix: Et si c´étaient les oiseaux qui nous apprivoisaient?

J´écoute les oiseaux
Ils me consolent
Eux aussi sont créés
Pour mourir
.
(Andrée Chedid).

 Très juste, Swallow ! Ils m' ont "consolé" et réconforté  pour rester dans le sens de la vie...

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque


Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Swallow   Sam 6 Juil 2013 - 16:44

L' oiseau vole.
L' enfant le regarde.
Il agite le bras, jouant avec le vent

mais son corps ne bouge pas.
Pourtant l' enfant s' élève quand meme.

Ses pieds touchent encore le sol
mais son coeur est déjà dans les nuages.
Il réjouit l' oiseau et tous deux volent de concert,
traversant le temps et les paysages,
chevauchant des chevaux de lumière,
sculptant des déesses de brume,
naviguant sur l' aurore,
jouant avec les rires de Morphée.
"A table", dit la mère.
L' enfant attérrit,

mais l' oiseau continue de voler.

Lorant  Mercadier

Lorant Mercadier est un conteur itinérant, puisant dans ses racines occitanes le plaisir de conter.

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Swallow   Dim 7 Juil 2013 - 14:41

Je rêvais dans un grand cimetière désert ;
De mon âme et des morts j'écoutais le concert,
Parmi les fleurs de l'herbe et les croix de la tombe.
Dieu veut que ce qui naît sorte de ce qui tombe.
Et l'ombre m'emplissait.

Autour de moi, nombreux,
Gais, sans avoir souci de mon front ténébreux,
Dans ce champ, lit fatal de la sieste dernière,
Des moineaux francs faisaient l'école buissonnière.
C'était l'éternité que taquine l'instant.
Ils allaient et venaient, chantant, volant, sautant,
Égratignant la mort de leurs griffes pointues,
Lissant leur bec au nez lugubre des statues,
Becquetant les tombeaux, ces grains mystérieux.
Je pris ces tapageurs ailés au sérieux ;
Je criai : « Paix aux morts ! vous êtes des harpies.
— Nous sommes des moineaux, me dirent ces impies.
— Silence ! allez-vous en ! » repris-je, peu clément.
Ils s'enfuirent ; j'étais le plus fort. Seulement,
Un d'eux resta derrière, et, pour toute musique,
Dressa la queue, et dit : « Quel est ce vieux classique ? »

Comme ils s'en allaient tous, furieux, maugréant,
Criant, et regardant de travers le géant,
Un houx noir qui songeait près d'une tombe, un sage,
M'arrêta brusquement par la manche au passage,
Et me dit :

Spoiler:
 

V.Hugo, Les oiseaux.


Excusez l'ingénuité de ma question mais.....qui est donc cet énigmatique Swallow ?
Revenir en haut Aller en bas
Constance
Zen littéraire


Messages : 4070
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Swallow   Sam 24 Aoû 2013 - 17:26

J'ai découvert ce poème par hasard, et je ne pouvais pas ne pas le placer. sourire 




O Swallow, Swallow



O Swallow, Swallow, flying, flying South,
Fly to her, and fall upon her gilded eaves,
And tell her, tell her, what I tell to thee.

O tell her, Swallow, thou that knowest each,
That bright and fierce and fickle is the South,        
And dark and true and tender is the North.

O Swallow, Swallow, if I could follow, and light
Upon her lattice, I would pipe and trill,
And cheep and twitter twenty million loves.

O were I thou that she might take me in,        
And lay me on her bosom, and her heart
Would rock the snowy cradle till I died.

Why lingereth she to clothe her heart with love,
Delaying as the tender ash delays
To clothe herself, when all the woods are green?        

O tell her, Swallow, that thy brood is flown:
Say to her, I do but wanton in the South,
But in the North long since my nest is made.

O tell her, brief is life but love is long,
And brief the sun of summer in the North,        
And brief the moon of beauty in the South.

O Swallow, flying from the golden woods,
Fly to her, and pipe and woo her, and make her mine,
And tell her, tell her, that I follow thee.


Alfred, Lord Tennyson
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Swallow   Aujourd'hui à 3:25

Revenir en haut Aller en bas
 
Swallow
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Forum du forum :: Présentation et accueil des nouveaux-
Sauter vers: